Tous les articles par SMinne

Vintage Visions et l’étude de la proto-science-fiction

À l’occasion de la sortie de l’anthologie d’articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l’étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l’apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d’autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d’érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l’écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d’auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l’éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

Étudier la culture visuelle de la science-fiction

Image du film 2001, Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, avec Keir Dullea.

La culture visuelle est une composante importante de notre société, et c’est à juste titre que son étude s’est développée ces dernières années. Les recherches sur le cinéma, la bande dessinée ou les séries télévisées ont fait leurs preuves et acquis leurs lettres de noblesse. Outre la littérature, la science-fiction s’est exprimée de manière privilégiée dans ces arts, c’est pourquoi il apparaît nécessaire de promouvoir ces recherches.

Ainsi, à propos du cinéma, des ouvrages comme ceux de M. Chion ou d’É. Dufour ont présenté une synthèse sur le sujet, et de nombreux articles ont paru dans des actes de colloques, numéros de revue ou ouvrages collectifs (voir la bibliographie dans le carnet), même si beaucoup reste encore à dire. L’étude des séries télévisées, de son côté, est en plein essor et connaît un succès grandissant, amplement démontré par la tenue de plusieurs colloques et par la création de la revue TV/Series, ainsi que, depuis 2008, la revue Science Fiction Film and Television au Royaume-Uni. Quant à la science-fiction en bande dessinée, elle reste globalement moins étudiée mais continue de susciter des recherches, entre autres dans la revue Neuvième Art1, et d’être explorée par les érudits2. En relayant cet appel, Benoît Berthou propose quelques pistes autour de la bande dessinée franco-belge.

L’étude de la culture populaire a elle aussi montré sa vitalité, comme en témoignent par exemple les ouvrages déjà classiques du côté anglo-saxon3, en France la revue Le Rocambole et la revue universitaire Belphégor, ou encore la parution récente des Racines populaires de la culture européenne4.

De même, l’art contemporain a souvent eu recours aux images et aux thèmes de la science-fiction, comme l’ont montré plusieurs expositions récentes, telles que « Dystopia » au musée d’art contemporain de Bordeaux, « 2062, aller-retour vers le futur » à la Gaîté Lyrique, « S. F. [Art, science & fiction] » au musée des arts contemporain du Grand Hornu, « Superman, Batman & Co… mics» à la Maison d’ailleurs à Yverdon, ou « Art robotique » à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette irruption de la science-fiction a déjà commencé à être étudiée par les historiens de l’art, et son étude mérite d’être poursuivie.

Les propositions de chercheurs travaillant sur ces différents domaines sont ainsi les bienvenues. Elles permettront d’enrichir les connaissances, de mieux percevoir la présence de la science-fiction et d’éclairer ses modes d’expression visuelle. Les propositions d’articles (5000 signes maximum) sont à envoyer jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com.

 

1 Par exemple avec les dossiers consacrés à Poïvet ou Mœbius.
2 Cf. Dominik Vallet, BD de kiosque et science-fiction, Temps impossibles, 2011.
3 Entre autres Cartmell Deborah, Hunter I. Q., Kaye Heidi, Whelehan Imelda (dir.), Trash Aesthetics. Popular Culture and Its Audience, Londres : Pluto Press, 1997, et Richard K. Simon, Trash Culture: Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley : University of California Press, 1999.
4 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Les racines populaires de la culture européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Green Planets: Ecology and Science Fiction

Parution de l’ouvrage Green Planets: Ecology and Science Fiction, sous la direction de Gerry Canavan et Kim Stanley Robinson, Wesleyan University Press, avril 2014, 280 p.

