CHRONIQUE : RECHERCHES AUTOUR DE L’IDENTITÉ GRAPHIQUE DE RES FUTURAE (2)

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, « Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae » dont voici le deuxième billet.

(Re-)penser l’identité visuelle d’un média c’est en comprendre les différents tenants. Sur quoi repose-t-il, comment fonctionne-t-il, font partie des questions qu’un designer graphique doit se poser. Les deux entités qui composent ReSF, c’est-à-dire la science-fiction et le caractère universitaire de la revue, ont évidemment formé une base de travail dans mes recherches. Il s’agit de deux univers qui ne me sont pas familiers. La science-fiction constitue un champ si vaste qu’il m’a été difficile d’en faire un compte-rendu exhaustif en tant que novice en la matière. Pour des question de légitimité dans les deux domaines, je me suis tournée vers la notion de stéréotype comme point de départ de ma recherche.

La partie concernant le dessin de caractère s’attache plutôt à un stéréotype typographique de l’univers SF : l’Eurostile (fig. 1), dessinée par Aldo Novarese en 1962, utilisée pour le logo actuel de ResF.

Fig. 1

En tant que caractère linéal géométrique aux courbes carrés, il renvoie à une esthétique futuriste propre aux années 1960. Afin de l’inscrire dans un champ qui témoigne d’une actualisation mais aussi dans la famille des fontes sérif, plus proche de la rigueur d’une revue universitaire, la modification de l’Eurostile était évidente (fig.2).

Fig. 2

Afin d’utiliser le caractère dans la mise en forme des articles en plus du logo, il a fallu adapter la tension des courbes selon les différents corps de texte, car réduire le corps accentue la rectitude des lettres (fig.3).

Fig. 3

Fig. 3 bis.

Après impression du caractère en corps 10 et en corps 6, j’ai pu remarquer que la rectitude des lettres en petit corps était trop importante. Cela m’a guidé vers le dessin de quatre versions différentes, s’adaptant aux différents corps de texte utilisés dans les articles : titre, partie, texte courant, note. Il s’agit de modifier légèrement la tension des courbes de la lettre pour en garder toutes ses caractéristiques : une forme de carré aux angles arrondis.

Le caractère se déclinerait alors en quatre versions, chacune adaptée à un corps optique et donc, à une utilisation (fig. 4 et 5).

Fig. 4

Fig. 5

Concernant les photos, je me suis intéressée à la figure du chercheur. Mes premiers essais reposent sur la mise en scène d’éléments dans le but d’installer un univers (fig. 6 et 7).

Fig. 6

Fig. 7

Dans l’idéal, et ce sera l’objectif de la prochaine séance photo, je souhaite rendre compte d’une ambiance qui tend vers le chirurgical, comme si l’action se déroulait dans un laboratoire d’analyse de documents autour de la science-fiction. Ce type d’image serait à imaginer dans le but de communiquer autour de la revue (fig.8).

Fig. 8

En revanche, mes références photographiques pour ce projet étant principalement issues de la photographie de mode, le fait d’esthétiser l’action d’un chercheur pose question. Est-il en adéquation avec l’esprit de la revue ?

* Je précise ici que le projet étant fictif, j’ai pris quelques libertés par rapport à la plateforme Openeditions.