Voyages en hétérotopie : les journées Sciences et Fictions de Peyresq

Peyresq, vu par Jean-Louis Trudel

« Un lieu unique », « dans lequel on peut mettre en rapport, loin du fracas du monde, un petit groupe de personnes qui viennent à la fois de l’université, du monde de l’essai libre, et du monde de la création pure, littéraire ou même audiovisuelle, ensemble, autour d’un thème dont l’instrument est la science-fiction ». Voilà comment l’écrivain et historien du droit Ugo Bellagamba définit l’« hétérotopie » invoquée par son camarade, le physicien Éric Picholle, à propos des journées Sciences et Fictions de Peyresq, dans l’entretien à lire dans le numéro 2 de ReS Futurae.

Nicolas Fabri de Peiresc

Les deux fondateurs de cet événement, rejoints depuis par Daniel Tron et Estelle Blanquet, y font un bilan d’étape pour cette initiative originale, regroupant chercheurs, doctorants et écrivains à Peyresq, un village niché dans les Alpes de Haute Provence, sur un éperon rocheux du Haut Verdon, entouré par les alpages et grand ouvert sur le ciel étoilé. Reconverti depuis 1980 en centre de rencontres internationales et en université d’été, ce village restauré par une association belge, « Peyresq Foyer d’humanisme », a pour figure tutélaire Nicolas Fabri de Peiresc, un humaniste du xvie siècle, féru de science et de savoir.

Depuis 2007, l’institut Robert Hooke de culture scientifique et l’association Physique à Nice y organisent les journées Sciences & Fictions. « À partir d’un sujet d’ensemble », explique Éric Picholle, « nous organisons des sessions qui, sans trop favoriser une discipline et surtout sans exclure aucune approche, s’articulent chacune autour d’une spécialité, souvent celle du modérateur : ainsi, nous mettons à profit les compétences tout en favorisant les échanges avec les autres. »

Mars, vue de la Terre (et réciproquement)

Les premières journées ont célébré le centenaire de la naissance de Robert A. Heinlein par des journées consacrées à « Robert A. Heinlein et la pédagogie du réel ». Les journées de 2008 étaient dédiées à « Rudyard Kipling et l’enchantement de la technique », celles de 2009 aux « Subjectivités collectives » de Gérard Klein, concept développé dans l’article « Trames et moirés ». « Imaginaires scientifiques et hard science fiction » ont été étudiés lors des journées 2010. Les réalités scientifiques et imaginaires de « Mars » ont été au programme des journées 2011. Les journées 2012 étaient vouées à l’étude de « l’intelligence artificielle », notamment autour de Roland C. Wagner.

Comme on le voit à cette énumération, et comme le précise Ugo Bellagamba, « le mot “Sciences” à Peyresq ne désigne pas uniquement les sciences physiques et les technosciences. Il inclut les sciences sociales, la psychologie, la sociologie, l’anthropologie et, bien sûr, l’histoire. » Et du côté de la fiction, outre Roland C. Wagner et Gérard Klein, ces journées ont aussi accueilli Jeanne A Debats, Sylvie Denis, Jean-Claude Dunyach, Claude Ecken, Serge Lehman et Jean-Louis Trudel…

Dans le prolongement de cet entretien, nous recommandons la lecture des actes de ces journées, publiés par les Éditions du Somnium, certains étant aussi disponibles en ligne.

Simon Bréan et Samuel Minne