La Possibilité de l’avenir dans Les Dépossédés d’Ursula Le Guin

La Possibilité de l’avenir dans Les Dépossédés d’Ursula Le Guin

À cause de l’expansion mondiale du capitalisme, nous connaissons une fermeture idéologique, dans laquelle il est difficile de penser à l’utopie. Le capitalisme est si établi qu’il est devenu invisible, transformant l’idéologie des gens. D’autres choix politiques n’apparaissent plus possibles. Il semble que notre travail utopique doive maintenant se réfugier dans notre imagination. J’argumente que Les Dépossédés peut nous donner une meilleure compréhension du temps utopique et des débuts utopiques.

Les Dépossédés, publié en 1974 aux États-Unis, raconte l’histoire de Shevek, un physicien de la lune Anarres, qui orbite autour de la planète Urras. Shevek essaie d’unir les deux mondes qui se sont séparés physiquement et d’un point de vue idéologique. Les gens dans la lune Anarres – qui s’appellent « les Odoniens » – font partie d’une communauté anarchiste suivant la philosophie d’Odo. Ces Odoniens ont laissé Urras plusieurs générations avant le début du temps du roman. Bien qu’Anarres soit présenté comme l’utopie du roman, on devrait lire le sous-titre du roman qui apparaît quelquefois dans les différentes éditions du texte : « une utopie ambiguë ». Le paysage d’Anarres est presque inhospitalier, privé de tout animal. La communauté est devenue trop rigide, et elle a adopté une idéologie xénophobe, craignant les gens d’Urras, « les Urrastis ».

Quand Shevek visite Urras, il va à l’état capitaliste d’A-Io pour qu’il puisse développer sa théorie du temps qui va devenir « la théorie temporelle générale », alors qu’il essaie de comprendre la division entre les mondes. Avec cette théorie, Shevek veut unir deux écoles de pensée sur le temps : la simultanéité (les Simultanéistes) et la théorie séquentielle. Shevek explique comment les deux théories sont unies : « Le temps a donc deux aspects. Il y a la flèche, le fleuve qui coule, sans lequel il n’y a pas de changement, pas de progrès, pas de direction ni de création. Et il y a le cercle ou le cycle, sans lequel c’est le chaos, une suite insensée d’instants, un monde sans horloges ni saisons ni promesses »1. Ces deux types de mathématiques sont présentés avec la terminologie de l’ontologie : « ‹Le devenir sans être est insensé. Être sans devenir est très ennuyeux… Si l’esprit est capable de percevoir le temps de ces deux façons, alors une véritable chronosophie pourrait offrir un domaine dans lequel la relation entre les deux aspects, ou entre les processus temporels, pourrait être comprise› »2. Le roman souligne l’importance d’une physique du temps qui est liée directement à une philosophie de l’éthique. Cette philosophie est personnelle et politique.

La forme narrative de Les Dépossédés permet d’insister sur la philosophie politique du temps. Le théoricien Fredric Jameson écrit que la forme du roman montre une technique politique, qu’il appelle « la réduction du monde »3. Jameson explique que cette abstraction narrative semble être nécessaire parce que la littérature « haute » ne semble plus avoir de « fonction cognitive […]. Le fait que cette assertion ait désormais perdu toute crédibilité montre simplement que l’environnement qui est le nôtre – le système total du capitalisme monopoliste tardif et de la société de consommation – nous paraît si immuable et sa réification si étouffante et impénétrable, que l’artiste sérieux n’est plus libre de le bricoler ni d’en imaginer des variations expérimentales »4. Cette forme laisse l’auteur se concentrer sur ses idées sans avoir besoin de négocier les limites strictes de l’imagination, qui sont tracées par notre histoire. La technique de la réduction du monde de Le Guin aide le roman à imaginer un début utopique qui n’est pas entravé par l’histoire du capitalisme. En mettant en quarantaine la communauté des Odoniens sur Anarres, Le Guin nous présente une expérience unique et inconnue. Le manque d’une structure du pouvoir hors de la communauté permet une croissance plus intégrée. C’est comme si les tentatives de réaliser le communisme partout dans le monde pouvaient avoir lieu sans l’ingérence hostile du capitalisme.

Anarres devient une idée, que Shevek dit être réelle, qu’Anarres signifie le possible de l’avenir. La théorie du temps de Shevek souligne qu’il n’y a pas de mur entre le présent et l’avenir, un projet utopique n’est donc pas impossible. Dans une conversation avec Keng, une ambassadrice de la Terre sur Urras, Shevek l’interroge sur Anarres : « — Et Anarres, telle que vous m’en avez entendu en parler… Qu’est-ce qu’Anarres représente pour vous, Keng ? — Rien. Rien, Shevek. Nous avons perdu nos chances de devenir Anarres il y a des siècles, avant même son existence »5. Shevek n’est pas d’accord et lui répond : « Vous préféreriez nous détruire plutôt qu’admettre notre réalité, plutôt qu’admettre qu’il y a un espoir ! »6. Anarres n’est pas isolé dans l’avenir ou dans les limites de l’imagination. Sur la pierre tombale d’Odo – la philosophe et prisonnière politique qui est morte sur Urras il y a des générations avant la fondation d’Anarres – une inscription dit : « Être un tout, c’est être une partie ; le vrai voyage est le retour »7. Partout dans le roman, l’accent est mis sur l’idée qu’être utopique est changer idéologiquement pour que le présent et l’avenir s’unissent – qu’ils ne soient plus divisés. Donc, l’utopie est un processus, plutôt qu’un espace : la révolution permanente que cherchent les théoriciens Marx et Trotski. Sur la possibilité de l’avenir dans la science-fiction, je pense au philosophe marxiste utopique Ernst Bloch. Il écrit : « La réalité marxiste signifie : la réalité plus l’avenir au sein d’elle8. » L’utopie doit commencer maintenant.

Louis Sterrett

Notes

1 Ursula Le Guin, Les Dépossédés, trad. Henry-Luc Planchat (Paris : Robert Laffont, 2010), 262.

2 Le Guin, Les Dépossédés, 263.

3 Fredric Jameson, Penser avec la science-fiction, trad. Nicolas Vieillescazes (Paris : Max Milo Éditions, 2008), 119.

4 Jameson, Penser avec la science-fiction, 118.

5 Le Guin, Les Dépossédés, 402.

6 Le Guin, Les Dépossédés, 403.

7 Le Guin, Les Dépossédés, 105.

8 Ernst Bloch, « Marxism and Poetry », dans The Utopian Function of Art and Literature : Selected Essays, trad. Jack Zipes et Frank Mecklenburg (Cambridge, MA : MIT Press, 1988), 162. [Ma traduction en français]. Clairement, Bloch et Le Guin ne seraient peut-être pas d’accord sur la politique des idées du marxisme et du anarchisme, si ils se rencontraient, mais leurs idées du temps sont analogues ici.

Références bibliographiques :

Ursula K. Le Guin, The Dispossessed: An Ambiguous Utopia, New York, Harper & Row, 1974.

Ursula K. Le Guin, « The Day Before the Revolution », Galaxy, août 1974, p. 17-31 ; The Wind’s Twelve Quarters, New York, Harper & Row, 1975 [nouvelle sur le personnage d’Odo, située dans le passé du roman].

Éléments critiques complémentaires :

  • Judah Bierman, « Ambiguity in Utopia: The Dispossessed », Science Fiction Studies, vol. 2, n° 3, novembre 1975, p. 249-255.
  • Guy Bouchard, « Anarchisme et utopie dans l’oeuvre d’Ursula Le Guin », Moebius: écritures / littérature, n° 33, 1987, p. 109-128.
  • Tony Burns, Political Theory, Science Fiction, and Utopian Literature: Ursula K. Le Guin and The Dispossessed, Lanham, Lexington Books, 2008.
  • Lewis Call, « Postmodern Anarchism in the Novels of Ursula K. Le Guin », SubStance, vol. 36, n° 2, 2007, pp. 87-105.
  • Laurence Davis et Peter Stillman (dir.), The New Utopian Politics of Ursula K. Le Guin’s The Dispossessed, Lanham, Lexington Books, 2005.
  • Samuel R. Delany, « To Read The Dispossessed », The Jewel-Ringed Jaw, New York, Berkley Windhover Book, 1978, p. 218-283.
  • John Fekete, « The Dispossessed and Triton: Act and System in Utopian Science Fiction », Science Fiction Studies, vol. 6, n° 2, juillet 1979, p. 129-143.
  • K. N. Hull, « What is Human ? Ursula Le Guin and Science Fiction’s Great Theme in Science and Fantasy Fiction », Modern Fiction Studies vol. 32, n° 1, 1986, p. 65-74.
  • N. Jacobs, « Beyond Stasis and Symmetry : Lessing, Le Guin, and the Remodeling of Utopia », Extrapolation, vol. 29, n° 1, 1988, p. 34-45.
  • Nadia Khouri, « The Dialectics of Power: Utopia in the Science Fiction of Le Guin, Jeury, and Piercys », Science Fiction Studies, vol. 7, n° 1, mars 1980, p. 49-60.
  • Gérard Klein, « Malaise dans la science-fiction américaine » (1979), in Ursula Le Guin, Le Dit d’Aka, Paris, Le Livre de poche, 2005, p. 439-539.
  • Ursula K. Le Guin, « A Response, by Ansible, from Tau Ceti », in Laurence Davis et Peter Stillman (dir.), The New Utopian Politics of Ursula K. Le Guin’s The Dispossessed, 2005, p. 305-308.
  • Werner Christie Mathisen, « The Underestimation of Politics in Green Utopias: The Description of Politics in Huxley’s Island, Le Guin’s The Dispossessed, and Callenbach’s Ecotopia », Utopian Studies, vol. 12, n° 1, 2001, p. 56-78.
  • M. T. Tavormina, « Physics as Metaphor: The General Temporal Theory in The Dispossessed », Mosaic. A Journal for the Comparative Study of Literature and Ideas, vol. 13, n° 3-4, 1980, p. 51-62.
  • Donald F. Theall, « The Art of Social-Science Fiction: The Ambiguous Utopian Dialectics of Ursula K. Le Guin », Science Fiction Studies, vol. 2, n° 3, novembre 1975, p. 256-264.


Citer ce billet
SMinne (2012, 12 mai). La Possibilité de l’avenir dans Les Dépossédés d’Ursula Le Guin. ReS Futurae. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tntp