Y a-t-il une littérature française de l’imaginaire ? (ENS Paris, 2024)

Télécharger le programme

“Y a-t-il une littérature française de l’imaginaire ?” En plongeant au cœur de l’histoire de la science-fiction et de la fantasy françaises, ce séminaire d’élèves de l’ENS sera l’occasion d’étudier les évolutions de cette littérature et son rapport au domaine académique : longtemps rejetée, la littérature de l’imaginaire est désormais un objet d’études à part entière.

Ce séminaire mettra en avant les spécificités de la science-fiction et de la fantasy françaises au travers d’approches stylistiques, historiques et théoriques, sans mettre de côté les rapports qui existent entre la littérature française de l’imaginaire et celles d’autres pays (en particulier les Etats-Unis), avec une approche comparatiste ou traductologique.

L’ambition de ce séminaire est de faire un état de la littérature de l’imaginaire en France : de quel imaginaire parle-t-on, quelle a été son histoire, peut-on parler d’une “littérature” au sens institutionnel du terme ?

Ce séminaire se tiendra le vendredi de 18h à 20h en salle CELAN (45 rue d’Ulm). Il est ouvert à tous et toutes sans inscription.

Calendrier des séances : 

Continuer la lecture de Y a-t-il une littérature française de l’imaginaire ? (ENS Paris, 2024)

RESF 22 : Suites et variations critiques

Le dossier double « Suites et variations critiques » prolonge à la fois les ambitions de mise en place d’un corps de concepts et d’outils adaptés à l’étude de la science-fiction, déployées dans le dossier
« Théorie(s) de la science-fiction » (dossier 20, 2022) et, d’autre part, l’exploration systématiques des « Fictions climatiques » entamée dans le dossier 21 (2023).

Continuer la lecture de RESF 22 : Suites et variations critiques

Colloque : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Lausanne 18-19 avril 2024)

Colloque Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire

18-19 avril 2024

Lausanne

Organisé par Frédéric Guignard, Dominique Kunz Westerhoff et Aliénor Vauthey

Date limite : 31 décembre 2023

Évoquer la question du réalisme dans le cadre des littératures de l’imaginaire, qui fonctionnent a priori précisément sur une distanciation vis-à-vis de l’expérience du réel, peut sembler paradoxal. Il est vrai que ces littératures, associées à des processus imaginatifs relevant du conjectural ou du merveilleux, tendent à être considérées en opposition aux formes évolutives de la tradition littéraire dite du « réalisme », quasi-hégémonique dans l’espace romanesque occidental depuis le XIXe siècle. Et de fait, l’on a plus volontiers recours pour les appréhender au concept critique de « vraisemblance », basé sur une logique de cohérence interne (Goodman) ou l’établissement d’un pacte de crédulité entre auteurice et lecteurice à partir de vérités partagées plutôt que sur une « exigence de référence propre au vrai » (Gefen). Le principe de vraisemblance sert alors à appréhender ce qui a trait à la lisibilité des textes et à leur potentiel immersif à moindres frais.

Continuer la lecture de Colloque : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Lausanne 18-19 avril 2024)

La sortie est au fond de l’espace, de Jacques Sternberg

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

 

Ceux qui aspirent à devenir des auteurs de science-fiction sont soumis en France à des exigences contradictoires, puisqu’ils ne peuvent prétendre à l’originalité qu’en dépassant un modèle qu’il leur est interdit de suivre. Un ouvrage de Jacques Sternberg, le premier roman français de science-fiction paru dans la collection Présence du Futur, peut être lu comme la représentation métaphorique de ce dilemme stérilisant.

La sortie est au fond de l’espace situe dans le futur une anomalie meurtrière. Les microbes contenus dans l’eau se mettent à grossir, dévorant tout sur leur passage. Quelques milliers de Français parviennent à s’arracher à la Terre dévastée, grâce à un plan de fusées autrefois remisé aux archives, parce que le voyage interplanétaire était jugé inutile. Continuer la lecture de La sortie est au fond de l’espace, de Jacques Sternberg

La Plaie, de Nathalie Henneberg

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Cette erreur consistant à recourir à la violence pour régler les conflits entretient La Plaie, de Nathalie Henneberg. Ce roman constitue un sommet de cette veine épique qui peut caractériser les romans d’aventures spatiales, en même temps que l’aboutissement des thèmes personnels développés par l’auteure. L’univers humain s’y trouve rongé par un fléau endémique, dont le foyer principal de contamination est la Terre. Nathalie Henneberg fait se rejoindre physique et métaphysique, car elle postule que le Mal moral est provoqué par des influences cosmiques, qui sourdent de manière cyclique depuis des failles de l’espace-temps. Les Terriens subissent directement ces influences. L’usage de la violence, s’il permet de régler temporairement une confrontation avec leurs ennemis contaminés, ne fait que renforcer la source du Mal. Continuer la lecture de La Plaie, de Nathalie Henneberg

