L’histoire de la science-fiction française vue par Gilles Francescano

Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.
Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.

Pour son troisième numéro à paraître courant décembre 2013, la revue ReS Futurae reprend l’illustration réalisée par Gilles Francescano en 1996 pour la réédition du Panorama de la science-fiction  de Jacques Van Herp. Nous rendons ainsi un hommage indirect aux érudits qui, comme Van Herp, Goimard, Sadoul ou Versins, se sont efforcés de repérer et d’interpréter l’évolution historique de la littérature de science-fiction.

Gilles Francescano est l’un des illustrateurs qui ont le plus accompagné les œuvres de la science-fiction française depuis les années 1990. À partir de 1989, il réalise pour la collection Anticipation du Fleuve noir les couvertures de plusieurs titres-phares d’auteurs français appelés à une carrière notable : La Bohême et l’Ivraie et Demain, une oasis d’Ayerdhal, Étoiles mortes de Jean-Claude Dunyach, des romans de Claude Ecken, Francis Valéry et d’autres auteurs francophones comme Alain Le Bussy ou Jean-Louis Trudel. Il suit Ayerdhal chez J’ai lu, par exemple pour L’Histrion, Balade choreïale et Étoiles mourantes coécrit avec Jean-Claude Dunyach. Chez Nestiveqnen, il illustre La Sinsé gravite au 21 de Roland C. Wagner, dont il réalisera plus tard la couverture de Rêves de gloire. Il illustre également la couverture du premier numéro de la revue Galaxies en 1996. Pour Dunyach, il illustre aussi les recueils de nouvelles à L’Atalante. Chez ActuSF, il met en images les textes de Sylvie Lainé.

Pour les éditions belges Claude Lefrancq, il s’occupe des couvertures de recueils de Jean Ray et Thomas Owen, et c’est pour la réédition chez cet éditeur du Panorama de la science-fiction de Jacques Van Herp qu’il réalise cette illustration typique de son style.

Celui-ci se caractérise par l’emploi de l’aérographe, un travail sur le contraste entre couleurs chaudes et tons ternes, et une lumière crépusculaire. L’image de couverture pour cet ouvrage montre une ville dystopique, dans un avenir saturé de pollution où la lumière orangée du soleil reste diffuse dans une atmosphère irrespirable. Aucun espace vert n’est visible, et la cité tentaculaire a pris d’assaut l’horizon. Malgré tout, une trouée dans le ciel, qui s’est déchiré comme du papier, laisse scintiller quelques étoiles sur fond d’espace, comme une promesse d’évasion de cette planète ravagée pour un ailleurs plus hospitalier.

Ainsi, l’image que Gilles Francescano nous a confiée nous semble réunir de nombreux éléments caractéristiques de la science-fiction française contemporaine, sur laquelle notre numéro propose des pistes d’analyse historiques et critiques. Elle fait écho aux préoccupations politiques et écologiques des années 1970, aux représentations d’univers oppressifs et violents des années 1980, mais aussi au retour aux grands horizons de l’espace et du temps des années 1990. Une fois franchi ce paysage déchiré, apparaîtront notamment des réflexions sur l’histoire, à travers l’utopie et l’uchronie, pendant les années 2000.


Une réflexion au sujet de « L’histoire de la science-fiction française vue par Gilles Francescano »

  1. Un bel hommage, ô combien mérité, au talentueux peintre et illustrateur Gilles Francescano, qui se dévoue depuis si longtemps pour rendre la science-fiction encore plus belle qu’elle ne l’est. Merci !

Les commentaires sont fermés.