Sidéral et sidérant

Matthieu Letourneux a partagé sur Twitter une trouvaille : la revue Sidéral. Il n’est pas le seul à trouver ça intéressant : à la rédaction de Res Futurae aussi, il y a un petit moment, on s’était pris au jeu…

Je connaissais la revue Sidéral, dont Matthieu Letourneux a parlé sur son fil Twitter : je me suis intéressé à un certain nombre de romans adaptés en bande dessinée dans les années 1960, en particulier en SF. Parmi ces romans, il y a le space opéra pour jeunes d’Asimov, Lucky Starr (six volumes US entre 1952 et 1958, une histoire de space ranger colonisant le système solaire, commandée par F. Pohl pour Doubleday, avec l’idée d’en faire le point de départ d’une série TV – raison pour laquelle Asimov, qui craignait que cette « juvenile science fiction » destinée à la télé soit adaptée de manière catastrophique, publie sous le pseudo de Paul French). C’est justement en essayant de pister l’histoire des traductions françaises de Lucky Starr que je suis tombé sur Sidéral.

Le point de départ, c’est 1963 : en effet, en 1963, les Presses de la Cité rachètent coup sur coup Fleuve Noir d’une part et Artima d’autre part. Fleuve Noir, maison d’édition fondée en 1949 et spécialisée dans le roman populaire, crée en 1951 la célèbre collection « Anticipation », qui répond à la création par Hachette quelques mois plus tôt de la collection « Le Rayon Fantastique » ; Artima, créé en 1943 à Tourcoing, est un éditeur de « Petits Formats », les bandes dessinées en noir et blanc petit format, diffusées en fascicules bon marché. Parmi ses différentes séries, revues et magazines (voir le catalogue en ligne sur le site BD-PF), Artima publie à partir de 1958 la revue Sidéral, mensuel de 36 pages n&b sous couverture couleur, auteurs anonymes, qui fait de la SF « à l’américaine » (façon âge d’or), et qui adapte d’ailleurs pas mal de matériel issu de DC Comics.

Lorsque les Presses de la Cité rachètent Artima, Sidéral vient de s’arrêter (au n° 51, juillet 1962), mais les Presses décident de tirer profit de leurs acquisitions récentes : d’une part, les éditeurs se méfient du contrôle étroit que la commission de la loi 1949 exerce sur les petits formats (ce pour quoi le nom « Presses de la Cité » n’apparaîtra sur les publications Artima que trois ans après le rachat, en 1965, au moment où les Presses créent Arédit, structure qui permet d’organiser le « containment » éditorial des publications sulfureuses de la maison) ; d’autre part, pour optimiser l’exploitation de leur fonds nouvellement acquis, les Presses décident de relancer Sidéral (le premier numéro de cette deuxième série paraît en novembre 1968), mais cette fois Sidéral va adapter des romans de la collection Fleuve Noir Anticipation, dont le catalogue appartient désormais au groupe des Presses de la Cité. La collection des couvertures est en soi un trésor d’illustration SF sur plus de vingt années (1958-1982) : voir les couvertures en ligne sur bedetheque.com (pour la 1e série et pour la 2e série). A noter : Artima avait fait paraître une intégrale partielle sous la forme de trois recueils regroupant les n° 1 à 18 de la 1e série, en 1959-1962, avant d’interrompre le titre ; les éditions Xitroen (éphémère spécialiste d’anthologies de classiques de la BD de SF) ont publié une intégrale en quatre volumes en 2015. Je n’ai pas trouvé trace d’une intégrale de la 2e série.

Les premiers numéros de cette seconde série sont signés Francis Richard-Bessière ; parmi les suivants, on trouve Jimmy Guieu, Vargo Statten, B.R. Bruss, etc. Pas toujours crédité, le dessinateur est très souvent Raoul Giordan, qui avec son frère Robert a fait les belles heures d’Artima : ils ont travaillé pour eux dès le début des années 1950, et Raoul a en particulier créé et animé Météor, avec Robert Lortac au scénario (Météor, sous-titré Les conquérants de l’espace, est une des séries de BD-SF les plus longues : 140 épisodes mensuels de 16 pages chacun – Moebius et Druillet, tous deux lecteurs de Météor, lui attribuent leur goût de la SF en bandes dessinées).

Ce Sidéral « nouvelle formule », qui paraît de 1968 à 1982 (il s’achève en janvier-février 1977 avec la publication d’une adaptation non signée de La révolte des Triffides de John Wyndham, puis reprend brièvement pour 7 numéros entre 1981 et 1982) est plus consistante : 162 à 194 pages selon les livraisons. Et c’est là qu’on retrouve Asimov ! En effet, le premier volume de la saga Lucky Starr (David Starr, space ranger, 1952) avait été traduit dès 1954 dans la collection « Anticipation » de Fleuve Noir, sous le nom de plume de Paul French, et sous le titre Sur la planète rouge.