Présentation de l’éditeur :
Essays exploring the relationship between environmental disaster and visions of apocalypse through the lens of science fiction

Contemporary visions of the future have been shaped by hopes and fears about the effects of human technology and global capitalism on the natural world. In an era of climate change, mass extinction, and oil shortage, such visions have become increasingly catastrophic, even apocalyptic. Exploring the close relationship between science fiction, ecology, and environmentalism, the essays in Green Planets consider how science fiction writers have been working through this crisis. Beginning with H. G. Wells and passing through major twentieth-century writers like Ursula K. Le Guin, Stanislaw Lem, and Thomas Disch to contemporary authors like Margaret Atwood, China Miéville, and Paolo Bacigalupi—as well as recent blockbuster films like Avatar and District 9—the essays in Green Planets consider the important place for science fiction in a culture that now seems to have a very uncertain future. The book includes an extended interview with Kim Stanley Robinson and an annotated list for further exploration of “ecological SF” and related works of fiction, nonfiction, films, television, comics, children’s cartoons, anime, video games, music, and more.

Contributors include Christina Alt, Brent Bellamy, Sabine Höhler, Adeline Johns-Putra, Melody Jue, Rob Latham, Andrew Milner, Timothy Morton, Eric C. Otto, Michael Page, Christopher Palmer, Gib Prettyman, Elzette Steenkamp, Imre Szeman.

Sitographie

Wordle sito 4

Une bibliographie de sites internet autour de la recherche sur la science-fiction est accessible dans le carnet.
L’idée provient de la sitographie du carnet Sciences Dessinées.
Cette page ne prétend pas à l’exhaustivité, mais elle a pour vocation d’évoluer et de s’enrichir, et sera régulièrement mise à jour. Vous pouvez contribuer à la compléter en proposant vos suggestions de sites (avec leurs liens), dans la durée d’un mois, en commentaires de ce billet, ou de façon permanente en commentaires de la page.

Les sites pouvant y figurer doivent répondre à des critères stricts. De manière générale, ils ne doivent pas contenir de liens publicitaires ou un contenu commercial (seule exception : ce qui concerne les ouvrages des auteurs et les créations des artistes sur leurs pages).

  • Les dictionnaires, encyclopédies et lexiques ou glossaires doivent représenter un travail complet, objectif, vérifiable et de préférence non amateur.
  • Il en est de même pour les sites bibliographiques, dont la volonté d’exhaustivité et la fiabilité sont impératives.
  • La page ne présente pas de revues grand public sur la science-fiction, mais uniquement des revues d’études et de recherches.
  • Les ressources pédagogiques peuvent provenir aussi bien de sites officiels que de sites indépendants, mais doivent toujours montrer une présentation sérieuse et adaptée.
  • Les sites d’auteurs reconnus ou d’artistes professionnels doivent être complets (présentation, bibliographie, actualités) et avoir fait la preuve de leur longévité, pour éviter à court ou moyen terme les liens morts ou redirigeant vers des sites différents.
  • Les blogs d’auteurs doivent proposer un contenu orienté vers la science-fiction (réflexions, avis argumentés), en plus du contenu personnel propre aux blogs. Ils doivent être régulièrement alimentés et témoigner d’une activité récente.

Cette page se veut une aide pour les chercheurs, afin de trouver rapidement des sources et des instruments fiables et sérieux sur internet. N’hésitez pas à nous signaler tout oubli ou erreur.

4e Journées enseignement et science-fiction

Quatrièmes Journées Enseignement et Science-fiction de l’ESPE de l’Académie de Nice-Célestin Freinet :
« Espaces et Temps : la science-fiction, un outil transversal pour l’histoire et la géographie »
Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2014, ESPE de Nice, centre Liégeard, 43 avenue Stephen Liégeard

Programme du Jeudi 10 avril

Conférence introductive d’Ugo Bellagamba

Session Temps et Uchronie
avec Éric Vial, Estelle Blanquet et Anne Monnier

Session Science-fiction et Enseignement de l’Histoire
avec Michel Pagel, Christine Bovari, Marianne Carrière, Brigitte Garavagno et Véronique Thuin

Session Jeux et Enjeux de société
avec Isabelle Collet, Yannick Rumpala, Rania Hanafi, Gilles Menegaldo, Michel Pagel, Sandra Plantier et Joëlle Wintrebert

Programme du vendredi 11 avril

Conférence introductive de Gilles Menegaldo

Session Régionalisme
avec Bertrand Roussel, Frédéric Boyer et Ugo Bellagamba

Session Science-fiction et Géographie
avec Joëlle Wintrebert, Arnaud Pontillo, Laura Weiss, Ugo Bellagamba et Éric Picholle

 

Métaphysique d’Alien

Métaphysique d'AlienParution de l’ouvrage collectif Métaphysique d’Alien, sous la direction de Jean-Clet Martin, éditions Léo Scheer, coll. Philosophie, parution 19 mars 2014, 228 pages.

Présentation de l’éditeur :
Pour toute une génération, la saga des films consacrés à Alien, « le huitième passager » est devenue emblématique du monde en devenir. La nature de sa monstruosité est si puissante qu’il a fini par pénétrer la pensée des philosophes dont il a marqué la jeunesse. Ce recueil s’attache ainsi à montrer l’épouvante que suscite notre rapport au réel, tel que nous l’avons domestiqué. Dans la violence de ce prédateur, nous nous percevons nous-mêmes, avec notre rage destructrice. L’alien est certes inhumain, mais il partage avec la proie que nous sommes un pouvoir d’anéantissement qui nous imite en tant qu’envahisseur de la nature.

L’alien, meurtrier des dieux, nous extermine, mais laisse vivre les chats et les androïdes auxquels il est indifférent. Dans cette valorisation de l’animal et de la machine au détriment des humains, il semblerait que se dévoile une autre vie, sous les traits d’une femme. En elle, se rejouent une chance, une hybridation avec l’univers pour laisser monter comme une «  nouvelle alliance  », un nouvel avenir des machines associées aux hommes.

Métaphysique d’Alien réunit des textes d’Elie During, Jean-Clet Martin, Raphaël Bessis, Charles H. Gerbet, Laurent de Sutter, Frédéric Neyrat, Marika Moisseeff, Antoine Hatzenberger, Véronique Bergen et Peter Szendy.

Présentation de Jean-Clet Martin.

Fiche commerciale avec un court extrait de « Comment faire muter un alien » d’Elie During.

Lecture de Jean-Philippe Cazier.

Science Fiction Studies n°122

La revue Science Fiction Studies vient de faire paraître son cent-vingt-deuxième numéro.

Articles

Brian J. McAllister, « “You’ll remember Mercury”: The Avant-Garde Worlds of Edwin Morgan’s SF Poetry »
Cet article enquête sur les interactions entre la forme poétique et les conventions de la science-fiction dans les œuvres du poète écossais Edwin Morgan, retraçant leurs liens avec les projets avant-gardistes du début du XXe siècle.

George M. Johnson, « Evil is in the Eye of the Beholder: Threatening Children in Two Edwardian Speculative Satire »
Deux satires spéculatives oubliées de l’époque édouardienne, La Nourriture des dieux (1904) de H. G. Wells et The Hampdenshire Wonder (1911), dressent un sombre portrait d’enfants qui est typique de l’Âge d’or de la littérature pour la jeunesse de l’époque.

Andrew Lison, « “The very idea of place”: Form, Contingency, and Adornian Volition in The Man in the High Castle »
Dans son essai « Engagement » (1962), Theodor Adorno réfléchit au paradoxe de la poésie après Auschwitz : la littérature doit se continuer malgré la barbarie. Il préconise l’art autonome contre l’art engagé. Le roman de Philip K. Dick Le Maître du Haut Château est ici relu à la lumière de cette esthétique paradoxale.

Carl Gutiérrez-Jones, « Stealing Kinship: Neuromancer and Artificial Intelligence »

Nicholas Serruys, « Revisiting and Revising History through Subjectivity in Élisabeth Vonarburg’s Bridge Cycle »
Le cycle publié dans le recueil Le Jeu des coquilles de nautilus (2003) place ses personnages dans des mondes parallèles, dans une situation semblable à celles des lecteurs.

Sean McQueen, « Biocapitalism and Schizophrenia: Rethinking the Frankenstein Barrier »
Le « devenir-animal » de Deleuze et Guattari est utile pour repenser la « barrière de Frankenstein » de George Slusser, le point où le récit de science-fiction revient sur lui-même dans un déni du futur.

Aaron Santesso, « Fascism and Science Fiction »

Ewa Mazierska and Eva Näripea, « Gender Discourse in Eastern European SF Cinema »
Cet article étudie le discours sur le genre dans deux films post-apocalyptiques : Fin d’août à l’hôtel Ozone (1967) du Tchèque Jan Schmidt et Seksmisja (1984) du Polonais Juliusz Machulski.

Review-essays

Andrew Ferguson, « Unearthing the Shaver Mysteries: Nadis’s Ray Palmer’s Amazing Pulp Journey and Toronto’s Richard Shaver, Ray Palmer and the Strangest Chapter of 1940s Science Fiction »

Wendy Gay Pearson, « Sex-as-Discourse vs. Sex-as-Practice: Ginn and Cornelius’s Essays on the Carnal Side of Science Fiction »

Jaymee Goh Sook Yi, « Steaming into the Retro-Future: Taddeo and Miller’s A Steampunk Anthology »

nautile

Anarres 2

La revue italienne Anarres vient de faire paraître son deuxième numéro, pour l’hiver 2013-2014.

Après un éditorial de son directeur, Salvatore Proietti, elle propose une partie critique de composée de six articles.

Le premier est une traduction de l’article de David Ketterer « Locating Slipstream », paru en 2011 dans la revue Foundation. Paru peu de temps après le dossier de Science Fiction Studies sur le slipsteam, il revient sur ce nouveau type de récit à partir de sa propre théorie des trois mégatextes ontologiques narratifs, qu’il applique en fin d’article à Identification des schémas de William Gibson et State of Wonder d’Ann Patchett.

Un article de Salvatore Proietti étudie de son côté l’œuvre de Philip K. Dick comme intertexte en réseau avec la contre-culture des années 1960, en relation dialogique avec celle-ci.

Avec « la contamination ésotérique dans la science-fiction américaine », Stefano Carducci part du cas de l’ingénieur en fusées et occultiste John (ou Jack) Parsons. Aussi bien fan de science-fiction que disciple d’Aleister Crowley, ce personnage révèle par sa biographie un courant oublié de la science-fiction, qui a inspiré de nombreux auteurs, dont plusieurs classiques.

« La littérature de genre à l’époque de sa reproductibilité technique » d’Antonino Fazio revient sur le double statut de la science-fiction comme littérature populaire et comme instrument conceptuel et spéculatif. À partir de la réflexion de Walter Benjamin, c’est l’occasion de remettre en cause la distinction entre littérature basse et élevée, avant de revoir le de méta-genre de la science-fiction à la lumière du « New Italian Epic » de Wu Ming 1.

Avec « Hommes mécaniques et mariages interplanétaires », Paolo Bertetti propose un article sur la science-fiction dans le cinéma muet italien. De 1906 (avec Viaggio a una Stella) à 1937, il revisite plusieurs sujets tels que le voyage dans l’espace, les figures du savant et de l’inventeur, la médecine, la guerre ou la comédie.

Enfin, Fulvio Ferrari étudie dans « Une bande de dieux alcooliques au sex-appeal proche de zéro » le rôle des dieux nordiques dans la fantasy contemporaine, à travers les exemples d’American Gods de Neil Gaiman, Gudenes Fall de Cornelius Jakhelln, et Norse Code de Greg van Eekhout.

Une partie intitulée « Forum » propose une série de lectures du dernier recueil d’essais de Darko Suvin, Defined by a Hollow: Essays on Utopia, Science Fiction and Political Epistemology, paru en 2011.

De très utiles recensions complètent ce numéro, d’ouvrages parus en italien sur la mythologie antisémite, le mythe de Conan, la métaphysique de l’évolution chez A. E. van Vogt, et les écrits critiques de H. P. Lovecraft.

Le numéro s’achève sur deux études de points précis : la germanistique italienne et Meyrink (par Alessandro Fabrini), et le mot « robot » au Canada (par Salvatore Proietti), et par un hommage au critique Riccardo Valla, disparu en 2013.

L’utopie de la Culture d’Iain M. Banks

 

Iain M. Banks, Excession (1996), Le Livre de poche, 2007. Illustration de Manchu.

TRANS-, revue de littérature générale et comparée, propose dans son dernier numéro, intitulé « Au-delà », un article d’Alice Carabédian consacré au cycle de la Culture d’Iain M. Banks, « Utopie, l’essence de l’au-delà ».

Le cycle d’Iain M. Banks entre dans le sujet de l’au-delà en raison de l’utopie qu’il décrit. Imaginant un monde sans travail, dépassant la mort par l’accès à l’immortalité des individus, la Culture représente un au-delà au regard de notre monde. « L’utopie apparaît selon trois registres différents qui, pourtant, se rejoignent : elle est décentrement spatial ; elle est une forme inédite de société ; et enfin, elle est une attitude, un dépassement continué. »

La Culture est aussi une utopie  « éthico-politique » dans son élan « contre les dominations et les injustices » et dans sa recherche de l’altérité. Cette altérité prend forme de manière significative avec le BDO d’Excession, qui « devient l’Excès radical qui manquait à l’utopie ».

Enfin, pour Alice Carabédian, l’utopie selon Banks est partout. Décentrée, voyageuse, elle est nomade comme l’écrit René Scherer. Banks parvient même « à mettre en abyme l’utopie » dans La Sonate hydrogène, avec le Sublime, un stade virtuel qu’on peut voir comme une utopie dans l’utopie. Un dernier stade présenté non sans ironie par l’auteur.

Cet article monographique témoigne de la richesse de l’œuvre de science-fiction d’Iain Banks, un auteur déjà abordé dans ReS Futurae à travers les articles d’Emmanuel Boisset et de Denis Mellier.

Le Livre d’or de la science-fiction soviétique

Leonid Heller (dir.) Science-fiction soviétique, Pocket. Illustration de Marcel Laverdet.

Dans le carnet de la revue Dissidences, Jean-Guillaume Lanuque propose une lecture du Livre d’or de la science-fiction soviétique, une anthologie  dirigée par Leonid Heller et parue en 1983.

« Leonid Heller fut, à la fin des années 1970, l’auteur d’une thèse de référence portant sur la science-fiction soviétique, publiée en 1979 par L’Âge d’Homme et depuis épuisée. Prolongement naturel de ce travail, il a eu l’opportunité quelques années plus tard de réaliser un volume de la collection dirigée par Jacques Goimard, « Le Livre d’or de la science-fiction », mettant à l’honneur aussi bien des auteurs, en majorité, que des pays. En dehors d’une préface érudite sur l’histoire de la science-fiction soviétique, de ses lointaines origines médiévales à sa périodisation qui suit d’assez près celle de son nouveau pays (vitalité divergente des années léninistes, repli stalinien, puis dégel plus ou moins marqué), et d’un dictionnaire des auteurs dont les notices biographiques sont relativement détaillées, seize textes, d’inégale longueur, ont été sélectionnés, classés chronologiquement pour les premiers, puis plus librement pour les années 1960 et 1970.

Avec d’emblée un problème de définition du genre. Le fantastika est en effet plus poreux que la science-fiction entendue dans son acception anglo-saxonne, et intègre parfois une forte dose de fantastique… »

La suite est à lire sur le billet : Leonid Heller (sous la direction de), Science-fiction soviétique, Paris, Presses Pocket, collection « Le Livre d’or de la science-fiction », 1983, 320 pages.

Le billet de Jean-Guillaume Lanuque rappelle la vitalité de la science-fiction dans l’union soviétique. Un domaine que nous invitons à explorer dans cette page de ressources.

