Science-fiction et mondialisation

Affiche du film de Bong joon-ho, Wild Side films; 2013.
Affiche du film de Bong Joon-ho, d’après la bande dessinée de Lob, Rochette et B. Legrand, Wild Side Films, 2013.

Alors qu’est récemment sorti un film tel que Snowpiercer, le Transperceneige, la question de la science-fiction à l’ère de la mondialisation est plus que jamais d’actualité. Pour rappel, ce film américano-franco-sud-coréen est réalisé par un Sud-Coréen d’après une bande dessinée française, et tourné à Prague avec des acteurs américains, britanniques et sud-coréens.

Dans son prochain numéro, à paraître sous peu, ReS Futurae publiera la traduction d’un article d’Istvan Csicsery-Ronay, Jr. paru en novembre 2012 dans le n° 118 de Science Fiction Studies, et consacré à la question de la mondialisation de la science-fiction. Csicsery-Ronay y mentionne justement le réalisateur de Snowpiercer, le Transperceneige, Bong Joon-ho, à côté du Sud-Africain Neil Blomkamp (réalisateur de District 9 et Elysium) ou de l’Uruguayen Fede Álvarez. Mais son article cherche avant tout à repenser la manière dont s’articulent les expressions de la science-fiction à travers le monde, à partir du modèle hégémonique anglo-saxon.

L’idée même de mondialisation renvoie des échos contradictoires, et ce n’est pas sans raison que des groupes comme ATTAC proposent une « altermondialisation » en opposition à une mondialisation qui ne serait que l’instrument d’un capitalisme néo-libéral débridé. Sans négliger ce contexte économique, une culture mondialisée tend de fait à une certaine uniformité. Mais elle montre aussi une tendance à l’hybridité générique, le fantastique ou le merveilleux se mêlant à la science-fiction dans de nombreuses productions, ce qui est assez vrai aussi bien chez certains auteurs du monde entier que dans des séries télévisées anglo-saxonnes comme Lost.

D’autre part, la science-fiction accompagne souvent le développement technologique, aussi bien en tant que forme de fiction la mieux à même de familiariser les populations avec les changements liés à la technologie, que comme source d’inspiration et de créativité pour les nouveaux travailleurs.

Ko Ah-sung et Chris Evans dans Snowpiercer, le Transperceneige.
Ko Ah-sung et Chris Evans dans Snowpiercer, le Transperceneige.

Csicsery-Ronay constate surtout que l’hégémonie de la culture anglo-saxonne continue de prédominer. D’une part, la place privilégiée de la langue anglaise avantage les auteurs qui écrivent dans cette langue, à moins d’une politique de traduction équilibrée entre les différentes langues. Si cette politique a connu de beaux jours dans les années 1980, elle semble en nette récession désormais, et l’auteur appelle de ses vœux des initiatives éditoriales originales et volontaristes afin de mieux diffuser la science-fiction non-anglophone.

D’autre part, les moyens des sociétés de production et de distribution du cinéma américain sont sans commune mesure avec ceux des autres pays, ce qui explique en grande partie l’expansion d’un type de science-fiction cinématographique qui a en retour contribué à faire naître un cinéma de science-fiction national, fortement influencé par le modèle américain mais sachant intégrer aussi des éléments locaux. Les coproductions internationales qui sortent sur les écrans ces dernières années sont un exemple intéressant de science-fiction mondialisée, qui combine des éléments issus de différents cultures en un tout plus ou moins original ou américanisé.

Istvan Csicsery-Ronay, Jr. enseigne à l’université DePauw, il est co-rédacteur en chef de la revue Science Fiction Studies. Il a publié entre autres The Seven Beauties of Science Fiction (Wesleyan University Press, 2008).