Archives de catégorie : Divers

Science Fiction Studies numéro 130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : « special issue on indian science fiction », dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 130

Science Fiction Studies numéro 129

Le numéro 129 de la revue Science Fiction Studies est paru. Il s’agit de la publication des actes du colloque « Retrofuturism » organisé par Science Fiction Studies en 2015, augmenté de quelques articles.

THE 2015 SFS SYMPOSIUM : RETROFUTURISM

Le cinquième et dernier Symposium de Science Fiction Studies s’est tenu le 15 octobre 2015, en association avec la conférence « Revising the Past, Remaking the Future », au Culver Center for The Arts à Riverside (Californie). Le sujet en était le rétrofutrisme et, quelque divers qu’en ait été le ton et les sujets, les trois contributions – d’Arthur Evans, Rachel Haywood Ferreira et Pawel Frelik – avaient en commun un interêt pour les manières, multiples et contradictoires, dont nos passés ont envisagé nos futurs, engendrant du même coup un imaginaire culturel qui, quoique dépassé, conserve une étrange et perturbante proximité. Comme pour les précédents discours de symposiums, ceux-ci étaient conçus pour inciter à la réflexion ou à la polémique, et la séance de discussion animée qui a suivi a montré qu’elles ont parfaitement atteint leur but.

J’aimerais formuler quelques mots de remerciement pour tous ceux qui ont soutenu ce cycle de symposiums, depuis sa conception en 2009. Je suis très reconnaissant à mes six collègues de Science Fiction Studies, en particulier Art Evans, chargé de la coordination, dont la générosité est restée profonde et sans faille, et aux trois intervenants (ce qui inclut, j’en suis heureux, Art lui-même) qui ont partagé leurs intuitions sur le rétrofuturisme. J’aimerais remercier Steve Cullenberg, ancien doyen du Collège des Humanités, Arts et Sciences Sociales, de l’UCR, pour tout ce qu’il a fait pendant des années afin d’encourager l’étude de la science-fiction à l’UCR. Je remercie tous les lieux qui ont accueilli cet événement à Riverside : la salle de lecture des Special Collections, la Spanish art Gallery au Mission Inn, et à présent le Culver Center. Et j’aimerais dédier ce symposium à Melissa Conway, Nalo Hopkinson, et Sheryl Vint, trois personnes exceptionnelles que j’ai eu la chance de pouvoir tenir pour des collègues et amies. Ave atque vale ! Rob Latham, California State University, Los Angeles

Cet essai porte sur des exemples d’anachronismes – intentionnels comme involontaires – dans plusieurs romans français “rétrofutristes” dans l’anticipation ancienne : L’Année 2440 de Louis Sébastien Mercier (1771), Le Monde tel qu’il sera d’Émile Souvestre (1845), et Le Vingtième Siècle d’Albert Robida (1882). J’étudie les nombreux anachronismes dans ces « récits du futur » en me concentrant sur deux types de public : les lecteurs contemporains et les lecteurs actuels, qui considèrent ces textes rétrospectivement depuis le XXIe siècle. En tant que membre de ce dernier groupe, nous avons tendance à projeter sur ces visions du future « à l’ancienne » nos sensibilités esthétiques et nos mèmes idéologiques actuels. Notre lecture rétrospective ne se contente pas d’observer, elle projette un regard qui est lui-même intrinsèquement anachronique.

L’Amérique latine a sauvé le monde – ou pas – à de nombreuses reprises dans des textes écrits pendant les années 1950, la période d’incubation pour la science-fiction dans cette zone. En regardant vers l’avenir, ces années 1950 ont produit beaucoup de matériaux pour les élans rétrofuturistes actuelles, même si elles n’ont pas directement produit ces élans d’elles-mêmes. Cet article s’appuie sur quelque vingt-cinq fictions d’auteurs d’Amérique latine publiées dans le magazine argentin Más Allá[Au-delà], un partenaire de Galaxy Science Fiction, entre 1953 et 1957. Je souhaite explorer ces images passées du futur pour réfléchir aux questions suivantes : à qui appartenait l’avenir dans la SF d’Amérique latine, à quoi ressemblaient ces avenirs et lesquels de ces futurs antérieurs nous habitons – ou pas – actuellement et pourquoi. Je m’intéresse en particulier à la manière dont les écrivains d’Amérique latine ont -ou pas – remis en cause les conceptions d’Amérique du Nord concernant l’avenir et la science-fiction, et à l’impact que cela a eu sur les écrivains et lecteurs de science-fiction ultérieurs.

De la même manière que le mégatexte de la science-fiction est une base de données regroupant des objets conceptuels, des personnages, des motifs et des scenarios, je propose un mégatexte visual, un repertoire des signaux visuels de la science-fiction: icônes, éléments, symboles et tableaux, qui circulent, se rejoignent, et évoluent. Du fait du tournant pictural et de l’importance centrale de l’audiovisuel dans la cilture contemporaine, les opérations du mégatexte visuel sont essentielles pour comprendre la science-fiction et précèdent très souvent le déploiement narratif de ses icônes et paraboles. Le mégatexte visuel n’est pas seulement constitué de signes visuels individuels, mais comprend aussi des ensembles d’élements visuels qui existent dans des supports individuels, sont liés à des temporalités différentes et suivent des filiations esthétiques distinctes. La seconde partie de l’article présente deux ensembles visuels choisis dans le passé de la science-fiction et qui sont restés extérieurs aux préoccupations de la science-fiction : les représentations visuelles des cultures des premiers jeux vidéo, et les œuvres d’artistes expérimentaux. En dépit de leur marginalité apparente, ces deux ensembles et d’autres sont essentielles pour comprendre parfaitement la science-fiction contemporaine. De plus, une attention portée aux formes et aux supports visuels au-delà du cinéma et de la télévision peut rééquilibrer et recentrer l’histoire de la science-fiction.

ARTICLES

  • Patrick Whitmarsh. “Imagine You’re a Machine”: Narrative  Systems in Peter Watts’s Blindsight and Echopraxia           Peter Watts est une figure relativement nouvelle dans le champ de la science-fiction, et son oeuvre récente a fourni à la communauté littéraire une approche rafraichissante d’innovation sur la question de l’essence de l’humain. La critique adressée par Watts à l’anthropocentrisme, néanmoins, dépasse les expériences de pensée passionnantes et parfois perturbantes qu’il représente dans sa fiction : au-delà de l’originalité de leur contenu, les romans récents de Watts Vision aveugle (2006) et Echopraxie (2014) s’attaquent aux valeurs de l’humanisme sur le plan de la forme narrative. Cet essai défend l’idée que la relation entre ces deux textes est bien plus complexe que celle qui lie un début et une suite, et que leur structure combinée remet en question les principes de la théorie narrative (telle qu’elle est pratiquée dans les études littéraires), et même la production de sens en soi, en reconfigurant le récit pour en fait un système évolutionnaire super-intelligent. En définitive ; le projet de science-fiction de Watts oblige la critique et la théorie littéraires à réexaminer les liens suivants : a)entre la stabilité de la perspective et la signification narrative b) entre la structure narrative et les exigences discursives de la science-fiction.    
  • Andrew Rose. The Unknowable Now: Passionate Science and Transformative Politics in Kim Stanley Robinson’s Science in the Capital TrilogyCet article s’attaque à la relation complexe entre les pratiques d’acquisition du savoir et les transformations socio-politiques en devenir dans la trilogie climatique de Kim Stanley Robinson. A partir d’une perspective éco-critique, et en dialogue spécifiquement avec le tournant néo-matérialiste dans la théorie des études éco-culturelles, je défends l’idée que la représentation de la science dans cette trilogue est étrangement sensible à deux concepts-clé : à savoir, la théorie néo-matérialiste très disputée de l’ « opération distribuée » (distributed agency) et le concept bien connu de Donna Haraway de « savoirs situés » (situated knowledges). Tandis que les notions humanistes reposantes d’objectivité, d’autonomie et d’intentionnalité sont anéanties à bon escient par ces théories néo-matérialistes, les théoriciens et activistes de l’environnement doivent veiller à ne pas sous-estimer la portée de ces perturbations. En fait, il sera indispensable de repenser les formes des pratiques d’acquisition des savoirs et leur lien à la subjectivité et aux activités politiques dans un cadre post-humain et post-naturel. Je suggère qu’une attention critique accordée au personnage de Frank Vanderwal – à la fois sa transformation personnelle appelée « modélisation optimale » (optimodality) et le tournant professionnel vers une « science passionnée » qu’il aide à mettre en place dans les romans – permet de mettre en valeur des opportunités-clés (et des défis) pour réinventer la science et la politique à l’époque du changement climatique. En définitive, c’est un processus de réorientation qui doit se dérouler dans ce que je propose d’appeler du nom fructueux du « présent inconnaissable » (Unknowable Now).
  • Paul Mountfort. The I Ching and Philip K. Dick’s The Man in the High Castle       Cet article répond à un manque dans la critique dickienne actuelle en entreprenant une lecture précise des douze mentions du Yi King qui s’entrelacent pour renforcer le fameux roman de Philip K. Dick, L’Homme du Haut-Château (1962). Je défends l’idée que le Yi King est l’instrument qui (littéralement et métaphoriquement) unifie les dimensions stylistique et philosophique du roman. À partir d’une synthèse des approches critiques essentielles, j’étudie les particularité oraculaires du Yi King, puis j’analyse précisément la structure unique du roman en me fondant sur ces douze consultations oraculaires essentielles. Ensuite, j’étudie les nombreuses conséquences que cela entraîne pour notre compréhension du Haut-Château. Deux choses apparaissent : les délimitations de la conception physique du roman et une série de synchronicités complémentaires, des associations alternées, et d’autres simultanéités qui distinguent le traitement de l’uchronie par Dick de la formule diachronique classique et même la forme synchronique de Fredric Jameson ou l’ « histoire alternative post-moderne » de Paul Alkon. Je conclus sur l’idée qu’en dépit d’une ambivalence critique, partagée par Dick, au sujet de sa conclusion ambiguë, c’est précisément cette ouverture, à partir de laquelle se déverse un multivers d’interprétations potentielles, que le roman maintient sa place importante dans la littérature contemporaine.
  • Gerry Canavan. “A Dread Mystery, Compelling Adoration”: Olaf Stapledon, Star Maker, and Totality     À partir de recherches entreprises aux archives Olaf Stapledon à l’Université de Liverpool, cet article étudie la tension entre l’optimisme cosmopolite et le pessimism cosmique qui structure le roman de Stapledon Créateur d’étoiles (1937) et se demande si le roman parvient à résoudre les problèmes philosophiques qui ont incité Stapledon à l’écrire. Je conclus, malheureusement, par la négative : même s’il s’agit d’une réalisation exceptionnelle, et en dépit de son optimisme apparent, la confrontation du livre avec l’infini, la totalité et le sublime est en définitive déprimante plutôt qu’elle ne produit un ordre cosmologique heureux, ce qui a entraîné un nouvel essai de Stapledon pour essayer de résoudre ce problème philosophique dans les livres ultérieures, de la deuxième moitié de sa carrière.
  • Cameron Awkward-Rich. The Fiction of Ethnography in Charlotte Perkins Gilman’s Herland       Dans l’introduction de Women Writing Culture (1995) – une anthologie d’écrits par des ethnologues féministes réunis en réponse, pour une part, au masculinisme de l’anthologie très influente Writing Culture (1986) – Ruth behar propose de voir en Charlotte Perkins Gilman le point de départ d’une généalogie alternative et féministe de la théorie sociale, une proposition qui n’est pas repris dans le corps de la démonstration de Behar. Ce genre de mention, néanmoins, montre bien en quoi Gilman a pu être associée aux sciences sociales : son importance est reconnue, et son utilité pour des projets féministes est proclamée, mais personne ne paraît savoir au juste en quoi. À partir d’une synthèse sur l’ethnographie considérée comme centrale dans Writing Culture et Women Writing Culture, cet article offre un type de réponse à la question de savoir en quoi Gilman pourrait être utile pour développer une ethnographie spécifiquement féministe, en reconnaissant l’importance de la fonction du narrateur-ethnographe de son roman utopique à succès, Herland (1915). En particulier, je défends l’idée que Gilman utilise l’ennui stratégiquement pour miner la domination géographique, culturelle et sexuelle intrinsèque au mode de narration de la quête du mâle (blanc) dans laquelle l’ethnologie contemporaine trouve ses racines.

REVIEW-ESSAYS

  • Arthur B. Evans. Surrealism and Science Fiction: Parkinson’s Futures of Surrealism and Surrealism, Science Fiction and Comics       
  • David Higgins. Coming to Terms with SF: Latham’s The Oxford Handbook of Science Fiction        
  • Rob Latham. Weaponizing the Imagination: Colignon’s Rocket States, Fanning’s Death Rays and the Popular Media, Case’s Calling Dr. Strangelove, Edwards’s The Atomic Bomb in Japanese Cinema, Oramus’s Grave New World, and McGrath’s Deep Ends    

BOOKS IN REVIEW

  • Baker’s Science Fiction (Michael M. Levy)            
  • Barbaro’s La fantascienza nella letteratura araba (Salvatore Proietti)   
  • Caroti’s The Culture Series of Iain M. Banks (Jerome Winter)     
  • Edwards’s Technogothics (Lorenzo Servitje)       
  • Grantham’s The Transhuman Antihero (Joshua Pearson)             
  • Gulyas’s Conspiratorial SF Television (Sarah M. Gawronski)        
  • Gutiérrez-Jones’s Suicide and Contemporary SF (Elana Gomel) 
  • Hottois/Missa/Perbal’s Encyclopédie du trans/posthumanisme: L’humain et ses préfixes (Annabelle Dolidon)
  • Iannuzzi’s Fantascienza italiana contemporanea (Umberto Rossi)
  • James’s Lois McMaster Bujold (Chad Andrews)
  • MacArthur’s Gothic Science Fiction (Steven Mollmann)   
  • Magerstädt’s Body, Soul, and Cyberspace in Contemporary Science Fiction (Colin Milburn)         
  • Page’s Creativity and Science in Contemporary Argentine Narrative (Silvia G. Kurlat Ares)           
  • Theiss’s Reading Science Fiction and Historiography (Rjurik Davidson)  
  • Turnock’s Plastic Reality and Whissel’s Spectacular Visual Effects (Justin Gautreau)       
  • Walter’s New Translation of Jules Verne’s Five Weeks in a Balloon (Peter Schulman)

NOTES AND CORRESPONDENCE

Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

captureLe colloque « Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » doit se tenir du 16 au 18 novembre 2016 à Lyon. Consacré à l’étude des représentations associées à l’énergie et aux appareils électriques, ce colloque inclut notamment des contributions sur Raymond Roussel et Jules Verne, et explore de manière générale les liens entre science, littérature et culture médiatique.

Le programme peut être consulté ici

Continuer la lecture de Merveilles Électriques (16-18 novembre 2016, Lyon)

6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

affiche-lecture-d-image-et-estrangement-visuel-100dpi-4-page-001

Les 18 et 19 octobre 2016 auront lieu les 6journées internationales « Enseignement et Science-Fiction ». Le thème cette année sera « Lecture d’image et estrangement visuel ».

Programmation, inscription, plan d’accès et informations complémentaires sont accessibles directement sur le site Internet.

Un outil interdisciplinaire, une discipline pivot

Faire appel à la science-fiction pour l’enseignement de l’image procède par essence d’une démarche transdisciplinaire. C’est dans cet esprit que se sont construites les Journées Enseignement & Science-fiction, sans équivalent en France.

 Universitaires, enseignants, auteurs et artistes y interviennent dans des sessions composées de conférences invitées et de retours d’expérience et explorent chaque année une discipline-pivot différente. Après la physique, les langues, la philosophie, l’histoire et la géographie, les mathématiques, c’est l’enseignement de l’image qui sera l’objet de l’édition 2016.

 Dépassant les clivages disciplinaires et professionnels, ouvertes à tous, les Journées Enseignement & Science-fiction offrent un espace de partage. Elles font chaque année l’objet d’actes dont les articles témoignent de la richesse des échanges et qui incluent des exemples pratiques et des outils pour les enseignants désireux de se lancer avec leurs élèves, de l’école primaire à l’université.

La science-fiction est un puissant générateur d’images et de référents esthétiques qui ont profondément influencé notre rapport visuel au monde et aux objets.

Souvent considérée comme un genre mineur, la science-fiction a néanmoins largement contribué au développement de techniques narratives spécifiques basées sur des processus cognitifs comme la distanciation (cognitive estrangement) et la suspension volontaire d’incrédulité, pour aider le lecteur à “entrer” dans des univers spéculatifs parfois déroutants et à s’en approprier les “clefs” conceptuelles dont il ne dispose pas a priori. 

Or cette situation présente des points communs avec celle de l’élève auquel on demande de s’approprier des connaissances absolument nouvelles pour lui. Pour l’enseignant, la science-fiction peut donc constituer un outil d’appoint très apprécié des étudiants, pour développer des stratégies originales de contournement de certains obstacles épistémologiques.

Continuer la lecture de 6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

L.L. Kloetzer, double et présent-e

Lors des journées d’étude « Le présent et ses doubles », les deux organisateurs (Simon Bréan et Irène Langlet) proposèrent l’étude d’une œuvre résolument double et présente : celle de L.L. KLoetzer, jeune écrivain-e suisse formé-e de Laure et Laurent Kloetzer, époux à la ville. Pour d’évidentes raisons de conflit d’intérêt, les auteurs étant tout à la fois les organisateurs de la journée d’étude et membres de la rédaction de ReSF, l’étude de L.L. Kloetzer paraîtra ailleurs ; on donne ici seulement son introduction. La revue Res Futurae publie dans son numéro 7 un entretien avec Laurent Kloetzer, issu de cette rencontre.

Daylon mandala1

 

Bréan S. et Langlet I., « L. L. Kloetzer, double et présent » [introduction d’un article à paraître]

L. L. Kloetzer est une persona littéraire Continuer la lecture de L.L. Kloetzer, double et présent-e

Science Fiction Studies numéro 128

Le numéro 128 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction numérique : « special issue on digital science fiction », dirigé par Pawel Frelik et Rob Latham.

ARTICLES

Paweł Frelik. Introduction: Digital Science Fiction(s) (texte en anglais)

Symposium on Digital SF

Lisa Swanstrom. « External Memory Drives: Deletion and Digitality in Agrippa (A Book of The Dead) » (présentation en anglais)

Bien que la fiction cyberpunk de Williamn Gibson soit essentielle pour saisir la relation entre la « digitality » [« condition numérique »] et la science-fiction, je postule que l’œuvre « numérique » [« digital »] la plus importante de Gibson n’est ni du cyberpunk, ni de la science-fiction, ni même de la fiction. C’est plutôt un poème autobiographique, « Agrippa:(A Book of the Dead) », publié en 1992. « Agrippa » correspond à un moment de basculement pour l’écriture de Gibson du fait de son implication avec des techniques d’édition numériques réelles – plutôt que spéculatives – non seulement en ce qui concerne le disque qui contient le poème qui y est encodé, mais en ce qui concerne la tendance de Gibson à établir une relation triangulaire entre la numérisation, l’identité et la mémoire. « Agrippa » dans son ensemble – c’est à dire comme œuvre poétique, livre imprimé, et objet numérique destiné à s’auto-effacer – fonctionne au départ comme un monument moderniste élevé à la subjectivité au moment même où elle est démantelée et, à cet égard, se trouve en parfaite cohérence avec la fiction cyberpunk de Gibson, qui tend à traiter la technologie numérique de manière analogique. Pour autant, durant les vingt ans et plus qui ont passé depuis sa publication initiale, « Agrippa » a continué à évoluer, et une analyse de ce texte étrange de nos jours apporte différentes possibilités. Dans ce qu’on pourrait appeler l’au-delà d’« Agrippa », une forme plus fluide de mémoire s’est manifestée, une forme collective, participative, collaborative, et bien plus en harmonie avec la nature de la « digitality » [« condition numérique »].

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 128

Science Fiction Studies numéro 127

Le numéro 127 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

J.P. Telotte. « Animation, Modernism, and the Science Fiction Imagination » . (présentation en anglais)

Cet article étudie une absence curieuse dans les récits du développement cinématographique de la science-fiction – les nombreux exemples de film d’animation ayant des thèmes de SF pendant les années 1920 et 1930. Pendant cette période de formation, alors que la science-fiction peinait à trouver sa place dans le cinéma en prises de vue réelles, beaucoup de ses manifestations se limitant aux serials, l’imagination de science-fiction s’est vigoureusement implantée dans les travaux des studios d’animation les plus important de la période, qui ont tous produit des dessins animés sur les sujets alors en vue dans les nouveaux pulps – voyage spatial, rencontres du troisième type, robots, inventions fantastiques. Envisagés dans la perspective d’un « modernisme conservateur », ces dessins animés reflètent et critiquent en même temps  la présence de la science et de la technologie et leur influence sur la vie moderne, et du même coup apportent au genre émergent de la science-fiction un terrain tout à fait adéquat et fertile pendant les décennies précédant la Seconde Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 127

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

 ReSF n°6 : Pierre Boulle

Responsables du dossier : Arnaud Huftier et Irène Langlet

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. On avance souvent que ses récits de science-fiction doivent être interprétés à l’aune de sa production « blanche » ; on propose ici de s’autoriser la proposition inverse Continuer la lecture de Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Il faut saluer la réédition par la maison Nilsane des nouvelles de Carl Grunert, auteur d’anticipation allemand de la fin du XIXème siècle,  admirateur du père de la littérature allemande de science-fiction, Kurd Laßwitz. Né en allemagne à Naumburg an der Saale en 1865 et décédé à Eckner en 1918, Grunert est essentiellement connu pour ses nouvelles d’anticipation (dont le recueil Der Marsspion und andere Novellen [L’espion de Mars et autres nouvelles], 1908) même s’il a publié des pièces de théâtre (Judas Ischariot, 1888) de la poésie (Liebe und Leben [Amour et vies], 1910), sous le pseudonyme de Carl Friedland. Il a publié trente-deux « nouvelles du futur » [Zukunftsnovellen] entre 1903 et 1914, partiellement reprises dans le volume des éditions Nilsane. Il appartient à une génération d’écrivains d’anticipation allemands, Albert Daiber, Oskar Hoffman et Robert Heymann, précurseurs d’une science-fiction allemande reconnue notamment à partir des années 1920 grâce au travail de Théa von Harbou, épouse de Fritz Lang, scénariste de Metropolis (1926) ou encore de Die Frau im Mond [La femme dans la Lune](1929) qui  seront traduits et adaptés en romans dans de nombreuses versions.

Pour en savoir plus sur la littérature utopique, l’anticipation et la science-fiction allemande: Daniel Walther, préface au Livre d’Or de la science-fiction : Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Presses pocket, Paris, 1980 (http://www.noosfere.org/icarus/articles/article.asp?numarticle=202)

livre-or-science-fiction-allemande

Les éditions Nilsane, qui se qualifient elles-mêmes fort joliment de « passeur de futurs antérieurs », cherchent, en cette période de redécouverte de la première science-fiction française, à porter leur attention sur sa consoeur d’outre-Rhin. Après la réédition – en nombre limité, semble-t-il – d’Utopolis, roman profondément politique de 1930 dû à Werner Illing, et en attendant celle de Lesabéndio. Un roman d’astéroïde (1913) de Paul Scheerbart prévu pour 2015, elles ont choisi de proposer une édition en un volume unique de trois recueils de nouvelles, écrites par Carl Grunert (1865-1918) entre 1905 et 1908.

148755auroyaumedenullepart

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908, éditions Nilsane, collection « Arche de Noé », 2012, 364 pages 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Total-RecallUne étude collaborative sur l’expérience de lecture de la science-fiction

Yvon Corain est l’auteur de « l’expérience lectrice science-fictionnelle : qu’apprend-on d’un récit de science-fiction », un mémoire de master 2 (sciences de l’éducation) rédigé pour le master européen « Formation des adultes: champ de recherches », à l’université Paris XIII- Villetaneuse. La position de ce mémoire (résumé de 23 p.) peut être lue ici, et le mémoire complet peut être téléchargé en format pdf. 

L’appel qui suit vise à constituer un groupe de lecteurs de science-fiction, afin de fournir témoignages, suggestions et interprétations au chercheur : « l’idée serait de réaliser sur une certaine durée une série d’entretiens collectifs au cours desquels serait abordée et discutée la problématique de recherche proposée, ce travail collaboratif amenant à la production d’un savoir partagé », comme il l’indique dans son projet de thèse (pdf).

Continuer la lecture de La science-fiction et la vie de ses lecteurs (Projet de thèse)

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c’est à juste titre que son étude s’est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s’est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c’est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d’É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L’étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d’être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L’étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l’art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l’ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d’art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co… mics» à la Maison d’ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l’art, et son étude mérite d’être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d’enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d’éclairer ses modes d’expression visuelle. Les propositions d’articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Un auteur de space opera, par Philippe Curval

Un auteur de space opera2
Illustration de Philippe Curval (mai 2014).

Pour son quatrième numéro à paraître courant juin 2014, la revue ReS Futurae  aura pour illustration une image inédite réalisée par Philippe Curval, « Un auteur de space opera » (créée en mai 2014). Vision lyrique ou critique ironique ? L’écrivain effondré sur son ordinateur reçoit-il une révélation, symbolisée par le rayonnement issu de ce trou noir, ou au contraire assistons-nous à l’aspiration finale des derniers feux jetés par l’esprit d’un auteur épuisé ? Comme souvent dans les illustrations de Curval, l’ambiguïté du support visuel est exploitée au maximum, suggérant un moment de suspens temporel, à la symbolique équivoque.

En parallèle, ou plutôt en complément essentiel de son écriture, Philippe Curval cultive depuis longtemps un intérêt actif pour la création visuelle. Entre 1956 et 1958, il a réalisé plusieurs illustrations de couverture pour la revue Fiction, des collages révélant son goût de l’insolite et du bizarre. Amateur d’art contemporain, on lui doit également des catalogues d’exposition, sur Yann Kersalé ou Télémaque. La photographie lui a souvent servi d’inspiration : « parfois, comme je l’ai fait pour certains livres, l’idée d’une enquête sur un sujet particulier (…) me pousse à le traduire en images. Alors je fais plusieurs centaines de photos et j’écris d’après ces photos » (entretien dans SFphère n°10, décembre 1983, p.  9). Attention les yeux (1972) fait un usage plus direct encore de la photographie, car ses clichés, attribués à son personnage principal, sont à la fois des manifestations de ce que ce dernier voit et capture dans la fiction, et le point de départ d’une fictionnalisation de sa propre existence.

Quatre de ses ouvrages ont été illustrés de sa main : Lothar Blues, L’Homme qui s’arrêta, Juste à temps et Histoires de lire, son « auto-bibliographie », où sont reproduites les nombreuses illustrations qu’il a imaginées rétrospectivement pour ses propres textes, nouvelles ou romans.