Le sommaire de l’anthologie est disponible sur NooSFere.

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)
mardi 11 mars 2014, 14h00-20h00
BnF François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

La BnF a reçu un don de 2 000 volumes venant du médiéviste Pierre Couperie, qui fut le premier à faire un séminaire sur la BD à l’EHESS. Ce don, réceptionné en 2012, concerne essentiellement des livres de science-fiction, pratiquement tous en anglais, des années 1950-1980, presque tous étant absents de ses fonds.

À cette occasion, la BnF propose un colloque sur Pierre Couperie, la science-fiction et la bande-dessinée. Historien et théoricien de la bande dessinée, amateur passionné de science-fiction, Pierre Couperie a été l’un des premiers à donner au neuvième art ses lettres de noblesse. Une après-midi d’étude lui est consacrée à l’occasion du don de ses livres de science-fiction à la BnF.

14h : Pierre Couperie, historien
Par Danièle Alexandre-Bidon et Nicolas Vessey, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Le don Couperie et la cote Z Couperie à la Bibliothèque nationale de France
Par Roger Musnik, BnF

14h30 : Le don Couperie et le fonds science-fiction de la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI)
Par Catherine Ferreyrolle et Jean-Pierre Mercier, CIBDI

15h : La légitimation des « arts mineurs » : un sport national français ? Les exemples de la bd et de la sf
Par Pascal Ory, historien

15h45 : Extraits d’une interview de Pierre Couperie du 23 avril 1997

16h : Pierre Couperie, l’homme, le collectionneur
Dialogue entre Dominique Petitfaux, historien de la bande dessinée et Nicole Lambert, auteur, animé par Eric Walbecq, BnF

16h30 : Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie
Par Thierry Groensteen, CIBDI

17h : Dessins de Pierre Couperie
Par Jean-Pierre Dionnet, historien de la bande dessinée

17h30 : Les extraterrestres : imaginaire ou illusion ?
Par Michel Viso, exobiologiste au Centre national d’études spatiales (CNES)

18h30 : Projections
Découvrons comment le cinéma a traité le voyage vers la lune à travers un florilège d’extraits de films et de dessins animés :

La Lune à un mètre / Georges Méliès – 1898 © Lobster films
Excursion sur la lune / Segundo de Chomon – 1908 © Lobster films
Destination Moon / Irving Pichel – 1950 © Universal
De la Terre à la lune / Byron Haskins – 1958 © Artus films
La Femme sur la lune / Fritz Lang – 1929 © Transit Films
Fly me to the Moon / Ben Stassen – 2008 © 2008 Fly me to the moon SPRL
Silent Running / Douglas Trumbull – 1972 © Universal
Cat-women of the Moon / Arthur Hilton – 1953 © Bach films
Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion / Ken Finkleman – 1982 © Paramount
Conquistador de la luna / Rogelio A. Gonzalez – 1960 D.R
Mouse on the Moon / Richard Lester – 1962 © MGM
Flash Gordon (épisode 2 : Le Tunnel de la terreur) / Frederic Stephani – 1936 © Bach films

Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes

Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Paradoxe », 2014, 160 p.
EAN 9782707323385.

Présentation de l’éditeur :
À suivre la théorie des univers parallèles, que prennent de plus en plus au sérieux les physiciens, je ne suis pas seulement en train d’écrire ce livre, mais aussi de diriger un orchestre symphonique, de mener une enquête à Scotland Yard et de faire l’amour avec une star de cinéma.
Il est étonnant qu’une théorie aussi stimulante, illustrée par un grand nombre d’écrivains – comme Dostoïevski, Nabokov ou les sœurs Brontë – et qui permet de résoudre de multiples énigmes de la vie quotidienne, n’ait pas davantage retenu l’attention des chercheurs en sciences humaines. Ce livre entend combler cette lacune.

Sommaire :

  • Histoire des univers parallèles
  • Topologie des univers parallèles
  • Esquisse d’un modèle
  • Extension du modèle

Premières pages à lire en ligne.

