Tous les articles par Laurent Gerbier

Sidéral et sidérant

Matthieu Letourneux a partagé sur Twitter une trouvaille : la revue Sidéral. Il n’est pas le seul à trouver ça intéressant : à la rédaction de Res Futurae aussi, il y a un petit moment, on s’était pris au jeu…

Je connaissais la revue Sidéral, dont Matthieu Letourneux a parlé sur son fil Twitter : je me suis intéressé à un certain nombre de romans adaptés en bande dessinée dans les années 1960, en particulier en SF. Parmi ces romans, il y a le space opéra pour jeunes d’Asimov, Lucky Starr (six volumes US entre 1952 et 1958, une histoire de space ranger colonisant le système solaire, commandée par F. Pohl pour Doubleday, avec l’idée d’en faire le point de départ d’une série TV – raison pour laquelle Asimov, qui craignait que cette « juvenile science fiction » destinée à la télé soit adaptée de manière catastrophique, publie sous le pseudo de Paul French). C’est justement en essayant de pister l’histoire des traductions françaises de Lucky Starr que je suis tombé sur Sidéral.

Le point de départ, c’est 1963 : en effet, en 1963, les Presses de la Cité rachètent coup sur coup Fleuve Noir d’une part et Artima d’autre part. Fleuve Noir, maison d’édition fondée en 1949 et spécialisée dans le roman populaire, crée en 1951 la célèbre collection « Anticipation », qui répond à la création par Hachette quelques mois plus tôt de la collection « Le Rayon Fantastique » ; Artima, créé en 1943 à Tourcoing, est un éditeur de « Petits Formats », les bandes dessinées en noir et blanc petit format, diffusées en fascicules bon marché. Parmi ses différentes séries, revues et magazines (voir le catalogue en ligne sur le site BD-PF), Artima publie à partir de 1958 la revue Sidéral, mensuel de 36 pages n&b sous couverture couleur, auteurs anonymes, qui fait de la SF « à l’américaine » (façon âge d’or), et qui adapte d’ailleurs pas mal de matériel issu de DC Comics.

Lorsque les Presses de la Cité rachètent Artima, Sidéral vient de s’arrêter (au n° 51, juillet 1962), mais les Presses décident de tirer profit de leurs acquisitions récentes : d’une part, les éditeurs se méfient du contrôle étroit que la commission de la loi 1949 exerce sur les petits formats (ce pour quoi le nom « Presses de la Cité » n’apparaîtra sur les publications Artima que trois ans après le rachat, en 1965, au moment où les Presses créent Arédit, structure qui permet d’organiser le « containment » éditorial des publications sulfureuses de la maison) ; d’autre part, pour optimiser l’exploitation de leur fonds nouvellement acquis, les Presses décident de relancer Sidéral (le premier numéro de cette deuxième série paraît en novembre 1968), mais cette fois Sidéral va adapter des romans de la collection Fleuve Noir Anticipation, dont le catalogue appartient désormais au groupe des Presses de la Cité. La collection des couvertures est en soi un trésor d’illustration SF sur plus de vingt années (1958-1982) : voir les couvertures en ligne sur bedetheque.com (pour la 1e série et pour la 2e série). A noter : Artima avait fait paraître une intégrale partielle sous la forme de trois recueils regroupant les n° 1 à 18 de la 1e série, en 1959-1962, avant d’interrompre le titre ; les éditions Xitroen (éphémère spécialiste d’anthologies de classiques de la BD de SF) ont publié une intégrale en quatre volumes en 2015. Je n’ai pas trouvé trace d’une intégrale de la 2e série.

Les premiers numéros de cette seconde série sont signés Francis Richard-Bessière ; parmi les suivants, on trouve Jimmy Guieu, Vargo Statten, B.R. Bruss, etc. Pas toujours crédité, le dessinateur est très souvent Raoul Giordan, qui avec son frère Robert a fait les belles heures d’Artima : ils ont travaillé pour eux dès le début des années 1950, et Raoul a en particulier créé et animé Météor, avec Robert Lortac au scénario (Météor, sous-titré Les conquérants de l’espace, est une des séries de BD-SF les plus longues : 140 épisodes mensuels de 16 pages chacun – Moebius et Druillet, tous deux lecteurs de Météor, lui attribuent leur goût de la SF en bandes dessinées).

Ce Sidéral « nouvelle formule », qui paraît de 1968 à 1982 (il s’achève en janvier-février 1977 avec la publication d’une adaptation non signée de La révolte des Triffides de John Wyndham, puis reprend brièvement pour 7 numéros entre 1981 et 1982) est plus consistante : 162 à 194 pages selon les livraisons. Et c’est là qu’on retrouve Asimov ! En effet, le premier volume de la saga Lucky Starr (David Starr, space ranger, 1952) avait été traduit dès 1954 dans la collection « Anticipation » de Fleuve Noir, sous le nom de plume de Paul French, et sous le titre Sur la planète rouge.

Paul French (pseudonyme d’Isaac Asimov), Sur la Planète Rouge, Fleuve Noir Anticipation, 1954

Lorsque les Presses rachètent Fleuve Noir en 1963, le titre tombe dans leur catalogue, et il fait très logiquement partie des titres proposés pour l’adaptation BD sous le label Arédit, dans Sidéral : Sur la planète rouge occupe le n° 46, en janvier 1975, toujours sous le nom de Paul French – en effet, contrairement à la première série publiée par Artima seul entre 1958 et 1962, les volumes de la seconde série publiée par les Presses de la Cité sous label Artima / Arédit comportent toujours le nom de l’auteur (c’est-à-dire de l’auteur du récit : en effet, chose rare, le « scénariste » est seul crédité, son nom apparaissant en gros sous la mention « Bandes dessinées pour adultes » – qui n’apparaissait pas dans la première série). Non crédité, donc, le dessinateur est très certainement Raoul Giordan.

Adaptation en bande dessinée de Sur la Planète Rouge par Raoul Giordan, Sidéral n° 46, 1975

Après la timide relance de 1981-1982, Sidéral disparaît, et les Presses de la Cité utilisent Arédit pour lancer des magazines qui désormais se tournent exclusivement vers le fond DC / Marvel, qu’Arédit exploite depuis sa création (par exemple, en 1983 puis 1984, Arédit publiera successivement Judge Dredd puis Star Trek).

Mais ça ne s’arrête pas là. En 1990, Claude Lefrancq, qui avait été en 1982 à l’origine de la création des Éditions Blake et Mortimer (qui de 1982 à leur rachat en 1992 ont réédité les aventures de Jacobs en les recolorisant et les relettrant…) crée les Éditions Claude Lefrancq, qui se mettent à publier des adaptations BD de polar et de SF. Lefrancq publie d’abord une réédition du premier roman du cycle Lucky Starr, cette fois sous le titre Les Poisons de Mars, dans une nouvelle traduction de Paul Couturiau. Puis, l’année suivante, en 1992, Lefrancq publie sous le même titre une nouvelle adaptation BD du roman, en 46 pages, scénarisée par Jacques Stoquart et dessinée par Eric Loutte (et elle paraît en deux formats : en « grand format », c’est-à-dire un album 48 pages cartonné couleurs classique, et en « petit format », c’est-à-dire le format poche qui était celui de Sidéral). Pourquoi Lefrancq n’a-t-il pas simplement repris la version illustrée par Raoul Giordan en 1975 pour Sidéral ? La question est d’autant plus troublante que Lefrancq avait manifestement Giordan sous la main, puisqu’il publie en 1993 le dernier album de Raoul Giordan, une adaptation-pastiche de Flash Gordon intitulée Space Gordon (ce premier tome, Les Sept Périls de Corvus, scénario par Duchâteau, sera le seul).

Il y a donc eu en tout trois traductions différentes de ce roman d’Asimov : celle d’Amélie Audiberti (épouse de Jacques Audiberti, elle avait en particulier traduit quatre ans plus tôt chez Gallimard le 1984 d’Orwell) parue chez Fleuve Noir Anticipation en 1954 ; celle de Guy Abadia (le traducteur, entre autres, des Cantos d’Hypérion et de L’Empereur-Dieu de Dune) chez Hachette, dans la bibliothèque verte, en 1977 ; et enfin celle de Paul Couturiau pour les éditions Lefrancq en 1991. À ces trois traductions s’ajoutent donc deux adaptations BD différentes, celle de Raoul Giordan en 1975 pour Sidéral, et celle de Jacques Stoquart et Éric Loutte en 1992 pour Lefrancq. Trois traductions et deux adaptations BD, entre 1954 et 1992, dans ce riche ragoût d’éditions populaires entrelacées, voilà qui donne envie de se plonger de plus près dans les aventures françaises de ce Lucky Starr !

Edit 18/3/19: un twitto nous fait savoir que les numéros de Judge Dredd traduits par Artima étaient des traductions de comic books édités aux USA par Eagle Comics, pas par DC ou Marvel. Merci à lui! N’hésitez pas à rectifier nos aperçus documentaires et critiques dans les commentaires et/ou par mail.