Science Fiction Studies n° 119 : Chinese Science Fiction

Dans son numéro de mars 2013 dirigé par Yan Wu et Veronica Hollinger, la revue Science Fiction Studies consacre un dossier entier à la science-fiction chinoise.

Lao She, La Cité des Chats, traduit par Geneviève François-Poncet, Presses Pocket, 1992.
Lao She, La Cité des Chats, traduit par Geneviève François-Poncet, Presses Pocket, 1992.

Dans son introduction, qui reprend une expression employée par Brian Aldiss lors d’un voyage en Chine où il avait l’impression d’être sur une autre planète, la « planète de la Grande Muraille », Yan Wu explique comment la science-fiction, introduite à la fin du règne de la dynastie Qing, s’est acclimatée à la littérature chinoise. Le régime de la république de Chine a ensuite découragé en grande partie l’essor de la science-fiction chinoise en raison de la présence possible de critique politique, ce qui n’a pourtant pas empêché la publication de quelques utopies et dystopies. Tiraillée entre la culture traditionnelle chinoise et l’idéologies marxisto-léniniste du régime, la science-fiction s’est longtemps trouvée réduite à quelques récits pour la jeunesse. C’est après 1978 que les nombreuses traductions de romans de science-fiction anglo-saxons ont suscité un regain d’intérêt pour le genre. Puis après 1989, avec les événements de la place Tian’anmen et le virage économique libéral du pays, la fantasy s’est à son tour imposée, sans rogner sur la popularité de la science-fiction, un engouement qui se traduit par l’émergence d’auteurs célèbres comme Liu Cixin, Han Song ou Wang Jinkang.

Pour Yan Wu, la science-fiction chinoise se caractérise par la mise en avant du thème de la libération d’anciennes structures institutionnelles, politiques ou culturelles. Le rapport à la science semble différent de celui qu’entretient la science-fiction occidentale. Elle se caractérise enfin aussi par son interrogation sur l’avenir de la culture chinoise millénaire. Cette science-fiction venue d’ailleurs attire aussi depuis quelques années l’attention de chercheurs occidentaux, qui recourent à des perspectives critiques telles que la littérature du tiers-monde, l’orientalisme ou le post-colonialisme. Tout en déplorant l’absence d’un article consacré à l’ère Mao, l’auteur de l’introduction espère que ce numéro spécial encouragera de nouvelles recherches sur la science-fiction chinoise.

Articles

Yan Wu, « “Great Wall Planet”: Introducing Chinese Science Fiction »

Han Song, « Chinese Science Fiction: A Response to Modernization »

Liu Cixin, « Beyond Narcissism: What Science Fiction Can Offer Literature »

Nathaniel Isaacson, « Science Fiction for the Nation: Tales of the Moon Colony and the Birth of Modern Chinese Fiction »
La science-fiction chinoise est apparue comme le résultat de deux facteurs convergents au tournant du vingtième siècle : d’abord, la crise épistémologique provoquée par l’assujettissement semi-colonial de la Chine par les puissances européennes, et ensuite, l’imaginaire impérialiste des échanges mondiaux et de la conquête qui ont mené à l’émergence du genre en Occident et à sa traduction en Chine via le Japon. À travers une lecture minutieuse de Yuè qiú zhí mín dì xiǎo shuō (Roman de la colonie lunaire) de Huangjiang Diaosou, cet article explore les peurs liées à l’utopie, au nationalisme et à l’occidentalisme telles qu’elles se révèlent dans la science-fiction chinoise des premiers temps.

Shaoling Ma, « “A Tale of New Mr. Braggadocio”: Narrative Subjectivity and Brain Electricity in Late Qing Science Fiction »
Cet article étudie la relation entre le soi et la société dans Xīn falu xiàng shēng tán de Xiu Nianci (Conte d’un nouveau M. Braggadocio, 1905) . La nouvelle joue avec la subjectivité à la première personne et avec l’invention du narrateur, l’électricité du cerveau, remettant en cause la solution de continuité entre l’individu et la société ainsi que la séparation entre le travail et le capital qui est au cœur de la vision de Marx des relations sociales de production. Plus spécifiquement, l’électricité cérébrale réimagine la différence entre les humains et les machines et réécalue les moyens et les relations de production. Ce faisant, elle fournit une étude d’économie politique rare dans la fiction chinoise de la fin de la période Qing.

Lisa Raphals, « Alterity and Alien Contact in Lao She’s Martian Dystopia, Cat Country »
Cet article passe en revue plusieurs contextes pour traiter les thèmes de l’altérité et du contact extraterrestre dans Māo chéng jì (La Cité des chats) de Lao She, une œuvre qui chevauche plusieurs cultures et pose d’importantes questions aux chercheurs qui étudient tant la science-fiction que la littérature chinoise. Il étudie la manière dont La Cité des chats entre ou non dans l’histoire de la science-fiction ainsi que dans la littérature chinoise du vingtième siècle. Il compare enfin le traitement du contact extraterrestre et de l’altérité dans La Cité des chats et dans « Une odyssée martienne » de Stanley Weinbaum.

