Le Sceptre du hasard, de Gérard Klein

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Un même type de technocratie est imaginé par Gérard Klein dans Le Sceptre du hasard. La « stochastocratie » est présentée comme « l’aboutissement logique » d’une évolution politique entamée au xxe siècle, à savoir la pratique du sondage : « les consultations populaires disparurent purement et simplement et furent, presque sans qu’on s’en rendît compte, remplacées par des sondages ». L’Ère des Sondeurs, caractérisée par un raffinement constant des machines chargées de sélectionner les échantillons à sonder, donne ensuite naissance à la stochastocratie :

Le dernier échantillon consulté décida qu’il était préférable de s’en remettre totalement au hasard, et que la chance risquait, plus que les jeux, d’élire un homme juste et intègre. Il suffisait d’éliminer du tirage au sort ceux qui étaient intellectuellement incapables ou caractériellement dangereux. Les machines pouvaient s’acquitter de ce tri (p. 29).

Le chapitre dans lequel l’auteur explique les fondements de la stochastocratie est faussement objectif : ce qui est présenté comme le résultat logique d’une évolution historique n’est que l’abdication de toute responsabilité politique. La continuité sociale est assurée par la Machine du hasard. Les êtres humains vivent dans l’oisiveté et une égale irresponsabilité, à l’exception des Indignes, ceux que la Machine a déclarés « intellectuellement incapables ou caractériellement dangereux ». La capacité des machines à effectuer la sélection parmi les êtres humains repose sur une pétition de principe, puisque personne n’est en mesure de procéder à une vérification.

Cette tâche de vérification, d’observation et en définitive de censure de la stochastocratie se trouve dévolue à Ingmar Langdon, un homme quelconque, si ce n’est son intérêt pour les livres anciens, dont la fréquentation a aiguisé en lui le sens critique.

 

Simon Bréan, La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, coll. « Lettres Françaises », 2012, p. 182-183. https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/lettres-francaises/la-science-fiction-en-france



Citer ce billet
Simon Bréan (2023, 21 septembre). Le Sceptre du hasard, de Gérard Klein. ReS Futurae. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzr