Archives de catégorie : Sites sur la science-fiction

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Samuel Estier, chercheur à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’oeuvre de Maurice G. Dantec qu’il a côtoyé pendant son exil à Montréal lors de ses dernières années d’existence, nous transmet cette information :

Le 15 novembre, en la fête de saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec a ouvert ses portes.

En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec.

www.mauricegdantec.net

En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l’écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d’elle figure en page d’accueil.

Un bref entretien présentant le projet est accessible à l’adresse suivante : https://lincorrect.org/dantec-le-site/

Crédits « Image à la Une » : « L’écrivain Maurice G. Dantec, en 2006. » / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Sitographie

Wordle sito 4

Une bibliographie de sites internet autour de la recherche sur la science-fiction est accessible dans le carnet.
L’idée provient de la sitographie du carnet Sciences Dessinées.
Cette page ne prétend pas à l’exhaustivité, mais elle a pour vocation d’évoluer et de s’enrichir, et sera régulièrement mise à jour. Vous pouvez contribuer à la compléter en proposant vos suggestions de sites (avec leurs liens), dans la durée d’un mois, en commentaires de ce billet, ou de façon permanente en commentaires de la page.

Les sites pouvant y figurer doivent répondre à des critères stricts. De manière générale, ils ne doivent pas contenir de liens publicitaires ou un contenu commercial (seule exception : ce qui concerne les ouvrages des auteurs et les créations des artistes sur leurs pages).

  • Les dictionnaires, encyclopédies et lexiques ou glossaires doivent représenter un travail complet, objectif, vérifiable et de préférence non amateur.
  • Il en est de même pour les sites bibliographiques, dont la volonté d’exhaustivité et la fiabilité sont impératives.
  • La page ne présente pas de revues grand public sur la science-fiction, mais uniquement des revues d’études et de recherches.
  • Les ressources pédagogiques peuvent provenir aussi bien de sites officiels que de sites indépendants, mais doivent toujours montrer une présentation sérieuse et adaptée.
  • Les sites d’auteurs reconnus ou d’artistes professionnels doivent être complets (présentation, bibliographie, actualités) et avoir fait la preuve de leur longévité, pour éviter à court ou moyen terme les liens morts ou redirigeant vers des sites différents.
  • Les blogs d’auteurs doivent proposer un contenu orienté vers la science-fiction (réflexions, avis argumentés), en plus du contenu personnel propre aux blogs. Ils doivent être régulièrement alimentés et témoigner d’une activité récente.

Cette page se veut une aide pour les chercheurs, afin de trouver rapidement des sources et des instruments fiables et sérieux sur internet. N’hésitez pas à nous signaler tout oubli ou erreur.

Anarres 2

La revue italienne Anarres vient de faire paraître son deuxième numéro, pour l’hiver 2013-2014.

Après un éditorial de son directeur, Salvatore Proietti, elle propose une partie critique de composée de six articles.

Le premier est une traduction de l’article de David Ketterer « Locating Slipstream », paru en 2011 dans la revue Foundation. Paru peu de temps après le dossier de Science Fiction Studies sur le slipsteam, il revient sur ce nouveau type de récit à partir de sa propre théorie des trois mégatextes ontologiques narratifs, qu’il applique en fin d’article à Identification des schémas de William Gibson et State of Wonder d’Ann Patchett.

Un article de Salvatore Proietti étudie de son côté l’œuvre de Philip K. Dick comme intertexte en réseau avec la contre-culture des années 1960, en relation dialogique avec celle-ci.

Avec « la contamination ésotérique dans la science-fiction américaine », Stefano Carducci part du cas de l’ingénieur en fusées et occultiste John (ou Jack) Parsons. Aussi bien fan de science-fiction que disciple d’Aleister Crowley, ce personnage révèle par sa biographie un courant oublié de la science-fiction, qui a inspiré de nombreux auteurs, dont plusieurs classiques.

« La littérature de genre à l’époque de sa reproductibilité technique » d’Antonino Fazio revient sur le double statut de la science-fiction comme littérature populaire et comme instrument conceptuel et spéculatif. À partir de la réflexion de Walter Benjamin, c’est l’occasion de remettre en cause la distinction entre littérature basse et élevée, avant de revoir le de méta-genre de la science-fiction à la lumière du « New Italian Epic » de Wu Ming 1.

Avec « Hommes mécaniques et mariages interplanétaires », Paolo Bertetti propose un article sur la science-fiction dans le cinéma muet italien. De 1906 (avec Viaggio a una Stella) à 1937, il revisite plusieurs sujets tels que le voyage dans l’espace, les figures du savant et de l’inventeur, la médecine, la guerre ou la comédie.

Enfin, Fulvio Ferrari étudie dans « Une bande de dieux alcooliques au sex-appeal proche de zéro » le rôle des dieux nordiques dans la fantasy contemporaine, à travers les exemples d’American Gods de Neil Gaiman, Gudenes Fall de Cornelius Jakhelln, et Norse Code de Greg van Eekhout.

Une partie intitulée « Forum » propose une série de lectures du dernier recueil d’essais de Darko Suvin, Defined by a Hollow: Essays on Utopia, Science Fiction and Political Epistemology, paru en 2011.

De très utiles recensions complètent ce numéro, d’ouvrages parus en italien sur la mythologie antisémite, le mythe de Conan, la métaphysique de l’évolution chez A. E. van Vogt, et les écrits critiques de H. P. Lovecraft.

Le numéro s’achève sur deux études de points précis : la germanistique italienne et Meyrink (par Alessandro Fabrini), et le mot « robot » au Canada (par Salvatore Proietti), et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

Un demi-siècle d’Orange mécanique

Malcolm McDowell dans le film de Stanley Kubrick (1971)

Le site Pop-en-stock présente un nouveau dossier signé par Antonio Dominguez Leiva, « Bolchoï yarblokoss à vous tous » : un demi-siècle d’Orange mécanique :

Un demi-siècle après sa sortie, le roman picaresque et dystopique de Anthony Burgess continue à hanter l´imaginaire collectif de la violence urbaine et du conditionnement neurobiologique. Splendidement adapté au grand écran par le grand ymagier que fut Stanley Kubrick, le Voyage du Pèlerin de ce Candide perverti qu´est Alex (De Large) est devenu une sorte de mythe contemporain donnant à penser une série de contradictions qui nous fondent. Il permet de mettre un visage, celui, suprêmement intrigant de A. McDowell dans l´épopée filmique, à nos peurs et, peut-être, à certains de nos désirs inavoués, synthétisant nos ambivalences à l´égard des limites de l´hédonisme féroce qui articule notre société de consommation, dont les sous-cultures juvéniles sont en grande partie les moteurs et reduplicateurs, mais aussi à l´égard du libre arbitre, fondement du néolibéralisme à la fois que source de méfiance dans des sociétés de contrôle en proie à une véritable obsession sécuritaire.

C´est cette perspective mythique qu´il intéresse de cerner à travers les deux œuvres fondatrices de Burgess et de Kubrick mais aussi les autres adaptations filmiques (le méconnu Vinyl de Warhol, 1965, version claustrophobe et sadomasochiste sur fond d´anomie sociale) ou théâtrales (des adaptations par Burgess lui-même aux créations de Brad Mays, 2003) ainsi que les multiples hommages musicaux (Bowie, Sepultura, Die Toten Hosen, etc), les films qui ont été directement inspirés par l´œuvre (tels que Una gota de sangre para morir amando, « la Clémentine Mécanique » espagnole de Eloy de la Iglesia) ou indirectement (de The Warriors de Walter Hill au dyptique Funny Games de Michael Haneke, etc).

Mécaniques citriques (1): de la teensploitation à la carnavalisation
Mécaniques citriques (2): de la déshumanisation à la déréliction métaphysique
Mécaniques citriques (3): de l`adaptation à l`exorcisation

Anarres, rivista di studi sulla science fiction

« Anarres » n° 1, Delos Books. Photographie d’Ursula Le Guin.

Une nouvelle revue d’études de la science-fiction est apparue l’année dernière en Italie. Le premier numéro d’Anarres, rivista di studi sulla science fiction, est sorti en ligne au printemps 2012.

Dirigée par Salvatore Proietti, avec Vittorio Catani et Alessandro Fambrini, la revue compte dans son comité scientifique le théoricien Darko Suvin, qui vit maintenant à Lucques, les universitaires Carlo Bordoni, Fulvio Ferrari, Daniela Guardamagna, Carlo Pagetti et Oriana Palusci, le critique Riccardo Valla, et à titre d’hommage posthume, les écrivains Lino Aldani, mort en 2009, et Vittorio Curtoni, mort en 2011.

