Science Fiction Studies n° 121 : Summa Technologiae de Stanislas Lem

Stanisław Lem , Summa Technologiae, traduit par Joanna Zylinska, University of Minnesota Press, 2013

Dans son numéro de novembre 2013, la revue Science Fiction Studies consacre un dossier à la Summa Technologiae de Stanislas Lem.

Dossier
N. Katherine Hayles, « Stanisław Lem’s Summa Technologiae: Mirror Text to The Cyberiad »
La Summa Technologiae (1964) de Stanislas Lem, publiée en anglais presque cinquante an après sa première parution en polonais, présente un grand intérêt de nos jours principalement pour les idées que Lem a formulées et qui n’ont pas encore été prises au sérieux, et pour la lumière qu’elle jette sur sa fiction, en particulier La Cybériade, publiée un an après la Summa. Alors que la prose de la Summa est sérieuse jusqu’à en être guindée et gauche (d’après son traducteur), la langue de La Cybériade est un feu d’artifice d’allusions, de jeux de mots, de néologismes, de métaphores et d’allitérations. C’est comme si la pression d’écrire un texte qui portait les espoirs d’établir sa crédibilité comme penseur sérieux dans la communauté scientifique internationale se traduisait par une prose pesante, créant comme un miroir inversé de la créativité linguistique et de la liberté déployées dans La Cybériade. La même relation en miroir apparaît dans les structures conceptuelles des deux textes. Les idées mentionnées mais rejetées dans la Summa parce qu’elles ressemblent trop à des spéculations sans fondement de science-fiction constituent les points de départ de plusieurs des récits de La Cybériade, sous la forme de satires spirituelles qui explorent la signification éthique, culturelle et linguistique des idées pseudo-scientifiques mentionnées dans la Summa. Sa traduction en anglais nous invite donc à interpréter de manière neuve et riche La Cybériade, une des œuvres les plus connues de Lem dans le monde anglophone.

David Wittenberg, « Indecision and Splendid Excess: Analogies of Evolution in Stanisław Lem’s Summa Technologiae »
La Summa Technologiae (1964) représente l’effort de Lem pour théoriser l’histoire de la technologie et pour prédire son avenir en se fondant sur des analogies complexes et parfois divergentes qu’il voit entre l’évolution technologique et l’évolution biologique. J’avance que l’indécision persistante de Lem ou son ambivalence concernant la relation exacte entre la technologie et la biologie constitue en fait la force de l’ouvrage, et peut-être son essence philosophique. Alors que Lem choisit le plus souvent un vocabulaire technique emprunté à la cybernétique, sa prose pullule d’autres figures quasi scientifiques et quasi fictionnels, qui ne s’accordent pas tous avec la méthode ou avec les implications de l’analyse de la techno-évolution. Parfois, des narrateurs adoptent pour stratégies l’anecdote ou la satire qui sapent avec bonheur le propre usage trop sérieux par Lem d’analogies biologiques pour traiter de sujets tels que la réalité virtuelle (« phantomatiques ») ou les moyens de communication. Il en résulte une écriture qui oscille entre quelque chose de proche de la doctrine sociobiologique et un discours plus libre qui rappelle les raconteurs parodiques ou sardoniques des fictions de Lem. Pour conclure, je suggère brièvement que la théorie du langage sous-jacente dans la Summa inhibe peut-être une analyse vraiment pertinente de la techno-évolution, mais que cette insuffisance peut elle-même avoir l’effet salutaire d’ouvrir la multiplicité de spéculations débridées que comprend le livre monumental de Lem.

Pawel Frelik,«  Stanisław Lem’s Summa Technologiae as Impossible Utopia »
La Summa Technologiae (1964) de Stanislas Lem est la présentation la plus complète et la plus systématique de sa vision de l’avenir de la science et de la technologie, qui peut se révéler particulièrement utile pour l’analyse de ses fictions. En tant que texte propre, cependant, la Summa échoue par son manque d’attention au cadre social, politique et économique de la science et de la technologie. Ceci est inhabituel chez Lem, dont la plupart des autres écrits montrent plus ou moins explicitement une grande attention pour les problèmes politiques. Cet article met en contexte cette dépolitisation de la Summa et suggère des raisons possibles au discours de Lem.

Stanisław Lem, Summa Technologiae. Dzieła. Tom 28 Agora, Biblioteka Gazety Wyborczej, 2010.
Stanisław Lem, Summa Technologiae. Dzieła. Tom 28 Agora, Biblioteka Gazety Wyborczej, 2010.

Istvan Csicsery-Ronay, Jr., « The Summa and the Fiction »
Les thèmes de la Summa Technologiae (1964) de Stanislas Lem sont repris dans plusieurs des œuvres de fiction de cet auteur, en particulier La Voix du maître (1968) et Golem XIV (1981). Ces romans montrent comment Lem fait varier ses motifs en les racontant dans différents registres. Golem XIV présente la conception de la techno-évolution triomphante de la Summa à travers la voix de l’un de ses bénéficiaires, une intelligence artificielle d’ordinateur sur le point de devenir une singularité. La Voix du maître présente le thème des limites cognitives depuis la perspective du professeur Hogarth, pour qui le « Message des étoiles » neutrinique représente l’espoir que les civilisations technologiques puissent devenir bienveillante et « biophiles ».

Suite du numéro, hors dossier
Mariano Martín Rodríguez, « Longing for the Empire? Modernist Lost-Race Fictions and the Dystopian Mode in Spain »
Eileen McGinnis, « Remediated Readers: Gender and Literacy in Neal Stephenson’s The Diamond Age »
Jonathan Newell, « Abject Cyborgs: Discursive Boundaries and the Remade in China Miéville’s Iron Council »
Stephen Dougherty, « The Dangerous Rays of the Future: Democracy, Media, Science Fiction »
REVIEW-ESSAYS
Stephen Dougherty, « The Self Is a Reader, The Reader a Time Traveler: Wittenberg’s Time Travel »
Arthur B. Evans, « Good News from France: Vas-Deyres’s Ces Français qui ont écrit demain , Bréan’s La Science-fiction en France, Fondanèche’s La Littérature d’imagination scientifique »
Pawel Frelik, « How We Think When We Think About Science Fiction: Hayles’s How We Think »