Sur les préfaces et postfaces en science-fiction

Après la préface inédite du livre d’Anita Torrès en 1997, le site Quarante-Deux publie ces jours-ci une postface inédite de Gérard Klein, directeur de la collection « Ailleurs et demain » chez Laffont. (Voir toutes les références en fin de billet.) Elle donne à nouveau à penser, à au moins trois titres.

Premièrement, au titre des pratiques des éditeurs, et leurs choix de publication. Que signifie une préface pour un éditeur? Est-ce un appareil critique qui risque d’alourdir la lecture, d’éloigner le public? On peut le supposer lorsqu’un refus de publication est énoncé. A moins que le problème ne vienne de l’aspect polémique de certains essais-préfaces, et celui de G. Klein entre pleinement dans cette catégorie. Trop long? Trop critique? Evoquant des questions de société trop brûlantes? Mais que penser de cette pratique, qui perpétue le clivage entre une lecture qui serait « de divertissement » (peut-être?) et une autre, qui serait « d’étude », voire « savante »? A l’heure où les études littéraires sont amenées à repenser leur périmètre, leurs méthodes et leur liaison aux mutations sociales, on peut s’interroger sur ces choix, qui vont à rebours de la nécessaire reformulation d’une capacité critique de la littérature de fiction, de l’importance indiscutable de ses expériences d’anticipation, qui permettent d’exprimer des hypothèses créatives, parfois en raison même de l’outrance ou de la stylisation philosophique que permet la fiction. G. Klein le comprend parfaitement, et explique avec une sincérité qui force le respect le cheminement de pensée que ce roman de Simmons lui a permis d’entreprendre.

Deuxièmement, au titre précisément du rôle de tribune et de vecteur critique que peuvent jouer les préfaces, dans les collections spécialisées en général et dans celle-ci en particulier, et sous la signature de Gérard Klein tout particulièrement. Dans le numéro 1 de ReSF,  Simon Bréan propose une étude de ce que la critique produite par les « érudits de la SF » apporte à la connaissance de ce genre; l’état des lieux d’Irène Langlet a pris, pour sa part, pour point de départ de sa réflexion sur les méthodes possibles d’étude de la science-fiction une préface de G. Klein refusée aussi par un éditeur. Comment un genre littéraire, voire globalement un genre médiatique, doit-il être appréhendé? La saisie des stricts corpus fictionnels suffit-elle à comprendre la structuration générique? Ou bien cette dernière doit-elle s’envisager aussi par le biais des discours tenus sur le genre, avec leurs évolutions, leurs points de débat, leurs impasses, même, qui disent quelque chose de la définition, possible ou impossible, de la SF? Il est notoire que l’art contemporain ne se comprend pas sans les discours d’intention ou d’accompagnement qui doublent, précèdent ou suivent ses performances ou installations; les genres médiatiques et populaires se structurent-ils aussi de cette manière? Avec quelles spécificités?

Troisièmement, du coup, au titre de l’archivage et de la pérennisation de ces textes voués à une rotation peut-être trop rapide (problèmes des rééditions, des titres épuisés). Quarante-Deux a compris depuis de nombreuses années tout l’intérêt de mettre ces préfaces à disposition du public, et fait oeuvre irremplaçable en archivant les prises de parole du connaisseur intime de la SF qu’est G. Klein.  La lecture ponctuelle, ou en continu, des préfaces qu’il a signées au fil des ans, procure un aperçu inestimable de la culture science-fictionnelle française, de ses débats, du savoir littéraire qui s’y accumule et s’y discute, bref: de son histoire. S. Bréan l’a pris en compte dans sa thèse, récemment parue aux Presses Universitaires de Paris-Sorbonne. Co-organisé par B.-O. Dozo, un colloque international aura lieu en juin à l’université de Liège sur ces « Jeux et enjeux de la préface »: I. Langlet y proposera quelques réflexions et analyses de ce corpus spécifique, d’une grande richesse. Ce nouvel épisode de la vie éditoriale en constituera évidemment un exemple de choix.

Références

Bréan Simon, La science-fiction en France, PUPS, 2012.

Bréan Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 10 janvier 2013. URL : http://resf.revues.org/131

Klein Gérard, « Dan Simmons : Flashback« , postface inédite au roman, 2011, in Quarante-Deux, « Archives stellaires », en ligne (janvier 2013), URL: http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/Flashback/

Klein Gérard, « Anita Torres : la Science-Fiction française — Auteurs et amateurs d’un genre littéraire », préface inédite à l’ouvrage, in Quarante-Deux, « Archives stellaires », en ligne (2001), URL: http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/sff.html

Langlet Irène, « Étudier la science-fiction en France aujourd’hui », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 11 janvier 2013. URL : http://resf.revues.org/181

« Jeux et enjeux de la préface », colloque international, Université de Liège, Belgique
26-28 juin 2013, URL: http://www.crilcq.org/activites/contribution/jeux_et_enjeux.asp

 


Une réflexion au sujet de « Sur les préfaces et postfaces en science-fiction »

  1. Article très intéressant. Je crois me souvenir que Genette avait consacré quelques développements à la question du « péritexte éditorial » (à mettre en parallèle avec le « péritexte auctorial »).

    Très concrètement, il suffit de comparer un volume de Dune paru chez Pocket (la collection de feu J. Goimard), avec sa brève introduction non signée, ET l’impressionnant apparat critique (signé Klein & Sprauel) qui enserre le texte d’Herbert dans la Bibliothèque A&D. Deux extrêmes qui peuvent influencer le lecteur au même titre que le découpage des volumes, l’illustration ou l’adjonction d’un sous-titre (cf. l’affaire « Prélude à Dune » dont nous avions parlé sur BDFI).

    Klein est connu au sein du fandom dunien francophone pour la postface à la Maison des Mères (laissée telle quelle par Goimard dans ses éditions de poche). Son introduction au Livre d’Or (1978) a également circulé sous forme de fichier bien avant l’initiative de XLII. GK est donc depuis longtemps une « référence », connue et citée dans les discussions.

    Pour ma part, j’ai eu un autre cheminement de lecteur. Longtemps je me suis contenté de l’édition originale héliophore (argentée) parue en 1970. Elle était dépouillée à l’extrême avec un péritexte (éditorial comme auctorial) réduit à presque rien. J’ai noté, à cet égard, que c’était une constante chez Herbert. Il n’a que rarement introduit ou postfacé ses oeuvres. Il ne l’a fait qu’à la fin de sa vie, quand il a revisité le texte de certains de ses romans, publié des recueils de ses nouvelles ou rendu hommage à son épouse. Pour parler faniquement, il adoptait presque toujours une perspective « in-universe » (où le livre ne laisse aucune place à une quelconque allusion à notre époque).

    À comparer avec la débauche d’introductions, préfaces et postfaces que nous devons à son fils. Il y a chez ce dernier une tentation de capter le « cercle interprétatif » dans le sens qu’il a voulu imprimer au « Dunivers ». Mais c’est une autre histoire …

Les commentaires sont fermés.