Surface de la planète, de Daniel Drode

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Ce que revendique Daniel Drode est une rupture radicale avec les structures de pensées contemporaines, rupture marquée par un travail sur la langue. Le héros de Surface de la planète est séparé du vingtième siècle par plusieurs millénaires. Depuis son enfance, il n’a reçu que des stimuli artificiels fournis par la Vision. Les déformations de son langage sont autant d’indices textuels de la distance existant entre la psychologie et la vision du monde d’un humain du quatrième millénaire « après l’Hydrogène » et celles d’un être humain contemporain de Daniel Drode. Cependant, l’inventivité lexicale de Surface de la planète, efficace pour produire un effet d’étrangeté, touche peut-être aux limites de la science-fiction, parce qu’elle rend le texte et son langage difficiles à assimiler par le lecteur. Continuer la lecture de Surface de la planète, de Daniel Drode

Le Sceptre du hasard, de Gérard Klein

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Un même type de technocratie est imaginé par Gérard Klein dans Le Sceptre du hasard. La « stochastocratie » est présentée comme « l’aboutissement logique » d’une évolution politique entamée au xxe siècle, à savoir la pratique du sondage : « les consultations populaires disparurent purement et simplement et furent, presque sans qu’on s’en rendît compte, remplacées par des sondages ». L’Ère des Sondeurs, caractérisée par un raffinement constant des machines chargées de sélectionner les échantillons à sonder, donne ensuite naissance à la stochastocratie : Continuer la lecture de Le Sceptre du hasard, de Gérard Klein

Cette chère humanité, de Philippe Curval

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

 

Cette chère humanité (1976) ajoute à la réflexion sur la sexualité et à la veine satirique un projet de prospective économique et sociale. Ce roman présente un avenir possible pour l’Europe, en prêtant à la mise en place du Marché Commun des effets délétères. Le Marcom a fermé ses frontières à un monde en crise, puis a refusé toute communication avec l’extérieur. L’autarcie est obtenue dans cette utopie technocratique grâce à un conformisme généralisé, fait d’absence de curiosité, de repli sur une sphère domestique où triomphe un temps de loisir sacralisé, mais sans contenu réel et de rejet de toute déviance sociale. Contrairement à sa pratique usuelle, Philippe Curval multiplie les personnages et les points de vue, suivant aussi bien puissants que réprouvés et contestataires, donnant ainsi un aperçu de multiples facettes de cette société paradoxale, fondée sur une forme de décadence stabilisée. Continuer la lecture de Cette chère humanité, de Philippe Curval

Voyage au pays de la quatrième dimension de Pawlowski

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Cette suite d’histoires met en récit une longue et singulière méditation métaphysique sur l’univers, selon une forme que l’auteur qualifie de « roman de l’Idée ». La locution « quatrième dimension » est une manière d’exprimer l’existence d’un au-delà, d’un en-dehors de l’espace à trois dimensions dans lequel nous sommes assignés par nos perceptions sensibles, c’est-à-dire encore physiquement confinés. Le temps ne constitue dès lors qu’un cas particulier de la notion de « quatrième dimension » ainsi élargie, et le voyage dans le temps un moyen de sortir d’un monde matériel clos sur lui-même pour aller en explorer toutes les excroissances possibles.

Continuer la lecture de Voyage au pays de la quatrième dimension de Pawlowski

Fondation d’Isaac Asimov

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Posons un regard épistémologique sur le cycle de Fondation : celui-ci constitue une métaphore étonnante du clivage entre sciences de la nature et sciences de l’homme. Suivant une intuition qui lui est propre, Asimov propose une interprétation romancée de ce grand partage à travers l’opposition de deux communautés savantes qui s’affrontent pour la maîtrise du monde, l’une s’attachant aux lois physiques et aux objets technologiques, l’autre à l’étude des phénomènes sociaux et à ses applications politiques. Chose remarquable, au-delà de cette dichotomie fondatrice, Asimov trouve un point d’accord entre les deux champs d’investigation : la méthodologie qui caractérise leur scientificité. À la manière d’une science physique, la science sociale, idéalisée par Asimov sous le nom de « psychohistoire », est en effet mathématisée. Elle présente un caractère prédictif, corrélé à l’usage des mathématiques — même si c’est en termes de probabilités — et qui lui permet d’agir sur le monde, c’est-à-dire d’orienter le destin des sociétés. Sciences de la nature et sciences de l’homme relèveraient ainsi du même régime de scientificité. Plus précisément, les secondes seraient à terme solubles dans une méthodologie qui a prouvé son efficacité pour les premières, notamment dans le domaine des sciences physiques.

Continuer la lecture de Fondation d’Isaac Asimov

Le Docteur Lerne de Maurice Renard

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Maurice Renard publia son premier roman, Le Docteur Lerne, sous-dieu, en 1908, avec une longue dédicace à H. G. Wells.

Le Docteur Lerne est le roman de l’hybridation. L’exploration littéraire de l’hybridation, thème de prédilection de l’auteur, montre dans ses multiples variations comment l’hypothèse scientifique de départ, la fiction scientifique, produit des effets de merveilleux, parfois proches du fantastique, de l’horreur, ou de l’humour. Ce qu’il entreprend n’est pas un travail sur le fantastique de l’abrogation des limites entre espèces, mais une rêverie de l’hybridité, au sens où Gaston Bachelard entend le mot « rêverie ».

Continuer la lecture de Le Docteur Lerne de Maurice Renard

Allocation doctorale de recherche en littérature et linguistique – anticipation et science-fiction (18 juin 23)

L’Université Grenoble Alpes finance une allocation doctorale pour faire une thèse sur l’anticipation et la science-fiction.

Informations complètes sur ce lien : https://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/littarts/rejoindre/doctorante-allocation-doctorale-recherche-en-litterature-et-linguistique

Continuer la lecture de Allocation doctorale de recherche en littérature et linguistique – anticipation et science-fiction (18 juin 23)

Colloque : Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme (Montréal, 17-19 mai 2023)

Colloque Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme

17-19 mai 2023

Montréal

Organisé par Elaine Després, Jean-François Chassay, Gina Cortopassi, Antonio Dominguez Leiva, Hélène Machinal, Louis-Paul Willis

Programme

Toutes les séances seront diffusées sur zoom (https://uqam.zoom.us/my/centrefigura). Les heures indiquées sont celles de Montréal.

 

Mercredi 17 mai 2023

Salle Pierre-Bourgault – J-1450 (405, rue Sainte-Catherine Est)

9h20 – Mots de bienvenue

9h30-10h30

Présidence : Hélène Machinal

  • Conférence d’honneur d’Irène LANGLET, Du « mal de l’avenir » aux « futurs de la nostalgie ». Les émotions des temporalités alternatives

10h30-10h45 – Pause

Uchronies de l’intime

10h45-12h15

Présidence : Jean-François Chassay

  • Cassie BÉRARD, Contrefaire la mort. Les fictions extrêmes de David Vann
  • Stanislas DERRIEN, « Having no home other than the chronoclastic ether ». Temporalité instable et nostalgie réparatrice dans la fiction de Jasper Fforde
  • Louis-Paul WILLIS, Nostalgie des origines. Désir et atemporalité dans la série Dark

12h15-13h45 – Repas du midi sur place (offert aux participant.es)

 

Uchronie et histoire contrefactuelle

13h45-15h15

Présidence : Gina Cortopassi

  • Ivan BUREL, The Years of Rice and Salt de Kim Stanley Robinson. Défendre le progressisme occidental sans l’Occident?
  • Simon DANSEREAU-LABERGE, L’uchronie comme écriture ruiniforme. L’Après de la catastrophe dans The Yiddish Policemen’s Union et L’Avenir
  • Mélanie JOSEPH-VILAIN, Fonction(s) de l’uchronie dans Noughts and Crosses de Malorie Blackman

15h15-15h30 – Pause

15h30-16h30

Présidence : Louis-Paul Willis

  • Sophie MARCOTTE, « Mon pays, ce n’est pas un pays… ». Le Québec souverain dans Vies parallèles et La Maison-Bleue
  • Shannon WELLS-LASSAGNE, Making it Real/Reel. Newsreel in The Man in the High Castle and The Plot Against America
 

Jeudi 18 mai 2023

Salle PK-1140 (201, av. du Président-Kennedy)

Temporalités multiples et mondes parallèles

Présidence : Vincent Lavoie

9h30-11h

  • Marceau FORÊT, Utopie, uchronie, science-fiction. Des temporalités discordantes? Diachronie d’une opposition générique et de sa métabolisation dans les sciences humaines et sociales
  • Gaëlle DEBEAUX, Vers une cartographie du temps. Multiplication des récits et pensée du temps dans Cloud Atlas
  • Denis MELLIER, L’histoire du chat qui bifurque. Récit, figures, simultanéité (retour à Borges)

11h-11h15 – Pause

11h15-12h15

  • Hélène MACHINAL, Et si…. une autre espèce. Fictions de mondes possibles et spéciations divergentes
  • Sylvain DAVID, Hypothèses et méta-uchronie. L’épisode « If-Then-Else » de Person of Interest

12h15-13h45 – Repas du midi sur place (offert aux participant.es)

 

Boucles et paradoxes temporels

Présidence : Gabriel Tremblay-Gaudette

13h45-15h15

  • Antonio DOMINGUEZ LEIVA, Généalogies des boucles temporelles
  • André-Philippe LAPOINTE, Ambiguïté, dualité et simultanéité d’une perspective schrödingerienne
  • Arnaud REGNAULD, Grégory Chatonsky. La boucle et le flux

15h15-15h30 – Pause

15h30-16h30

  • Gaïd GIRARD, Les temps spectaculaires de Christopher Nolan
  • Bertrand GERVAIS, Une promenade en mer. Uchronies privées et lignes brisées en culture de l’écran
 

Vendredi 19 mai 2023

Salle PK-1140 (201, av. du Président-Kennedy)

Rétrofuturisme et résurgence du passé

Présidence : Laurence Perron

9h30-11h

  • Victor-Arthur PIÉGAY, No « no future! » Le paléofuturisme conservateur de Dr Stone
  • Anne BESSON, Le Moyen Âge comme fiction. Réflexions sur les passés imaginaires de la fantasy
  • Jessy NEAU, Recompositions géopolitiques et esthétiques de l’ère victorienne avec la gaslamp fantasy

11h-11h15 – Pause

11h15-12h15

  • Laure LÉVÊQUE, Quand les aiguilles tournent à l’envers. L’Horloge des siècles d’Albert Robida ou le progrès dans la régression
  • Fleur HOPKINS-LOFÉRON, Vanitas Vanitatum. Les spectateurs du temps qui passe dans les récits merveilleux-scientifiques

12h15-14h – Repas du midi libre au Central (30, Ste-Catherine Ouest)

 

Nostalgie du futur et travail de mémoire

Présidence : Sylvano Santini

14h-15h

  • Marie SOMMER, Ruines du futur
  • Elaine DESPRÉS, Du passé aux futurs. Temporalités, sérialité et déphasage dans Devs d’Alex Garland

15h-15h15 – Pause

15h15-16h45

  • Lisa HARISTOY, « Junkies stoned on history ». Échapper au présent dans The Tiger Flu de Larissa Lai
  • Sylvie BAUER, « What do you do with all these tenses, these continuous misplacements in time? » Collisions temporelles entre passé décomposé et futur désincarné dan Skin Elegies de Lance Olsen
  • Jean-François CHASSAY, Galileo au pays des merveilles (mathématiques)
 

Soirée à la Cinémathèque québécoise

(335, boul. de Maisonneuve Est)

18h30 – Projection du film Cours, Lola, cours de Tom Tykwer

20h – Cocktail dînatoire de clôture au Café-Bar

Continuer la lecture de Colloque : Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme (Montréal, 17-19 mai 2023)

L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible (CFP 13/11/22)

L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible – première partie

Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe siècle

Remploi, modélisation, création

20 janvier 2023 / Université Paris Cité

Télécharger l’appel.

Comité d’organisation : Panagioula (Julie) Kolovou (LESA, Aix-Marseille Université), Anastasia Rostan (CERILAC, Université Paris Cité), Chiara Santini Parducci (CERILAC, Université Paris Cité), Leïla Haegel (APC, Université Paris Cité)

Comité scientifique :

Emmanuelle André (CERILAC, Université Paris Cité) ; Elsa De Smet (Centre Georges Pompidou Metz) ; Antoine Gaudin (IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle) ; Thierry Roche (LESA, Aix-Marseille Université) ; Roland Lehoucq (IRFU, CEA)

Argument

Le XXIe siècle a vu se développer et se diffuser de nouvelles images astronomiques et planétologiques : nouvelles, tant par les techniques d’observation et de visualisation – et le développement du numérique –, que par les objets observés d’une manière inédite, donnant lieu à des formes visuelles singulières (nébuleuses chamarrées observées par le télescope Hubble, motifs graphiques de l’Observatoire en rayons X Chandra, couleurs psychédéliques prises en lumière infrarouge par le satellite Spitzer, trous noirs numériquement simulés ou photographiés[1], astres revus en haute définition, rovers, etc.)[2]. La fabrication de ces nouvelles images scientifiques du cosmos, qui surmontent les limites de l’observation visuelle directe, a d’ailleurs fait l’objet d’un grand nombre d’études, qui soulignent aussi leur inscription dans la culture visuelle et l’histoire de l’art[3]

            Mais ces images façonnent également en retour un nouvel imaginaire de l’Univers dans d’autres contextes que ceux de l’observation et la médiation scientifique, et semblent informer et modeler à leur tour la représentation de celui-ci dans les films de fiction, et en particulier de science-fiction, au XXIe siècle. Continuer la lecture de L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible (CFP 13/11/22)

Colloque “Théorie(s) de la science-fiction” | programme

Colloque organisé par la revue Res Futurae (LISAA Éditeur, univ. Gustave Eiffel). Il se tiendra à l’université Gustave Eiffel (bâtiment Copernic) le jeudi 15 décembre et à l’université Paris Sorbonne (Maison de la recherche) le vendredi 16 décembre. Entrée libre et gratuite sous réserve de places disponibles. Pour toute information: irene.langlet [at] univ-eiffel.fr

Programme mis à jour le 30 nov. 2022, puis le 12 décembre 2022.

JEUDI 15 DÉCEMBRE 2022

Salle 3V071, bâtiment Copernic, Université Gustave Eiffel, 5, boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne

9h45 Accueil

10h Dix ans de « science fiction studies » en français

Comité éditorial de la revue ReS Futurae

10h30 Table ronde : le novum dans les théories de la science-fiction

  • Romain Bionda, animateur (univ. Lausanne)
  • Vincent Berry (univ. Sorbonne Paris Nord)
  • Aurélie Huz (univ. Paris Nanterre)
  • Jérémy Michot (univ. Perpignan)

11h20 Pause

11h40 Table ronde : le réalisme dans les littératures de l’imaginaire

  • Anne Besson, animatrice (univ. d’Artois)
  • Elaine Després (UQAM)
  • Alice Jacquelin (ENSSIB)
  • Hélène Machinal (univ. Rennes 2)

12h40 Visite de l’exposition « Science-fiction » à la B.U. Georges Perec

14h Communication : « Philosophie, science et science-fiction »

Jean-Loup Héraud (univ. Lyon 1)

14h45 Communication : « La science-fiction entre transmission et transgression de la norme scientifique : approche didactique »

  • Estelle Blanquet (INSPE de l’Académie de Bordeaux – univ. de Bordeaux)
  • Éric Picholle (CNRS, univ. Côte d’Azur)

15h40 Table ronde : autorité et auctorialité dans les littératures de l’imaginaire 

  • Marion Lata, animatrice (univ. Sorbonne Nouvelle)
  • Anne Besson (univ. d’Artois)
  • Margot Châtelet, à confirmer (univ. Gustave Eiffel)
  • Sarah Mallah (univ. Gustave Eiffel)

VENDREDI 16 DÉCEMBRE 2022

Salle D323, Maison de la Recherche de Sorbonne Université, 28 rue Serpente, 75006 Paris

9h15 Accueil

9h30 Communication : « La science-fiction a-t-elle horreur du vide ? Le cas des séries télévisées »

  • Elaine Després (UQAM)
  • Hélène Machinal (univ. Rennes 2)

10h30 Table ronde : dans la jungle des genres

  • Matthieu Letourneux, animateur (univ. Paris Nanterre)
  • Anne Duprat (univ. Picardie Jules Verne)
  • Comité éditorial de la revue Res Futurae: Irène Langlet (Univ. Gustave Eiffel), Simon Bréan (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Univ. Paris Nanterre), Alice Ray (Univ. Orléans), Hugues Chabot (Univ. Claude Bernard Lyon I)

11h20 Pause

11h40 Table ronde : science-fiction, anticipation, littérature générale

  • Simon Bréan, animateur (Sorbonne Université)
  • Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS Lyon)
  • Frédéric Guignard (univ. Lausanne)
  • Agathe Novak-Lechevalier (univ. Paris Nanterre)

14h Assemblée générale de la revue

16h00 Pause

16h30 Visioconférence de clôture

« Enjeux textuels d’une lecture féministe de la science-fiction »

Richard Saint-Gelais (univ. Laval, Québec)

16h45 Conclusion du colloque

Quels concepts pour les théories de la science-fiction ?

Comité d’organisation

  • Irène Langlet, PR littérature contemporaine,  univ. Gustave Eiffel, UR LISAA
  • Simon Bréan, MCF Littérature française, Sorbonne Université, UR CELLF
  • Aurélie Huz, MCF Littérature française, univ. Paris Nanterre, UR CSLF

 

 

Carnet de la revue Res Futurae

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search