Elaborer un projet de thèse sur la SF – quelques suggestions (I)

Je reçois tous les ans, entre janvier et mai, des demandes de direction de thèse sur la science-fiction. C’est toujours un moment motivant, mais l’intérêt s’émousse parfois très vite à la lecture de ce qui se présente comme des “projets de thèse” et qui n’a que peu à voir avec ce qu’on attend. Impossible d’en vouloir à qui que ce soit pour ce manque de méthode — je m’avise d’ailleurs en écrivant ceci que le master que je dirige à l’UPEM (pas depuis longtemps, certes) ne prévoit aucun enseignement sur le projet de thèse. (Je l’ajoute à ma to-do liste.) Pourtant c’est vraiment un document-clé, et sauf cas particuliers je ne rencontre pas les étudiant·e·s qui ne font pas la démarche. En effet, cette structuration du projet me semble suivre les règles du jeu de la thèse universitaire en lettres en 2019 (je tâche de ne pas généraliser); si quelqu’un·e ne veut pas suivre ces règles, je vois mal comment on peut envisager de travailler ensemble pendant parfois 6 ou 7 ans (pensez-y quand vous choisissez un·e directrice·teur). A court terme, ce sont ces règles-là qui sont suivies par les comités d’attribution des allocations de thèse (en particulier l’explicitation des méthodes, qui plonge généralement dans les affres les candidat·e·s littéraires, je ne sais pourquoi).

Sans pouvoir vraiment tout expliquer ici (parce que ça dépend évidemment aussi des sujets, des gens, des contextes), je liste les éléments que j’attends, personnellement, lorsqu’on m’écrit pour une direction de thèse sur la SF. Cela vaut globalement pour d’autres sujets évidemment, mais des attentes sont spécifiques et je vais essayer de dire pourquoi. Je m’adresse aux impétrant·e·s mais toutes les remarques et suggestions seront bienvenues pour compléter ce premier jet, forcément imparfait. D’ailleurs je rajoute un (I) dans le titre, tiens.

Un: votre CV.

Votre situation actuelle et votre parcours de formation permettent d’évaluer votre bagage culturel et universitaire, vos forces et faiblesses pour atteindre l’objectif thèse, et le projet plus lointain dans lequel cela s’inscrit.

Deux: une lettre.

Dites-moi pourquoi vous vous adressez à moi plutôt qu’à quelqu’un·e d’autre. Sur certains sujets, il est moins important d’être spécialiste de SF que d’autre chose (cinéma, études de genre, play studies, sciences politiques…), et ce sera un élément de la conversation. Je n’attends pas une lettre formelle avec des formules, mais une explication précise. Si vous avez déjà des idées sur un·e co-directrice·teur, si vous avez contacté aussi d’autres personnes, si vous voulez une allocation… c’est le moment de le dire.

Trois: un sujet et sa problématisation.

Voici les questions que je me pose:

  • le sujet est-il délimité ?
    ATTENTION : un « thème », un « domaine d’intérêt », un « motif » ne sont pas encore des « sujets ». Vous devez montrer qu’il y a un « objet de recherche », donc un « sujet de travail », quelque chose qui justifie une démarche de recherche.  “Le récit post-apocalyptique”, par exemple, n’est pas (encore) un sujet de recherche, mais “la situation de la catastrophe dans le récit post-apocalyptique” pourrait l’être: à condition de bien définir les termes récit, situation, catastrophe, apocalypse, on peut argumenter que le moment (dans la narration) et les conditions (dans la narration et la diégèse: cadre intra-fictionnel, mais aussi dans tous les aspects qui forment le cadre externe de la fiction) du récit de la catastrophe sont essentiels pour comprendre le sens de ces fictions post-apo. Et si, parmi les éléments que vous retenez pour comprendre le cadre externe de ces fictions, il n’y a aucune référence à la SF, je me demande si je suis la bonne personne pour vous suivre. (Il y a plein de façons de problématiser les fictions post-apo, et la SF peut ne pas être celle que vous retenez.) La problématique, on le voit déjà, est étroitement liée à la délimitation du sujet.
  • une problématique est-elle perceptible ?
    Ce  mot désigne  un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers les études littéraires et médiatiques (pour ce qui me concerne), ou qui part de l’ensemble de ces disciplines  pour aller vers votre objet. Autrement dit : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous. D’ailleurs, essayez d’écrire votre projet sans utiliser le mot “intéressant” (cette contrainte d’écriture peut être utile pour objectiver ce qui vous intéresse). Selon ce que vous voyez comme problème, il y a une thèse A qui se profile, ou une thèse B… ou parfois pas de thèse du tout. Si votre “projet” se contente de décrire différentes formes de villes détruites ou différentes formes de gouvernement survivaliste, je ne vois pas de problématique sur le récit post-apo. Si vous dégagez une constante dans ces formes (par exemple: du métal rouillé ou des piscines vides), c’est déjà un pas de plus: ça peut entraîner l’esprit intertextuel, faire apparaître des filiations d’écrivains (pour les piscines, voyez Ballard), ou des contrastes au contraire (pour le métal rouillé, comparez Auclair, Hermann, et Bilal), et partant de là ça peut amener des questions de sens, d’enjeux. Mais on n’a pas encore un problème, et encore moins un problème qui concerne la SF ou qui peut être concerné par la SF (et du coup on n’a pas encore une bonne raison d’imaginer que je sois la bonne personne pour diriger ce travail). Dégager un problème d’une ou plusieurs observations se fait plus ou moins facilement selon que vous avez une hypothèse de travail ou pas.
  • voit-on apparaître une ou plusieurs hypothèses de travail ?
    Que voulez-vous démontrer en étudiant le sujet qui vous intéresse? Le savez-vous déjà, ou êtes-vous seulement “passionné·e”, “intéressé·e”? Qu’est-ce qui vous motive pour passer trois, quatre, cinq ans de votre vie à lire et étudier une même chose? Essayez de cerner cela, en tâchant de faire la différence entre des idées reçues, des intuitions, des suppositions, des hypothèses. Si votre hypothèse est que le space opera a influencé la conquête spatiale, je ne suis peut-être pas la bonne personne: un·e spécialiste de politiques industrielles, de sciences de l’ingénieur ou d’histoire militaire aura peut-être de meilleures sources et de meilleurs réseaux pour vous permettre de conduire l’étude et démontrer l’hypothèse. Si votre hypothèse est que le récit médiatique de la conquête spatiale (les discours des dirigeants de la NASA ou de l’Agence Spatiale Européenne, la vulgarisation scientifique auprès du public de masse et du public restreint, la manière dont les médias ont mis ces faits en spectacle et en récit) a été influencé par les structures narratives du space opera, on est déjà plus dans mes cordes. Une “thèse” a pour but de rassembler des arguments textuels, philosophiques, analytiques, scientifiques etc, destinés à transformer une hypothèse, autrement dit une idée fortement engageante pour expliquer des phénomènes, en une idée fiabilisée, documentée et qui emporte la conviction (une thèse, un savoir transmissible et utile à d’autres hypothèses et d’autres savoirs).
Quatre: un corpus et sa justification.

Ce qui précède implique un terrain d’observation et de test des hypothèses. Dans ma discipline, ça veut dire un corpus d’oeuvres ou de discours ou de phénomènes discursifs, artistiques, médiatiques. Dans d’autres, ça peut être des entretiens avec des responsables de la communication du CEA ou des journalistes scientifiques. Dans d’autres encore, des textes de loi ou des débats constitutionnels (pour avancer des arguments sur les gouvernements survivalistes, par exemple). Délimiter un corpus peut donner l’impression qu’on tourne en rond parce qu’on a eu des idées à partir de lectures ou de spectatures et que donc on ne va pas vraiment les tester sur ce corpus. On a l’habitude de ce problème (“cercle herméneutique”) et c’est ce qui se discute en entretien. Ce que vous devez déjà faire c’est justifier ce corpus: pourquoi ces oeuvres pour ce sujet? Essayez aussi de le rendre cohérent dans le temps, dans l’espace, dans les cultures.

Cinq: un objectif et des méthodes pour y parvenir.

Que voulez-vous démontrer? est la question fondamentale d’un projet de thèse. En procédant comment? est sa question jumelle, à laquelle il faudra forcément répondre pour convaincre un jury décernant une allocation. Expliquez votre démarche, mais aussi vos autorités, les auteurs majeurs qui ont théorisé le type de démarche et montré en quoi elle était utile: ce n’est pas la même chose de fouiller un texte en quête de traces de la vie de l’auteur (méthode biographique) ou en quête des points d’articulation du récit (méthode narratologique). “Expliquer” un roman ou une BD, les “commenter” ne va pas de soi, surtout si ce commentaire doit devenir une sorte de preuve pour les hypothèses que vous voulez démontrer. En contactant un·e directrice·teur potentiel et en souhaitant une allocation de thèse, vous vous inscrivez dans ses domaines de compétences et dans son équipe de recherche: si vos méthodes n’ont rien à voir avec les études en littératures populaires et cultures médiatiques, ça n’a pas grand sens de solliciter une allocation dans l’axe 3 d’EHIC à l’université de Limoges (par exemple). C’est à ce stade aussi que le domaine des SF studies présente une spécificité.

Neuf projets sur 10 que je reçois ne se donnent pas la peine de se situer dans les études sur la SF. Ou alors citent des références datant de près de 50 ans, comme si le savoir sur le genre et la culture SF n’avait pas progressé depuis. Ou bien ne citent que des études en français alors même que le corpus mondial est majoritairement  anglophone et que la recherche et les débats académiques se sont principalement tenus en anglais. Ou bien citent pêle-mêle des posts de blogs, des notices de dictionnaires, des essais subjectifs ou polémiques, des éditoriaux de revues mélangés à des ouvrages universitaires ou des articles savants. C’est incompréhensible; personne ne se permettrait cela sur Flaubert ou Marguerite de Navarre. Peut-être que même pour ces étudiant·e·s qui veulent étudier la SF, la SF n’est pas aussi sérieuse que l’autre littérature et ne demande pas autant de soin? La recherche sur la SF est active, traversée par des débats, certains très techniques (l’estrangement cognitif implique-t-il une narration non-mimétique?), d’autres très vastes et impliquant d’autres disciplines (la bande dessinée de SF française entre 1962 et 1997 témoigne-t-elle d’un basculement dans l’ère post-fordiste des fictions médiatiques?). Prenez-en au moins la mesure, et faites l’effort de lire ce qui concerne votre sujet; faites un tour sur les bibliographies en ligne, de ce carnet par exemple ou de la revue Science Fiction Studies, ici: https://www.depauw.edu/sfs/biblio.htm#currentyear.

Six: une bibliographie.

Elle rassemble les références du corpus, des méthodes et des autorités. Elle me sert à savoir si vous êtes déjà à l’aise avec les contraintes d’écriture académique ou pas. C’est aussi ce que je regarde en premier, pour savoir si les points 4 et 5 vous sont importants. Quand il n’y en a même pas, ça ne part pas très bien…