Surface de la planète, de Daniel Drode

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Ce que revendique Daniel Drode est une rupture radicale avec les structures de pensées contemporaines, rupture marquée par un travail sur la langue. Le héros de Surface de la planète est séparé du vingtième siècle par plusieurs millénaires. Depuis son enfance, il n’a reçu que des stimuli artificiels fournis par la Vision. Les déformations de son langage sont autant d’indices textuels de la distance existant entre la psychologie et la vision du monde d’un humain du quatrième millénaire « après l’Hydrogène » et celles d’un être humain contemporain de Daniel Drode. Cependant, l’inventivité lexicale de Surface de la planète, efficace pour produire un effet d’étrangeté, touche peut-être aux limites de la science-fiction, parce qu’elle rend le texte et son langage difficiles à assimiler par le lecteur.

Ce roman est un hapax, plutôt qu’un précurseur, dans la tradition de la science-fiction, puisqu’il parvient à susciter les mêmes réflexes d’inférence et d’extrapolation, sans pour autant créer de nouveaux objets, susceptibles d’être extraits du texte et ajoutés à la culture de science-fiction du lecteur. Les robots, les mutants, les êtres bidimensionnels de Surface de la planète, eux, ne peuvent être abstraits du roman, et décrits en langage ordinaire, qu’en perdant toute spécificité, parce qu’ils sont surtout caractérisés dans le roman par la manière dont ils influent sur la langue. Les mutants parlent comme des Français du vingtième siècle, les êtres bidimensionnels provoquent chez le narrateur des délires traduits par des poèmes en prose, les robots sont la source d’une sorte de poésie mécanique :

[Un robot] Et de se mettre à évoquer, avec une patience minérale, sa fonction
dans l’arrière-plan du système, une éternité de travail caché.
Prendre en charge un nouveau-né,
tout frais décanté.
Le nourrir à doses précises,
et pas d’excès.
Surveiller sa croissance
en l’accélérant convenablement,
sans oublier de le discipliner
aux divers conditionnements.
Enfin conduire l’adultifié dans son véritable élément.

Le lecteur comprend ce qu’il lit, mais sans jamais pouvoir penser dans cette langue nouvelle, ce qui fait du roman tout entier une sorte d’objet de science-fiction, un texte écrit depuis le futur.

 

Simon Bréan, La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, coll. « Lettres Françaises », 2012.p. 130-131. https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/lettres-francaises/la-science-fiction-en-france



Citer ce billet
Simon Bréan (2023, 21 septembre). Surface de la planète, de Daniel Drode. ReS Futurae. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzs