Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908

Il faut saluer la réédition par la maison Nilsane des nouvelles de Carl Grunert, auteur d’anticipation allemand de la fin du XIXème siècle,  admirateur du père de la littérature allemande de science-fiction, Kurd Laßwitz. Né en allemagne à Naumburg an der Saale en 1865 et décédé à Eckner en 1918, Grunert est essentiellement connu pour ses nouvelles d’anticipation (dont le recueil Der Marsspion und andere Novellen [L’espion de Mars et autres nouvelles], 1908) même s’il a publié des pièces de théâtre (Judas Ischariot, 1888) de la poésie (Liebe und Leben [Amour et vies], 1910), sous le pseudonyme de Carl Friedland. Il a publié trente-deux « nouvelles du futur » [Zukunftsnovellen] entre 1903 et 1914, partiellement reprises dans le volume des éditions Nilsane. Il appartient à une génération d’écrivains d’anticipation allemands, Albert Daiber, Oskar Hoffman et Robert Heymann, précurseurs d’une science-fiction allemande reconnue notamment à partir des années 1920 grâce au travail de Théa von Harbou, épouse de Fritz Lang, scénariste de Metropolis (1926) ou encore de Die Frau im Mond [La femme dans la Lune](1929) qui  seront traduits et adaptés en romans dans de nombreuses versions.

Pour en savoir plus sur la littérature utopique, l’anticipation et la science-fiction allemande: Daniel Walther, préface au Livre d’Or de la science-fiction : Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Presses pocket, Paris, 1980 (http://www.noosfere.org/icarus/articles/article.asp?numarticle=202)

livre-or-science-fiction-allemande

Les éditions Nilsane, qui se qualifient elles-mêmes fort joliment de « passeur de futurs antérieurs », cherchent, en cette période de redécouverte de la première science-fiction française, à porter leur attention sur sa consoeur d’outre-Rhin. Après la réédition – en nombre limité, semble-t-il – d’Utopolis, roman profondément politique de 1930 dû à Werner Illing, et en attendant celle de Lesabéndio. Un roman d’astéroïde (1913) de Paul Scheerbart prévu pour 2015, elles ont choisi de proposer une édition en un volume unique de trois recueils de nouvelles, écrites par Carl Grunert (1865-1918) entre 1905 et 1908.

148755auroyaumedenullepart

Carl Grunert, Au Royaume de nulle part. Nouvelles d’anticipation 1905-1908, éditions Nilsane, collection « Arche de Noé », 2012, 364 pages 

 

 

 

 

 

 

Du point de vue contextuel, il est tentant de rapprocher l’écrivain allemand de son contemporain Maurice Renard, même s’il cite essentiellement Jules Verne comme une de ses références françaises. Faute d’avoir pu consulter le texte dans sa langue originale, difficile de caractériser le style proprement dit de Carl Grunert mais de nombreuses thématiques semblent le rapprocher de l’auteur  du Docteur Lerne ou du Péril bleu. « Le frein au radium », qui débute par le déjeuner champêtre d’un cercle d’amis, évoque les possibilités du radium, dont les caractéristiques venaient tout juste d’être découvertes. A l’instar d’un Wells, nommément cité dans le récit, c’est le thème de la manipulation du temps qui est abordé, le morceau de radium en la possession du scientifique présent ayant la capacité d’agir sur le déroulement chronologique. L’explosion qui fait suite à de fausses manipulations ne débouche cependant que sur un léger saut de quelques jours dans l’avenir… Autre énigme, celle de « Un mystère aérien », où tout un pays s’interroge sur la nature d’un étrange nuage, capable d’aller à rebours de ses congénères. Le récit vaut davantage par l’humour qui accompagne les diverses réactions politiques (celles du SPD en particulier) que par son dénouement, puisque le dit nuage n’est qu’un sanatorium d’un nouveau genre, d’ailleurs déjà imaginé par Albert Robida une vingtaine d’années plus tôt, ainsi que le rappelle le précieux appareil critique du volume. « Des ennemis dans l’univers ? » est une des nouvelles les plus prenantes, un jeune scientifique réussissant à l’aide d’un appareil de son invention à capter un message émis en morse d’un endroit inconnu dans l’espace. Sa découverte entrant en résonnance avec les indices collectés par le gouvernement du Reich, il est aux premières loges des révélations qui suivent : une espèce extra-terrestre, équipée d’astronefs noirs et effilés, cherche à attaquer l’humanité ! Cette longue ouverture est toutefois stoppée de manière abrupte, laissant le lecteur sur sa faim.

En fait, lorsque les idées sont les plus intéressantes, les plus prometteuses, Carl Grunert reste à l’orée de ce potentiel, comme se refusant à de plus amples développements. « L’œuf préhistorique » est ainsi l’occasion de brocarder la passion d’un paléontologue, qui parvient à extraire de la roche un œuf d’archéoptéryx intact, capable d’éclore, mais gâche finalement cette potentialité par son mépris du corps. Il en est de même pour « L’espion de Mars », où un Martien, possédant quatre doigts et trois yeux, s’est introduit dans l’observatoire de Percival Lowell afin de masquer l’existence d’un astronef venu de la planète rouge à destination de la Terre. Outre un certain problème de cohérence interne (comment l’espion lui-même a-t-il réussi à arriver sur Terre sans se faire repérer ?), la nouvelle cesse avec la révélation de cette arrivée prochaine… A cet égard, sa jumelle, « Mysis », est plus convaincante, car l’espionne de « Des ennemis dans l’univers ? » use d’un vêtement apparemment fait de matière vivante afin de se rendre invisible aux yeux des Terriens… « M. Vivacius Style » est un autre texte fondé sur une idée pleine d’audace, puisque Carl Grunert imagine la survie du cerveau d’un grand journaliste, grâce aux expériences d’un scientifique génial ; on n’est pas loin du futur « Herbert West, réanimateur » de Lovecraft, à ceci près que l’intrigue se conclut très rapidement par la fin de l’expérience liée à l’intervention d’un confrère jaloux… De ces textes plutôt courts, tournant autour d’une invention extraordinaire, on retiendra surtout « Le retour », qui anticipe en partie sur « L’homme truqué » de Maurice Renard. Le narrateur découvre en effet dans un train qu’un de ses compagnons voyageurs est muni d’une paire de lunettes capable de pénétrer l’âme des individus, mais le mystère demeure entier sur l’origine exacte de cet artéfact et sur la nature de l’individu qui les porte ; la morale est en tout cas sauve, puisque le voyageur qui préparait l’assassinat de son supérieur en est finalement empêché.

« La destruction de la terre ? » fait lui aussi partie des textes les plus notables. Le sujet n’a pourtant de prime abord rien de très original à l’époque : un objet céleste est en effet repéré, sa trajectoire l’amenant tout droit sur la Terre, qu’il est par conséquent appelé à détruire. La révélation de cette apocalypse à venir déclenche une panique à l’échelle mondiale, dont les tableaux brièvement évoqués ne surprendront pas les lecteurs d’auteurs français contemporains. On y retrouve en effet les mêmes scènes de révolution violente, de déchainement irréfléchi de pulsions populaires[1]. Plus original, la sauvegarde de la planète intervient par la manifestation d’une véritable conscience planétaire, anticipation de la Gaïa de James Lovelock, mais dont on peut également rapprocher un autre récit plus tardif mais moins aventureux, « Quand la Terre hurla » d’Arthur Conan Doyle (1928). « La destruction de la terre ? » permet également de mieux cerner les convictions de l’auteur, attaché non seulement à une forme d’élitisme de la sagesse, mais désireux de voir l’humanité franchir un cap spirituel, l’amenant à savoir gérer avec sérénité et grandeur les immenses avancées techniques réalisées.

Carl Grunert (1865-1918)
Carl Grunert (1865-1918)

Là où Carl Grunert surprend encore davantage, c’est par son maniement de l’intertextualité et les croisements entre réalité et fiction : Lowell et son assistant sont les héros de « L’espion de Mars », et Wells fait une apparition épistolaire dans « Les aventures de Pierre Maurignac ». De ce récit d’un voyage dans le temps grâce à la machine du fameux explorateur retrouvée au fond de la Manche, qui conduit le français Pierre Maurignac dans la préhistoire, on retiendra en particulier une déclaration où la fraternité humaine le dispute à la hiérarchisation des peuples (« (…) il voyait à quel point tous ces hommes [les préhistoriens, mais aussi les peuples premiers] étaient apparentés par leur culture, malgré les millénaires qui les séparaient. », p.166). L’intertextualité, on la trouve en particulier dans « L’étranger », qui se déroule dans un proche avenir (les trains électriques à 200 km/h y sont la norme), et où la rencontre entre un nouveau couple à l’amour impossible et un étrange individu dans un train débouche sur une révélation : l’individu en question n’est nul autre qu’un martien rempli d’empathie, tel qu’un autre auteur allemand de science-fiction, Kurd Lasswitz[2], les avait décrits, usant d’une technologie tellement avancée qu’elle en paraît merveilleuse et magique.

Et puis il y a les textes hybrides, entre fantastique et science-fiction. « Le réveil de Nitocris » est une histoire de momie, la jeune femme ainsi conservée fascinant l’égyptologue qui l’a découverte. Jusqu’au moment où, une nuit, enfermé dans le musée qui abrite la dépouille, il la voit s’éveiller de son long sommeil, généré à l’époque de l’invasion perse en Egypte par des rites magiques. Classiquement, l’éveil paraît conduire à la dissipation de l’illusion, si ce n’est qu’il demeure un objet pour témoigner de la réalité de l’expérience. « Adam Perennius, naufragé du temps » est relativement proche, le personnage en question étant un allemand du règne de Frédéric II, projeté un siècle et demi plus tard par la traversée d’un apparent nuage. La confrontation de celui-ci avec le cercle d’érudits, déjà découvert dans « Le frein au radium », permet de développer une thématique visiblement chère au cœur de Carl Grunert, celle de la romance contrariée, mais finalement triomphante. « Catalyse » est d’ailleurs une transposition de ce principe de réaction chimique à un trio amoureux, la science ne servant clairement ici que d’alibi, tout comme dans « Un fil téléphonique égaré », où la captation inattendue d’un appel de sa bien-aimée permet à son soupirant d’enfin lui avouer sa flamme ; pourtant, au détour du récit que celui-ci fait de son séjour en Afrique, est esquissée l’amorce d’une intrigue autrement plus ambitieuse[3].

« Le cadeau d’Oxygenius » relève quant à lui clairement du merveilleux, un génie (ou une divinité à la mode antique) s’amusant à perturber la teneur en oxygène de l’atmosphère sur une portion donnée du territoire étatsunien, bouleversant le fonctionnement d’une entreprise de métallurgie, tout cela dans le seul but de permettre la concrétisation d’une romance tout ce qu’il y a de plus conventionnelle dans son traitement. « Un ballon et une île » n’a par contre absolument rien de singulier, puisqu’il s’agit d’une simple robinsonnade, pour laquelle l’auteur réunit certains de ses personnages d’autres nouvelles, et qui lui permet de se moquer légèrement de Jules Verne, en montrant que la survie sur une île déserte peut se heurter à des difficultés véritablement insurmontables… tout au moins jusqu’au sauvetage final, qui a tout ici du deus ex machina.

Jean-Guillaume Lanuque


[1] « Pillages des banques et des magasins ! Révolution ouverte à Chicago ! Combats de rue sanglants toute la nuit ! Gouvernement impuissant ! Guerre de tous contre tous ! », p. 285. « Les temps de la révolution française étaient de retour, mais sous des formes mille fois plus effroyables ! », p. 290.

[2] Il est au sommaire de l’anthologie de référence élaborée par Daniel Walter, Science-fiction allemande – Etrangers à Utopolis, Paris, Presses Pocket, collection « Le Livre d’or de la science-fiction », 1980.

[3] « Le temps viendra sans doute où les peuples des régions actuellement tempérées se masseront autour de la ligne de l’équateur à la recherche de vie et de chaleur. », p. 210.