Les lieux de passage en science-fiction

Journées d’étude « Les lieux de passage en science-fiction », à l’université de La Rochelle, du 11 au 13 avril 2013.

Responsable : Danièle André

Ces journées d’étude consacrées aux lieux de passage en science-fiction se proposent d’envisager de quelle(s) manière(s)  la science-fiction, quel que soit son support, comprend et utilise la notion de ‘lieux de passage’ pour créer peut-être d’autres perspectives (spatiales, politiques, sociales, métaphoriques, etc.), ouvrir et redéfinir les notions d’échanges et de territoire.

Les lieux de passage peuvent être perçus diversement : lieux où l’on ne fait que passer, tels que la rue, le supermarché, l’école, mais aussi lieux d’attente avant un transit, tels que des gares, des aéroports, des parkings, des aires d’autoroute. Enfin ils peuvent représenter des seuils vers l’ailleurs tels que des tunnels (de toutes sortes, cavernes, égouts et autres), des portes, des péages, des guichets, des miroirs, et des moyens techniques tels que des vaisseaux spatiaux, et des réseaux (internet, etc.).

Ainsi cette notion regroupe une diversité de modes et de supports. Il est alors intéressant d’étudier en quoi les représentations sont pertinentes, pourquoi ces lieux de passage sont tout à la fois symptomatiques (d’une écriture, d’une société, d’un auteur, de motifs de déplacement, de changement et/ou d’accumulation) et lourds de conséquences (expansionnisme, guerres économiques et/ou politiques, déréglements écologiques, remises en cause scientifiques et sociales, anéantissements d’espèces et de mondes). Quelle influence peuvent-ils avoir ou ont sur la perception et la représentation des mondes et sur leur fonctionnement, sur l’urbanisme, l’imaginaire, l’histoire et la politique, et sur l‘écriture et la réalisation? Enfin, de quelles aspirations ou peurs les lieux de passage sont-ils  porteurs et pourquoi ?

Alors, quel genre plus propice aux lieux de passage que la science-fiction, quel support plus apte à essayer d’apporter un regard protéiforme sur ces lieux et leur représentations territoriales et spatiales et leur importance au niveau des échanges que la science-fiction ? En effet, depuis l’émergence du genre, la science-fiction, qu’elle soit littéraire, filmique, série, BD, jeu (vidéo, de rôle, etc.) offre nombre de sens possibles à cette notion, nombre d’ouvertures sur l’extérieur ou l’intérieur et nombre d’interprétations et de représentations du monde et de l’époque qui voit naître ses œuvres.

Programme

JEUDI APRÈS-MIDI

13h40 Présentation de la session invitée et du colloque Danièle André

14h00-15h30 Julien Heylbroeck : Altérité : jeux de rôle et science-fiction

Ouverture officielle du colloque

16h00-16h40 Claire Cornillon : Le corps comme lieu de passage

16h50-17h30 Marie-Hélène Bauer : Mission science-fiction pour Fantômette

 

VENDREDI MATIN

9h00-9h40 Christian Chelebourg : Portes, porches et portails : SF et circulation entre les mondes

9h50- 10h30 Isabelle Périer : Passage et lieux de passage dans le cycle Tyranaël d’Elisabeth Vonarburg.

11h00-11h40 Isabelle Limousin : Studies into the Past de Laurent Grasso

11h50-12h30   Sophie Lecole : La traversée des blancs, une lecture plastique des espaces blancs dans la SF

 

VENDREDI APRÈS-MIDI

14h00- 14h40 Mehdi Achouche : La rue, hétérotopie de science-fiction

14h50-15h30  Charles Combette : Jack Kirby, démiurge graphique – Espaces juxtaposés et circulation d’énergie

16h00-16h40 Julien Heylbroeck : Lieux de passage et alibis scénaristiques : entre incarnation du péril et Macguffin, les multiples statuts de celui qui vient 
de l’autre côté

16h50-17h30  Alban Quadrat : Lieux de passage en physique mathématique

Fin journée 17h40

 

SAMEDI MATIN

9h00-9h40 Thierry Cormier : Les passagers de « l’intrinsèque » Territoires cinématographiques de l’Évolution

9h50- 10h30 Natacha Vas Deyres : Les Animaux-villes de Jean-Claude Dunyach : lieux de rencontre entre l’univers et l’humanité

11h00-11h40 Stephan Kraitsowits : Les mots de la science-fiction: véhicules spatio-temporels

11h50-12h30 Aurélie Villers : Fringe : d’un monde à l’autre

12H40 CLOTURE


Une réflexion au sujet de « Les lieux de passage en science-fiction »

Les commentaires sont fermés.