Fondation d’Isaac Asimov

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Posons un regard épistémologique sur le cycle de Fondation : celui-ci constitue une métaphore étonnante du clivage entre sciences de la nature et sciences de l’homme. Suivant une intuition qui lui est propre, Asimov propose une interprétation romancée de ce grand partage à travers l’opposition de deux communautés savantes qui s’affrontent pour la maîtrise du monde, l’une s’attachant aux lois physiques et aux objets technologiques, l’autre à l’étude des phénomènes sociaux et à ses applications politiques. Chose remarquable, au-delà de cette dichotomie fondatrice, Asimov trouve un point d’accord entre les deux champs d’investigation : la méthodologie qui caractérise leur scientificité. À la manière d’une science physique, la science sociale, idéalisée par Asimov sous le nom de « psychohistoire », est en effet mathématisée. Elle présente un caractère prédictif, corrélé à l’usage des mathématiques — même si c’est en termes de probabilités — et qui lui permet d’agir sur le monde, c’est-à-dire d’orienter le destin des sociétés. Sciences de la nature et sciences de l’homme relèveraient ainsi du même régime de scientificité. Plus précisément, les secondes seraient à terme solubles dans une méthodologie qui a prouvé son efficacité pour les premières, notamment dans le domaine des sciences physiques.

Une épistémologie romancée est donc bien à l’œuvre dans la fiction de la psychohistoire ou, pour reprendre une terminologie proposée par Georges Canguilhem (1904-1995), une « idéologie scientifique », Canguilhem visant l’« idéologie évolutionniste » du xixe siècle :

 

« S’il y a extension à la totalité de l’expérience humaine, et à l’expérience sociale notamment, de conclusions théoriques régionales détachées de leurs prémisses et libérées de leurs contextes, à quelle fin cette contagion de scientificité est-elle recherchée ? Cette fin est pratique. L’idéologie évolutionniste fonctionne comme auto-justification des intérêts d’un type de société, la société industrielle en conflit avec la société traditionnelle d’une part, avec la revendication sociale d’autre part. »

 

Avec la psychohistoire, Asimov fournit à son lecteur l’équivalent d’une « idéologie scientifique ». Elle constitue, au sens propre, une chimère disciplinaire, l’ « extension à la totalité de l’expérience humaine, et à l’expérience sociale notamment », du style mathématique de la physique. En outre, elle justifie l’existence d’une élite scientifique, seule capable de guider l’humanité vers un état d’équilibre face à la menace d’une entropie sociale généralisée.

 

Mais Asimov plaide-t-il pour autant en faveur d’un tel réductionnisme qui serait le paroxysme du scientisme ? Ironie de l’Histoire, dans le cycle de Fondation, l’irruption d’un individu anormal, un mutant, suffit à mettre à bas les prédictions de la psychohistoire pour l’ensemble du genre humain. Loin d’être le simple écho d’idéaux technocratiques très en vogue dans les États-Unis des années 1930 et 1940, la fiction d’Asimov incite aussi le lecteur à s’interroger sur la légitimité politique du savant.

Source :

Hugues Chabot « Le roman de la science Raison et idéologie chez Isaac Asimov », Alliage | n°74 – Juin 2014 « Science en fiction », p. 58-67. http://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=4214



Citer ce billet
Irène Langlet (2023, 5 septembre). Fondation d’Isaac Asimov. ReS Futurae. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzo