Voyage au pays de la quatrième dimension de Pawlowski

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Cette suite d’histoires met en récit une longue et singulière méditation métaphysique sur l’univers, selon une forme que l’auteur qualifie de « roman de l’Idée ». La locution « quatrième dimension » est une manière d’exprimer l’existence d’un au-delà, d’un en-dehors de l’espace à trois dimensions dans lequel nous sommes assignés par nos perceptions sensibles, c’est-à-dire encore physiquement confinés. Le temps ne constitue dès lors qu’un cas particulier de la notion de « quatrième dimension » ainsi élargie, et le voyage dans le temps un moyen de sortir d’un monde matériel clos sur lui-même pour aller en explorer toutes les excroissances possibles.

Les conceptions développées par Pawlowski relèvent explicitement d’un courant philosophique spiritualiste, très vivace au début du xxe siècle, et en rupture avec le matérialisme de la science d’alors, « le pitoyable “Je sais tout” des primaires scientifiques d’aujourd’hui ». Les visions qu’il rapporte résultent d’une sorte d’état second qui n’a rien à envier aux expériences des mystiques. Au fil des récits successifs, Pawlowski nous livre une cartographie du temps qui intègre tous les états passés, actuels et futurs de l’univers.

L’image restituée par Pawlowski de notre univers vu de l’extérieur ressemble de façon étonnante au schéma einsteinien d’un espace-temps donné intégralement une fois pour toute, ce qui est parfois désigné aujourd’hui par l’expression « univers bloc ». Lors d’un voyage au pays de la quatrième dimension, l’esprit est en capacité de « reconstituer le monde entier en dehors de toute idée d’espace et de temps, d’en faire un bloc unique, sans commencement ni fin, de décrire, en une seule ligne, ce que l’on prenait jadis pour les gestes successifs des siècles ».

Une grande partie du texte développé par Pawlowski est une histoire des temps futurs, où à des épisodes dystopiques succèdent des exploits technologiques d’ampleur cosmique et des transformations de l’espèce humaine que l’on qualifierait aujourd’hui de transhumanistes. Avec cette exploration visionnaire des choses à venir, le voyage dans le temps est davantage un voyage intérieur qu’un déplacement physique vers un lointain ailleurs et demain.

Vers la fin de l’ouvrage, c’est la reprise des intuitions cosmogoniques du socialiste révolutionnaire Auguste Blanqui qui porte à son paroxysme la création de Pawlowski.

Source :

Hugues Chabot, « La solitude du voyageur temporel. Petite chronographie de l’expérience du temps dans quelques récits d’anticipation », Belphégor [Online], 21-1 | 2023.

http://journals.openedition.org/belphegor/5259



Citer ce billet
hchabot (2023, 5 septembre). Voyage au pays de la quatrième dimension de Pawlowski. ReS Futurae. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzp