Elaborer un projet de recherche sur la SF – quelques suggestions [de lecture] (II)

J’ai partagé il y a deux ans dans ce carnet quelques points-clés pour présenter un projet de thèse sur la science-fiction. J’y reviens, comme c’était prévisible, pour suggérer deux ou trois principes et orientations relatives aux sources primaires et secondaires, une partie fondamentale d’un tel projet de thèse – ou de master, en fait, car ce dernier est évidemment moins ample et ambitieux mais il suit les mêmes principes. J’écrivais, un peu trop globalement :

Neuf projets sur 10 que je reçois ne se donnent pas la peine de se situer dans les études sur la SF. (…) La recherche sur la SF est active, traversée par des débats, certains très techniques (l’estrangement cognitif implique-t-il une narration non-mimétique?), d’autres très vastes et impliquant d’autres disciplines (la bande dessinée de SF française entre 1962 et 1997 témoigne-t-elle d’un basculement dans l’ère post-fordiste des fictions médiatiques?). Prenez-en au moins la mesure, et faites l’effort de lire ce qui concerne votre sujet; faites un tour sur les bibliographies en ligne, de ce carnet par exemple ou de la revue Science Fiction Studies, ici: https://www.depauw.edu/sfs/biblio.htm#currentyear.

Peut-être qu’en écrivant « faites un tour sur les bibliographies en ligne » je réglais un peu vite la question, qui mérite un détail plus approfondi. En outre, cette recherche documentaire qu’il faut accomplir comme il le faudrait pour n’importe quel sujet se double, dans le cas de la SF (mais elle est loin d’être la seule, je pense), d’une deuxième nécessité. En tant que littérature de genre, fiction de genre, la science-fiction SF demande non seulement d’étudier un objet précis (une œuvre, un thème, une autrice) mais aussi d’acquérir, ou de consolider, une culture de genre qui donne une grande partie de son sens à l’objet en question. Tout le monde n’est pas d’accord avec cela, je m’empresse de le dire ; j’ai débattu de ce sujet à l’occasion[1]. Pour ma part, il me semble évident qu’on peut lire de la SF sans se placer dans une culture de genre, on peut en vérité lire absolument ce qu’on veut comme on veut ; en revanche, il me semble tout aussi évident qu’on ne peut pas étudier n’importe quoi n’importe comment, et que donc l’étude d’un thème / œuvre / problème / auteur·ice de Sf demande de connaître les œuvres considérées comme des canons de la SF. À la biblio secondaire attendue dans le projet, il faut donc ajouter dans vos dossiers une série de sources primaires que vous ne ferez probablement pas figurer dans le projet (sauf exceptions qui peuvent trouver place dans une section « lectures complémentaires ») mais qui seront le socle de votre acquisition / consolidation culturelle.

Il suffit d’y penser deux minutes d’ailleurs pour voir que cela n’a absolument rien de spécifique ; si on commence une recherche sur la littérature québécoise, ou sur les écrivain·es de la Fronde, c’est pareil. On se renseigne sur l’histoire, le contexte social, politique, artistique, évidemment ; mais surtout on lit les œuvres de l’époque, du genre, de l’auteur ou de l’autrice, de ses sources d’inspiration, de celles qui en furent inspirées. Bref, on se compose une culture, avec son canon et ses affinités, généalogies, influences, territoires : de la fiction, du genre, de l’écriture et de la création en question. En SF en particulier, la conscience du genre se développe en véritables savoirs et compétences, voire hyperconscience du genre ; le petit jeu consistant à lister les « essentiels » ou les « classiques » ou les « iconiques » et autres « incontournables » du genre en témoigne. Ce billet ne promet donc nullement de dresser la « liste des listes » : je pense que cela fait précisément partie de l’appropriation d’une culture de prendre position par rapport à une doxa du genre, de repérer des invariants et des variables, de contextualiser les (fausses) évidences, selon l’angle d’attaque le plus utile à l’objet de la recherche. Par exemple, pour une recherche sur le post-apo, les histoires de fin du monde sont évidemment un angle utile ; mais il s’agira aussi de se doter d’une solide culture en fictions nucléaires (puisque « la bombe » a synthétisé quelques décennies durant le moyen d’atteindre cette fin du monde ou de provoquer l’apocalypse). Pas de liste définitive, donc, mais quelques pistes, et tout simplement mes quelques recettes pour élaborer des ensembles, canons et œuvres fondamentales autour d’une question.

Biblio secondaire : sources critiques sur la science-fiction

Comment rassembler des ouvrages et articles critiques sur un genre longtemps méprisé ? Peut-être d’abord en modifiant ce préjugé, pour dessiller le regard : il y a une documentation très abondante académique sur la SF, ses thèmes, sous-genres et significations. Voici le petit parcours que je fais moi-même quand je veux défricher un sujet.

Science Fiction Encyclopedia (SFE)

URL : https://sf-encyclopedia.com/

Après une première édition en 1979, cet ouvrage de référence a connu plusieurs rééditions et il est désormais disponible en ligne. Je pense que c’est le meilleur point de départ parce que ses articles thématiques associent la liste d’œuvres ayant touché le sujet et une problématisation critique qui esquisse une contextualisation et historicisation de ce sujet. Enfin, chaque notice se termine par des suggestions bibliographiques. On peut donc en sortir avec une longue liste d’œuvres, dans laquelle il faudra ensuite établir des hiérarchies entre les majores et les minores ; une courte liste d’ouvrages critiques, qu’il faudra amplifier et hiérarchiser aussi.

C’est la meilleure encyclopédie du genre. Le problème malgré tout c’est que les corpus non anglophones sont réduits et par conséquents erratiquement cités. Pour une recherche sur la SF française, par exemple, il ne faut pas s’en contenter.

Science Fiction Studies (SFS)

URL : https://www.depauw.edu/sfs/

La revue marraine de Res Futurae paraît sous format papier depuis 1973. Les numéros sont désormais tous disponibles sur JSTOR (avec une barrière mobile) : https://www.jstor.org/journal/sciefictstud?refreqid=browse-ui%3Adcfe32bb2d3570081f8e669c9452bb36.

Les numéros anciens, qui sont épuisés, sont en libre accès sur le site web de la revue : https://www.depauw.edu/sfs/pastissues.htm.

On peut faire une recherche par JSTOR, par le moteur du site de la revue : https://www.depauw.edu/sfs/search.asp,

et par un pomme-F sur la biblio générale exhaustive (ou quasi) du site web : https://www.depauw.edu/sfs/bibliochrons.htm.

Gougueule Scholar

Difficile de négliger les choses que ce moteur fait émerger et la précision de ses sélections. Il faut seulement être conscient·e que ça ne dit pas tout et que ça peut générer des biais de bulles de filtres, si vous voyez ce que je veux dire (les métaphores se collisionnent un peu). Ne commencez pas par là, par exemple. La SFE et SFS structurent beaucoup mieux l’information, et le moteur en Goo sera ensuite un complément d’autant plus utile que vous aurez déjà une vue structurée des sources critiques sur votre sujet.

Bibliothèques universitaires (SUDOC)

URL : http://www.sudoc.abes.fr/cbs/DB=2.1/START_WELCOME

Les acquisitions d’une B.U. sont rarement faites au hasard, et les catalogues thématiques des BU donnent donc des résultats assez structurés. Le SUDOC les agrège et vous dit où vous pouvez les trouver. Dans chacun de ces ouvrages il y a une bibliographie remontant plus anciennement, utile aussi, comme pour tout sujet, pour repérer les études parfois dépassées, ou au contraire qui restent inusablement citées. La recherche par thèmes dans le catalogue de la BNF donnera des résultats encore plus nombreux, mais forcément moins structurés. Je la déconseille quand on démarre.

Plate-formes francophones

Open Edition, CAIRN, Persée, Erudit, pour la littérature critique en ligne et en français.

Noosfere

URL : https://www.noosfere.org/default.asp

Je mets Noosfere dans mon tour d’horizon parce qu’il y a une section encyclopédique qui complète très utilement la SFE sur les corpus francophones, en apportant des problématisations critiques bienvenues. Mais on est là en lisière entre lectures primaires et secondaires. C’est un peu comme le Science-fictionnaire de Stan Barets (le tome 2), qui classe thématiquement et oriente vers des lectures critiques (un peu) et de fiction (beaucoup).

La section encyclopédique : https://www.noosfere.org/icarus/default.asp.

Biblio : sources primaires de science-fiction

            Ça y est, vous avez rassemblé une belle bibliographie critique : il y a des ouvrages académiques trouvés sur SFS ou dans les indications de la SFE, des articles en nombre issus de revues universitaires anglophones ou francophones, quelques articles de blogs ou de revues grand public particulièrement fouillés peut-être. Les titres que ces ouvrages et articles mentionnent pourraient composer une première, et particulièrement pertinente, liste de lectures.

Voici le petit parcours que je fais moi-même quand je veux amplifier mes lectures de science-fiction au-delà de ce que mentionne la biblio critique rassemblée sur un sujet. Il s’agit surtout de recouper et de recroiser pour parvenir à bien mesurer quels titres sont connus de tous, familiers au point d’avoir joué le rôle de modèle structurant, et quels titres sont plus originaux, remarquables, isolés dans la famille thématiques ou sub-générique.

Noosfere

URL des listes de Noosfere : https://www.noosfere.org/articles/listes.asp

Cette fois je commence par Noosfere, parce que la base a l’avantage de restituer quelques « listes de classiques » et articles thématiques tout en offrant dans le même site les fiches d’info qui permettent de parcourir les résumés des œuvres, d’avoir quelques avis critiques (parfois beaucoup, parfois pas du tout : c’est en soi un baromètre critique), et surtout d’avoir une vision des métadonnées utiles pour contextualiser et historiciser les textes : éditions successives, illustrations et 4ème de couverture, traductrices et traducteurs, titres et dates originales. C’est très précieux pour mesurer la situation d’un texte ou d’un·e auteur·ice dans la culture SF.

Les listes ne sont évidemment pas indiscutables et c’est très bien ainsi. Elles sont significatives de la complexité avec laquelle les cultures de genre élaborent leur propre canon – chose amplement discutée et documentée grâce au projet Legipop dirigé par Anne Besson[2]. Pour ma part je tâche de rester simple : quand un même ouvrage est souvent cité, dans des listes ou des encyclopédies concurrentes, c’est qu’il appartient aux classiques à connaître, point barre.

SFE

Je complète avec SFE, dont Noosfere en réalité a déjà le plus souvent mentionné les titres les plus saillants. La SFE permet de travailler avec une maille plus fine, sur des ouvrages non traduits en français.

Ouvrages : histoires, encyclopédies de la science-fiction

Pour croiser et recouper vos listes à partir d’une information structurée et, en principe, fiable. Je dis « en principe » parce que je suis un peu triste de constater que des ouvrages présentés comme des études ne sont en réalité que des reprises de seconde main, qui reconduisent des faux-sens, voire des contresens, sur certaines grandes œuvres classiques connues de tous. C’est un peu le cas de La Main gauche de la nuit, roman majeur isolé (au moins en France) de la controverse qui l’a accompagné et qui a conduit Le Guin elle-même à en réviser l’esprit sinon la lettre.

Les encyclopédies procurent un matériau souvent trop profus, au sein duquel on ne sait pas par quoi commencer. Les ouvrages historiques et thématiques font une sélection utile.

Anthologies

C’est une aide très précieuse à la constitution d’une culture sur un genre, un auteur, un sous-genre.

Sites de cataloguage social et de critique collaborative

URL pour exemple (en anglais) : https://www.goodreads.com/genres/science-fiction

URL pour exemple (en français) : https://www.babelio.com/recherche.php

Je dis un mot pour finir sur ces sources de listes, top ten, 50 meilleurs livres et autres palmarès, non pas parce que je les trouve bons mais parce que je me dis que de toute façon vous allez vous en servir alors autant en dire un mot. Je pense que ce sont des indicateurs très intéressants du discours social qui se tient sur un genre, un thème ou un sous-genre, mais que c’est extrêmement difficile d’en tirer une information structurée sur les lectures à faire pour se composer une culture. Les taxonomies, critères de classement et de commentaire de ces sites sont de véritables folksonomies, redoutablement complexes, laissées à l’appréciation des usagers le plus souvent mais cadrées quand même par les grands cloisonnements des bases de données. (Par exemple n’espérez pas y trouver facilement l’historique de publication d’un ouvrage comme dans Noosfere.) Les listes y sont donc très (trop, à mon sens) sensibles aux subjectivités des membres, ce qui est passionnant lorsqu’on veut faire une étude métacritique sur un genre ou une œuvre, ou une étude du discours social (on s’y essaye ici : https://lscn.hypotheses.org/2508), mais demande d’avoir en quelque sorte déjà acquis la culture canonique sectorielle pour mener à bien l’analyse.

Sites dits d’information sur la science-fiction

URL : https://resf.hypotheses.org/333

Le carnet de Res Futurae a recensé, lors de son lancement, quelques sites connus. La plus grande diversité s’y exprime joyeusement et très peu académiquement,  ce qui est une très bonne chose en général mais pas forcément pour une étude académique. Les mêmes raisons suggérant les mêmes précautions, il vaut mieux, comme pour les sites de cataloguage social, structurer d’abord les grandes lignes d’un corpus qui fait consensus avant d’y recourir pour augmenter le nombre de titres suggérés.


[1] Irène Langlet, « Science-fiction et fin du monde : l’apocalypse et les usages partiels du genre (compte-rendu multiple) », ReS Futurae [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 21 décembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/resf/4134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.4134

[2] Voir par exemple ce dossier de la revue Belphégor issu des Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques : https://journals.openedition.org/belphegor/1450.



Citer ce billet
Irène Langlet (2021, 29 novembre). Elaborer un projet de recherche sur la SF – quelques suggestions [de lecture] (II). ReS Futurae. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnz9