Retour sur la séance 4 : science-fiction et médias

La quatrième séance du séminaire doctoral s’est tenue le vendredi 28 mai 2021, en ligne. Notre répondant était Matthieu Letourneux (professeur de littérature et directeur du Master recherche en littérature française et comparée à l’université Paris Nanterre). Aurélie Huz (maîtresse de conférence en langue et littérature françaises à l’université Paris Nanterre) et Héloïse Brézillon (doctorante en création-recherche à l’université de Cergy-Pontoise) étaient nos invitées. Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS) et Frédéric Guignard (doctorant de l’université de Lausanne), membres de l’équipe du séminaire, ont également pris la parole. La séance était animée par Margot Châtelet (doctorante à l’université Gustave Eiffel).

La séance avait pour objectif d’interroger la science-fiction en tant que genre intermédiatique.

I. « Petite histoire culturelle et intermédiatique de la SF en France », Aurélie Huz

Aurélie Huz est maîtresse de conférences en littérature française à l’université Paris Nanterre. Elle enseigne également au Pôle Métiers du livre de l’IUT de Saint-Cloud. Elle est spécialiste de la science-fiction et des cultures médiatiques et elle a consacré sa thèse de 2018 à l’étude de l’intermédialité dans la science-fiction française de 1970 à 2000. Elle cherche à associer dans ses recherches les approches culturelle et poétique de la SF, et des mondes transmédiatiques. Elle s’intéresse en particulier à l’étude des novums visuels et sonores. Aurélie Huz est aussi vice-présidente de l’association des chercheurs en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques, rédactrice adjointe de la revue Belphégor et membre du bureau de la revue ReS Futurae.

Sa communication établit un parcours d’histoire culturelle et intermédiatique de la SF en France de 1970 à 2000 environ, en articulant trois moments (un par décennie): le moment contre-culturel et politique des années 1970, le moment de diversification/légitimation culturelle des années 1980 parallèlement à la montée en puissance des industries culturelles, et le moment du numérique et des nouvelles images (années 1990), qui rebat la donne des rapports de force entre médias et imaginaires SF.

II. « Impureté médiatique de la SF : limites du signe textuel », Frédéric Guignard

La communication porte sur le statut déjà ambigu du média texte en science-fiction qui laisse voir et entendre d’autres médias via des signes limites (formes géométriques, litanies). Il s’agit de revenir au texte de Jürgen E. Müller pour montrer que l’intermédialité ne se fond pas dans le multimédia mais qu’elle interroge la nature monomédiatique de récits pris dans des macro- et des mega-textes, et le caractère déjà intersémiotique des textes de l’imaginaire.

III. « La science-fiction sonore : quand l’intermédialité fait émerger un nouveau sous-genre littéraire », Héloïse Brézillon

Cette communication tâche de présenter la science-fiction sonore, c’est-à-dire toutes les tentatives science-fictionnelles de mêler le son au récit écrit. Nous faisons un tour d’horizon de ces expérimentations intermédiales, extraits audio à l’appui, et nous posons les questions de leurs enjeux et de leurs potentialités.

IV. « La cli-fi : un genre intermédial ? », Nadège Pérelle

Les fictions climatiques s’articulent entre le romanesque, le cinématographique, le télévisuel, le musical, le visuel, le graphique, le radiophonique, le vidéoludique et le théâtral. En somme sur tous les supports de la culture médiatique en régime médiatique. Bien que la recherche académique ait consacré une grand majorité de ses travaux à la cli-fi littéraire, il nous semble que le syntagme générique “climate fiction” majoritairement utilisé par les consommateurs, producteurs, critiques et universitaires renvoie à un ensemble de matrices narratives, esthétiques, thématiques et symboliques propres à un réseau d’oeuvres intermédiatiques prenant pour objet un faisceau de problématiques liées au nouveau régime climatique. Nous étudions cet objet protéiforme qu’est la cli-fi à l’aide des outils des études culturelles et plus particulièrement des études en intermédialité.

Bibliographie indicative de la séance :

Besson Anne, Fictions médiatiques et récits de genre : pour en finir avec le populaire ?, Paris, SFLGC, 2016.

Huz Aurélie, L’intermédialité dans la science-fiction française de La Planète Sauvage à Kaena (1973-2003), thèse de doctorat, Limoges, Université de Limoges, 2018.

Jacquelin Alice, Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016, thèse de doctorat, Université de Limoges, 2019.

Letourneux Matthieu, Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique, Poétique, Paris, Éditions du Seuil, 2017.

Méchoulan, Eric, « Intermédialité, ou comment penser les transmissions », Fabula / Les colloques, Création, intermédialité, dispositif, 2017, en ligne.

Migozzi Jacques, « Fictions transmédiatiques : du rhizome au réseau », in De l’écrit à l’écran. Littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Actes du colloque international (12-15 mai 1998), Limoges, PULIM, 2000.

Müller, Jürgen E., « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision. » Cinémas, n°10(2-3) : 2000, p.105–134.

Müller, Jürgen E., “Séries culturelles audiovisuelles, ou : Des premiers pas intermédiatiques dans les nuages de l’archéologie des médias”, in Marion Froger, Jurgen Muller (dir.), Intermédialité et socialité. Histoire et géographie d’un concept, Munster, Nodus Publikationen, coll. “Film und Medien in der Diskussion”, 2007, p. 93-110.

Rajewsky Irina, “Le terme d’intermédialité en ébullition : 25 ans de débat”, in Caroline Fischer (éd.), Intermédialités, Paris, SFLGC, 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.