Séance 2 : politiques de l’imaginaire

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h.
Lieu : Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).
Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

 

Créations politiques et politiques de la création en fantasy

Aliénor Vauthey

Au niveau des systèmes politiques, l’on constate que la littérature de fantasy mainstream, friande d’un imaginaire médiéval diffus, met majoritairement en scène des systèmes monarchiques. Comment expliquer cette perpétuation systématique alors même que la fantasy se présente comme une littérature de l’exploration des possibles, de l’imagination sans limites, et qu’il a en outre été démontré qu’elle n’est pas intrinsèquement l’instrument d’une droite conservatrice (cf. Attebery, Blanc, Besson) ? Nous pouvons faire l’hypothèse qu’un tel choix relève plus souvent d’une problématique d’écriture que d’un positionnement véritablement idéologique, les auteur·ice·s perpétuant ce motif politique par convention et/ou par commodité narrative. Cette communication entend donc aborder, à la lumière de quelques exemples d’œuvres franco-belges, la manière dont la question politique se joue à l’étape de la création en littérature de fantasy, en se proposant d’examiner en quoi le choix du système représenté est influencé d’une part par des conventions génériques, et d’autre part par des considérations d’ordre narratif et démiurgique.

Corpus primaire

  • DAVOUST Lionel, Le Cycle d’Évanégyre (2010-2020)
  • JAWORSKI Jean-Philippe, Les Récits du Vieux Royaume (2007-2015)
  • PLATTEAU Stefan, Les Sentiers des astres (2014-2021)

 

« Elles chantaient des chansons que personne n’avait jamais entendues » : lesbianisme et imaginaires politiques dans la SFFF en France

Manon Berthier

Cette communication vise à rendre compte du travail effectué pour l’ouvrage collectif Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours, à paraître à la fin du mois de mai aux éditions du Cavalier Bleu. Il s’agira de mettre en lumière les liens multiples qu’entretiennent les textes « lesbiens » de SFFF avec le cadre général des littératures de l’imaginaire et de l’histoire littéraire féministe en France, en partant des choix méthodologiques qui ont guidé la constitution puis l’analyse de ce corpus avant d’en présenter quelques-uns des traits saillants : monstrueux lesbien, renversement de systèmes de domination dans les utopies et dystopies féministes, enjeux structurels du lesbianisme.

 

 « Sous les extra-terrestres, les pavés ! » : fulgurances de la SF politique chez Kesselring (1977-1979)

 Frédéric Guignard

L’éditeur et trublion helvète Rolf Kesselring est l’une des figures les plus originales de la science-fiction francophone. Ses partis pris résolument progressistes et son relatif éloignement de Paris font de lui l’hôte idéal pour héberger une petite communauté littéraire et libertaire autour de sa collection « Ici et maintenant », le corpus le plus éclectique mais aussi le plus volontariste de ce qui a été appelé Nouvelle Science-Fiction Politique Française. En n’évitant ni l’écueil du paternalisme ni parfois celui de la lourdeur militante, la collection dirigée par Bernard Blanc, figure de proue de la next gen politisée, déploie pourtant une cohérence poétique de la révolte, transmutant les personnages de patrons et de flics, anticipant les enjeux de la fin du siècle, proposant des contre-modèles narratifs et politiques. Le moment Kesselring aura servi de boussole idéologique ainsi que de passage de témoin générationnel dans le petit monde de la SF francophone, en plus de proposer une véritable poétique science-fictionnelle de la contestation.

 Corpus primaire

  • Collection « Ici et maintenant » (dir. Bernard Blanc), Yverdon : éd. Kesselring, 1977-1979.
    • Revue Alerte ! : 5 numéros
    • Collectif : 5 numéros

 

Bibliographie générale de la séance

  • Actusf, « Imaginales 2021 : Pourquoi la fantasy aime-t-elle autant les royaumes et les empires ? » [en ligne], mise en ligne le 14.10.2021. URL : https://www.actusf.com/detail-d-un-article/imaginales-2021-conference
  • Attebery Brian, « The Politics (If Any) of Fantasy », Journal of the Fantastic in the Arts, 4, n°1, 1991, pp. 7-28.
  • Besson, Anne, Les Pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la SF et de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2021.
  • – , Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris : CNRS Éditions, 2015.
  • Betz, P. M., The Lesbian Fantastic: A Critical Study of Science Fiction, Fantasy, Paranormal and Gothic Writings, Jefferson, McFarland, 2011.
  • Blanc, William, « Politique », in Dictionnaire de la fantasy, Anne Besson, Paris : Vendémiaire, 2018, pp. 320-325.
  • -, Winter Is Coming. Une brève histoire politique de la fantasy, Montreuil : Éditions Libertalia, 2019. 
  • Bréan, Simon, « « Ailleurs et Demain », « Ici et Maintenant » : Mai 68 et validation culturelle de la science-fiction en France »in Ce que Mai 68 a fait à la littérature, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2020.
  • Michel Lincoln, « Against Worldbuilding. Why “worldbuilding” is the most overrated and overused concept in fiction » [en ligne], mis en ligne le 06.04.2017. URL : https://electricliterature.com/against-worldbuilding/
  • -, « More Thoughts about Worldbuilding and Food. How we should or shouldn’t imagine new worlds » [en ligne], mis en ligne le 12.05.2017. URL : https://electricliterature.com/more-thoughts-about-worldbuilding-and-food/
  • Langlet, Irène, La science-fiction : Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006.
  • -, Le Temps rapaillé, Limoges : Presses Universitaires de Limoges, 2020.
  • Turbiau A., Lachkar M., Islert C., Berthier M., Antolin A., Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours, Paris, Le Cavalier Bleu, 2022.
  • Vas-Deyres, Natacha (dir.) ; et al. Les Dieux cachés de la science fiction française et francophone (1950- 2010), Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2014
  • Wolf Mark J.P., Building Imaginary Worlds : The Theory and History of Subcreation, London : Routledge, 2012.