Traducteur en sciences humaines : chercheur de citations

Cet article fait partie d’une série consacrée à l’activité éditoriale, ordinairement laissée dans l’ombre, mais permettant la parution des revues scientifiques françaises, comme nous l’avons annoncé dans l’éditorial de notre numéro blanc de juin 2020.

« Il faut citer, citer et encore citer » pourrait être un adage en sciences humaines. On le répète aux étudiants, les chercheurs fouillent ouvrages et revues pour trouver les passages qui viennent appuyer leurs arguments. Quand l’article écrit arrive devant le traducteur, ce dernier est donc confronté à des dizaines de citations tirées d’ouvrages plus ou moins obscurs, souvent dans la langue de l’auteur, parfois en langue originale (cela dépend notamment des domaines). La chasse à la citation est ouverte : l’ouvrage duquel elle est tirée est-il disponible dans la langue cible ? Si oui, il faut la retrouver et récupérer la citation « officielle ». Si non, il faut traduire soi-même [notre traduction, NdT]. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, le traducteur doit s’assurer que le texte n’a pas de traduction et parfois, le chemin est quelque peu sinueux. Pour éclairer ce travail de fourmi qui nous concerne particulièrement à ReS Futurae, je vous propose une visite guidée de cette « chasse à la citation » afin de mieux comprendre le travail de traducteur en sciences humaines.

Étape 1 : existe-t-il une traduction ?

Si la grande majorité des articles ne disposent pas de traduction, certains ont quand même été traduits (la preuve dans notre revue qui commence à contenir un certain nombre d’articles de Science Fiction Studies en français, et plus récemment de Foundation). Il existe un plus grand nombre d’ouvrages traduits et la vérification pour ces derniers est un peu plus aisée (ils sont présents dans les catalogues de bibliothèque contrairement aux articles – vivement la constitution d’un catalogue d’articles exhaustifs et dans toutes les langues !).

Heureusement aujourd’hui, Internet permet de trouver assez rapidement ce que l’on cherche, mais encore faut-il savoir où chercher. La première étape est donc de trouver s’il existe une traduction en langue cible de l’article/ouvrage cité ou référencé. Wikipédia peut être une première escale : sur la page de l’auteur (lorsqu’il y en a une), y a-t-il une bibliographie, et si oui, y a-t-il l’ouvrage en question sur la page Wikipédia en langue cible ? Quand le titre est traduit littéralement, la recherche est vite conclue, quand ce n’est pas le cas, il faut s’aider des dates et aller vérifier avec les résumés des ouvrages. Dans le cas des romans de science-fiction, le catalogue de fans, Noosfere, est également une ressource intéressante : sur la page des auteurs, tous les romans et nouvelles sont indiqués avec leur titre original et les différentes éditions en français.

Cependant, comme on le répète toujours aux étudiants, Wikipédia ne peut être qu’une première escale et il faut vérifier les sources. Les catalogues de bibliothèques deviennent donc les meilleurs amis du traducteur en SHS : World Cat ; Sudoc ; BF ; CCFr. Quand rien n’a été trouvé précédemment sur Wikipédia, ils permettent de faire une recherche par langue et par auteur. Il faut parfois essayer de mettre des mots clefs, et de deviner comment le titre a pu être traduit.


Recherche avancée du catalogue WorldCat.
Résultat de la recherche sur le catalogue WorldCat.

Si la traduction est trouvée, aucun problème, on peut passer à l’étape 2. Sinon, afin d’être certain que l’ouvrage/l’article n’a pas été traduit, une recherche Google simple avec les mêmes mots clefs que dans les catalogues de bibliothèque peut être lancée. Si l’ouvrage ne possède pas de version en langue cible : on traduit la citation en indiquant que cette version est de notre fait. La chasse s’arrête ici.

Étape 2 : retrouver la citation originale

Néanmoins, quand l’ouvrage/article a une version en langue cible, il faut retrouver la citation à l’intérieur et c’est ici que les choses se compliquent. Tout d’abord, il faut retourner à la citation originale et tenter de la localiser dans l’ouvrage en question. Ici, les sites Googlebooks (1) et Archives.org sont extrêmement utiles.

Recherche sur Googlebooks de la citation en version originale.

Malheureusement, il est possible que l’extrait voulu n’apparaisse pas ni sur l’un ni sur l’autre. Dans ce cas, il existe plusieurs solutions :

  • passer directement à l’étape 3 en espérant pouvoir trouver avec des mots clefs ;
  • demander à des collègues s’ils possèdent l’ouvrage en langue source ;
  • l’emprunter à une médiathèque ou une bibliothèque universitaire (mais il est assez rare qu’ils possèdent les versions originales s’il existe une traduction) ;
  • en dernier recours seulement, acheter l’ouvrage.

S’il est possible de retrouver le passage de la citation, il faut tenter de repérer où se trouve ce passage : le chapitre, la section, le début du paragraphe. Il arrive cependant, en sciences humaines, que les traductions soient différentes des versions originales, et cela pour plusieurs raisons : les auteurs en ont profité pour changer certains passages ou l’éditeur a remanié complètement le texte (par des coupures notamment) – c’est le cas de l’ouvrage de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes dont le contenu est différent en anglais. Il est plus prudent de conserver l’onglet ouvert jusqu’à la fin de la recherche, mais à partir de là, on peut passer à l’étape 3.

Étape 3 : trouver la citation traduite

Que vous ayez retrouvé la citation originale grâce à un site d’extraits d’ouvrage, ou parce que vous avez pu emprunter le livre, l’étape 3 reste la plus difficile. Le but est à présent de retrouver le passage exact de la citation à l’intérieur du livre traduit. Quand vous avez accès à un extrait long sur Googlebooks (ou quand vous avez le livre sous les yeux), cette étape n’est pas compliquée, car vous savez exactement à quel chapitre et quelle section le paragraphe en question se trouve.

Recherche sur Googlebooks de la version traduite du même passage qu’à l’étape 2.

Cependant, il est assez rare en sciences humaines que les extraits sur Internet permettent cela, il faut souvent chercher paragraphe par paragraphe à l’intérieur du livre traduit (que vous retrouvez de la même manière : Googlebooks, Archives.org, un collègue, une bibliothèque ou un achat). Il s’agit d’une étape longue et laborieuse, surtout lorsque le texte en langue cible a été retravaillé ou remanipulé. Il arrive que l’on passe plus de temps à chercher une citation de deux lignes qu’à traduire des pages entières. Il arrive également que la version traduite ne nous paraisse pas adéquate. Cependant – c’est le choix que nous avons fait à ReS Futurae, mais c’est le choix majoritaire en sciences humaines –, si l’ouvrage a été traduit, il est préférable de conserver cette version en référence pour que les lecteurs intéressés puissent retrouver les passages voulus. Il arrive cependant que la traduction dite « officielle » ne soit pas du tout satisfaisante (cela peut aller jusqu’au contre-sens) et le choix de la retraduction (et d’une note de traducteur) semble alors approprié.

Il arrive souvent que certaines des étapes – si ce n’est toutes – semblent particulièrement pénibles : notamment quand il existe différentes éditions qui ne contiennent pas toutes les mêmes textes. Nous avons un exemple très récent avec l’ouvrage philosophique d’Hegel, La philosophie de l’histoire qui possède plusieurs versions en français présentant des textes différents (article à paraître dans le numéro 16).

Bien entendu, il s’agit d’une méthode parmi d’autres pour retrouver les citations et chaque traducteur a sa propre cuisine, mais cela donne un aperçu du travail de traduction qui se cache derrière un article de sciences humaines. La recherche de citations (et de versions traduites d’ouvrage) fait partie des étapes indispensables à la traduction en sciences humaines, au même titre que la recherche terminologique en traduction spécialisée.

Notes

(1) Le mieux avec Googlebooks est de mettre directement un morceau de la citation entre guillemets dans la barre de recherche pour que le moteur recherche exactement cet extrait. Vous n’aurez pas ainsi à chercher « manuellement » dans les extraits proposés. (retour au texte1)

Ressources utiles

Catalogues de bibliothèques

WorldCat, base de données bibliographiques en ligne de l’OCLC (Online Computer Library Center) : https://www.worldcat.org/

Sudoc (Système universitaire de documentation), catalogue collectif de l’ABES (Abes – Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) : http://www.sudoc.abes.fr/

Catalogue de la Bibliothèque Nationale de France : https://catalogue.bnf.fr

Catalogues autres et encyclopédies

Base de données en ligne de l’association 1901 Noosfere (littératures de l’imaginaire) : https://www.noosfere.org/

Base de données de Goodreads, site web américain de catalogage social fondé en 2006, acquis par l’entreprise Amazon en 2013 : https://www.goodreads.com/

Base de données de Babelio, site web français de catalogage social fondé en 2006 : https://www.babelio.com/

Encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia (dans ses différentes langues) https://www.wikipedia.org/ (jouer avec les langues sur la barre à gauche)

Bases de données de l’organisation à but non lucratif Internet Archive, fondée en 1996 : https://archive.org/

Corpus textuels, bases de données et moteurs du projet Google Books, de l’entreprise à but lucratif Google (en développement depuis 1996) : https://books.google.fr/

Photo: ©Alice Ray



Citer ce billet
aliceray (2020, 2 juillet). Traducteur en sciences humaines : chercheur de citations. ReS Futurae. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnyt