Bilan de mon stage

Durant mon stage, j’avais deux objectifs : réaliser ce qui se rapprocherait d’un état de l’art sur le posthumain et rédiger des billets sur le carnet de la revue pour documenter l’avancement de mes recherches.

Quand j’ai débuté les recherches documentaires au cours de la première semaine, je me suis vite posée des questions quant à la qualité des sources citées et aux moyens de juger si une référence est considérée comme indispensable pour le sujet. Dialoguer avec mes tuteurs – Madame Langlet et Monsieur Bréan – m’a permis de comprendre l’importance d’un travail à effecteur autour de la source, à savoir se renseigner sur l’auteur ou encore l’éditeur. J’ai alors pu organiser ma réflexion et changer peu à peu mon approche de la recherche. Alors que j’avais toujours travaillé sur des travaux relativement courts, chercher un grand volume d’informations dans le but de les comparer pour comprendre lesquelles sont les plus utiles dans leur globalité m’a poussée à aller du général au spécifique (de la source à ses traits distinctifs) plutôt que le contraire (s’intéresser à un sous-chapitre pour une information et faire le chemin inverse).

Mais ce stage m’a également permis d’acquérir d’autres compétences annexes, notamment la maîtrise du logiciel Zotero et une première approche de la plateforme Hypothèses. Si utiliser ces deux nouveaux outils ne m’a pas posé de grandes difficultés, ce sont les choix à effectuer au moment de rentrer les informations qui m’ont pris le plus de temps : quelles étiquettes choisir pour répertorier un billet ? Vaut-il mieux utiliser une étiquette ou une sous-collection pour trier sur Zotero ?

De plus, j’ai par ailleurs complété mon approche de mon sujet de mémoire sur le posthumain. Me tourner vers des sources que je n’avais jamais utilisées ou que je pensais trop éloignées de ma discipline – comme des billets de blogs ou des travaux en architecture – m’a offert la possibilité d’explorer de nouvelles perspectives qui facilitent aussi l’identification d’autres problématiques. À l’inverse, j’ai aussi pu me rendre compte que certaines références qui pouvaient sembler originales étaient beaucoup plus classiques que je ne le pensais quand elles étaient mises en regard d’un plus grand nombre de ressources.

Ce stage m’a plu !

Je suis reconnaissante envers mes deux tuteurs pour leur disponibilité, leur bienveillance et leur écoute. Discuter avec eux m’a permis de faire évoluer mon état d’esprit. Je les remercie, ainsi que les membres de la revue.

SI j’ai pu penser au moment de commencer le stage que n’avoir « que » deux taches pour une durée de six semaines paraissaient peu, la grande variété de petites actions/recherches que j’ai pu effectuer m’a toujours donné du travail à accomplir.

J’ai également eu une grande liberté au moment de la rédaction de mes billets pour le carnet que je pouvais mettre en ligne moi-même et j’ai vraiment apprécié que l’on me fasse confiance sur la qualité de mon travail.

Voir l’évolution de ma bibliographie après chaque relecture était très motivant. La découverte du monde des revues scientifiques a été très instructive. Je garderai un très bon souvenir de ce stage et j’espère pouvoir retravailler dans une revue scientifique à l’avenir et que cela se passera tout aussi bien.

Si je devais prodiguer deux conseils à des étudiants en recherche, ce serait de penser à étudier les informations qui peuvent sembler inutiles. Il ne m’était jamais venu à l’esprit de répertorier les centres de recherche sur le posthumain au niveau mondial, ni les unités de recherche françaises sur le sujet. Dans mon cas, c’est au moment de ces réflexions que j’ai compris pourquoi un certain nombre de mes références provenait d’auteurs d’origine suédoise ou que les approches différaient légèrement selon leur pays.

Le second serait de prendre le temps d’appréhender Zotero. Si je n’en avais pas vraiment vu l’utilité pour des travaux courts, ce logiciel représente un gain de temps indéniable. Il permet de multiplier les informations tout en conservant un système d’organisation sous forme de collections, sous-collections et d’étiquettes. De plus, s’il est envisageable de partager des références avec d’autres chercheurs, il donne également accès à une grande variété de systèmes de normes qu’il est possible de modifier selon les travaux effectués et le public visé.

Pour accéder à ma première bibliographie sur le posthumain, c’est ici.

Pour consulter ma Bibliothèque idéale sur le posthumain, c’est .

Pour découvrir le traitement du posthumain dans les thèses, c’est par .

Pour en apprendre davantage sur Zotero, c’est ici.

Pour se former à Hypothèses grâce à la Maison des carnets, c’est par ici.

Image by geralt from Pixabay.



Citer ce billet
Emeline Ydée (2024, 4 avril). Bilan de mon stage. ReS Futurae. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5zh