Tous les articles par Simon Bréan

Le théâtre de science-fiction. Premiers éléments de cartographie

Depuis une dizaine d’années au moins, on trouve avec une régularité certaine des éléments science-fictionnels au théâtre. Celui-ci a par ailleurs donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. (1921) de Karel Čapek. Il est toutefois rare de faire une place à la science-fiction dans les études théâtrales, tout comme il est rare de faire une place au théâtre dans les études science-fictionnelles. Ce numéro entend interroger cette incuriosité réciproque et engager l’étude de la SF au théâtre. Mais plutôt que d’identifier un corpus de « théâtre de science-fiction » à faire exister comme tel, il s’agit d’en questionner les modes d’existence. L’ambition n’est pas de planter un drapeau pour délimiter un territoire, mais d’assembler des éléments de cartographie permettant de se déplacer avec plus d’aisance dans un paysage nébuleux : celui des multiples formes et fonctions de la SF au théâtre, telle qu’elle s’y présente, mais aussi telle qu’on la perçoit et telle qu’on l’énonce.

Continuer la lecture de Le théâtre de science-fiction. Premiers éléments de cartographie

21 | Fictions climatiques (appel clos)

Appel à contributions pour le dossier n° 21 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Nadège Pérelle nadege.perelle@univ-eiffel.fr

English version below

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent être remises le 15 octobre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 mai 2022, les retours d’évaluation seront donnés en septembre 2022 pour une parution au deuxième semestre 2023.

Les auteurs et autrices sont invité.es à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Cet appel à communication s’inscrit dans la continuité du colloque international du programme PARVIS[1] de l’I-SITE FUTURE (https://parvis.hypotheses.org/a-propos) « La ville dans les fictions climatiques » qui s’est tenu en mai 2021. Il était consacré aux imaginaires urbains futuristes (https://parvis.hypotheses.org/2102).

Continuer la lecture de 21 | Fictions climatiques (appel clos)

RESF 17 : Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Continuer la lecture de RESF 17 : Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

20 | Théorie(s) de la science-fiction (appel clos)

Appel à publication pour le n°20 de ReS Futurae

Dossier : Théorie(s) de la science-fiction

Dossier dirigé par Irène Langlet (univ. Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs

Lire l’appel sur le site de la revue.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Continuer la lecture de 20 | Théorie(s) de la science-fiction (appel clos)

RESF 16 Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

Crédits : Barbara A Lane
Sous la direction de Yves Iehl et Jean Nimis

Les formes brèves (récit ou épisode de série TV) qui mettent en jeu la science-fiction présentent l’intérêt de déployer des univers possibles sous une forme kaléidoscopique. Ainsi, notre « habitation dans le monde » se trouve interrogée par la multiplication de ces points de vue du futur et des « perspectives anticipatrices » qui en proposent un aperçu.
 
  • Comité de rédaction de Res Futurae
    Éditorial [Texte intégral]
  • Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

Continuer la lecture de RESF 16 Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

Résistances de/dans/par la science-fiction : regards politiques (pour le 15 septembre 2020)

Le 8ème Congrès de l’ABSP, conjointement organisé avec la 9ème édition du CoSPoF (congrès des associations francophones de science politique), se tiendra du 07 au 09 avril 2021 à l’Université Libre de Bruxelles sur la thématiques des « Résistances ». 

Les propositions de communications sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2020 aux responsables des ST ainsi qu’à l’adresse mail info@absp.be. Celles-ci devront être limitées à 500 mots.

Responsables de la ST : 

  • Marc ATTALLAH (Université de Lausanne) – matallah@ailleurs.ch
  • Yannick RUMPALA (Université Côte d’Azur) – rumpala@unice.fr
  • Virginie TOURNAY (SciencesPo Paris) – virginie.tournay@sciencespo.fr

Appel à communications : 

De manière plus complexe que les images simplistes dont elle se voit trop souvent affublée, la science-fiction est un univers de résistances : son histoire éditoriale aux lisières des genres canoniques et les thématiques de révolte – d’humains ou de non-humains, d’ailleurs – qu’elle a largement incorporées en sont des illustrations parmi tant d’autres. Sur un plan scientifique, les études francophones du politique semblent toutefois avoir peu travaillé cette dimension, alors que le genre a connu un développement notable et que son influence culturelle s’est étendue. Cette lacune est d’autant plus surprenante que les théories de la fiction ont montré que l’activité narrative possède des vertus de décentrement essentielles pour se penser autrement et que les effets peuvent être aussi politiques.

Il y a donc un certain nombre de points aveugles dans les relations entre science-fiction et politique que cette section thématique propose d’explorer en profitant de la ressource heuristique offerte par le thème général du congrès.

Trois axes d’exploration sont envisagés pour baliser cette section thématique :

  • la science-fiction comme forme de résistance et dissidence culturelle ;
  • les représentations des résistances dans la science-fiction ;
  • les utilisations de la science-fiction dans différentes formes d’actions collectives et de mobilisations.

1) La science-fiction a longtemps été un genre marginal, fréquemment considéré avec dédain, voire suspicion. Son histoire est aussi une histoire de luttes au sein du champ culturel. Produire de la science-fiction ou la défendre a pu pendant longtemps, et encore aujourd’hui, paraître comme une forme de résistance face à une culture dominante. On peut penser que l’enjeu n’était pas qu’un enjeu culturel et qu’il avait d’autres sources et implications qu’il peut être intéressant de faire (ré)émerger, du point de vue d’une fonction sociale et politique par exemple.

2) Révoltes et résistances y ont fréquemment fourni des ressorts narratifs. Les rebelles qui affrontent l’Empire dans la série Star Wars sont un exemple qui vient facilement à l’esprit, mais il a tendance à en occulter de multiples autres. On songe au développement de la science-fiction (éco)féministe, à l’afrofuturisme, à la veine dystopique, etc. Dans cet axe, il pourra s’agir de s’intéresser à la teneur politique ou idéologique plus ou moins apparente de ces récits, à ce qu’ils véhiculent comme représentations, problématisations, contenus critiques, etc., et à ce qu’ils disent du rapport à un certain ordre politique.

3) Une part de l’imaginaire de la science-fiction, par ses images et ses symboles, a pu être également utilisée pour être intégrée dans certains répertoires d’action de mouvements ou mobilisations. Les images, dans leurs multiples destins, peuvent en effet faire l’objet de réappropriations, notamment lorsqu’elles paraissent susceptibles de soutenir plus solidement un message ou une cause. Le film Avatar réalisé par James Cameron (2009) et la résistance qu’il met en scène contre une tentative de colonisation minière, symboliquement par les humains d’un corps expéditionnaire sur une autre planète, ont servi des inspirations politiques et des mobilisations. Pour porter leurs revendications, on a vu des militants reproduisant l’apparence des Na’vis, le peuple de Pandora, exolune où se déroule le récit[1]. Le genre offre-t-il des ressources que d’autres n’offrent pas ? Les auteur(e)s, d’ailleurs, peuvent aussi être dans une position militante, comme le montre récemment en France l’exemple du collectif Zanzibar qui propose de « désincarcérer le futur ».

À partir de la multiplicité des supports envisageables (littérature, théâtre, cinéma, séries télévisées, jeux vidéo, etc.), les propositions pourront s’inscrire dans l’un de ces axes ou à la croisée de plusieurs.

[1] Cf. Bruce Bennett, « Loving the Alien. Indigenous Protest and Neo-Colonial Violence in James Cameron’s Avatar », in Katarzyna Marciniak and Imogen Tyler (eds), Immigrant Protest: Politics, Aesthetics and Everyday Dissent, New York, SUNY Press, 2014.

RESF 17 Théâtre de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent lui parvenir le 15 décembre 2019 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juillet 2020, pour une parution au premier semestre 2021.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ?

Dans ce numéro de la revue ReS Futurae, il s’agira d’une part d’interroger l’histoire de la SF au théâtre depuis le xixe siècle au moins (les périodes antérieures ne sont pas exclues), des nombreuses adaptations de Frankenstein sur les scènes anglaises aux très récents spectacles se réclamant explicitement de la SF ou qui ont pu être assimilés à ce genre, tels que France-Fantôme de Tiffaine Raffier ou Quitter la terre de Joël Maillard, en passant par les théâtres de l’avant-garde européenne des années 1920. Dans quelle mesure ces œuvres relèveraient-elles de la SF ? Les thèmes et les motifs du genre répondent-ils au besoin ou à l’envie des artistes, dans le contexte artistique, écologique, économique, politique, social, etc., qui est le leur ? La SF interroge-t-elle, ici ou là, les conditions du théâtre ? L’œuvre réalisée est-elle à la hauteur du projet ? La dimension technique des spectacles, notamment par la mise à profit de savoirs dits d’avenir (hologramme, lévitation, prouesses audiovisuelles de toutes sortes, robotique, etc.), utilisés sérieusement ou au contraire tournés en dérision, est-elle par endroits définitoire du genre ? Y a-t-il eu des moments forts, dans l’histoire, où le théâtre et la SF se sont rencontrés ? Et que penser de la situation contemporaine, où la SF semble être en mesure d’assumer de nouvelles fonctions sur nos scènes ?

Il s’agira d’autre part de réfléchir à l’historiographie du théâtre de science-fiction en France et à l’étranger, en interrogeant les catégories génériques actuellement en usage avec lesquelles le théâtre de science-fiction voisine et/ou que le théâtre de SF subsume (utopie/dystopie, post-apocalypse, etc.), en prêtant attention à la dimension diachronique : le terme « science-fiction » étant par exemple plutôt tardif en français, on prendra en compte la diversité des conceptions antérieures telles que « anticipation », « merveilleux scientifique », « voyages extraordinaires », etc. Il pourra être utile, en outre, de s’interroger sur les problèmes posés par la circulation des termes spécialisés dans divers cercles sociaux, où ils sont souvent utilisés de manière assez lâche, loin de leur définition restreinte (à l’instar de « fantastique » et « futuriste »), et sur les enjeux que présente leur traduction dans d’autres langues. Comment les artistes, les chercheurs et les journalistes ont-ils organisé ces différents genres entre eux, « science-fiction » comprise, dans les divers espaces culturels et linguistiques qui sont les leurs, et comment continuent-ils de le faire ? Sur le plan historiographique, un tel début d’inventaire devrait permettre d’évaluer l’éventuel gain et la pertinence d’une (ré)habilitation du terme « science-fiction » pour unifier et stimuler les recherches sur un domaine fragmenté, dont la connaissance s’avère fragmentaire.

Sur la base d’études de cas, l’ambition est d’assembler les premiers éléments utiles à une cartographie du théâtre de science-fiction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. En principe, les articles devront être rédigés en français. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec le directeur du numéro (romain.bionda@unil.ch).

Éléments de bibliographie :

  • « Theatre » (20.10.2011), dans The Encyclopedia of Science Fiction, en ligne, 12.08.2018 : http://www.sf-encyclopedia.com/entry/theatre.
  • TrOPICS, n° 2, Théâtre et Utopie, dir. Françoise Sylvos, en ligne, 2015 : https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-2.
  • BIONDA Romain, « Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu », dans Revue d’histoire du théâtre, n° 282, « Varia », 2019, p. 119-138 ; également en ligne : https://sht.asso.fr/ou-est-passe-le-theatre-de-science-fiction-histoire-et-historiographie-dun-genre-inapercu/.
  • BOURASSA GAUDREAULT Catherine, « Le théâtre de science-fiction d’après Ralph Willingham », dans Jeu, n° 144, Sciences et technologies, dir. Étienne Bourdages, 2012, p. 104-111.
  • CARRERA GARRIDO Miguel, « Teatro 1960-1990 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p.  225-249.
  • FORRY Steven Earl, Hideous Progenies: Dramatizations of Frankenstein from Mary Shelley to the Present, Philadelphie, University of Pennsylvanie Press, 1990.
  • KRZYWKOWSKI Isabelle, « Le théâtre des machines », Machines à écrire. Littérature et technologies du xixe au xxie siècle, Grenoble, Ellug, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques », 2010, p. 154-162.
  • LOPEZ-PELLISA Teresa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, Madrid et Francfort, Iberoamericana / Vervuert, 2018.
  • Id., « Teatro 1990-2015 », dans id. (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 251-277.
  • MARTIN RODRIGUEZ Mariano, « El teatro hasta 1960 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 195-221.
  • MILNER Andrew, « Science Fiction and the Literary Field », dans Science Fiction Studies, vol. 38, n° 3, 2011, p. 393-411 ; trad. Julie Stéphanie Normandin et ReSF, dans Res Futurae, n° 6, 2015 : https://journals.openedition.org/resf/749.
  • PLASSARD Didier, L’Acteur en effigie. Figures de l’homme artificiel dans le théâtre des avant-gardes historiques : Allemagne, France, Italie, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Théâtre années 20 », 1992.
  • RUSS Johanna, « Towards an Aesthetic of Science Fiction », dans Science Fiction Studies, vol. 2, n° 6, 1975, p. 112-119 ; trad. Samuel Minne, dans ReS Futurae, n° 2, La Science-fiction, rue d’Ulm, en ligne, 2013 : https://journals.openedition.org/resf/291#ftn1.
  • VERSINS Pierre, « Théâtre », Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), 2nde éd., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1984, p. 878-880.
  • WILLINGHAM Ralph, Science Fiction and the Theatre. Contribution to the Study of Science Fiction and Fantasy, Westport CT, Greenwood Press, 1994.

Bourse de thèse : la ville dans la climate fiction (UPEM, Marne-la-Vallée)

Luc Schuiten, Vision future de la ville de Shanghaï en fonction des années, 2012

PARVIS (I-Site FUTURE) — thèse financée : « La ville dans les fictions climatiques »

Appel à candidatures

Le projet « PARVIS – PARoles de VilleS » lance un appel à candidatures pour une thèse financée en littératures et études culturelles contemporaines. Le sujet éclairera la question de la ville dans les fictions climatiques.

Les candidat·e·s proposeront un sujet qui permet à la fois une vue d’ensemble substantielle de la fiction climatique actuelle, dans tous ses sous-genres, et une interprétation ciblée des problématiques urbaines en son sein. Cette thèse doit en effet s’insérer dans le programme de recherche « Paroles de Villes — PARVIS » de l’I-Site FUTURE, à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM). Le programme étudiera les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes reflété dans les médias et dans les discours des décideurs, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation. Le projet mènera cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales et populaires, cultures médiatiques, discours sociaux). La recherche doctorale devra dialoguer avec tous les groupes de travail du projet (https://parvis.hypotheses.org/). Une contextualisation multimédiatique sera donc indispensable, même si le coeur de la recherche portera sur les supports littéraires.

Continuer la lecture de Bourse de thèse : la ville dans la climate fiction (UPEM, Marne-la-Vallée)

RESF 16 Cinéma de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier n°16 de ReS Futurae (prolongé jusqu’au 15 juin 2019)

Dossier dirigé par Daniel Tron (Université de Tours) et Simon Bréan (Sorbonne Université)

Échéances

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 conjointement à Daniel Tron (daniel.tron@univ-tours.fr)  et Simon Bréan (simon.brean@sorbonne-universite.fr), pour une réponse au plus tard début mai. La date de remise des articles est fixée au 25 octobre 2019.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

De Georges Méliès à George Lucas, la science-fiction entretient des rapports complexes avec les récits audiovisuels, le cinéma y tenant longtemps une place prépondérante. Littérature d’« images » autant que d’idées, la SF accompagne et se nourrit des progrès techniques en investissant le cinéma dès 1902, puis la télévision dans les années 40. Outre les aspects techniques et esthétiques inhérents à la production d’images d’un autre monde, les films de SF témoignent aussi de l’évolution des formes narratives qui tiennent autant aux « sources » littéraires – indirectes d’inspiration ou directes dans le cas des adaptations – qu’aux évolutions des conditions de production et de distribution des industries audiovisuelles. 

Continuer la lecture de RESF 16 Cinéma de science-fiction

ReSF n°11 : Maurice Renard

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Irène Langlet Éditorial

MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

ARTICLES DE MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

VARIA

COMPTES RENDUS

 

Hommage à Patrick Dusoulier

Un hommage à Patrick Dusoulier (par Alice Ray)

Il y a des jours comme celui-là où les rêves de la science-fiction paraissent hors de portée. C’est en écoutant la pluie battant à la fenêtre que nous apprenons une bien triste nouvelle en un bien triste jour : Patrick Dusoulier est décédé en cette fin mars 2018. Une perte immense pour la science-fiction en langue française.

Jack Vance, Les Chroniques de Durdane, Lune d’Encre. Trad. Patrick Dusoulier et Arlette Rosenblum. Ill. Manchu

Traducteur émérite, il a travaillé sur des textes d’auteurs aussi variés qu’Ursula K. Le Guin, Ian M. Banks, Dan Simmons, Margaret Atwood ou encore Jack Vance pour lequel il a grandement participé à la révision et à la réédition de ses œuvres ; c’est d’ailleurs son amour pour les écrits de Jack Vance qui lui permet d’entrer professionnellement dans le monde de la traduction.

Iain M. Banks, les Enfers virtuels, coll. Ailleurs et Demain. Trad. patrick Dusoulier. Ill. Manchu (tous droits réservés).

 

En 2012, il obtient le prix Jacques Chambon pour les romans Les Enfers virtuels (Ian M. Banks) et La Route de Haut-Safran (Jasper Fforde).

Patrick Dusoulier était un homme passionné, toujours prêt à aider et d’un enthousiasme sans limite. En 2016, il a tout de suite accepté de me rencontrer aux Utopiales pour parler de son travail de retraduction sur Limbo.

Bernard Wolfe, Limbo, Le Livre de Poche. Trad. Patrick Dusoulier. Ill. Studio LGF (c) Inok / Getty Images.

 

 

Jeune traductrice un peu intimidée à l’idée de rencontrer un traducteur de science-fiction avec une telle carrière, j’ai été tout de suite mise à l’aise. Discuter avec lui de traduction, de science-fiction et de cinéma a été un véritable plaisir. Curieux et enthousiaste de tout, son envie de découverte touchait à tous les domaines. Il nous a fait un grand honneur lorsque, après une rencontre avec Simon Bréan, il nous a proposé de nous offrir de son temps pour traduire certains articles de Science Fiction Studies. Sa gentillesse et son amour de la science-fiction et de la traduction transparaissaient dans chacun de nos échanges. Nous le remercions encore pour son aide et c’est avec le cœur serré d’émotions que nous publierons son travail.

Nous adressons toutes nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

13 | Pierre Bordage (appel clos)

Appel à contributions pour le n°13 de ReS Futurae (1er semestre 2019)

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 mai 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net).

La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

La Fraternité du Panca t.5 (détail)
(c) Johann Goutard tous droits réservés

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticpation, la dystopie ou la fantasy.

Continuer la lecture de 13 | Pierre Bordage (appel clos)

ReS Futurae n° 10 Imaginaire informatique et science-fiction

La question d’un « imaginaire informatique » embrasse les figures que la science-fiction, tous médias confondus, a élaborées pour à la fois témoigner de l’irruption de l’informatique dans notre réalité, et pour en imaginer et conceptualiser l’avenir, et les répercussions sociales et individuelles. Réciproquement, se trouve posée la question de ce que l’informatique fait à la science-fiction, entre enjeux de représentabilité (comment la représenter ?), développements réflexifs où l’informatique permet à la science-fiction de se penser elle-même, et expériences formelles sous l’influence des langages informatiques.

Watson after Quine

Watson after Quine (Christian Walter)

L’Enchâssement (Calmann-Levy, 1974)

La réédition française en 2015 aux éditions Le Bélial’ de L’Enchâssement (The Embedding, 1973) d’Ian Watson est  l’occasion de revenir sur cet extraordinaire roman de science-fiction paru pour la première fois en France en 1974 chez Calmann-Lévy dans la célèbre collection « Dimensions SF » créée en 1973 et dirigée par le traducteur Robert Louis (1944-2009), qui se caractérisait, outre une remarquable exigence dans le choix des textes, par les superbes et minimalistes couvertures au design immédiatement reconnaissable conçu par l’atelier BCG (illustration à droite).

L’Enchâssement (Le Bélial, 2015). Ill. Manchu (tous droits réservés)

L’Enchâssement est le premier roman de l’écrivain britannique Ian Watson (né en 1943). Trois intrigues parallèles tissent la trame du récit en s’entrecroisant sans cesse dans des allers et retours qui s’enlacent, tels la double hélice d’ADN, autour de la problématique principale que déploie l’imagination de Ian Watson : le rapport entre le langage et la « réalité » (les guillemets indiquent que cette notion va être discutée plus loin) et, plus précisément, sa quête que résume la question : « les schémas linguistiques reflètent-ils la réalité physique et objective à un niveau profond ? » (rééd. p. 25[1]) selon les termes même de Ian Watson dans sa préface à la réédition de 2015.

Continuer la lecture de Watson after Quine

Hommage à Isabelle Périer

La rédaction de ReS Futurae souhaite se joindre aux hommages dédiés à Isabelle Périer, en adressant ses condoléances à sa famille, ses proches et ses amis.

C’est une personnalité harmonieuse et sereine qui s’efface de nombreux réseaux et lieux où elle a apporté sa passion et ses compétences, notamment la communauté des jeux de rôle (en particulier pour le jeu Nephilim et ses abords, avec un intérêt constant pour la création française contemporaine), l’enseignement des lettres et des humanités classiques (un exemple parmi d’autres dans la collection Etonnants Classiques). Outre l’amie chaleureuse qu’elle était pour beaucoup, les chercheurs en science-fiction et en fantasy perdent en elle une collègue et une camarade engagée, qui s’est investie avec enthousiasme et sincérité au côté de plusieurs laboratoires (CRI, 3L.AM) et associations de recherche, en particulier comme secrétaire du CERLI et membre active de la LPCM.

Ses recherches ont d’abord porté sur la science-fiction, avec sa thèse de littérature comparée soutenue en 2010 et portant sur « Mythe et épopée en science-fiction. Technoscience, sacré, idéologie dans les cycles de Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal » (dir. Michel Viegnes, CRI, Grenoble-Stendhal 3). Outre les rapports entre épopée et science-fiction, elle avait depuis étendu considérablement le champ de ses intérêts pour y inclure « la mythocritique, la science-fiction, la fantasy, la littérature contemporaine, les séries TV, les jeux de rôle et les jeux vidéo, la transmédialité et d’une manière générale les cultures de l’imaginaire » (source LPCM), et dans tous ces domaines, avait entrepris de faire entendre sa voix singulière.

Isabelle Périer a régulièrement contribué à ReS Futurae, avec deux articles sur Maurice G. Dantec, l’un de ses auteurs de prédilection : l’un s’interroge sur les mécanismes d’hybridation postmoderne à l’œuvre dans ses romans, l’autre explore le présentisme paradoxal du diptyque Liber Mundi. Un troisième article doit paraître dans le n° 10 de la revue, « Imaginaire informatique et science-fiction » : il approfondit une communication sur l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk.