Tous les articles par hummel

Foundation n°130 – In Frankenstein’s Wake

La revue Res Futurae vient de nouer un nouveau partenariat avec son aînée Foundation : The International Review of Science Fiction (http://www.sf-foundation.org/). Nous publierons régulièrement ici, comme c’est déjà le cas avec Science Fiction Studies, les annonces de parution des nouveaux numéros.

La revue académique Res Futurae n’existerait pas sans le soutien bienveillant de ses aînées, qui ont ouvert il y a plus de quarante ans le champ des science fiction studies. Après Science Fiction Studies (fondée en 1973) qui nous offre depuis 2010 un accès gracieux à tout son catalogue d’articles, c’est la revue Foundation : The International Review of Science Fiction (fondée en 1972) qui a accepté un partenariat du même ordre, grâce à deux missions à l’université de Liverpool. C’est là que se tiennent le siège et les archives de la Science Fiction Foundation qui édite la revue, et où s’est faite la rencontre avec deux de ses actuels responsables, Paul March-Russell et Andy Sawyer. Nous en tirons autant de fierté que de reconnaissance, et nous ouvrons donc avec grand plaisir dans cette douzième édition la rubrique « En direct de Foundation », pilotée par Alice Ray comme « En direct de Science Fiction Studies ».

Irène Langlet, « Editorial », ReS Futurae [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 22 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/2209

Foundation n°130 : Special Section – In Frankenstein’s Wake

Paul March-Russell: Editorial
Emily Cox: Denuding the Gynoid: The Woman Machine as Bare Life in Alex Garland’s Ex Machina

Special Section – In Frankenstein’s Wake

Ashley Gordon: The Promethean Daemonic from Frankenstein’s Creature to Ridley Scott’s Alien
Richard Leahy: Superintelligence and Mental Anxiety from Mary Shelley to Ted Chiang
Martine Mussies: Frankenstein and The Lure: Border Crossing Creatures Through a Feminist Lens
Amanda Pavani: The Man-Machine and the Machine-Man: Frankenstein, Synners and He, She and It

Features:

Anne Charnock: The Fourfold Library (7): Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale
Paul Kincaid: Did You Read What I Wrote?
Andy Sawyer: Farewell to Foundation: A Quarter-Century of Reviewing

Conference Reports:

Kathryn E. Heffner: Imagining the History of the Future
Powder Thompson: Shakespeare and Science Fiction
Anna McFarlane: Embodiment in Science Fiction and Fantasy

Book Reviews:

Bodhisattva Chattopadhyay: Lem Cells
Chiara Cigarini: On Chinese Science Fiction
Lance Conley: Brian Willems, Speculative Realism and Science Fiction
Matthew De Abaitua: Simon O’Sullivan et al, eds. Futures and Fictions
Audrey Taylor: Suzanne Bray, ed. Dimensions of Madeleine L’Engle
Alison Tedman: Peter W. Lee, ed. A Galaxy Here and Now
Jane CoomberSewell: Jane Yolen, The Emerald Circus
Tom Kewin: Alastair Reynolds, Elysium Fire
Chris Pak : M. John Harrison, You Should Come with Me Now
Steve Shaviro: Chris Beckett, America City

RESF n°12 : Science-fiction et jeu vidéo

Lorsque Spacewar, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. La thématique spatiale que ce précurseur exploite traverse encore une grande partie de la production vidéoludique. De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction. Ce numéro de Res Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique.

Irène Langlet –Editorial [Texte intégral]

JEUX VIDÉO ET SCIENCE-FICTION

Sous la direction de Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten

Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –L’espace science-fictionnel (au sein) du jeu vidéo [Texte intégral]

Guillaume Baychelier –Apports de l’iconographie sidérale aux problématiques spatiales vidéoludiques : le cas des jeux vidéo horrifiques [Texte intégral]

Estelle Dalleu –Jeu vidéo et science-fiction >> de mode texte en code texte  [Texte intégral]

Jean-Charles Ray et Simon Laperrière –Une constellation nommée Argo – L’errance dans la science-fiction vidéoludique [Texte intégral]

Fleur Hopkins –Voyage au centre de la chair : l’exploration miniature du corps hum – ain dans les jeux vidéo [Texte intégral]

Clément Personnic et Yannick Kernec’h –Mettre en jeu le voyage dans le temps : de la réappropriation vidéoludique d’un sous-genre de la science-fiction [Texte intégral]

Sonny Walbrou – Le corps du joueur et l’écran traversé : récurrences et circulation d’un motif. [Texte intégral]

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

David M. Higgins –Rêves d’accumulation : l’économie dans les jeux vidéo de science-fiction [Texte intégral]

Lars Schmeink –« Piller, Tuer, Survivre » : Apocalypse zombie, exploration et expérience vécue dans DayZ [Texte intégral]

EN DIRECT DE FOUNDATION

Paweł Frelik –Changer la réalité : les mods des jeux vidéo, la (micro)politique et les genres de l’imaginaire [Texte intégral]

ENTRETIENS

Mathieu Triclot et Fanny Barnabé –Entretien avec Mathieu Triclot [Texte intégral]

Alain Damasio, Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –Interview d’Alain Damasio [Texte intégral]

COMPTES RENDUS

Jean-Louis Trudel –Fanny Lignon, dir., Genre et jeux vidéo (2015) [Texte intégral]

Jean-Loup Héraud –Jean-Clet Martin, Logique de la science-fiction : de Hegel à Philip K. Dick (2017) [Texte intégral]

Pierre-Yves Houlmont – Tringham N. R., Science Fiction Video Games (2014) [Texte intégral]

 

Crédit image à la une : Image d’un écran affichant Spacewar (1962).Tous droits réservés.

Science Fiction Studies numéro 136

Le numéro 136 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Numéro spécial sur la SF et le bouleversement climatique (Ed: Brent Ryan Bellamy & Veronica Hollinger)

Dès le XIXè et le premier XXè siècles, le topos du changement climatique intègre une rhétorique économique qui voit la politique climatique comme une compétition entre  nations rivales. Textes de Jules Verne, Mark Twain,  George Griffith. Les scénarios de contrôle, émergence ou monopole sont conceptualisés comme des grands récits capitalistes. A l’extrême, des récits de prise de contrôle armé. L’économie des premières fictions climatiques nous a préparés, et  potentiellement conditionnés, à voir le climat comme une ressource pour laquelle il est envisageable d’engager un conflit armé.

Carbon-fueled acceleration of global capitalism provides the main framework through which the interdisciplinary formation of the energy humanities approaches climate crisis. This essay attends to a no less consequential source of power, the atom, from an intersection of spaces, materialities, and enunciative positions that has received little scholarly attention. It focuses on the Russophone Kirghiz author Chingiz Aitmatov’s experimental hybrid of socialist realism, science fiction, and indigenous cosmology to explore a kind of atomic writing that emerged from the secret weapons development and testing sites zoned off on the “naked steppe” at the eastern margins of the Russian and Soviet empires. Challenging the logic of development, progress, sacrifice, and disposability in both capitalist and socialist modernity, the situated aesthetics of Central Asia’s nuclear fantastic generates a planetary consciousness of compound environmental catastrophe—even as it salvages the possibilities of a cosmopolitics for the Anthro-pocene.

This essay examines how Kim Stanley Robinson’s Shaman (2014) depicts the deep history of both humans and the Earth. Centered around humans living 32,000 years ago during the last ice age, it contributes to the genre of prehistoric fiction as well as, less obviously, climate fiction. As prehistoric fiction, it foregrounds the continuity of human identity across history, particularly our impulses toward art-making and science, and thereby challenges our sense of separation from the deep past. At the same time, Robinson’s novel may also be understood as climate fiction. Typically, climate fiction is associated with contemporary global warming, but this article approaches the genre in terms of its tendency to envision environments historically, a capacity referred to here as the “geohistorical imagination.” While Shaman shares this imagination with other climate fictions, it differs remarkably from most ice-age narratives because it describes the slow pace of glaciation and the persistence of daily life, rather than the apocalypse. Drawing out the consequences of this figuration of geohistory, this essay argues in conclusion that Shaman enables us to think historically about global warming and the Anthropocene.

Building on recent critical conversations about “science fictionality” as a quality that is present in, but not necessarily tethered to, the literary genre of science fiction, this essay articulates scientific and critical debates about the Anthropocene in terms of cognitive estrangement. It argues that the term “Anthropocene” acts simultaneously as nomenclature, as narrative, and as novum. Different definitions of and variations on “the Anthropocene” invoke varying narratives with specific origins, settings, characters, and resolutions. Meanwhile, each of these narratives has a distinct novum that produces different kinds of cognitively estranging relationships to hegemonic histories of Western modernity. The science fictionality of “the Anthropocene” as a concept reveals not only the strategic activation of cognitive estrangement beyond the bounds of science fiction, but also what is at stake in the way that science fiction focusing on climate change articulates a novum in relation to history, as well as futurity.

As a literature of the Anthropocene, contemporary narratives of terraforming and geoengineering draw on a rich tradition of stories that scrutinize the ecological, social, political, economic, and technological relationships that obtain between and within communities, institutions, and local and planetary environments. This article examines three contemporary terraforming and geoengineering narratives to investigate how such works theorize the Anthropocene. Drawing on Reza Negarestani’s “necrocracy” to understand how speculation about terraforming and geoengineering is both coherent with and antecedent to emerging theoretical concepts about climate change, this article examines representations of humankind’s expanding incorporation of the solar system in Ian McDonald’s Luna: New Moon (2016) and Kim Stanley Robinson’s 2312 (2012), and its critique in Robinson’s Aurora (2015). This article seeks to understand how orientations toward the transformation of planetary environments are configured, how responses to such plans are represented, and how such texts imagine the conjunction of geological processes and human agency. Ultimately, it argues that terraforming narratives can help scholars of science fiction and the environmental humanities think through concepts such as the Anthropocene and the dissipative economies of closed life-support systems.


The Syfy television series The Expanse (2015-) transposes a form of combined and uneven development from Earth to the solar system, making the human reality of life lived in space a central concern. The Expanse envisions a colonized solar system, replete with a United-Nations-controlled Terra and Luna, a military dictatorship on Mars, and a densely populated asteroid belt. This essay proposes that The Expanse offers an image of a worlds-system, by which we mean an interplanetary system of capital accumulation that reproduces the structure of twentieth-century geopolitical-economy at the level of the solar system. At one and the same time, The Expanse imagines a new cycle of accumulation founded in the planetary system and premised on ecological crisis on Earth and it provides a re-narration of the end of the cycle of accumulation that has been called the long twentieth century or the American century, which exasperated the climate crisis in the first instance. The Expanse is a pivotal narrative that promises a new interplanetary cycle of accumulation and its decline all at once, a fantasy of continuity that simultaneously dramatizes the contemporary crisis of futurity.

This paper draws on recent global speculative film and fiction that highlight guilt and remorse to think about what good might come out of feeling bad, focusing especially on how these texts use negative affective responses to encourage positive communal action. Afrodiasporic, African, and Indigenous and Aboriginal futurisms participate in widespread cultural debates about humanity’s responsibility to the environment: Cree-Canadian filmmaker Danis Goulet’s short fantasy film Wakening (2013), Nigerian-American Nnedi Okorafor’s petrofiction Lagoon (2014), Kenyan filmmaker Wanuri Kahiu’s short sf film Pumzi (2009), and Aboriginal Australian Alexis Wright’s climate-fiction The Swan Book (2013) explore alternative futures in which humans reestablish a sense of relation with their non-human counterparts. Negative emotions register not only as affective modes that signal constitutive relationality and an a priori responsibility to others, to the land, to other human beings and other species, but also invite reparative responses. Located in the interstices of environmental and postcolonial science fictions, these narratives can, at the very least, serve as antidotes both to complacency in light of the uneven planetary distribution of resources and to despair in the face of environmental devastation.

Since the 1950s, many Chinese sf narratives have explored facets of climate change and terraforming. This essay focuses on the atmospheric transformation project depicted in Chinese sf writer Zheng Wenguang’s Descendant of Mars (1983). I read the novel from two perspectives. The first situates it within the Chinese literary scene of the early 1980s, and I argue that Descendant reveals Zheng’s heartfelt skepticism about human interference with nature and climate, in the context specifically of Mao’s radical wars against nature in the 1950s and 1960s. Second, I situate Zheng’s Mars narrative within the topography of world sf. The novel features instances of geoengineering as a form of climate change mitigation and the characters’ different positions and debates about space colonization and terraforming resonate with ongoing debates about climate change and environmental ethics in today’s world.

Matters of politics and human history tend to be rendered meaningless when the climate crisis is described as a release of inhuman forces and/or something so complex as to be sublime. Why seek political power when the scale of climate change appears to dwarf human agency? Why adopt an historical perspective when the implications of global warming seem to stretch into deep time? Against these trends, this essay examines recent developments in weird fiction that move beyond some of the impasses afflicting the environmental humanities. More specifically, this essay turns to the ecological imaginations of Victor LaValle’s The Ballad of Black Tom and John Langan’s The Fisherman. Each title ends menacingly with the promise of rising seas, but not before they illustrate crucial links between climate change and our racist and patriarchal status quo. Stressing, after China Miéville, the abcanny quality of this status quo, these fictions chart a new path forward for the genre in the aftermath of the New Weird. Indeed, climate-oriented weird fiction renders visible the unequal experience of climate change, connects the crisis to ongoing histories of trauma and exploitation, and critically addresses common reactions, from the paralysis that arises when encountering the sublime to the misperception that this abcanny force is just comeuppance for past crimes.

REVIEW-ESSAY

  • Terry Harpold. “À la Hogarth”: Verne’s Robur the Conqueror.    

BOOKS IN REVIEW

  • Garforth’s Green Utopias: Environmental Hope Before and After Nature (Gerry Canavan).          

  • Ghosh’s The Great Derangement: Climate Change and the Unthinkable  (Ericka Hoagland).        

  • Streeby’s Imagining the Future of Climate Change (Conrad Scott).          

  • Ashley’s Science Fiction Magazines from 1981 to 1990 (Paul Kincaid).     

  • Benford/Westfahl/Hendrix/Miller’s Bridges to Science Fiction and Fantasy (Nicholas Ruddick).              

  • Bowler’s Prophets of Progress from H.G. Wells to Isaac Asimov (Patrick A. McCarthy).  

  • Burton’s The Philosophy of Science Fiction (Leslie J. Fernandez).              

  • Edri/Gurevitch’s Science Fiction beyond Borders (Keren Omry).

  • Garlington’s The Adventures of Acidman: Psychedelics and the Evolution of Consciousness in Science Fiction and Superhero Comics from the 1960s Onward(Eric Berlatsky).  

  • Hayles’s Unthought: The Power of the Cognitive Unconscious (Colin Milburn).

  • Hubble/MacCallum-Stewart/Norman’s The Science Fiction of Iain M. Banks (Chad Andrews).

  • James’s The Journals of Samuel Delany, Vol. 1 (Carl Freedman).               

  • López-Pellisa’s La Ciencia ficción en la cultura española (Sara Martín). 

  • Segaloff’s The Provocative Life of Harlan Ellison (Gary K. Wolfe).            

  • Telotte’s Animating the Science Fiction Imagination (Rick Cousins).       

  • Towlson’s Close Encounters of the Third Kind (David Hollands).

  • Trudel’s Petit Guide de la science-fiction au Québec (Amy Ransom).       

  • Wilson’s J.G. Ballard and Sellars’s Applied Ballardianism (Rob Latham).              

NOTES AND CORRESPONDENCE

  • Eulogy for Ursula K. Le Guin (Robert M. Philmus)            

  • SF and the Digital Humanities (Lisa Swanstrom)

  • Reply to Elana Gomel’s Review (Rob Latham)

  • Calls for Essays

  • Notes on Contributors

Science Fiction Studies numéro 135

Le numéro 135 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Michael Griffin and Nicole Lobdell

Mary Shelley’s Frankenstein at 200 (full text)

Jed Mayer

The Weird Ecologies of Mary Shelley’s Frankenstein

Abstract. As many critics have observed, Frankenstein was composed during a dramatic and calamitous, and for many years unexplained, climatic shift in 1816, the so-called “year without a summer.” This essay argues that Shelley’s imaginative response to that “wet, ungenial summer” produced a novel that may be read as the first imaginative response to climate change, its concern with disturbing developments in science and technology strangely tied to its preoccupation with weird weather. H.P. Lovecraft has famously described the weird as “a malign and particular suspension or defeat of [the] fixed laws of Nature,” and I argue that this quality makes weird fiction the most appropriate imaginative literature for our current predicament. Calling Frankenstein the first work of weird fiction offers us a longer and more substantial history for this seemingly marginal subgenre and further emphasizes the genre’s ongoing relationship with the emerging ecologies of the Anthropocene. It also enables us better to theorize the role of fear and loathing in confronting the effects of climate change and to recognize these responses with an ethic of care for the more-than-human world.


Shannon N. Conley

An Age of Frankenstein: Monstrous Motifs, Imaginative Capacities, and Assisted Reproductive Technologies

Abstract. Using approaches from Science and Technology Studies (STS), political theory, and literary criticism, this paper investigates the use of monstrous motifs in British approaches to the governance of reproductive technologies and the role of the literary imagination as an “anticipatory” governance capacity in thinking through new and emerging technologies. The analysis is divided into three cases. The first case discusses the social and scientific context from which Frankenstein (1818) emerged. It draws from insights in literary criticism to explore motifs related to reproduction, birth, and monstrosity within the text and Mary Shelley’s own life. The second case discusses the context surrounding the publication of Aldous Huxley’s Brave New World (1932). It serves as a transition, linking Shelley and Frankenstein to modern considerations of reproduction and technology. The third case examines the context leading up to the birth of “test-tube baby” Louise Brown in 1978 and the how the stories, metaphors, and themes generated by Frankenstein and Brave New World permeated the debates around the innovation of reproductive technologies in Britain.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 135

ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

Échéances

 Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 juillet 2018 à Alain Boillat (alain.boillat@unil.ch). La date de remise des articles est fixée au 31 janvier 2019.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une certaine « para-littérature », avec le médium bédéique lui-même (voir l’appel à souscription en vue de la création d’un « Club des Bandes Dessinées » à la suite d’un article du Genevois Pierre Strinati dans le numéro 92 de la revue Fiction), le processus de légitimation porte autant sur la science-fiction que sur la bande dessinée elle-même, comme en témoignent des jalons tels que Barbarella, la création des Humanoïdes associés et de la revue Metal Hurlant ou certaines réalisations de type « roman graphique » (Tardi, Berberian et Mardon, Serges Clerc,…).

Destinées à contribuer à une histoire du genre dans la bande dessinée franco-belge (avec une ouverture au Québec et à la Suisse romande), les études proposées prendront en compte les spécificités sémiotiques, pragmatiques (contexte de production/diffusion/réception), représentationnelles, esthétiques et narratives des productions étudiées. Cette démarche peut avantageusement se faire comparatiste en mettant les œuvres francophones en regard de comics ou d’autres productions médiatiques. Il s’agira avant tout de repérer et de définir en quoi la bande dessinée formule de manière spécifique certains enjeux de l’étude de la science-fiction en général.

Continuer la lecture de ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

Chronique : recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae (2)

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, « Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae » dont voici le deuxième billet.

(Re-)penser l’identité visuelle d’un média c’est en comprendre les différents tenants. Sur quoi repose-t-il, comment fonctionne-t-il, font partie des questions qu’un designer graphique doit se poser. Les deux entités qui composent ReSF, c’est-à-dire la science-fiction et le caractère universitaire de la revue, ont évidemment formé une base de travail dans mes recherches. Il s’agit de deux univers qui ne me sont pas familiers. La science-fiction constitue un champ si vaste qu’il m’a été difficile d’en faire un compte-rendu exhaustif en tant que novice en la matière. Pour des question de légitimité dans les deux domaines, je me suis tournée vers la notion de stéréotype comme point de départ de ma recherche.

La partie concernant le dessin de caractère s’attache plutôt à un stéréotype typographique de l’univers SF : l’Eurostile (fig. 1), dessinée par Aldo Novarese en 1962, utilisée pour le logo actuel de ResF.

Continuer la lecture de Chronique : recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae (2)

Science Fiction Studies numéro 133

Le numéro 133 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

Jeremy Withers

Bicycles Across the Galaxy: Attacking Automobility in 1950s Science Fiction

Abstract. This essay focuses on several works of science fiction from the 1950s that function as counter-narratives to the hegemony of the automobile during this decade and to the accompanying dismissive perceptions of the bicycle. In its analysis of a novel by Robert A. Heinlein (The Rolling Stones, 1952), a novella by Poul Anderson  (“A Bicycle Built for Brew,”  1958), and a short story by Avram Davidson (“Or All the  Seas with  Oysters,” 1958), it asserts that some of the leading  figures in  Golden Age  sf were not content to relegate bicycles to the status of a technological obsolescence fit only for children. Instead, they chose to portray bicycles as useful, potent, and agentic—images that counter the prevailing ideology of “automobility” that was crystallizing with such durability in postwar America.


Connor Pitetti

Uses of the End of the World: Apocalypse and Postapocalypse as  Narrative Modes

Abstract. Through a broad survey of fictional, religious, philosophical, and political end-time narratives, this essay identifies two strategies for telling stories about the end of the world. Apocalyptic narratives use the idea of the end to give structure to the experience of history. By narrating the end as a moment of rupture that creates  an  absolute division between old and new worlds, they frame history as a series of clearly defined and therefore comprehensible transitions between distinct moments or epochs. Postapocalyptic narratives complicate this neatly organized account by narrating “ends” as complex historical transformations that involve survivals and continuities and thus blur before/after distinctions. Rather than providing a comprehensive and therefore existentially stabilizing overview of history, they draw attention to the indeterminate nature of ongoing processes of historical change. By focusing on the conceptual understanding of historical change that underwrites different kinds of end-time narratives, the essay clarifies the theoretical terminology of apocalypse and postapocalypse, and articulates a clearer understanding of the ways in which different kinds of contemporary stories about the end of the world are used to  provide  conceptual support for political action  in  the  present.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 133

Science Fiction Studies numéro 132

Le numéro 132 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

SPECIAL ISSUE ON SPANISH SF
Edited by Sara Martín and Fernando Ángel Moreno

Domingo Santos is arguably the most influential and prolific personality in Spanish science fiction, and this paper provides an overview of his career. Although ideologically conservative, dating from his life before the political changes witnessed during the Spanish Transition, Santos initiated an entire process of both formal and thematic maturation that would culminate in Spanish sf’s Golden Decade (1985-1995). As a writer, he is the author of one of the best dystopian short-story collections written during the late Francoism of the 1970s: Futuro imperfecto [Imperfect Future, 1981]. Despite their dark endings, these tales raise new political and ecological issues and employ innovative narrative techniques non-existent until then in Spanish sf. Furthermore, Santos was also involved in some of the most prominent sf editorial projects in the country, from the leading sf magazine Nueva Dimensión [New Dimension, 1968-1983] to new sf book series by publishers such as Acervo, Orbis, and Ultramar. These sf editorial initiatives enabled the publication of many important sf works—including those by a host of New Wave authors—and launched the writing careers of many modern Spanish sf authors such as Gabriel Bermúdez Castillo and Rafael Marín.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 132

Fantasy Art and Studies 3: Science Fantasy

Le nouveau numéro de la revue Fantasy Art and Studies vient de paraître, avec un dossier consacré à la science fantasy.

Au sommaire, plusieurs articles, illustrations et nouvelles qui proposent de définir et d’explorer “ce mélange de fantasy et de science-fiction qu’est la Science Fantasy“.

Le site de la revue.

Pour lire le numéro, c’est par ici.

Sommaire

Vivian Bergue. Defining Science Fantasy.

Christophe Germier. Souvenirs téléportés.

Xavier-Marc Fleury. Pourfendre les dragons.

Justine Breton. A Future Droid in King Arthur’s Court : When Science Fiction invite itself into Fantasy.

Laurent B. L’échantillon.

Florian Bonnecarrère. Orquerie.

Alexandra Aïn. La Science Fantasy au prisme du light novel et du manga : pour un mélange des genres.

Tom Ariaudo. Retour rapide.

A. R. Morency. Et le cochon ?

Guillaume Labrude. Dans la tête de Charles Drax.

 

 

Crédits “Image à la Une”Ferdinand Dumago Ladera

Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, “Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae” dont voici le premier billet.

 

Après un BTS design graphique au lycée La Martinière Diderot (Lyon) et un DNAP dans le même domaine à l’isdaT (Toulouse), je suis actuellement étudiante en quatrième année à l’ENSBA Lyon.

Les projets menés au cours de ces trois années m’amènent aujourd’hui à m’intéresser à l’utilisation du document dans le design graphique, un thème qui s’affinera dans l’écriture d’un mémoire à partir de 2018 et dans la mise en place du projet de diplôme par la suite. Le premier semestre s’articule autour de divers ateliers principalement axés sur le domaine éditorial. C’est dans le cadre de l’un de ces ateliers, intitulé Identité : texte image, que j’ai eu choisi ReS Futurae comme potentiel client.

La science-fiction est un domaine que je connais assez peu, néanmoins, j’ai récemment eu la volonté d’approfondir les connaissances basiques que j’ai sur le sujet. Le répertoire visuel que proposent les différents médiums et documents autour de la science-fiction, qu’ils soient plus ou moins anciens, m’apparaît déjà comme une base riche à explorer. Voilà pourquoi j’ai pris la décision de me pencher sur ReSF, revue découverte pendant mes recherches.

Continuer la lecture de Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Samuel Estier, chercheur à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’oeuvre de Maurice G. Dantec qu’il a côtoyé pendant son exil à Montréal lors de ses dernières années d’existence, nous transmet cette information :

Le 15 novembre, en la fête de saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec a ouvert ses portes.

En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec.

www.mauricegdantec.net

En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l’écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d’elle figure en page d’accueil.

Un bref entretien présentant le projet est accessible à l’adresse suivante : https://lincorrect.org/dantec-le-site/

Crédits “Image à la Une” : “L’écrivain Maurice G. Dantec, en 2006.” / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

J.-H. Rosny aîné. Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité (23-24 novembre 2017)

J.-H. Rosny aîné. Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité.

23-24 novembre 2017 

Colloque

Université de Caen Normandie

Crédits illustration : Gess.

 

Continuer la lecture de J.-H. Rosny aîné. Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité (23-24 novembre 2017)

“Nous ne sommes pas des numéros !” La réponse des écrivains russes aux idées d’Alexeï Gastev (Patrice et Viktoriya Lajoye)

Nous ne sommes pas des numéros !

La réponse des écrivains russes aux idées d’Alexeï Gastev

Par Patrice Lajoye, avec la collaboration de Viktoriya Shirkova-Lajoye.

Résultat de recherche d'images pour "le prisonnier logo"

Logo de la série The Prisoner

« Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! »

Cette phrase, qui clôt la séquence d’ouverture de la plupart des épisodes de la série Le Prisonnier (The Prisoner, 1967-1968) est célèbre. Elle exprime clairement l’idée que l’une des manières de déshumaniser une personne consiste en lui supprimer son nom pour le remplacer par un numéro. Toute personne sensée, de nos jours, refuserait d’avoir un numéro en guise de nom, de se voir ainsi quasiment anonymisée.

Mais l’élaboration récente d’un dossier sur les « utopies totalitaires », dans lequel nous avons tâché de montrer que l’utopie des uns peut être la dystopie des autres, et inversement[1], et la rédaction d’une histoire de la science-fiction soviétique[2], nous a amenés à reconsidérer un cas particulier : celui des théories d’Alexeï Gastev (1882-1939), poète et ouvrier syndicaliste, théoricien du prolétariat durant les premières années d’existence de l’URSS.

Figure 1 : “Exercices avec un marteau”

Alexeï Gastev

Gastev est un révolutionnaire né. Déjà en 1905, il participe activement à la lutte prolétarienne. Avant la Première Guerre mondiale, il est régulièrement arrêté, emprisonné, mais il s’évade, souvent, part s’exiler, puis revient. De 1910 à 1913, il est d’ailleurs à Paris, où il travaille chez Renault, auprès de qui il découvre le taylorisme et donc l’idée que le travail peut être organisé d’une façon rigoureusement scientifique. Passé le temps de la Révolution d’Octobre, alors qu’il a rejoint le Proletkult (mouvement pour la culture prolétarienne), il commencera à s’exprimer à ce sujet, appelant de ses vœux l’ingéniérisation, ou plutôt la machinisation de l’ouvrier[3]. La machine étant considérée comme parfaite pour la tâche qu’elle doit accomplir, un homme se doit de se rapprocher de l’état de machine s’il veut travailler avec efficacité et donc être utile à la société dans son ensemble, elle-même considérée comme une machine complexe. Dans un article resté célèbre, publié en 1919, il écrit :

« La machinisation non seulement des gestes, non seulement des méthodes ouvrières de production, mais aussi de la mentalité de la vie quotidienne, associée à l’objectivisme extrême, normalise d’une façon extraordinaire la psychologie prolétarienne. Nous affirmons avec résolution qu’aucune classe du monde ancien ou moderne, en dehors du prolétariat, n’est pénétrée de cette psychologie normalisée. Peu importe où ce prolétariat travaille : en Allemagne, à San Francisco, en Australie, en Sibérie, il est doté de formules psychologiques communes qui perçoivent avec la vitesse du courant électrique la première ébauche de production et l’achèvent en un système stéréotypé et complexe. Le fait qu’il n’existe encore pas de langue internationale n’est pas grave, car il existe des gestes internationaux, des formules psychologiques internationales que possèdent des millions de gens. C’est ce trait qui procure un anonymat étonnant à la psychologie prolétarienne. Cet anonymat permet de qualifier une unité prolétarienne en tant que A, B, C, ou 325, 075 ou 0, etc. Dans cette normalisation de la psychologie et dans son dynamisme se trouve la clé pour la grande spontanéité de la mentalité prolétarienne[4]. »

 

Continuer la lecture de “Nous ne sommes pas des numéros !” La réponse des écrivains russes aux idées d’Alexeï Gastev (Patrice et Viktoriya Lajoye)

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Programme de colloque :

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

18-19 octobre 2017

Université Paris-Sorbonne

« Uchronie », d’après le lécythe CA 2220 du Louvre (dessin AQB).

Organisé par Alexandre Grandazzi et Anne Queyrel Bottineau
Equipe EDITTA (EA 1491) (Édition, Interprétation, Traduction des textes Anciens).

L’uchronie, cette réécriture du passé à partir de la modification fictive d’un événement, devient aujourd’hui une méthode très utilisée dans le domaine des sciences humaines. Mais, si l’uchronie est maintenant familière aux historiens des époques récentes, elle est restée presque totalement absente des études sur l’Antiquité classique, alors même que les problématiques sur la mémoire,  l’identité et le recours au passé dans les sociétés anciennes sont au cœur des préoccupations actuelles sur cette période. Il est donc nécessaire de consacrer une manifestation scientifique à caractère pluridisciplinaire, regroupant historiens, philologues et philosophes, à cette forme de rapport au passé dans l’Antiquité.

 

Mercredi 18 octobre 2017
Université Paris-Sorbonne
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Bibliothèque de l’UFR de Latin (escalier E, 3ème étage)

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Ouverture du colloque

Le vraisemblable, les possibles du passé et l’advenu

14h-14h30 Marie-Pierre Noël (Univ. Paul-Valéry UM3, CRISES – EA 4424) : “Usage des preuves et réécriture(s) de l’histoire dans l’éloquence attique, d’Antiphon à Isocrate”

14h30-15h Christine Hunzinger (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : “Quand le récit aurait pu bifurquer… Bribes d’uchronie dans le corpus hésiodique et les hymnes homériques”

15h-15h30 Élisabeth Buchet (Editta) : “La multiplicité des étiologies dans les Fastes d’Ovide : une forme d’uchronie ?”

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 Pierre-Alain Caltot (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : “L’uchronie comme échappatoire devant le nefas dans la Pharsale de Lucain et les tragédies de Sénèque”

Continuer la lecture de Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS)

 No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse

Jeudi 8 et vendredi 9 mars 2018

 Université de Lorraine, Nancy

Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés (LIS – E.A. 7305)

Appel à communications

« If adolescence is the time when one considers what it means to be human, to be an individual, then there has never been a period of history when it has been more difficult to figure this out than now. Being introduced to and understanding the posthuman age is essential for young adults, as it is their future[1]. »

Si le posthumain a fait l’objet d’une riche investigation universitaire ces dernières années, ses liens avec la culture jeune n’ont quant à eux été que peu exploités, alors même que l’un semble nécessairement problématiser l’autre. Après tout, pour reprendre Elaine Ostry, comment et pourquoi user du ‘moment adolescent’ pour devenir humain et interroger son humanité quand les adultes se préparent (et nous préparent) déjà à la posthumanité ? Quelle valeur prend l’âge métamorphique de l’adolescence à l’heure de la fin de l’homme qu’évoque Fukuyama en 2002 dans Our Posthuman Future ?

Par ailleurs, qu’il s’agisse de génétique ou de neuropharmacologie, Fukuyama pense le posthumain à l’aune des effets produits sur l’enfance et l’adolescence, tandis que la question posée par Jean-Michel Besnier en 2009 en sous-titre à Demain les posthumains, « Le futur a-t-il encore besoin de nous ? », suppose l’obsolescence de notre besoin de jeunesse par péremption de l’idée même de devenir.

Dès lors, deux grandes approches se dessinent. Il s’agit d’une part d’examiner comment la question du posthumain est traitée dans les productions de jeunesse : génétique, adieu au corps, contrôle comportemental, mécanisation et machinisation de l’individu (le cyborg, le robot), intimité numérique (parler de digital native pour désigner ces générations induit une redéfinition par le technologique), construction d’identité de sexe (« No sex, please, we’re posthuman », écrivait Slavoj Zizek, dont nous reprenons en titre la formule) et de genre (les travaux de Donna Haraway), éveil et renouvellement des sens (le bodyhacking), inscription dans le champ du collectif (utopie, dystopie)… Il apparaît en effet que les enjeux du temps posthumain rejoignent ceux du temps de la jeunesse, et peut-être plus spécifiquement encore du temps de l’adolescence. Celle-ci, prise entre métamorphose sociale et métamorphose biologique du devenir-adulte, double la renégociation qui définit selon Després et Machinal la condition posthumaine : « Le posthumanisme n’est pas la fin de l’homme, mais plutôt une renégociation, un questionnement, un travail sur et avec la condition humaine et la tradition humaniste[2]. » C’est donc au titre de cette renégociation que la jeunesse doit être questionnée comme espace privilégié de réflexion sur le posthumain.

D’autre part, il s’agit de comprendre comment le posthumain peut lui-même être pensé à partir d’une approche culturaliste de la jeunesse. Celle-ci, en tant que sujet, outil de fabrication et lieu de projection du futur, semble propice à penser le post, ainsi qu’à penser nos résistances face au posthumain. La jeunesse, territoire physique et moral sacralisé, relève de l’intouchable et contreviendrait par nature aux modifications inhérentes au devenir posthumain, produisant un étrange tabou : la modification peut être pré-natale ou post-adolescence, mais ne saurait toucher l’âge préservé de l’enfance et de l’adolescence.

L’état métamorphique de l’adolescence est alors à remettre en perspective : l’idéal de croissance, de développement et de potentiel qu’il suppose[3] a certes été érigé en mesure des attentes sociales du monde hypermoderne, mais se trouve néanmoins mis en défaut par le paradigme posthumain, acceptation de « notre destinée en tant que créatures qui se modifient elles-mêmes[4]. » La métamorphose malgré soi que représente l’adolescence, fonctionnant comme un surgissement, fait-elle de cette adolescence un modèle obsolète à l’heure des modifications programmées ?

Le retour, par le modèle adolescent, du refoulé naturel – l’incontrôlé, le non-programmé, la plasticité autonome – favoriserait l’émergence d’une culture de jeunesse propre à penser les stratégies de résistance vis-à-vis de ce destin posthumain, tout en faisant paradoxalement figure d’aboutissement de ce même destin. En effet, à l’heure où se propagent les discours sur « la mort de la mort[5] », la jeunesse n’aurait plus lieu d’être spécifiée, puisqu’elle serait recouvrement de tout dans l’éloignement du vieillir physique et la conjuration fantasmée du « vieillissement du vécu subjectif[6] ». Le posthumain est-il post-âge, ou peut-il au contraire être pensé de manière spécifique par le prisme de nos représentations de la jeunesse et des productions et modes de consommation de la culture jeune ?

Modalités de soumission : La manifestation se veut interdisciplinaire – voire, pourquoi pas, post-disciplinaire. Les propositions, d’une quinzaine de lignes environ et suivies de quelques lignes de présentation de l’auteur-e, sont à envoyer pour le 01 octobre 2017 aux deux adresses suivantes : anne.cousseau@univ-lorraine.fr et matthieu.freyheit@gmail.com

Comité scientifique

Isabelle Boof-Vermesse (Université Lille 3 Charles de Gaulle)

Jean-François Chassay (Université du Québec à Montréal)

Christian Chelebourg (Université de Lorraine)

Anne Cousseau (Université de Lorraine)

Elaine Després (Université du Québec à Montréal)

Matthieu Freyheit (Université de Lorraine)

Hélène Machinal (Université de Bretagne Occidentale)

 

Organisation : Anne Cousseau et Matthieu Freyheit, LIS (E.A. 7305)

[1] Elaine Ostry, « “Is he still human ? Are you?”: Young adult science fiction in the posthuman age », in The Lion and the Unicorn, Volume 28, Number 2, April 2004, p. 222.

[2] Elaine Després, Hélène Machinal (dir.), Posthumains. Frontières, évolutions, hybridités, Rennes, PUR, 2014, p. 17.

[3] Daniel Marcelli, Anne Lamy, L’État adolescent. Miroir de la société, Paris, Armand Colin, 2013, p. 46.

[4] Francis Fukuyama, La Fin de l’homme. Les Conséquences de la révolution biotechnique, Paris, Folio, 2004 [2002], p. 25.

[5] Laurent Alexandre, La Mort de la mort. Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Paris, J.C. Lattès, 2011.

[6] Gilles Lipovetsky, Les Temps hypermodernes, Paris, Grasset, 2004, p. 78.