Le Docteur Lerne de Maurice Renard

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Maurice Renard publia son premier roman, Le Docteur Lerne, sous-dieu, en 1908, avec une longue dédicace à H. G. Wells.

Le Docteur Lerne est le roman de l’hybridation. L’exploration littéraire de l’hybridation, thème de prédilection de l’auteur, montre dans ses multiples variations comment l’hypothèse scientifique de départ, la fiction scientifique, produit des effets de merveilleux, parfois proches du fantastique, de l’horreur, ou de l’humour. Ce qu’il entreprend n’est pas un travail sur le fantastique de l’abrogation des limites entre espèces, mais une rêverie de l’hybridité, au sens où Gaston Bachelard entend le mot « rêverie ».

On peut sentir ici le tiraillement de l’auteur lui-même, son amour pour le merveilleux des contes et légendes qui lui fait commencer Le docteur Lerne par une plongée ardennaise, avant de passer à un merveilleux scientifique, avec son jeu d’explications. Trop amoureux du merveilleux pour le perdre, il déploie tous ses efforts pour le rendre compatible avec la rationalité, en enchantant celle-ci. Ou encore, plus précisément, il pousse la rationalité hypothético-déductive, celle de la science, pour en faire un outil littéraire propre à procurer des effets merveilleux. Mieux, il fait de l’étrangeté le ressort de l’investigation scientifique, à l’instar de son héros « présumant volontiers surnaturel l’effet bizarre d’une cause inconnue ».

Cette superposition du rationnel et du fabuleux, voici ce que M. Renard appelle le genre merveilleux-scientifique. Cette mixité du scientifique et du merveilleux est au cœur de la démarche d’invention du romancier, mais aussi de celle prêtée au docteur Frédéric Lerne, avec ses conjectures élevées au rang de certitudes, ses greffes sur des organismes qui ne s’y prêtaient pas à l’époque, ses créations ex nihilo par analogie, comme son boîtier permettant de se projeter mentalement. Finalement, c’est bien tout cela qui rend possible le merveilleux.

Il s’agit finalement d’une sorte d’anthropologie de l’imaginaire, mais partant d’un travail de terrain, de fabricant. Surtout, vis-à-vis de G. Bachelard et de G. Durand, il travaille sur le vif d’un imaginaire dynamique, celui qui co-évolue avec les sciences et les techniques. De ce fait, son exploration n’est pas une reconstruction a posteriori, dont on sait à quel point peuvent être biaisées, mais une construction-observation participante, ce qui est peut-être l’une des meilleures méthodes pour étudier dans les dimensions culturelles, humaines. L’écrivain serait ainsi – un éthologiste ou un anthropologue en mission dans le paysage du possible.

Source :

Chabot Hugues, Goffette Jérôme : « L’hybride : merveilleux et scientifique dans Le Dr Lerne de Maurice Renard », pp. 59-74, in Besson Anne, Jacquelin Evelyne (dir.) : Poétique du merveilleux, Arras, APU, 2015. https://www.academia.edu/10698987/Lhybride_merveilleux_et_scientifique_dans_Le_Dr_Lerne_de_Maurice_Renard



Citer ce billet
Irène Langlet (2023, 5 septembre). Le Docteur Lerne de Maurice Renard. ReS Futurae. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzn