La Plaie, de Nathalie Henneberg

Un développement de l’équipe de la revue Res Futurae, dans le cadre de l’Année de la science-fiction à la Bibliothèque de la Sorbonne.

Cette erreur consistant à recourir à la violence pour régler les conflits entretient La Plaie, de Nathalie Henneberg. Ce roman constitue un sommet de cette veine épique qui peut caractériser les romans d’aventures spatiales, en même temps que l’aboutissement des thèmes personnels développés par l’auteure. L’univers humain s’y trouve rongé par un fléau endémique, dont le foyer principal de contamination est la Terre. Nathalie Henneberg fait se rejoindre physique et métaphysique, car elle postule que le Mal moral est provoqué par des influences cosmiques, qui sourdent de manière cyclique depuis des failles de l’espace-temps. Les Terriens subissent directement ces influences. L’usage de la violence, s’il permet de régler temporairement une confrontation avec leurs ennemis contaminés, ne fait que renforcer la source du Mal.

Pour échapper à ce mouvement de fuite en avant, le personnage principal doit accomplir un suprême effort de volonté : ce mutant, qui possède la faculté de remodeler la réalité, imagine un univers sans violence, afin de faire se refermer la faille spatio-temporelle d’où frappe l’ennemi. L’imagination et le désir d’harmonie l’emportent sur le fracas des armes.

[…]

Dans les romans de Charles Henneberg, puis ceux de sa veuve Nathalie, la dimension symbolique et morale attribuée aux personnages est nettement marquée. La Plaie, en particulier, est un récit fondé sur la lutte entre des mutants, incarnant la pureté de l’esprit humain, capable de transcender la matière physique, et les Nocturnes, des êtres humains contaminés physiquement par un Mal moral insinuant sa corruption dans les failles de l’espace-temps. Reprenant dans un grand mouvement syncrétiste les traditions mythologiques et chrétiennes, Nathalie Henneberg assigne à ses héros la tâche de mettre fin à cette contamination métaphysique et de briser le cycle de la destruction qui fait des êtres humains de terribles dangers pour la galaxie.

Néanmoins, en dépit de ce schéma axiologique, les péripéties et les actions des personnages ne sont pas commandées par des injonctions morales. Ainsi, c’est par amour pour Lès Carrol que Thalestra, une mutante traumatisée par les Nocturnes, s’associe avec un groupe décidé à lutter contre eux. Par une heureuse coïncidence, les impératifs moraux incitant les personnages à l’action se trouvent correspondre avec leurs désirs personnels : sauver la galaxie en abattant la source du Mal signifie pour Thalestra, en premier lieu, sauver l’homme qu’elle aime.

 

Simon Bréan, La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, coll. « Lettres Françaises », 2012.p. 164 et 336. https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/lettres-francaises/la-science-fiction-en-france


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Simon Bréan (21 septembre 2023). La Plaie, de Nathalie Henneberg. ReS Futurae. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnzt