2ᵉ étape : travailler avec Zotero

Après une première tentative de bibliographie sur le posthumain, je me suis essayée à l’utilisation de Zotero pour deux raisons principales : rendre les informations plus visibles que sur un document Word ou LibreOffice et limiter le nombre d’erreurs aussi bien dans la saisie des informations que dans la mise en page de cette bibliographie.

Peu accoutumée à ce logiciel, j’ai d’abord commencé par retranscrire les informations que j’avais sur les ouvrages et me suis rendu compte des nombreuses possibilités qui m’étaient alors accessibles :

Pour commencer, il est possible de créer différentes collections et sous-collections afin de trier ses références et ainsi ne pas avoir l’impression d’être submergée d’informations en permanence (ce qui change d’un document de traitement de texte bien compact de quelque 7 pages).

Ensuite, l’interface change d’un type de document à l’autre. Ainsi, il ne faut pas saisir les mêmes informations selon s’il s’agit d’un livre ou d’un article de revue. Cela permet d’éviter de rechercher des informations oubliées afin de mettre la référence en page.

Le troisième point – qui va certainement être l’un des plus utiles en termes d’organisation – est la possibilité d’associer un PDF ou une page en ligne à une référence. Il n’y a alors plus besoin de devoir conserver tous ces documents dans des dossiers à part sur l’ordinateur – documents difficiles à retrouver si les références commencent à s’accumuler.

Il est également faisable de créer des notes qui permettent d’associer des informations complémentaires qui ne correspondent pas à un champ en particulier. On peut, par exemple, parler plus en détail de l’auteur, du nombre de rééditions d’un ouvrage, d’un traducteur…

L’avant-dernier point concerne les marqueurs. Il est possible d’accoler des étiquettes à chaque référence et celles-ci permettent par la suite de les trier. Cela s’avère très utile quand on réfléchit aux points communs et différences des références, ainsi qu’aux potentielles catégories que l’on souhaiterait voir apparaître dans la bibliographie finale.

Mon dernier commentaire est sur la création de la bibliographie. Quand toutes les informations sont rentrées et qu’on veut générer une bibliographie, il est envisageable de choisir parmi plusieurs normes bibliographiques (MLA, APA…). Ainsi, dans le cas où il faudrait changer de style, cela évite de devoir reprendre toutes les références une à une afin de les modifier.

Je conclus sur l’atout majeur de Zotero qui reste pour moi la centralisation et la capacité à trier avec précision un très grand nombre d’informations. Je vais donc de ce pas retourner compléter les informations de ma propre bibliothèque Zotero.

Vous pouvez télécharger Zotero ici.

Pour vous former au logiciel, c’est par ici.



Citer ce billet
Emeline Ydée (2024, 13 mars). 2ᵉ étape : travailler avec Zotero. ReS Futurae. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0kn