Paul French (pseudonyme d’Isaac Asimov), Sur la Planète Rouge, Fleuve Noir Anticipation, 1954

Lorsque les Presses rachètent Fleuve Noir en 1963, le titre tombe dans leur catalogue, et il fait très logiquement partie des titres proposés pour l’adaptation BD sous le label Arédit, dans Sidéral : Sur la planète rouge occupe le n° 46, en janvier 1975, toujours sous le nom de Paul French – en effet, contrairement à la première série publiée par Artima seul entre 1958 et 1962, les volumes de la seconde série publiée par les Presses de la Cité sous label Artima / Arédit comportent toujours le nom de l’auteur (c’est-à-dire de l’auteur du récit : en effet, chose rare, le « scénariste » est seul crédité, son nom apparaissant en gros sous la mention « Bandes dessinées pour adultes » – qui n’apparaissait pas dans la première série). Non crédité, donc, le dessinateur est très certainement Raoul Giordan.

Adaptation en bande dessinée de Sur la Planète Rouge par Raoul Giordan, Sidéral n° 46, 1975

Après la timide relance de 1981-1982, Sidéral disparaît, et les Presses de la Cité utilisent Arédit pour lancer des magazines qui désormais se tournent exclusivement vers le fond DC / Marvel, qu’Arédit exploite depuis sa création (par exemple, en 1983 puis 1984, Arédit publiera successivement Judge Dredd puis Star Trek).

Mais ça ne s’arrête pas là. En 1990, Claude Lefrancq, qui avait été en 1982 à l’origine de la création des Éditions Blake et Mortimer (qui de 1982 à leur rachat en 1992 ont réédité les aventures de Jacobs en les recolorisant et les relettrant…) crée les Éditions Claude Lefrancq, qui se mettent à publier des adaptations BD de polar et de SF. Lefrancq publie d’abord une réédition du premier roman du cycle Lucky Starr, cette fois sous le titre Les Poisons de Mars, dans une nouvelle traduction de Paul Couturiau. Puis, l’année suivante, en 1992, Lefrancq publie sous le même titre une nouvelle adaptation BD du roman, en 46 pages, scénarisée par Jacques Stoquart et dessinée par Eric Loutte (et elle paraît en deux formats : en « grand format », c’est-à-dire un album 48 pages cartonné couleurs classique, et en « petit format », c’est-à-dire le format poche qui était celui de Sidéral). Pourquoi Lefrancq n’a-t-il pas simplement repris la version illustrée par Raoul Giordan en 1975 pour Sidéral ? La question est d’autant plus troublante que Lefrancq avait manifestement Giordan sous la main, puisqu’il publie en 1993 le dernier album de Raoul Giordan, une adaptation-pastiche de Flash Gordon intitulée Space Gordon (ce premier tome, Les Sept Périls de Corvus, scénario par Duchâteau, sera le seul).

Il y a donc eu en tout trois traductions différentes de ce roman d’Asimov : celle d’Amélie Audiberti (épouse de Jacques Audiberti, elle avait en particulier traduit quatre ans plus tôt chez Gallimard le 1984 d’Orwell) parue chez Fleuve Noir Anticipation en 1954 ; celle de Guy Abadia (le traducteur, entre autres, des Cantos d’Hypérion et de L’Empereur-Dieu de Dune) chez Hachette, dans la bibliothèque verte, en 1977 ; et enfin celle de Paul Couturiau pour les éditions Lefrancq en 1991. À ces trois traductions s’ajoutent donc deux adaptations BD différentes, celle de Raoul Giordan en 1975 pour Sidéral, et celle de Jacques Stoquart et Éric Loutte en 1992 pour Lefrancq. Trois traductions et deux adaptations BD, entre 1954 et 1992, dans ce riche ragoût d’éditions populaires entrelacées, voilà qui donne envie de se plonger de plus près dans les aventures françaises de ce Lucky Starr !

Edit 18/3/19: un twitto nous fait savoir que les numéros de Judge Dredd traduits par Artima étaient des traductions de comic books édités aux USA par Eagle Comics, pas par DC ou Marvel. Merci à lui! N’hésitez pas à rectifier nos aperçus documentaires et critiques dans les commentaires et/ou par mail.

Participer

Annonces, événements, publications, compte-rendus, idées ou opinions sur la science-fiction sont tous bienvenus, pourvu qu’ils donnent lieu à un aperçu critique, une intuition théorique, un point de départ de la réflexion. Envoyez votre sujet ou votre texte à simon.brean@sorbonne-universite.fr ou à irene.langlet@u-pem.fr.

Vous pouvez aussi rejoindre le projet en écrivant un compte-rendu: quelques livres reçus en service de presse peuvent vous être envoyés.

Les articles académiques structurés sont bienvenus à tout moment, même s’ils sortent des thèmes annoncés pour les dossiers (voir l’appel permanent ).

L’affiche a été prise en photo à la fac de Louvain-la-Neuve en 2011.

 

Elaborer un projet de thèse sur la SF – quelques suggestions (I)

Je reçois tous les ans, entre janvier et mai, des demandes de direction de thèse sur la science-fiction. C’est toujours un moment motivant, mais l’intérêt s’émousse parfois très vite à la lecture de ce qui se présente comme des « projets de thèse » et qui n’a que peu à voir avec ce qu’on attend. Impossible d’en vouloir à qui que ce soit pour ce manque de méthode — je m’avise d’ailleurs en écrivant ceci que le master que je dirige à l’UPEM (pas depuis longtemps, certes) ne prévoit aucun enseignement sur le projet de thèse. (Je l’ajoute à ma to-do liste.) Pourtant c’est vraiment un document-clé, et sauf cas particuliers je ne rencontre pas les étudiant·e·s qui ne font pas la démarche. En effet, cette structuration du projet me semble suivre les règles du jeu de la thèse universitaire en lettres en 2019 (je tâche de ne pas généraliser); si quelqu’un·e ne veut pas suivre ces règles, je vois mal comment on peut envisager de travailler ensemble pendant parfois 6 ou 7 ans (pensez-y quand vous choisissez un·e directrice·teur). A court terme, ce sont ces règles-là qui sont suivies par les comités d’attribution des allocations de thèse (en particulier l’explicitation des méthodes, qui plonge généralement dans les affres les candidat·e·s littéraires, je ne sais pourquoi).

Sans pouvoir vraiment tout expliquer ici (parce que ça dépend évidemment aussi des sujets, des gens, des contextes), je liste les éléments que j’attends, personnellement, lorsqu’on m’écrit pour une direction de thèse sur la SF. Cela vaut globalement pour d’autres sujets évidemment, mais des attentes sont spécifiques et je vais essayer de dire pourquoi. Je m’adresse aux impétrant·e·s mais toutes les remarques et suggestions seront bienvenues pour compléter ce premier jet, forcément imparfait. D’ailleurs je rajoute un (I) dans le titre, tiens.

Un: votre CV.

Votre situation actuelle et votre parcours de formation permettent d’évaluer votre bagage culturel et universitaire, vos forces et faiblesses pour atteindre l’objectif thèse, et le projet plus lointain dans lequel cela s’inscrit.

Deux: une lettre.

Dites-moi pourquoi vous vous adressez à moi plutôt qu’à quelqu’un·e d’autre. Sur certains sujets, il est moins important d’être spécialiste de SF que d’autre chose (cinéma, études de genre, play studies, sciences politiques…), et ce sera un élément de la conversation. Je n’attends pas une lettre formelle avec des formules, mais une explication précise. Si vous avez déjà des idées sur un·e co-directrice·teur, si vous avez contacté aussi d’autres personnes, si vous voulez une allocation… c’est le moment de le dire.

Trois: un sujet et sa problématisation.

Voici les questions que je me pose:

  • le sujet est-il délimité ?
    ATTENTION : un « thème », un « domaine d’intérêt », un « motif » ne sont pas encore des « sujets ». Vous devez montrer qu’il y a un « objet de recherche », donc un « sujet de travail », quelque chose qui justifie une démarche de recherche.  « Le récit post-apocalyptique », par exemple, n’est pas (encore) un sujet de recherche, mais « la situation de la catastrophe dans le récit post-apocalyptique » pourrait l’être: à condition de bien définir les termes récit, situation, catastrophe, apocalypse, on peut argumenter que le moment (dans la narration) et les conditions (dans la narration et la diégèse: cadre intra-fictionnel, mais aussi dans tous les aspects qui forment le cadre externe de la fiction) du récit de la catastrophe sont essentiels pour comprendre le sens de ces fictions post-apo. Et si, parmi les éléments que vous retenez pour comprendre le cadre externe de ces fictions, il n’y a aucune référence à la SF, je me demande si je suis la bonne personne pour vous suivre. (Il y a plein de façons de problématiser les fictions post-apo, et la SF peut ne pas être celle que vous retenez.) La problématique, on le voit déjà, est étroitement liée à la délimitation du sujet.
  • une problématique est-elle perceptible ?
    Ce  mot désigne  un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers les études littéraires et médiatiques (pour ce qui me concerne), ou qui part de l’ensemble de ces disciplines  pour aller vers votre objet. Autrement dit : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous. D’ailleurs, essayez d’écrire votre projet sans utiliser le mot « intéressant » (cette contrainte d’écriture peut être utile pour objectiver ce qui vous intéresse). Selon ce que vous voyez comme problème, il y a une thèse A qui se profile, ou une thèse B… ou parfois pas de thèse du tout. Si votre « projet » se contente de décrire différentes formes de villes détruites ou différentes formes de gouvernement survivaliste, je ne vois pas de problématique sur le récit post-apo. Si vous dégagez une constante dans ces formes (par exemple: du métal rouillé ou des piscines vides), c’est déjà un pas de plus: ça peut entraîner l’esprit intertextuel, faire apparaître des filiations d’écrivains (pour les piscines, voyez Ballard), ou des contrastes au contraire (pour le métal rouillé, comparez Auclair, Hermann, et Bilal), et partant de là ça peut amener des questions de sens, d’enjeux. Mais on n’a pas encore un problème, et encore moins un problème qui concerne la SF ou qui peut être concerné par la SF (et du coup on n’a pas encore une bonne raison d’imaginer que je sois la bonne personne pour diriger ce travail). Dégager un problème d’une ou plusieurs observations se fait plus ou moins facilement selon que vous avez une hypothèse de travail ou pas.
  • voit-on apparaître une ou plusieurs hypothèses de travail ?
    Que voulez-vous démontrer en étudiant le sujet qui vous intéresse? Le savez-vous déjà, ou êtes-vous seulement « passionné·e », « intéressé·e »? Qu’est-ce qui vous motive pour passer trois, quatre, cinq ans de votre vie à lire et étudier une même chose? Essayez de cerner cela, en tâchant de faire la différence entre des idées reçues, des intuitions, des suppositions, des hypothèses. Si votre hypothèse est que le space opera a influencé la conquête spatiale, je ne suis peut-être pas la bonne personne: un·e spécialiste de politiques industrielles, de sciences de l’ingénieur ou d’histoire militaire aura peut-être de meilleures sources et de meilleurs réseaux pour vous permettre de conduire l’étude et démontrer l’hypothèse. Si votre hypothèse est que le récit médiatique de la conquête spatiale (les discours des dirigeants de la NASA ou de l’Agence Spatiale Européenne, la vulgarisation scientifique auprès du public de masse et du public restreint, la manière dont les médias ont mis ces faits en spectacle et en récit) a été influencé par les structures narratives du space opera, on est déjà plus dans mes cordes. Une « thèse » a pour but de rassembler des arguments textuels, philosophiques, analytiques, scientifiques etc, destinés à transformer une hypothèse, autrement dit une idée fortement engageante pour expliquer des phénomènes, en une idée fiabilisée, documentée et qui emporte la conviction (une thèse, un savoir transmissible et utile à d’autres hypothèses et d’autres savoirs).
Quatre: un corpus et sa justification.

Ce qui précède implique un terrain d’observation et de test des hypothèses. Dans ma discipline, ça veut dire un corpus d’oeuvres ou de discours ou de phénomènes discursifs, artistiques, médiatiques. Dans d’autres, ça peut être des entretiens avec des responsables de la communication du CEA ou des journalistes scientifiques. Dans d’autres encore, des textes de loi ou des débats constitutionnels (pour avancer des arguments sur les gouvernements survivalistes, par exemple). Délimiter un corpus peut donner l’impression qu’on tourne en rond parce qu’on a eu des idées à partir de lectures ou de spectatures et que donc on ne va pas vraiment les tester sur ce corpus. On a l’habitude de ce problème (« cercle herméneutique ») et c’est ce qui se discute en entretien. Ce que vous devez déjà faire c’est justifier ce corpus: pourquoi ces oeuvres pour ce sujet? Essayez aussi de le rendre cohérent dans le temps, dans l’espace, dans les cultures.

Cinq: un objectif et des méthodes pour y parvenir.

Que voulez-vous démontrer? est la question fondamentale d’un projet de thèse. En procédant comment? est sa question jumelle, à laquelle il faudra forcément répondre pour convaincre un jury décernant une allocation. Expliquez votre démarche, mais aussi vos autorités, les auteurs majeurs qui ont théorisé le type de démarche et montré en quoi elle était utile: ce n’est pas la même chose de fouiller un texte en quête de traces de la vie de l’auteur (méthode biographique) ou en quête des points d’articulation du récit (méthode narratologique). « Expliquer » un roman ou une BD, les « commenter » ne va pas de soi, surtout si ce commentaire doit devenir une sorte de preuve pour les hypothèses que vous voulez démontrer. En contactant un·e directrice·teur potentiel et en souhaitant une allocation de thèse, vous vous inscrivez dans ses domaines de compétences et dans son équipe de recherche: si vos méthodes n’ont rien à voir avec les études en littératures populaires et cultures médiatiques, ça n’a pas grand sens de solliciter une allocation dans l’axe 3 d’EHIC à l’université de Limoges (par exemple). C’est à ce stade aussi que le domaine des SF studies présente une spécificité.

Neuf projets sur 10 que je reçois ne se donnent pas la peine de se situer dans les études sur la SF. Ou alors citent des références datant de près de 50 ans, comme si le savoir sur le genre et la culture SF n’avait pas progressé depuis. Ou bien ne citent que des études en français alors même que le corpus mondial est majoritairement  anglophone et que la recherche et les débats académiques se sont principalement tenus en anglais. Ou bien citent pêle-mêle des posts de blogs, des notices de dictionnaires, des essais subjectifs ou polémiques, des éditoriaux de revues mélangés à des ouvrages universitaires ou des articles savants. C’est incompréhensible; personne ne se permettrait cela sur Flaubert ou Marguerite de Navarre. Peut-être que même pour ces étudiant·e·s qui veulent étudier la SF, la SF n’est pas aussi sérieuse que l’autre littérature et ne demande pas autant de soin? La recherche sur la SF est active, traversée par des débats, certains très techniques (l’estrangement cognitif implique-t-il une narration non-mimétique?), d’autres très vastes et impliquant d’autres disciplines (la bande dessinée de SF française entre 1962 et 1997 témoigne-t-elle d’un basculement dans l’ère post-fordiste des fictions médiatiques?). Prenez-en au moins la mesure, et faites l’effort de lire ce qui concerne votre sujet; faites un tour sur les bibliographies en ligne, de ce carnet par exemple ou de la revue Science Fiction Studies, ici: https://www.depauw.edu/sfs/biblio.htm#currentyear.

Six: une bibliographie.

Elle rassemble les références du corpus, des méthodes et des autorités. Elle me sert à savoir si vous êtes déjà à l’aise avec les contraintes d’écriture académique ou pas. C’est aussi ce que je regarde en premier, pour savoir si les points 4 et 5 vous sont importants. Quand il n’y en a même pas, ça ne part pas très bien…

Cli-fi, solar punk et Cie: bientôt un contrat doctoral?

L’université Paris Est Marne-la-Vallée et l’I-Site FUTURE ont lancé un appel à projets sur la ville de demain, et on y répondra! http://www.future-isite.fr/appels-a-projets/appels-a-projets-2018-2019/les-idees-de-projets-impulsion-2018/?L=0

Cela devrait s’appeler « PARVIS: Paroles de Villes », cela devrait proposer d’étudier les science-fictions qui bricolent un futur dans le cadre des menaces climatiques, politiques et sociales, et cela devrait même comporter une résidence d’écrivain. Les informations seront postées sur ce carnet en attendant un possible succès (réponse au printemps 2019).

Science Fiction Studies numéro 135

Le numéro 135 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Michael Griffin and Nicole Lobdell

Mary Shelley’s Frankenstein at 200 (full text)

Jed Mayer

The Weird Ecologies of Mary Shelley’s Frankenstein

Abstract. As many critics have observed, Frankenstein was composed during a dramatic and calamitous, and for many years unexplained, climatic shift in 1816, the so-called “year without a summer.” This essay argues that Shelley’s imaginative response to that “wet, ungenial summer” produced a novel that may be read as the first imaginative response to climate change, its concern with disturbing developments in science and technology strangely tied to its preoccupation with weird weather. H.P. Lovecraft has famously described the weird as “a malign and particular suspension or defeat of [the] fixed laws of Nature,” and I argue that this quality makes weird fiction the most appropriate imaginative literature for our current predicament. Calling Frankenstein the first work of weird fiction offers us a longer and more substantial history for this seemingly marginal subgenre and further emphasizes the genre’s ongoing relationship with the emerging ecologies of the Anthropocene. It also enables us better to theorize the role of fear and loathing in confronting the effects of climate change and to recognize these responses with an ethic of care for the more-than-human world.


Shannon N. Conley

An Age of Frankenstein: Monstrous Motifs, Imaginative Capacities, and Assisted Reproductive Technologies

Abstract. Using approaches from Science and Technology Studies (STS), political theory, and literary criticism, this paper investigates the use of monstrous motifs in British approaches to the governance of reproductive technologies and the role of the literary imagination as an “anticipatory” governance capacity in thinking through new and emerging technologies. The analysis is divided into three cases. The first case discusses the social and scientific context from which Frankenstein (1818) emerged. It draws from insights in literary criticism to explore motifs related to reproduction, birth, and monstrosity within the text and Mary Shelley’s own life. The second case discusses the context surrounding the publication of Aldous Huxley’s Brave New World (1932). It serves as a transition, linking Shelley and Frankenstein to modern considerations of reproduction and technology. The third case examines the context leading up to the birth of “test-tube baby” Louise Brown in 1978 and the how the stories, metaphors, and themes generated by Frankenstein and Brave New World permeated the debates around the innovation of reproductive technologies in Britain.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 135

ReSF n°11 : Maurice Renard

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Irène Langlet Éditorial

MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

ARTICLES DE MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

VARIA

COMPTES RENDUS

 

Hommage à Patrick Dusoulier

Un hommage à Patrick Dusoulier (par Alice Ray)

Il y a des jours comme celui-là où les rêves de la science-fiction paraissent hors de portée. C’est en écoutant la pluie battant à la fenêtre que nous apprenons une bien triste nouvelle en un bien triste jour : Patrick Dusoulier est décédé en cette fin mars 2018. Une perte immense pour la science-fiction en langue française.

Jack Vance, Les Chroniques de Durdane, Lune d’Encre. Trad. Patrick Dusoulier et Arlette Rosenblum. Ill. Manchu

Traducteur émérite, il a travaillé sur des textes d’auteurs aussi variés qu’Ursula K. Le Guin, Ian M. Banks, Dan Simmons, Margaret Atwood ou encore Jack Vance pour lequel il a grandement participé à la révision et à la réédition de ses œuvres ; c’est d’ailleurs son amour pour les écrits de Jack Vance qui lui permet d’entrer professionnellement dans le monde de la traduction.

Iain M. Banks, les Enfers virtuels, coll. Ailleurs et Demain. Trad. patrick Dusoulier. Ill. Manchu (tous droits réservés).

 

En 2012, il obtient le prix Jacques Chambon pour les romans Les Enfers virtuels (Ian M. Banks) et La Route de Haut-Safran (Jasper Fforde).

Patrick Dusoulier était un homme passionné, toujours prêt à aider et d’un enthousiasme sans limite. En 2016, il a tout de suite accepté de me rencontrer aux Utopiales pour parler de son travail de retraduction sur Limbo.

Bernard Wolfe, Limbo, Le Livre de Poche. Trad. Patrick Dusoulier. Ill. Studio LGF (c) Inok / Getty Images.

 

 

Jeune traductrice un peu intimidée à l’idée de rencontrer un traducteur de science-fiction avec une telle carrière, j’ai été tout de suite mise à l’aise. Discuter avec lui de traduction, de science-fiction et de cinéma a été un véritable plaisir. Curieux et enthousiaste de tout, son envie de découverte touchait à tous les domaines. Il nous a fait un grand honneur lorsque, après une rencontre avec Simon Bréan, il nous a proposé de nous offrir de son temps pour traduire certains articles de Science Fiction Studies. Sa gentillesse et son amour de la science-fiction et de la traduction transparaissaient dans chacun de nos échanges. Nous le remercions encore pour son aide et c’est avec le cœur serré d’émotions que nous publierons son travail.

Nous adressons toutes nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Chronique : recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae (2)

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, « Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae » dont voici le deuxième billet.

(Re-)penser l’identité visuelle d’un média c’est en comprendre les différents tenants. Sur quoi repose-t-il, comment fonctionne-t-il, font partie des questions qu’un designer graphique doit se poser. Les deux entités qui composent ReSF, c’est-à-dire la science-fiction et le caractère universitaire de la revue, ont évidemment formé une base de travail dans mes recherches. Il s’agit de deux univers qui ne me sont pas familiers. La science-fiction constitue un champ si vaste qu’il m’a été difficile d’en faire un compte-rendu exhaustif en tant que novice en la matière. Pour des question de légitimité dans les deux domaines, je me suis tournée vers la notion de stéréotype comme point de départ de ma recherche.

La partie concernant le dessin de caractère s’attache plutôt à un stéréotype typographique de l’univers SF : l’Eurostile (fig. 1), dessinée par Aldo Novarese en 1962, utilisée pour le logo actuel de ResF.

Continuer la lecture de Chronique : recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae (2)

ReSF 13 (CFP) : Pierre Bordage

Appel à contributions pour le n°13 de ReS Futurae (1er semestre 2019)

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 mai 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net).

La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

La Fraternité du Panca t.5 (détail)
(c) Johann Goutard tous droits réservés

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Après les premières lectures de Chauvin et Cornillon (2014) et les entretiens de 2010 et 2017, il conviendrait d’approfondir l’étude de l’œuvre dans son ensemble : par exemple les cycles de L’Enjomineur (2004-2006), de La Fraternité du Panca (2007-2012) ou ses derniers romans commeEchos dans le temps (2016) ou Arkhane (2017). Si la question de l’humanisme, de la spiritualité, ou encore de l’utopie ont déjà été abordés (Vas-Deyres, 2013), qu’en est-il de la question du mal et de la violence par exemple dans son œuvre ? Comment se construit la narration dans ses œuvres ? Quel est son travail stylistique ? Comment aborder ses œuvres sous l’angle générique ? Nous pourrions également nous interroger sur les rapports de Pierre Bordage avec l’institution éditoriale, sur son travail avec ses différents éditeurs. Autant de questions qui gagneraient à être explorées davantage, en mêlant les approches critiques.

Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », mais il serait ainsi intéressant d’approfondir le travail stylistique de ses textes et leur construction narrative. Il se dit « scriptural » plutôt que « structural », selon la terminologie de Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003).Pour lui, « L’écriture est une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. Comment travaille-t-il par exemple l’alternance des points de vue et quelle vision du monde cette construction narrative porte-t-elle ?L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, ne sont-ils pas finalement au centre de ses histoires ?

D’autre part, si l’adjectif humaniste lui est fréquemment accolé, de quel humanisme parle-t-on ? Quelles sont les interrogations philosophiques et anthropologiques portées par son œuvre ? Les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses récits : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy) que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. Comment cette source imprègne-t-elle son œuvre ? Serait-elle une voie de compréhension possible de l’ambiguïté/hybridité générique des textes de Pierre Bordage ?

La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité – des thèmes qui lui tiennent à cœur – construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers semblant souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Denis Jeffrey, Jouissance du sacré, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus problématique. Quel est ainsi la place du corps dans son œuvre ? Et celle de l’esprit ? De quelle spiritualité parle-t-il ? Y a-t-il aussi une place dans ce cadre pour le politique ?Ce sont là quelques-uns des aspects que nous souhaiterions voir aborder dans ce dossier.

Le numéro est ouvert à des articles sur une œuvre singulière mais également à des synthèses abordant de manière traversale un ou plusieurs aspects de l’œuvre de Pierre Bordage. Nous souhaiterions en particulier que soient explorés les points suivants, sans pour autant y limiter cet appel :

  • Les sources mythologiques et la dimension épique de son œuvre.
  • La question du genre (diversité des ancrages génériques : science-fiction, fantasy, etc).
  • La diversité des formats des textes : romans, nouvelles.
  • Les expérimentations transmédiatiques et cinématographiques : jeux vidéo, scénarios,bande-dessinée.
  • Le rapport aux éditeurs (L’Atalante, Le Diable Vauvert, Organic…).
  • L’écriture : la question du style, de la description, de la narration et des points de vue, la structure des récits.
  • La dimension spirituelle et philosophique.
  • Le rapport à la violence, la question du mal.
  • La dimension sociale et politique.
  • La réception de l’œuvre de Pierre Bordage (publique et critique).

Bibliographie critique indicative :

  • Atallah Marc, « Nouvelle vie TM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? in Fictions politiques, Michel Prat et Alain Sebbah (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°73, 2006.
  • Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.
  • Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Evangile du Serpent de Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.
  • Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.
  • Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire: l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in L’Utopie entre eutopie et dystopie, en hommage à Claude-Gilbert Dubois, Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°110, 2013.
  • Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris, Honoré Champion, 2013, chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p.366-380.

Entretiens :

Science Fiction Studies numéro 133

Le numéro 133 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

Jeremy Withers

Bicycles Across the Galaxy: Attacking Automobility in 1950s Science Fiction

Abstract. This essay focuses on several works of science fiction from the 1950s that function as counter-narratives to the hegemony of the automobile during this decade and to the accompanying dismissive perceptions of the bicycle. In its analysis of a novel by Robert A. Heinlein (The Rolling Stones, 1952), a novella by Poul Anderson  (“A Bicycle Built for Brew,”  1958), and a short story by Avram Davidson (“Or All the  Seas with  Oysters,” 1958), it asserts that some of the leading  figures in  Golden Age  sf were not content to relegate bicycles to the status of a technological obsolescence fit only for children. Instead, they chose to portray bicycles as useful, potent, and agentic—images that counter the prevailing ideology of “automobility” that was crystallizing with such durability in postwar America.


Connor Pitetti

Uses of the End of the World: Apocalypse and Postapocalypse as  Narrative Modes

Abstract. Through a broad survey of fictional, religious, philosophical, and political end-time narratives, this essay identifies two strategies for telling stories about the end of the world. Apocalyptic narratives use the idea of the end to give structure to the experience of history. By narrating the end as a moment of rupture that creates  an  absolute division between old and new worlds, they frame history as a series of clearly defined and therefore comprehensible transitions between distinct moments or epochs. Postapocalyptic narratives complicate this neatly organized account by narrating “ends” as complex historical transformations that involve survivals and continuities and thus blur before/after distinctions. Rather than providing a comprehensive and therefore existentially stabilizing overview of history, they draw attention to the indeterminate nature of ongoing processes of historical change. By focusing on the conceptual understanding of historical change that underwrites different kinds of end-time narratives, the essay clarifies the theoretical terminology of apocalypse and postapocalypse, and articulates a clearer understanding of the ways in which different kinds of contemporary stories about the end of the world are used to  provide  conceptual support for political action  in  the  present.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 133

Science Fiction Studies numéro 132

Le numéro 132 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

SPECIAL ISSUE ON SPANISH SF
Edited by Sara Martín and Fernando Ángel Moreno

Domingo Santos is arguably the most influential and prolific personality in Spanish science fiction, and this paper provides an overview of his career. Although ideologically conservative, dating from his life before the political changes witnessed during the Spanish Transition, Santos initiated an entire process of both formal and thematic maturation that would culminate in Spanish sf’s Golden Decade (1985-1995). As a writer, he is the author of one of the best dystopian short-story collections written during the late Francoism of the 1970s: Futuro imperfecto [Imperfect Future, 1981]. Despite their dark endings, these tales raise new political and ecological issues and employ innovative narrative techniques non-existent until then in Spanish sf. Furthermore, Santos was also involved in some of the most prominent sf editorial projects in the country, from the leading sf magazine Nueva Dimensión [New Dimension, 1968-1983] to new sf book series by publishers such as Acervo, Orbis, and Ultramar. These sf editorial initiatives enabled the publication of many important sf works—including those by a host of New Wave authors—and launched the writing careers of many modern Spanish sf authors such as Gabriel Bermúdez Castillo and Rafael Marín.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 132

Fantasy Art and Studies 3: Science Fantasy

Le nouveau numéro de la revue Fantasy Art and Studies vient de paraître, avec un dossier consacré à la science fantasy.

Au sommaire, plusieurs articles, illustrations et nouvelles qui proposent de définir et d’explorer « ce mélange de fantasy et de science-fiction qu’est la Science Fantasy« .

Le site de la revue.

Pour lire le numéro, c’est par ici.

Sommaire

Vivian Bergue. Defining Science Fantasy.

Christophe Germier. Souvenirs téléportés.

Xavier-Marc Fleury. Pourfendre les dragons.

Justine Breton. A Future Droid in King Arthur’s Court : When Science Fiction invite itself into Fantasy.

Laurent B. L’échantillon.

Florian Bonnecarrère. Orquerie.

Alexandra Aïn. La Science Fantasy au prisme du light novel et du manga : pour un mélange des genres.

Tom Ariaudo. Retour rapide.

A. R. Morency. Et le cochon ?

Guillaume Labrude. Dans la tête de Charles Drax.

 

 

Crédits « Image à la Une »Ferdinand Dumago Ladera

ReS Futurae n° 10 Imaginaire informatique et science-fiction

La question d’un « imaginaire informatique » embrasse les figures que la science-fiction, tous médias confondus, a élaborées pour à la fois témoigner de l’irruption de l’informatique dans notre réalité, et pour en imaginer et conceptualiser l’avenir, et les répercussions sociales et individuelles. Réciproquement, se trouve posée la question de ce que l’informatique fait à la science-fiction, entre enjeux de représentabilité (comment la représenter ?), développements réflexifs où l’informatique permet à la science-fiction de se penser elle-même, et expériences formelles sous l’influence des langages informatiques.

Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, « Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae » dont voici le premier billet.

 

Après un BTS design graphique au lycée La Martinière Diderot (Lyon) et un DNAP dans le même domaine à l’isdaT (Toulouse), je suis actuellement étudiante en quatrième année à l’ENSBA Lyon.

Les projets menés au cours de ces trois années m’amènent aujourd’hui à m’intéresser à l’utilisation du document dans le design graphique, un thème qui s’affinera dans l’écriture d’un mémoire à partir de 2018 et dans la mise en place du projet de diplôme par la suite. Le premier semestre s’articule autour de divers ateliers principalement axés sur le domaine éditorial. C’est dans le cadre de l’un de ces ateliers, intitulé Identité : texte image, que j’ai eu choisi ReS Futurae comme potentiel client.

La science-fiction est un domaine que je connais assez peu, néanmoins, j’ai récemment eu la volonté d’approfondir les connaissances basiques que j’ai sur le sujet. Le répertoire visuel que proposent les différents médiums et documents autour de la science-fiction, qu’ils soient plus ou moins anciens, m’apparaît déjà comme une base riche à explorer. Voilà pourquoi j’ai pris la décision de me pencher sur ReSF, revue découverte pendant mes recherches.

Continuer la lecture de Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Samuel Estier, chercheur à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’oeuvre de Maurice G. Dantec qu’il a côtoyé pendant son exil à Montréal lors de ses dernières années d’existence, nous transmet cette information :

Le 15 novembre, en la fête de saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec a ouvert ses portes.

En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec.

www.mauricegdantec.net

En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l’écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d’elle figure en page d’accueil.

Un bref entretien présentant le projet est accessible à l’adresse suivante : https://lincorrect.org/dantec-le-site/

Crédits « Image à la Une » : « L’écrivain Maurice G. Dantec, en 2006. » / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Carnet de la revue Res Futurae