ReS Futurae n° 3: La science-fiction française depuis 1970

Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.
Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 3 : La science-fiction française depuis 1970

Au sommaire :



Citer ce billet
SMinne (2013, 23 décembre). ReS Futurae n° 3: La science-fiction française depuis 1970. ReS Futurae. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnvu

2 réflexions sur « ReS Futurae n° 3: La science-fiction française depuis 1970 »

  1. L’éditorial est très intéressant et la façon dont il est dit que la science-fiction, rejetée de la culture légale, se structure de façon communautaire et parallèle, est très frappante. Cependant, la cause profonde de ce rejet à mon avis permet une définition de la science-fiction, dans la mesure où ce qui est rejeté, je crois, est l’imagination qui prétend aller au-delà de l’expérience sensible déjà effectuée – qu’elle se présente, lorsqu’elle est exprimée, comme renvoyant à une matérialité ou pas. Elle se dégage du naturalisme. Or, dans ses limites étroites, la science-fiction doit forcément proclamer que ces images renvoient à une matérialité encore à appréhender, le reste formant une sorte de nébuleuse indistincte rangée sous le nom devenu à son tour fourre-tout de “fantasy” – même quand celle-ci s’appuierait sur une science prétendant sonder l’invisible, déceler par exemple les types idéels autour desquels selon Goethe s’organisaient et se déployaient, dans leur forme, les plantes, les animaux. A mon avis, par conséquent, ces différenciations de principe doivent être relativisées. D’ailleurs cela éviterait le ghettoïsation, car la culture “légale” n’est pas la seule référence possible, l’élan populaire spontané peut en être une autre.

Les commentaires sont fermés.