Archives de catégorie : Actualités

Science Fiction Studies numéro 131

Le numéro 131 de la revue Science Fiction Studies est paru.

 

ARTICLES

 

Cet article examine les différents registres politico-économiques du roman The Martian (2011) de Andy Weir en s’intéressant à la réponse symbolique proposée aux crises matérielles et idéologiques de la Grande Dépression. La crise financière de 2008 a mené à la perte du logement de millions de personnes et remet en question la légitimité des principes économiques traditionnels. Publié au paroxysme de la crise économique et représentant les difficultés colossales d’un homme à rentrer chez lui, le roman remet en question les discours économiques contestés au sein de la fable culturelle. Sur Mars, la culture des pommes de terre de Mark Watney renvoie au paradigme néoclassique de l’homo economicus, l’autarcique agent qui privilégie constamment les choix compétitifs plutôt qu’une répartition rationnelle des ressources. La Terre de la NASA, bien au contraire, est un monde fantastique aux ressources illimitées où, sont renversés deux siècles d’un principe éoconomique (néo-)classique : « chaque être humain a l’instinct primitif de l’entraide » (Weir, 368-69). Les tentatives confuses du roman de réconcilier l’homo economicus avec une idée viable du concept du bien commun peuvent être historicisées. D’autres importants documents de cette ère de crise – le rapport officiel du gouvernement des Etats-Unis sur la crise financière et la déclaration d’occupation de Wall Street parmi eux – manifestent le même désir de restaurer ce sens disparaissant du Commonwealth.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 131

Appel à contributions « Mary Shelley’s Frankenstein at 200 » – Science Fiction Studies

La revue partenaire Science Fiction Studies a lancé un appel à contributions pour un numéro spécial célébrant le 200e anniversaire du Frankenstein (1818) de Mary Shelley.

Continuer la lecture de Appel à contributions « Mary Shelley’s Frankenstein at 200 » – Science Fiction Studies

ReSF N°8 Michel Houellebecq

Le numéro 8 de ReS Futurae est paru.

Depuis la parution de son premier roman en 1994, Michel Houellebecq n’a eu de cesse de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffracte et se réfléchit la condition de l’homme postmoderne. Ces utopies empruntent des motifs et procédés aux traditions discursives de l’utopie et de la science-fiction pour permettre à ses romans de critiquer, grâce à l’hybridation générique, le substrat utopique d’une « Modernité sans gouvernail » (Heisenberg).

Irène Langlet : Éditorial

LES UTOPIES DE MICHEL HOUELLEBECQ

Sous la direction de Marc Atallah

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

LECTURES

J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Colloque LASLAR / Université de Caen

23 et 24 novembre 2017

J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité »

Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. Trois périodes sont envisagées par l’auteur de La Guerre du feu : la préhistoire et l’antiquité, l’écriture et l’étude du présent et l’anticipation de la destinée des sociétés humaines. Ce colloque se propose d’interroger ces temporalités et de chercher chez Rosny aîné la trace d’un projet romanesque et poétique qui consisterait en une tentative – interrompue par sa mort – de produire une histoire « globale » de l’humanité. Michel Arnauld, critique à la NRF écrivait en 1912 à propos de Rosny et Wells que, « à force de voyager à travers l’espace et le temps, à force d’imaginer des êtres et des sociétés irréels mais vraisemblables, [ils] ont acquis ce qu’on pourrait appeler le sens des possibilités cosmiques ». Existe-t-il hez Rosny aîné des formes narratives particulières propres à chacune de ces temporalités ? Quels discours – littéraires, scientifiques, pseudo-scientifiques – se façonnent sous la plume de Rosny et de ses contemporains, réinterprétant ces trois périodes ? Y a-t-il une forme d’écriture spécifique liée au temps qui, elle, s’inventerait à l’entre-deux siècles ? Comment l’utopie qui prend forme dans le roman scientifique, dans le « merveilleux scientifique » (Maurice Renard), ou dans ce que certains appellent les « hypermondes » (Régis Messac), ou encore la « conjecture rationnelle » (Pierre Versins), est-elle reçue par les lecteurs et les commentateurs de ces récits qui réinventent dans la forme et dans les thèmes l’écriture du merveilleux ?

Continuer la lecture de J.-H. ROSNY AINE : « DES ORIGINES A LA FIN DES TEMPS : POUR UNE HISTOIRE GLOBALE DE L’HUMANITE »

Science Fiction Studies numéro 130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : « special issue on indian science fiction », dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 130

Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

captureLe colloque « Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » doit se tenir du 16 au 18 novembre 2016 à Lyon. Consacré à l’étude des représentations associées à l’énergie et aux appareils électriques, ce colloque inclut notamment des contributions sur Raymond Roussel et Jules Verne, et explore de manière générale les liens entre science, littérature et culture médiatique.

Le programme peut être consulté ici

Continuer la lecture de Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

resfuturae 7
Daylon, CLEER, 2010

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueille un dossier issu de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXe et XXIe siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015), enrichi par de nouvelles contributions. Il s’agit d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre.

Irène Langlet, Éditorial

LE PRÉSENT ET SES DOUBLES

Continuer la lecture de ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

affiche-lecture-d-image-et-estrangement-visuel-100dpi-4-page-001

Les 18 et 19 octobre 2016 auront lieu les 6journées internationales « Enseignement et Science-Fiction ». Le thème cette année sera « Lecture d’image et estrangement visuel ».

Programmation, inscription, plan d’accès et informations complémentaires sont accessibles directement sur le site Internet.

Un outil interdisciplinaire, une discipline pivot

Faire appel à la science-fiction pour l’enseignement de l’image procède par essence d’une démarche transdisciplinaire. C’est dans cet esprit que se sont construites les Journées Enseignement & Science-fiction, sans équivalent en France.

 Universitaires, enseignants, auteurs et artistes y interviennent dans des sessions composées de conférences invitées et de retours d’expérience et explorent chaque année une discipline-pivot différente. Après la physique, les langues, la philosophie, l’histoire et la géographie, les mathématiques, c’est l’enseignement de l’image qui sera l’objet de l’édition 2016.

 Dépassant les clivages disciplinaires et professionnels, ouvertes à tous, les Journées Enseignement & Science-fiction offrent un espace de partage. Elles font chaque année l’objet d’actes dont les articles témoignent de la richesse des échanges et qui incluent des exemples pratiques et des outils pour les enseignants désireux de se lancer avec leurs élèves, de l’école primaire à l’université.

La science-fiction est un puissant générateur d’images et de référents esthétiques qui ont profondément influencé notre rapport visuel au monde et aux objets.

Souvent considérée comme un genre mineur, la science-fiction a néanmoins largement contribué au développement de techniques narratives spécifiques basées sur des processus cognitifs comme la distanciation (cognitive estrangement) et la suspension volontaire d’incrédulité, pour aider le lecteur à “entrer” dans des univers spéculatifs parfois déroutants et à s’en approprier les “clefs” conceptuelles dont il ne dispose pas a priori. 

Or cette situation présente des points communs avec celle de l’élève auquel on demande de s’approprier des connaissances absolument nouvelles pour lui. Pour l’enseignant, la science-fiction peut donc constituer un outil d’appoint très apprécié des étudiants, pour développer des stratégies originales de contournement de certains obstacles épistémologiques.

Continuer la lecture de 6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Appel à contribution pour le dossier du n°11 de ReS Futurae.

Dossier dirigé par Hugues Chabot (Université Claude Bernard-Lyon 1) et Émilie Pézard (ENS Lyon / ANR Anticipation)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 conjointement à Hugues Chabot (hugues.chabot@univ-lyon1.fr) et Émilie Pézard (emilie.pezard@ens-lyon.fr).

La date de remise des articles est fixée au 30 avril 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts — roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent —, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Continuer la lecture de RESF N°11 : MAURICE RENARD DANS L’HISTOIRE LITTÉRAIRE

Comptes rendus et recensions

La revue ReS Futurae accueille à chaque numéro des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction. Vous trouverez en suivant ce lien une liste, que nous tiendrons à jour régulièrement, des ouvrages reçus et/ou publiés, et qui pourront donner lieu à compte rendu.

N’hésitez pas à nous faire part d’ouvrages susceptibles de faire l’objet d’une étude dans un de nos numéros, ou à nous proposer des recensions ou comptes rendus spécifiques.

La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe « para » réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Continuer la lecture de La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

RESF n°10 : Imaginaire informatique et science-fiction

Appel à contributions pour le numéro de l’été 2017

Responsables du dossier : Cédric Chauvin et Éric Villagordo

Échéances

Date limite des propositions : 15 avril 2016.

Les propositions de contribution devront être adressées à Cédric Chauvin (cedric.chauvin@univ-montp3.fr) et Éric Villagordo (eric.villagordo@univ-montp3.fr) avant le 15 avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée avant fin mai 2016.

Les articles seront à rendre avant fin octobre 2016.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argumentaire général

Dès 1993, John Clute et Peter Nicholls écrivaient dans leur Encyclopedia of Science Fiction que « la science-fiction a dû lutter âprement pour rendre compte des développements concrets[1] » d’une révolution informatique ausi récente que rapide. De fait, le motif déjà ancien du grand ordinateur personnifié et souvent menaçant, puis celui de l’espace virtuel fondé par William Gibson dans Neuromancer,semblent encore prégnants dans nombre d’œuvres de science-fiction contemporaines. La question est d’abord de déterminer quelles sont les formes historiques de l’imaginaire informatique en science-fiction. Il s’agit ainsi d’en juger la pertinence référentielle autant que symbolique, depuis le début des années 80, qui ont vu simultanément la commercialisation des personal computers et l’apparition de l’imaginaire cyberpunk. Cette question en croise au demeurant une autre qui semble liée à la nature de l’objet informatique lui-même : comment représenter ce dernier, qu’Yves Michaud décrit selon un « hermétisme technologique du fonctionnement[2] » ? Comme il apparaît dans l’ouvrage publié en 2010 Machines à écrire : littérature et technologies du XIXe au XXIe siècled’Isabelle Krzywkowski, les objets techniques, et l’ordinateur de façon sans doute aiguë, ont en effet placé la littérature face à un triple dilemme, toujours plus crucial[3] : risquer une complexité éventuellement décourageante pour un public non spécialisé, dans le cas d’une approche purement descriptive ; anthropomorphiser ou naturaliser, par divers jeux de métaphores, la représentation d’une machine dès lors décrite par la bande ; ou privilégier l’écriture de ses effets sur l’homme et son milieu, l’enjeu se trouvant alors déplacé vers des interrogations sur la place de l’informatique dans la vie sociale et individuelle.

Continuer la lecture de RESF n°10 : Imaginaire informatique et science-fiction

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE