Le choix du robot qui rêvait de Caza

Philippe Caza, couverture pour le recueil d’Isaac Asimov, Le Robot qui rêvait, J’ai lu, 1988. Illustration du n°1 de ReS Futurae.

 

Pourquoi une illustration de Caza pour le premier numéro de ReS Futurae ? Pourquoi cette image de Caza ?

Parce que Caza est l’un des plus grands illustrateurs de science-fiction en France, celui qui, après avoir illustré quelques volumes de la collection Club du livre d’anticipation, s’est chargé de dizaines de couvertures pour J’ai lu, fixant ainsi dans l’imaginaire de nombreux lecteurs les mutants, les extraterrestres et les créatures de Vance, A. E. van Vogt, Simak, Pohl, Farmer, Silverberg, Niven, Brin, Powers, McMaster Bujold, mais aussi ceux de Klein, Canal, Wintrebert, Bordage.

Pour d’autres éditeurs, l’Atalante, Mnémos ou ActuSF, il a aussi accompagné de manière privilégiée les œuvres de Wagner, ainsi que des titres de Pelot ou Dufour. Ses compositions sensuelles et richement colorées, souvent luxuriantes, son trait anguleux et tentaculaire, ses postures stylisées ont ainsi donné forme pour longtemps à un imaginaire de science-fiction en prise directe aussi bien avec le sense of wonder classique qu’avec la contre-culture des années 1960, liant les ombres sculptées au dessin de la lumière, l’érotisme à la terreur ou à la merveille.

Il est aussi l’auteur complet d’albums de bande dessinée novateurs, comme Kriss Kool, Les Habitants du crépuscule, et bien sûr son cycle du Monde d’Arkadi. En animation, il a notamment travaillé sur Gandahar de René Laloux, d’après le roman d’Andrevon, et Les Enfants de la pluie d’après un roman de Brussolo.

Ayant fourni des illustrations inoubliables pour le cycle des robots d’Asimov, il a livré avec sa couverture du Robot qui rêvait une image puissante, particulièrement parlante pour tous les passionnés de science-fiction. Ce svelte robot cuivré aux pièces d’articulation de rubis, qui s’est éloigné d’une ville sous dôme et s’est adossé à un arbre fruitier pour mieux contempler dans le ciel nocturne les myriades d’étoiles scintillantes, c’est un peu nous tous, rêvant aux mondes lointains dans l’espace, incarnés dans une altérité dont la sensibilité niée par la nature machinique s’affirme dans cet élan vers les étoiles, cette projection sur d’autres planètes, d’autres galaxies. Cette image symbolise d’une certaine manière des aspirations et des espoirs. Les chercheurs en science-fiction sont aussi des robots qui rêvent du futur, comme un mélange de science et de nature, de technologie et de rêverie. Étudier la science-fiction, c’est bien sûr partager la passion des fans, qui contemplent les étoiles comme ce robot. C’est aussi s’attacher à un imaginaire, à ses formes et à son sens. Vouloir rester dans la fiction, s’attarder sur les œuvres, mettre en évidence leur valeur, diffuser leur connaissance.

Ce n’est pas non plus sans nostalgie que nous avons choisi une image publiée il y a maintenant un quart de siècle. Elle sait aussi bien exprimer pleinement en le reprenant un topos romantique, que le détourner en le plaçant sans ambiguïté dans le monde de la science-fiction, alliant à la part de contemplation une indicible étrangeté.

 

Pour mieux connaître l’œuvre de Caza, il est indispensable d’aller lire et voir l’entretien-fleuve abondamment illustré qu’il a acordé à BDZoom : première partie, deuxième partie, et troisième partie.

Caza a réédité sous forme numérique quelques-uns de ses albums et dessins devenus introuvables, comme Kriss Kool,  Fume… C’est du Caza !, le recueil d’illustrations Caza 30×30Les Monstres du placard 1 et  Les Monstres du placard 2. On peut trouver sur le même site son dernier opus, Le Jardin délicieux.



Citer ce billet
SMinne (2013, 3 avril). Le choix du robot qui rêvait de Caza. ReS Futurae. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnuz

3 réflexions sur « Le choix du robot qui rêvait de Caza »

    1. C’est nous qui vous remercions d’avoir autorisé la reprise de cette superbe illustration !

Les commentaires sont fermés.