3ᵉ étape : le posthumain comme objet d’étude de thèses

Dans l’optique d’enrichir ma bibliographie sur le posthumain, j’ai étendu mes recherches aux thèses françaises.  En m’appuyant sur divers mots clefs – parmi lesquels « posthumain », « transhumanisme », ou encore « cyborg » –, j’ai recensé une quarantaine de références depuis les années 2006-2007 sur theses.fr. Après trois ans sans soutenance, une thèse sur ce sujet est référencée à compter des années 2011-2012. Depuis 2018, elles sont de plus en plus nombreuses et neuf thèses sont actuellement en préparation.

Concernant les disciplines,

la majorité de ces références appartiennent aux sciences humaines. Certains domaines restent majoritaires comme les arts (10), la littérature (française, étrangère et comparée – 11), la sociologie (5), la philosophie (5) ou encore la science politique (4). Néanmoins, certaines thèses se démarquent par l’unicité de leur champ disciplinaire : c’est par exemple le cas d’une thèse d’anthropologie bioculturelle sur la médecine restaurative (soutenue en 2010) ou d’une autre en psychologie sur la fluidité du corps et de l’identité (soutenue en 2019).

Les directeurs de ces thèses et membres des jurys sont particulièrement nombreux. Parmi eux, certains interviennent plusieurs fois, notamment dans les domaines des arts et des littératures comparée et anglophone. Ils choisissent alors la direction qu’ils souhaitent emprunter : si certains restent dans une seule discipline et suivent une idée principale comme Sam Bourcier – directeur d’une thèse en art sur les corps queers et membre du jury pour une thèse sur le corps en devenir –, d’autres gardent une même direction mais multiplient les disciplines comme Jean-Michel Besnier – codirecteur d’une thèse en philosophie et membre du jury pour une thèse en psychologie et une en science politique avec pour thème central le transhumanisme –.

Pour finir, si toutes ces thèses portent sur la représentation du posthumain et du transhumain, certains titres évoquent des œuvres ou des termes qui attisent la curiosité étant donné leur originalité. C’est le cas d’une thèse portant sur l’écriture d’Amélie Nothomb, d’une autre sur les avatars du posthumain chez Don DeLillo, Ben Marcus et Richard Powers ou encore d’une troisième sur The Polar Silk Road dans les pratiques artistiques contemporaines.

Pour consulter ma première bibliographie sur le posthumain, c’est par ici.

Pour connaître les avantages de Zotero pour répertorier vos sources, c’est ici.

Image by Cottonbro studio from Pexels.



Citer ce billet
Emeline Ydée (2024, 2 avril). 3ᵉ étape : le posthumain comme objet d’étude de thèses. ReS Futurae. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5g5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.