Au secours: la SF intéresse les Editions Universitaires Européennes

Un billet pour ajouter une voix aux alertes régulièrement lancées au sujet d’un éditeur peu recommandable.

Nouveau terrain de chasse pour les ratisseurs de contenus?

Dans le cadre de mes recherches sur la SF, j’ai écrit en 2015 un article pour la revue en ligne de l’APEF (Association Portugaise d’Etudes Françaises), Carnets: http://www.apef.org.pt/fr/revista_carnets.php. Cette revue est en accès ouvert, et tout un chacun peut lire le numéro concerné en PDF à cette adresse: http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/13690.pdf.

Or je reçois ce matin un courriel me proposant de publier cet article sous forme de « livre broché » (ça ferait un livre assez mince, quand bien même l’article tasse une bonne vingtaine de pages: un fascicule, dirions-nous). Voici le courriel:

De: Christina Muchi <c.muchi@editions-ue.com>
Objet: Invitation à publier chez nous, Madame IRENE LANGLET
Date: 19 juillet 2016 11:39:03 UTC+2
À: IRENE LANGLET <irene.langlet@unilim.fr>

Chère Madame IRENE LANGLET,

Au nom des Éditions Universitaires Européennes, je voudrais vous inviter à publier votre travail
« GUERRES DU FUTUR , CONFLITS DU PRESENT » sous forme de livre broché. Qu’en pensez-vous?

Étant basée en Allemagne, notre maison d’édition se donne pour objectif de développer les échanges entre chercheurs,
enseignants et simples curieux afin de dessiner les contours du monde scientifique, technique et culturel de demain.

Dans ce contexte, nous serions honorés de vous compter parmi nos auteurs.

A cet effet, aimeriez-vous en savoir plus sur le processus de publication?

En espérant une réponse rapide de votre part, je vous prie d’agréer, Madame IRENE LANGLET,
l’expression de mes salutations distinguées.
Cordialement,
Christina Muchi
Lectorat
e: c.muchi@editions-ue.com
w: www.editions-ue.com

Je reste un moment interloquée par la goujaterie du procédé, puis me remémore le nom de cet « éditeur » aperçu dans des alertes diverses lancées ici et là:

et j’en oublie certainement. Mais tout le monde s’accorde à mettre en garde les jeunes docteurs qui seraient tentés de venir grossir les rang du « stock d’auteurs » de cet « éditeur ». Lésant leurs auteurs, selon le dernier des articles cités, les contrats des EUE, selon les PUQ, ne sont toutefois pas une fraude en soi, lorsqu’il s’agit de récupérer des thèses ou des mémoires et de les imprimer à la demande après annonce sur de grandes librairies en ligne.

Mais aujourd’hui, je découvre que cette entreprise peut aller plus loin, et venir piller les contenus des revues en accès ouvert. C’est franchir un pas de plus – et afficher le plus souverain mépris du travail éditorial mené par lesdites revues, qui, pour avoir choisi l’accès ouvert et la gratuité des contenus, n’en sont pas moins le résultat d’un effort considérable de la communauté universitaire publique et seraient énormément dévoyées par une redistribution commerciale.

Je songe aux articles de ReS Futurae, tous disponibles de la même façon, et me dis que les EUE inaugurent peut-être un nouveau terrain de chasse. C’est pourquoi je diffuse ma réaction, pour joindre ma voix à la vigilance nécessaire. ReSF va, sans tarder, envoyer un courrier à tous ses auteurs, et systématiser avec eux le contrat de licence CC BY-NC-ND.

De: Langlet Irène <irene.langlet@unilim.fr>
Objet: Rép : Invitation à publier chez nous, Madame IRENE LANGLET
Date: 19 juillet 2016 12:24:11 UTC+2
À: Christina Muchi <c.muchi@editions-ue.com>
Cc: Maria Cristina Daniel Álvares <calvares@ilch.uminho.pt>

Bonjour,

Il est totalement hors de question que je publie quoi que ce soit chez vous, a fortiori un texte écrit pour une revue identifiée. Je mets la responsable de la revue Carnets en copie de ma réponse.