L’éditorial d’Alessandro Fambrini et Salvatore Proietti lance un projet ambitieux de revue critique consacrée à la science-fiction dans le monde italien :

« Anarres veut être une revue qui s’occupe des genres non mimétiques, à partir du domaine littéraire et en élargissant le spectre d’intérêt à tous les autres médias. En reconnaissant et en étudiant l’existence et les particularités spécifiques de la science-fiction (fantascienza) et des différents sous-genres du surnaturel (fantasy, horreur, sword & sorcery, réalisme magique, etc.), de toute provenance linguistique ou nationale. En donnant priorité à la science-fiction écrite, avant tout parce qu’à partir de ce domaine de la littérature populaire s’est développé le plus grand volume de réflexion critique sur les genres non mimétiques, mais sans se limiter à ceux-ci. Et en essayant d’attirer l’attention sur les élaborations théoriques et méthodologiques qui, dans ces champs comme dans d’autres, ont atteint une diffusion et une sophistication qu’il est juste de promouvoir et de reconnaître, dans une perspective toujours orientée vers la (re)découverte des textes. »

La différence d’emploi entre la « science-fiction » du sous-titre de la revue et la fantascienza de l’éditorial n’est pas explicitée, mais l’expression anglaise permet de toute évidence un meilleur référencement que le terme vernaculaire. Alors que le sous-titre renvoie au monde anglo-saxon, l’éditorial revient au terme consacré en italien, tout en délimitant le champ de recherches de la revue non à la seule science-fiction, mais à ce qu’on désigne en France comme les littératures de l’imaginaire, de manière parfois contestée, dans la mesure où même les récits réalistes recourent à l’imaginaire. Le recours à l’expression « genres non mimétiques » prête lui-même le flanc à la critique pour la raison inverse, les littératures de l’imaginaire recourant également à la mimêsis. L’objet de l’éditorial n’est clairement pas de se lancer dans ces batailles théoriques, mais bien de poser un champ de recherches large, qui permette de prendre en compte le fantastique italien aussi bien que la science-fiction anglo-saxonne, comme de vastes territoires encore trop peu explorés.

Le premier numéro s’ouvre sur trois articles consacrés à l’œuvre d’Ursula K. Le Guin, ce qui n’est que justice, puisque c’est son roman Les Dépossédés (présenté dans le carnet par Louis Sterrett) qui fournit le titre de la revue (Anarres y est le nom d’une planète où s’est instaurée une société anarchiste). De plus, elle est l’auteur d’une œuvre premier plan, dont les livraisons les plus récentes ont encore été peu étudiées.

Ursula Le Guin « The Other Wind », Ace, 2003. Illustration de Cliff Nielsen, maquette de Judith Murello.

L’article de Darko Suvin traduit en italien est une version revue d’un article publié dans Extrapolation en 2006. Il s’intéresse à la seconde trilogie de Terremer (Tehanu, Contes de Terremer et Le Vent d’ailleurs), écrite plusieurs années après la première, et qui modifie substantiellement le cycle. La chanson de la création d’Ea à la première page de Tehanu marque une série de hiérarchies entre les notions, qui est aussi une « semi-révolution » dans l’optique avec laquelle est présenté le monde de Terremer. Le refus de séparer le personnel et le politique révèle une réflexion sur le pouvoir. La magie, refus de la science et de la liberté, est étroitement liée au pouvoir. Le Vent d’ailleurs vient apporter un éclairage à la figure du mystère et de l’altérité que sont les dragons, ainsi qu’un discours eschatologique sur l’immortalité. Darko Suvin en vient à l’apport cognitif propre à la fantasy de Le Guin : au refus du racisme et du sexisme, elle joint l’importance accordée à la nature et à la vie animale, ainsi que le refus du théisme. L’article apporte enfin une nouvelle interprétation aux dragons de Terremer, vus comme recelant une scission entre raison capitaliste et raison créatrice.

Daniela Guardamagna revient elle aussi sur le cycle de Terremer, pour étudier le féminisme à travers la magie féminine, et montrer le refus de toute exclusion à travers l’image du mur abattu. Les poèmes de Rilke trouvent des échos dans le règne de la mort décrit dans la fantasy de Le Guin, de même que le taoïsme informe de manière cohérente la philosophie sous-jacente de ses romans (rappelons que Le Guin a traduit le Dao De Jing de Lao Zi).

L’article de Salvatore Proietti sur Ursula Le Guin et l’utopie de la communication s’intéresse à ses dernières œuvres, de La Vallée de l’éternel retour (1985) à Lavinia (2008), en étroite relation avec la lecture de ses récits antérieurs. En passant en revue différentes notions qui y sont traitées en profondeur de façon récurrente, il réfute de manière brillante plusieurs idées reçues sur les textes d’Ursula Le Guin. Les textes de genre, de science-fiction qui bâtit un autre monde sans lien extra-référentiel ou fantastique avec ses codes, parviennent à « instiller une autoréflexivité omniprésente ». L’utopie, loin d’être primitiviste ou pastorale, prend en compte la science et l’évolution de la communication. La réalité change lorsque le récit est pris en charge avec un nouveau point de vue. La science-fiction comme la fantasy, loin d’être manichéennes, reflètent un monde complexe.

Ursula Le Guin, « The Birthday of the World », Gollancz, 2003. Couverture Digital Vision & Julia Smith/Getty Stone.

Le numéro se poursuit avec l’article de Vittorio Catani, « Quand la fantascienza se mordait la queue », qui vise à retracer les débuts d’une critique de science-fiction en Italie. Il se souvient que l’on pouvait trouver dans les années 1950 des embryons de notes critiques dans les revues consacrées à la science-fiction, comme Urania, Oltre il Cielo, ou Galassia. C’est avec la naissance des fanzines que s’est développé un espace plus grand dévolu à la critique, la plupart du temps cependant personnelle et « tautologique, autoréférentielle, se limitant à des comparaisons internes au genre ». Un article d’Urania lui révèle l’intérêt et le sérieux avec lesquels la science-fiction est considérée en France. La parution de l’essai de Lino Aldani La fantascienza en 1962 témoigne d’une lente évolution vers la reconnaisse critique du genre, précédée par un essai de Sergio Solmi. À partir de 1965, la revue Gamma laisse plus de place à la critique. C’est dans les années 1970 que de nombreux critiques apportent leur contribution, justifiant à long terme la création d’une revue critique.

Avec « Géographies et langages d’autres mondes », Massimo Del Pizzo se penche de son côté sur la manière dont les critiques italiens ont lu la proto-science-fiction et la science-fiction françaises. Ces dernières années, les universitaires transalpins se sont surtout intéressés à Jules Verne et Villiers de l’Isle-Adam, mais aussi à Charles-Ischir Defontenay. Si Verne garde la faveur des éditeurs, Flammarion, Rosny Aîné ou Maurice Renard ne sont guère réédités ou traduits en Italie. Pour parler d’auteur plus récents, quelques nouvelles de Christine Renard ont été traduites, et quelques rares auteurs contemporains sont publiés.

Dans un second article, « Le dernier chapitre », Darko Suvin part d’un argumentaire de Brian Stableford quant à l’avenir de la science-fiction dans un marché dominé par la fantasy, « The Final Chapter of the Sociology of Science Fiction ». La défaveur que connaîtrait la raison, l’investissement des technosciences dans l’exploitation capitalisme, expliqueraient le déclin de la science-fiction. La fantasy a le mérite de permettre à ses lecteurs d’échapper à une réalité aliénante, même si elle est majoritairement simpliste, pour ne pas dire semi-fasciste. Darko Suvin s’appuie aussi bien sur Marx, Clute, Parrinder ou Haraway que Gérard Klein pour soutenir sa démonstration. La dissolution des horizons politiques des années 1960 et la perte de prestige de la technoscience expliqueraient le succès de la fantasy. Suvin expose enfin trois options valables pour que la science-fiction sorte de cette situation.

Alessandro Fambrini, avec « Rêves d’acier et de cristal », étudie l’utopie et la dystopie dans la littérature allemande du 20e siècle. L’exposé chronologique permet de passer en revue l’histoire littéraire allemande avec une certaine finesse. Avant 1914, le futur est figuré comme une prolifération d’objets. Bertha von Suttner, la première femme à recevoir le prix Nobel de la paix était aussi l’auteure de romans d’anticipation. Kurd Lasswitz exprime l’espoir utopique d’une reconstruction de l’harmonie universelle. Beaucoup d’utopies sont technologiques, plus particulièrement aéronautiques. La Première Guerre redonne un élan supplémentaire à l’utopie, chez Thomas Mann, Alfred Döblin ou Ernst Jünger. Elle prend une forme aventureuse chez Hans Dominik, socialiste chez Werner Illing, mais aussi nazie chez Ernst Bergmann. La recherche de l’harmonie perdue prévaut après la Seconde Guerre, notamment chez Arno Schmidt. Elle prend un tour plus social, nourrit la science-fiction de Herbert Franke, réapparaît dans les uchronies.

La revue propose enfin une traduction du célèbre article de Fredric Jameson « « Si je trouve une cité pure, j’épargnerai l’homme » : réalisme et utopie dans la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson » (paru en français dans Penser avec la science-fiction, Max Milo, 2008).

Des recensions d’ouvrages autour du genre parus ces dix dernières années en Italie complètent la revue, que vient clore « Une question de méthode » signé de Salvatore Proietti. Il y redit l’importance de distinguer fait et fiction face au complotisme, et rappelle les noms des deux victimes d’un attentat de l’extrême droite à Florence en 2011.

Anarres s’impose dès son premier numéro comme une revue de grande qualité. La richesse des références rivalise avec la profondeur de la réflexion. Il est remarquable d’y retrouver de grands critiques de la science-fiction comme Darko Suvin et Fredric Jameson, comme il est admirable d’y voir mis en œuvre les objectifs affichés à travers l’étude de corpus de langues et d’horizons différents. On ne peut que souhaiter succès et longévité à cete revue !

ReS Futurae n°1 : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui »

Caza, illustration de couverture pour « Le Robot qui rêvait » d’Isaac Asimov, J’ai lu, 1988.

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 1 (avec une maquette provisoire) : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ».

Au sommaire :

Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui
Sous la direction de Irène Langlet

Irène Langlet – Étudier la science-fiction en France aujourd’hui
Cédric Chauvin – Statut de la littérature et science-fiction
Simon Bréan – Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène
Simon Bréan – L’érudition de science-fiction en France : repères bibliographiques

En direct de Science Fiction Studies : Une histoire de la critique de science-fiction

Arthur B. Evans – Les origines de la critique de science-fiction : de Kepler à Wells
Gary Westfahl – La tradition populaire de la critique de science-fiction, 1926-1980
Donald M. Hassler – Les pionniers universitaires de la critique de science-fiction, 1940-1980
Veronica Hollinger – Tendances contemporaines en critique de science-fiction, 1980-1999

Entretien
Gérard Klein : « Penser l’histoire de la science-fiction »

Lectures
Cédric Chauvin – Jean Bessière, Quel statut pour la littérature ? (2001) et Le Roman contemporain ou la Problématicité du monde (2010)

Les sites d’information sur la science-fiction

La science-fiction jouit, dans toutes ses dimensions artistiques, d’une grande visibilité sur Internet. Il existe de nombreuses initiatives pour recueillir, compiler et diffuser des informations, qui donnent forme à la mémoire collective de la science-fiction.

Les sites indiqués dans le « réseau SF » sont les plus directement utiles aux chercheurs, parce qu’ils proposent régulièrement des articles lisibles en ligne, dont nous proposerons par la suite une cartographie raisonnée. Les sites de NooSFere et de Quarante-deux offrent aussi des bases de données d’une grande richesse. De plus, l’Association Quarante-deux et la Maison d’Ailleurs recueillent selon leurs logiques propres des fonds très complets de publications de science-fiction.

Pour étendre leur connaissance du domaine de la science-fiction et suivre l’actualité dans le champ francophone, les chercheurs peuvent explorer de très nombreux autres sites, parmi lesquels :

  • ActuSF.com : informations sur les parutions et événements culturels en lien avec la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • BDFI (Base de données francophone de l’Imaginaire) : site bibliographique collaboratif consacré à la science-fiction, à la fantasy, au fantastique.
  • Culture SF : informations sur la science-fiction.
  • Fiction Bis (Encyclopédie permanente de l’Autre-littérature) : encyclopédie en ligne, liée aux éditions Encrage et à l’association Rocambole, portant sur la science-fiction, le western, le roman policier, fantastique, d’espionnage.
  • GHOR: site personnel qui présente des ouvrages de référence sur la science-fiction.
  • Index SF : informations sur la science-fiction.
  • La Nébuleuse SF  (Une encyclopédie de l’imaginaire) : encyclopédie en ligne portant sur la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • Le Cafard Cosmique : informations et chroniques sur la science-fiction (site dormant, mais très riche).
  • Pages françaises de science-fiction : quelques articles et ressources très utiles (site dormant).
  • Planète SF : fil d’information sur la science-fiction.
  • Présences d’esprits : site du Club Présences d’esprits, association d’amateurs passionnés.
  • Répertoire de la science-fiction : site bibliographique portant sur les publications de science-fiction françaises.

Il faut ajouter à cela les forums où discutent les fans, parmi lesquels des auteurs et éditeurs :

Sans oublier les homologues anglophones de ces sites, notamment la très riche base de données ISFDB.