Mingwei Song, « Variations on Utopia in Contemporary Chinese Science Fiction »
Le récit utopique a connu plusieurs variantes dans la science-fiction chinoise contemporaine, le genre se développant à partir de la fin de période Qing. À travers l’analyse des écrits de trois auteurs, Han Song, Wang Jinkang, et Liu Cixin, cet article étudie trois thèmes qui caractérisent la nouvelle vague de la science-fiction chinoise : la montée de la Chine, le mythe du développement, et la posthumanité.

Jia Liyuan, « Gloomy China: China’s Image in Han Song’s Science Fiction »
Cet article est centré sur l’œuvre de Han Song, un important auteur de la science-fiction chinoise. Ses histoires sombres et complexes regorgent de violence et de sang versé, et bien qu’elles aient souvent laissé leurs lecteurs perplexes, leur valeur a été défendue par plusieurs critiques. L’œuvre de Han Song dépasse la critique de Lu Xun du caractère national et en fait l’héritier de l’esprit éclairé du mouvement du 4 mai (1915-1921). L’influence du bouddhisme empreint son œuvre de nihilisme, ce qui inévitablement réduit la portée de sa critique. Des sentiments contradictoires de détachement de la réalité et d’attachement à cette même réalité s’expriment dans son écriture de science-fiction, que l’on peut voir comme une pratique du dharma autant qu’une critique de la réalité. Sa « Chine maussade » peut non seulement être vue comme une allégorie nationale au sens de Fredric Jameson, mais aussi comme une exploration universelle du sens de l’existence.

Qian Jiang. « Translation and the Development of Science Fiction in Twentieth-Century China »
La traduction a joué un rôle dans dans l’évolution de la science-fiction en tant que genre dans la Chine du XXe siècle. Elle a fourni le coup d’envoi de la naissance de la science-fiction à la fin de la période Qing, et les traductions ont influencé fortement les fictions originales lors de différentes phases du développement de la science-fiction chinoise.

Wei Yang, « Voyage into an Unknown Future: A Genre Analysis of Chinese SF Film in the New Millennium »
Le cinéma de science-fiction est un nouveau genre du cinéma chinois. Empruntant abondamment à son homologue hollywoodien – costumes, décors, intrigues, effets visuels, etc., les films de science-fiction chinois ne montrent toutefois que rarement la vision fondée sur la science ou l’exploration qui marque plusieur films ambitieux réalisés en Occident. Les films chinois tendent à revenir aux conventions cinématographiques locales préexistantes et se combinent avec d’autres genres comme la fantasy, les histoires de fantômes ou d’horreur, la fiction sentimentale et les films d’arts martiaux. Le développement du cinéma de science-fiction chinois est rendu plus complexe par la tendance postmoderne actuelle à l’hybridité et à l’intertextualité, qui soumet le genre à l’imitation et à la parodie. Les éléments intergénériques dominants révèlent son statut de genre subordonné dans lequel la sémantique science-fictionnelle est choisie en fonction de ses relations syntaxiques avec d’autres genres. En ce sens, les films de science-fiction chinois seraient mieux définis comme des films « sur des thèmes de science-fiction ».

 

Suite du sommaire, hors dossier :

REVIEW-ESSAYS

Michael Saler. Science, the Paranormal, and Science Fiction: Cheng’s Astounding Wonder and Kripal’s Mutants and Mystics

Nicholas Ruddick. Unheimlich Maneuvers: Beaumont’s The Spectre of Utopia and James’s Maps of Utopia

BOOKS IN REVIEW

Clarke’s Conversations with Jonathan Lethem and Lethem’s The Ecstasy of Influence (Paweł Frelik)

Gaspar’s The Time Ship: A Chrononautical Journey (David Wittenberg)

Dillon’s Walking the Clouds (Amy Ransom)

Murphy/Vint’s Beyond Cyberpunk (Gerry Canavan)

Page’s The Literary Imagination from Erasmus Darwin to H.G. Wells: Science Evolution, and Ecology (Patrick Parrinder)

Schmeink/Böger’s Collision of Realities and Schmeink/Müller’s Fremde Welten: Wege und Räume der Fantastik (Franz Rottensteiner)

Smith’s The Journalism of H.G. Wells (John Huntington)

Stallings/Evans’s Murray Leinster: The Life and Works (Joe Sanders)

Westfahl’s The Spacesuit Film: A History, 1918-1969 (J.P. Telotte)

Zgorzelski’s Born of the Fantastic (Grzegorz Trźbicki)

NOTES AND CORRESPONDENCE

Cutting Up in der Kunsthalle (Rob Latham)
The Politics of Adaptation Conference (Gerry Canavan)
The PKD Festival in San Francisco (Umberto Rossi)
Tales from the British Museum (Roger Luckhurst)
Fi-Sci (Alexis Kirke and Eduardo Miranda)
The Posthuman at Home (Hallvard Haug)
“Sounds of Space” Workshop (Paweł Frelik)
Who Originated the Term “Chronoclasm”? (David Ketterer)
A Feminist Utopia for Annie Denton Cridge? (Taryne Jade Taylor)
SFS Symposium at the 2013 Eaton/SFRA Conference (SFS editors)