Votre proposition témoigne d’un mépris total pour le travail accompli par la revue Carnets, qui possède les droits d’exploitation de l’article que vous citez, et pour qui publier en libre accès ne signifie aucunement accepter de se faire piller par des marchands de papier. Cela en dit long sur votre modèle éditorial et commercial: vous cherchez à faire du profit à partir de travaux financés par l’argent public des universités européennes, et comme tels libres d’accès à toute la communauté.

Comme je dirige moi-même une revue en ligne dont les textes sont en libre accès, je vais immédiatement prévenir tous mes auteurs de l’indignité de ce type de démarche, au cas où vous auriez le front de leur faire une proposition du même type.

Comme d’autres avant moi, qui ont analysé vos campagnes de démarchage, je diffuserai mon point de vue largement, sur les réseaux universitaires et auprès de mes étudiants et thésards. Salutations


Irène Langlet
Professeur de littérature contemporaine

Responsable du master Lettres et Arts
http://lettunilim.hypotheses.org

Directrice de la revue ReS Futurae
http://resf.revues.org

Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Limoges
39E, rue Camille Guérin
87036 Limoges cedex


3 réflexions au sujet de « Au secours: la SF intéresse les Editions Universitaires Européennes »

  1. Merci de diffuser l’avertissement..
    (Un lecteur qui pillerait bien ReSFuturae pour son usage personnel mais qui n’a pas les codes pour…)
    Aldaran

  2. Mise en garde nécessaire ! Travaillant en thèse sur « L’intermédialité dans la SF française (1973-1998) », j’ai également été contactée à pas moins de trois reprises par cet éditeur pour la publication de ma thèse (encore inachevée). J’avais déjà été prévenue des procédés des EUE, j’ai donc laissé ces trois mails sans réponse, mais j’ai été surprise de cet acharnement – qui malheureusement peut porter ses fruits auprès de doctorants non avertis.

    Le 1er courrier se présentait ainsi :

    >>
    Objet Au sujet de votre travail, Mme Huz
    De Danielle Veste
    À Huz
    Date 2016-03-25 13:17

    Bonjour Madame Huz,

    Je me permets de vous demander si vous ne pensez pas porter votre ouvrage « L’intermédialité dans la science -­‐ fiction française de La Planète sauvage à Atlantis (1973 -­‐ 1998) »
    à l’attention des lecteurs du monde entier.

    Éditions Universitaires Européennes vous propose une publication entièrement gratuite de votre travail
    sous forme de livre imprimé « classique » ainsi qu’une guidance pendant tout le processus de publication.

    Pouvez-vous m’indiquer si une telle collaboration vous serait utile?

    J’attends votre retour.

    Cordialement,
    Danielle Veste
    Lectorat
    e: d.veste@editions-ue.com
    w: http://www.editions-ue.com
    >>

    Les deux suivants étaient de la même teneur, variant l’objet à chaque fois (« Votre décision, Mme Huz » et « La publication de l’ouvrage de Mme Huz », pour éviter le « Re: »). Le dernier partait même du principe inquiétant que j’avais manifesté mon intérêt pour la proposition d’édition : « N’ayant pas reçu de réponse après les deux derniers courriels que nous vous avons envoyés, nous vous recontactons. En effet, nous espérons que la proposition de publier votre ouvrage avec nous vous intéresse toujours. […] Nous apprécierions grandement une réponse de votre part. »

    Restons vigilants, donc…

  3. J’ai été contactée par les EUE qui m’ont proposé de publier un article d’une vingtaine de pages qui avait déjà été publié dans Carnets, la revue de ‘Association Portugaise d’Études Françaises. Je leur ai expliqué que l’article était déjà publié et que par conséquent leur proposition n’avait pas de sens, mais que j’avais un manuscrit d’environ 120 pages au fond d’un tiroir. Les EUE ont manifesté un grand intérêt à le publier et m’ont assurée que le texte serait revisé et que toute coquille serait éliminée.Le processus d’édition et publication est incroyablement facile et rapide si bien que le manuscrit a été transformé en livre du jour au lendemain. Mais les coquilles sont restées, car le texte n’a pas été revisé.

Les commentaires sont fermés.