La science-fiction en Afrique

Couverture de Joey Hi-Fi pour Zoo City de Lauren Beukes, Presses de la cité, 2013.

Longtemps réputée inexistante, la science-fiction africaine prouve peu à peu son dynamisme et éveille de plus en plus l’intérêt. Un article du Monde diplomatique de juin 2013 signé Alain Vicky met ainsi au jour cette « Afrique, présence des futurs ». Le journaliste y révèle la volonté de jeunes artistes de penser l’avenir du continent à travers le prisme de la science-fiction. Cette dernière a ainsi nourri l’imaginaire du blogueur ghanéen Jonathan Dotse, du réalisateur sud-africain Neill Blomkamp (District 9), ou des femmes de lettres Lauren Beukes d’Afrique du Sud (Zoo City) ou Nnedi Okorafor, Américaine d’origine nigériane.

Si Alain Vicky date du milieu des années 2000 les débuts de cette expression, et si elle a cours surtout en Afrique du Sud,  il est possible de remonter à 1962 et au roman algérien de Mohammed Dib, Qui se souvient de la mer ?, pour trouver des textes épars de science-fiction sur le continent africain. Un roman inclassable de Sony Labou Tansi ou une nouvelle humoristique d’Emmanuel Dongala relèvent aussi de la science-fiction. Longtemps cantonnée à l’étude des fictions d’auteurs afro-américains comme Octavia Butler ou Steven Barnes, l’étude de la science-fiction africaine est en plein essor, comme le prouvent les appels à textes lancés par Mark Bould pour Paradoxa et Science Fiction Studies en 2012.

Une page de ce carnet se propose de présenter les ressources disponibles sur la science-fiction africaine : des bibliographies des fictions littéraires, des anthologies et des études consacrées à la science-fiction africaine, et une courte filmographie.


3 réflexions sur « La science-fiction en Afrique »

  1. « Les Lumineuses » de Lauren Beukes (caucasienne) est un roman qui peut difficilement être qualifié de « science-fiction » et qui se déroule à Chicago. Pour information.

    1. Ce n’est en effet pas un roman de science-fiction, je pensais que c’était son seul roman traduit. Mais Zoo City (qui est de la science-fiction) l’est depuis 2011 et a été réédité il y a un mois, je vais l’indiquer à la place des Lumineuses. Que les lecteurs me pardonnent cette bévue, et merci de votre vigilance !

      1. Zoo city, c’est plutôt du fantastique, AMHA. En revanche son premier roman est cyberpunk et devrait être traduit.

Les commentaires sont fermés.