Cette chère humanité, de Philippe Curval

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

 

Cette chère humanité (1976) ajoute à la réflexion sur la sexualité et à la veine satirique un projet de prospective économique et sociale. Ce roman présente un avenir possible pour l’Europe, en prêtant à la mise en place du Marché Commun des effets délétères. Le Marcom a fermé ses frontières à un monde en crise, puis a refusé toute communication avec l’extérieur. L’autarcie est obtenue dans cette utopie technocratique grâce à un conformisme généralisé, fait d’absence de curiosité, de repli sur une sphère domestique où triomphe un temps de loisir sacralisé, mais sans contenu réel et de rejet de toute déviance sociale. Contrairement à sa pratique usuelle, Philippe Curval multiplie les personnages et les points de vue, suivant aussi bien puissants que réprouvés et contestataires, donnant ainsi un aperçu de multiples facettes de cette société paradoxale, fondée sur une forme de décadence stabilisée.

En termes d’ambitions personnelles, Cette chère humanité m’apparaît comme mon projet le plus risqué. Il associe l’invention formelle à une réflexion politique et sociologique sur l’avenir de l’Europe. Il spécule très largement sur l’enfermement communautaire, la dictature des normes, les problèmes d’immigration et de pollution, le libéralisme économique, les séquelles des religions, le culte du loisir associé au déclin du travail, le gouvernement par sondage, la fièvre informatique etc. C’est un travail en profondeur sur la propagation des rêves dans la réalité, un tableau d’exposition des fantasmes de notre époque

Mis à part les instruments traditionnels des régimes totalitaires, propagande télévisuelle, camps de rééducation pour jeunesse trop turbulente ou systèmes de surveillance omniprésents, deux objets spécifiques symbolisent l’équilibre régressif mis en place dans le Marcom. La cabine de temps ralenti fournit le summum du plaisir matériel aux citoyens du Marcom : enfermés dans cet espace clos, ils peuvent ralentir l’écoulement de la durée pour jouir encore plus longtemps de leur temps de loisir. La négation du temps en vient à se confondre avec les objectifs du Marcom. À cette aspiration matérialiste répond une pratique de résistance, l’oniromancie, qui favorise l’exploration des rêves, drogue douce tolérée par le pouvoir en place. La tentation du repli sur soi, jusqu’à la résorption du corps et de l’esprit dans une régression vers une sorte de stade fœtal, caractérise l’évolution d’un Marcom xénophobe et réactionnaire, jusqu’à sa disparition pure et simple de la carte du monde.

 

Simon Bréan, « Curval à rebours : une histoire éditoriale », ReS Futurae [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 05 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/resf/529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.529

Pour aller plus loin : 

Cédric Chauvin, « Passages de frontières et référence surréaliste dans Cette chère humanité », ReS Futurae [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 05 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/resf/524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.524

Jean-Guillaume Lanuque, « « La tentative de l’impossible » ? Regard critique, vision sociale et philosophie politique dans l’œuvre de Philippe Curval », ReS Futurae [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 05 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/resf/548 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.548



Citer ce billet
Simon Bréan (2023, 21 septembre). Cette chère humanité, de Philippe Curval. ReS Futurae. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzq