Bilan de mon stage

Durant mon stage, j’avais deux objectifs : réaliser ce qui se rapprocherait d’un état de l’art sur le posthumain et rédiger des billets sur le carnet de la revue pour documenter l’avancement de mes recherches.

Quand j’ai débuté les recherches documentaires au cours de la première semaine, je me suis vite posée des questions quant à la qualité des sources citées et aux moyens de juger si une référence est considérée comme indispensable pour le sujet. Continuer la lecture de Bilan de mon stage

Ma Bibliothèque idéale du posthumain

Pour cette nouvelle bibliographie, j’ai choisi de la réaliser au format de la Bibliothèque idéale de Bernard Pivot, c’est-à-dire de répertorier les références que je considère représentatives du posthumain en 2024 et de réaliser des commentaires qui aideraient de potentiels lecteurs à se familiariser avec le sujet en choisissant leurs sources parmi cette liste. Après un travail de plusieurs semaines à regrouper et analyser d’anciennes et de nouvelles sources, je suis arrivée à cette classification en trois catégories qui regroupe 49 références sur le sujet, laissant ainsi la possibilité au lecteur d’ajouter la source qu’il souhaite pour obtenir un total de 50. Les commentaires ont été retravaillés afin d’être concis et tous construits sur le même modèle, facilitant ainsi le choix du lecteur de s’intéresser à certaines références avant d’autres.

… En 10 livres

Continuer la lecture de Ma Bibliothèque idéale du posthumain

3ᵉ étape : le posthumain comme objet d’étude de thèses

Dans l’optique d’enrichir ma bibliographie sur le posthumain, j’ai étendu mes recherches aux thèses françaises.  En m’appuyant sur divers mots clefs – parmi lesquels « posthumain », « transhumanisme », ou encore « cyborg » –, j’ai recensé une quarantaine de références depuis les années 2006-2007 sur theses.fr. Après trois ans sans soutenance, une thèse sur ce sujet est référencée à compter des années 2011-2012. Depuis 2018, elles sont de plus en plus nombreuses et neuf thèses sont actuellement en préparation.

Concernant les disciplines, Continuer la lecture de 3ᵉ étape : le posthumain comme objet d’étude de thèses

2ᵉ étape : travailler avec Zotero

Après une première tentative de bibliographie sur le posthumain, je me suis essayée à l’utilisation de Zotero pour deux raisons principales : rendre les informations plus visibles que sur un document Word ou LibreOffice et limiter le nombre d’erreurs aussi bien dans la saisie des informations que dans la mise en page de cette bibliographie.

Peu accoutumée à ce logiciel, j’ai d’abord commencé par Continuer la lecture de 2ᵉ étape : travailler avec Zotero

Emeline Ydée

Je travaille sur l’hybridité du posthumain dans les romans Klara and the Sun de Kazuo Ishiguro (2021) et The House of the Scorpion de Nancy Farmer (2002) dans le cadre d’un mémoire en littérature / traduction. Mon sujet porte plus particulièrement sur la dualité de l’identité posthumaine des personnages et la manière dont celle-ci remet en cause les notions traditionnelles d’hybridité et d’humanité dans la science-fiction anglophone.

Durant ma scolarité, j’ai toujours associé mes deux domaines de prédilection, sciences (bac S) et langues (section européenne). Après un passage de deux années en Université de médecine, je me suis tournée vers des études de langues étrangères avec une licence LLCER anglais. J’ai poursuivi avec un master LLCER : Cultures Étrangères et Traduction à l’Université d’Artois – Arras.

Et je continue avec le choix de mon sujet de mémoire…

Pour retrouver ma première publication sur le carnet, c’est ici.

Contact : emeline_ydee@ens.univ-artois.fr

Image by Cottonbro studio from Pexels.

Ma première bibliographie sur le posthumain

Dans le cadre de mes recherches, je travaille actuellement à l’élaboration d’une bibliographie sur le posthumain. Pour cette première tentative, j’ai essayé de me montrer aussi exhaustive que possible en insérant des commentaires thématiques pour chacune des références. Néanmoins, diviser ces nombreuses sources en seulement deux catégories ne permet pas de trouver rapidement et facilement des informations. En utilisant cette fois le logiciel Zotero et en m’appuyant sur le concept de Bibliothèque idéale de Bernard Pivot, je compte réfléchir à de nouveaux systèmes de classifications qui me permettront de me questionner davantage sur les auteurs, éditeurs, dates de parution ou encore lieux d’édition. Ainsi, j’espère que mon travail sera plus intelligible.

Références incontournables

Continuer la lecture de Ma première bibliographie sur le posthumain

Y a-t-il une littérature française de l’imaginaire ? (ENS Paris, 2024)

Télécharger le programme

“Y a-t-il une littérature française de l’imaginaire ?” En plongeant au cœur de l’histoire de la science-fiction et de la fantasy françaises, ce séminaire d’élèves de l’ENS sera l’occasion d’étudier les évolutions de cette littérature et son rapport au domaine académique : longtemps rejetée, la littérature de l’imaginaire est désormais un objet d’études à part entière.

Ce séminaire mettra en avant les spécificités de la science-fiction et de la fantasy françaises au travers d’approches stylistiques, historiques et théoriques, sans mettre de côté les rapports qui existent entre la littérature française de l’imaginaire et celles d’autres pays (en particulier les Etats-Unis), avec une approche comparatiste ou traductologique.

L’ambition de ce séminaire est de faire un état de la littérature de l’imaginaire en France : de quel imaginaire parle-t-on, quelle a été son histoire, peut-on parler d’une “littérature” au sens institutionnel du terme ?

Ce séminaire se tiendra le vendredi de 18h à 20h en salle CELAN (45 rue d’Ulm). Il est ouvert à tous et toutes sans inscription.

Calendrier des séances : 

Continuer la lecture de Y a-t-il une littérature française de l’imaginaire ? (ENS Paris, 2024)

RESF 22 : Suites et variations critiques

Le dossier double « Suites et variations critiques » prolonge à la fois les ambitions de mise en place d’un corps de concepts et d’outils adaptés à l’étude de la science-fiction, déployées dans le dossier
« Théorie(s) de la science-fiction » (dossier 20, 2022) et, d’autre part, l’exploration systématiques des « Fictions climatiques » entamée dans le dossier 21 (2023).

Continuer la lecture de RESF 22 : Suites et variations critiques

Colloque : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Lausanne 18-19 avril 2024)

Colloque Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire

18-19 avril 2024

Lausanne

Organisé par Frédéric Guignard, Dominique Kunz Westerhoff et Aliénor Vauthey

Date limite : 31 décembre 2023

Évoquer la question du réalisme dans le cadre des littératures de l’imaginaire, qui fonctionnent a priori précisément sur une distanciation vis-à-vis de l’expérience du réel, peut sembler paradoxal. Il est vrai que ces littératures, associées à des processus imaginatifs relevant du conjectural ou du merveilleux, tendent à être considérées en opposition aux formes évolutives de la tradition littéraire dite du « réalisme », quasi-hégémonique dans l’espace romanesque occidental depuis le XIXe siècle. Et de fait, l’on a plus volontiers recours pour les appréhender au concept critique de « vraisemblance », basé sur une logique de cohérence interne (Goodman) ou l’établissement d’un pacte de crédulité entre auteurice et lecteurice à partir de vérités partagées plutôt que sur une « exigence de référence propre au vrai » (Gefen). Le principe de vraisemblance sert alors à appréhender ce qui a trait à la lisibilité des textes et à leur potentiel immersif à moindres frais.

Continuer la lecture de Colloque : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Lausanne 18-19 avril 2024)

La sortie est au fond de l’espace, de Jacques Sternberg

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

 

Ceux qui aspirent à devenir des auteurs de science-fiction sont soumis en France à des exigences contradictoires, puisqu’ils ne peuvent prétendre à l’originalité qu’en dépassant un modèle qu’il leur est interdit de suivre. Un ouvrage de Jacques Sternberg, le premier roman français de science-fiction paru dans la collection Présence du Futur, peut être lu comme la représentation métaphorique de ce dilemme stérilisant.

La sortie est au fond de l’espace situe dans le futur une anomalie meurtrière. Les microbes contenus dans l’eau se mettent à grossir, dévorant tout sur leur passage. Quelques milliers de Français parviennent à s’arracher à la Terre dévastée, grâce à un plan de fusées autrefois remisé aux archives, parce que le voyage interplanétaire était jugé inutile. Continuer la lecture de La sortie est au fond de l’espace, de Jacques Sternberg

La Plaie, de Nathalie Henneberg

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Cette erreur consistant à recourir à la violence pour régler les conflits entretient La Plaie, de Nathalie Henneberg. Ce roman constitue un sommet de cette veine épique qui peut caractériser les romans d’aventures spatiales, en même temps que l’aboutissement des thèmes personnels développés par l’auteure. L’univers humain s’y trouve rongé par un fléau endémique, dont le foyer principal de contamination est la Terre. Nathalie Henneberg fait se rejoindre physique et métaphysique, car elle postule que le Mal moral est provoqué par des influences cosmiques, qui sourdent de manière cyclique depuis des failles de l’espace-temps. Les Terriens subissent directement ces influences. L’usage de la violence, s’il permet de régler temporairement une confrontation avec leurs ennemis contaminés, ne fait que renforcer la source du Mal. Continuer la lecture de La Plaie, de Nathalie Henneberg

Surface de la planète, de Daniel Drode

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Ce que revendique Daniel Drode est une rupture radicale avec les structures de pensées contemporaines, rupture marquée par un travail sur la langue. Le héros de Surface de la planète est séparé du vingtième siècle par plusieurs millénaires. Depuis son enfance, il n’a reçu que des stimuli artificiels fournis par la Vision. Les déformations de son langage sont autant d’indices textuels de la distance existant entre la psychologie et la vision du monde d’un humain du quatrième millénaire « après l’Hydrogène » et celles d’un être humain contemporain de Daniel Drode. Cependant, l’inventivité lexicale de Surface de la planète, efficace pour produire un effet d’étrangeté, touche peut-être aux limites de la science-fiction, parce qu’elle rend le texte et son langage difficiles à assimiler par le lecteur. Continuer la lecture de Surface de la planète, de Daniel Drode

Le Sceptre du hasard, de Gérard Klein

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Un même type de technocratie est imaginé par Gérard Klein dans Le Sceptre du hasard. La « stochastocratie » est présentée comme « l’aboutissement logique » d’une évolution politique entamée au xxe siècle, à savoir la pratique du sondage : « les consultations populaires disparurent purement et simplement et furent, presque sans qu’on s’en rendît compte, remplacées par des sondages ». L’Ère des Sondeurs, caractérisée par un raffinement constant des machines chargées de sélectionner les échantillons à sonder, donne ensuite naissance à la stochastocratie : Continuer la lecture de Le Sceptre du hasard, de Gérard Klein

Cette chère humanité, de Philippe Curval

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

 

Cette chère humanité (1976) ajoute à la réflexion sur la sexualité et à la veine satirique un projet de prospective économique et sociale. Ce roman présente un avenir possible pour l’Europe, en prêtant à la mise en place du Marché Commun des effets délétères. Le Marcom a fermé ses frontières à un monde en crise, puis a refusé toute communication avec l’extérieur. L’autarcie est obtenue dans cette utopie technocratique grâce à un conformisme généralisé, fait d’absence de curiosité, de repli sur une sphère domestique où triomphe un temps de loisir sacralisé, mais sans contenu réel et de rejet de toute déviance sociale. Contrairement à sa pratique usuelle, Philippe Curval multiplie les personnages et les points de vue, suivant aussi bien puissants que réprouvés et contestataires, donnant ainsi un aperçu de multiples facettes de cette société paradoxale, fondée sur une forme de décadence stabilisée. Continuer la lecture de Cette chère humanité, de Philippe Curval

Voyage au pays de la quatrième dimension de Pawlowski

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Cette suite d’histoires met en récit une longue et singulière méditation métaphysique sur l’univers, selon une forme que l’auteur qualifie de « roman de l’Idée ». La locution « quatrième dimension » est une manière d’exprimer l’existence d’un au-delà, d’un en-dehors de l’espace à trois dimensions dans lequel nous sommes assignés par nos perceptions sensibles, c’est-à-dire encore physiquement confinés. Le temps ne constitue dès lors qu’un cas particulier de la notion de « quatrième dimension » ainsi élargie, et le voyage dans le temps un moyen de sortir d’un monde matériel clos sur lui-même pour aller en explorer toutes les excroissances possibles.

Continuer la lecture de Voyage au pays de la quatrième dimension de Pawlowski

Carnet de la revue Res Futurae

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search