Critique de Christine Marcandier sur le blog Mediapart « Bookclub ».

La Croisée des souffles. La Horde du Contrevent d’A. Damasio

La Croisée des souffles. La Horde du Contrevent d’Alain Damasio

Stéphane Martin & Colin Pahlisch
Postfaces de Marc Atallah et Antonio Rodriguez, L’Archipel, coll. « Essais », 2013, 106 p.

Avec une préface d’Alain Damasio.

Présentation de l’éditeur :

vol_18_1e_couv_webAuteur de deux romans de science-fiction, La Zone du Dehors (1999) et La Horde du Contrevent (2004), ainsi que d’un recueil de nouvelles, Aucun souvenir assez solide (2012), Alain Damasio crée, par une narration polyphonique, des territoires imaginaires incarnés et nourris de philosophie. Ainsi, les inventions langagières propres à son écriture se fondent sur la nécessité de rendre à la création littéraire l’une de ses vertus fondamentales : celle de faire vivre un univers qui invite le lecteur à réfléchir sur ce qu’être vivant signifie.

L’étude de Stéphane Martin retrace le parcours éditorial original de l’écrivain, avant d’aborder la sensualité inhérente à la poétique de La Horde du Contrevent. Colin Pahlisch, quant à lui, met en lumière les racines et implications philosophiques de l’oeuvre d’Alain Damasio, par l’analyse de la communauté et du rapport à l’Autre. La réunion de ces deux perspectives critiques dans un même ouvrage a ainsi pour ambition d’enrichir d’un souffle pluriel l’expérience de cette quête intime qui guide tout lecteur à travers le texte.

Sommaire
Extrait de la préface d’Alain Damasio
Annexe C

SFRA 2014 : Feminism, Fans, and the Future

SFRA 2014: Feminism, Fans, and the Future: Traveling the Shifting Worlds of Writers, Readers, Gender, and Race in Science Fiction
Organisateurs : Michael Levy, Rebecca J. Holden, Victor Raymond
22-25 mai 2014, Inn on the Park, Madison (Wisconsin)
Chercheur invité de la SFRA: Sherryl Vint
Invités spéciaux de la SFRA: Eleanor Arnason et Nisi Shawl
Invités d’honneur de la WisCon: Hiromi Goto et N. K. Jemisin
Inscription à SFRA 2014 : 50$
Inscription au repas de la SFRA : 40$

Le colloque annuel de la SFRA de 2014 se déplace à Madison (Wisconsin) pour se joindre à la WisCon, « la principale convention de science-fiction féministe dans le monde », au week-end du Memorial Day en 2014. La SFRA 2014 prendra pour sujet l’histoire et la pratique de la science-fiction féministe de même que la science-fiction qui subvertit la différence des sexes. L’alliance des deux conventions fournira l’occasion d’examiner les communautés de fans et leurs productions, et les études académiques de ces communautés.

Inscription
L’inscription se fait sur le site de la WisCon. Choisissez « Adult Memb (for SFRA Members) ». Il est nécessaire de créer un compte sur le site de la WisCon pour s’inscrire.

SFRA et Wiscon

  • Le programme de la SFRA va du jeudi 22 mai au samedi 24 mai, chevauchant le programme de la WisCon, du 23 au 26 mai.
  • Les participants au colloque de la SFRA sont invités à assister à l’ensemble de la WisCon et réciproquement.

Programmation de la SFRA
Nous acceptons toute proposition de communication individuelle (15 minutes), de session (3 communications), de table ronde (75 minutes) ou de toute autre intervention qui explore la science-fiction et son histoire dans tous les médias. Les propositions consacrées à la science-fiction féministe aux « fan studies » et à l’œuvre de l’un des invités recevront une attention spéciale.

Les délais de remise des propositions est le 1er février 2014 à minuit. Veuillez soumettre vos propositions au moyen du formulaire de proposition (submission form). Il vous est demandé un résumé de 300 mots pour la proposition et un résumé de 100 mots pour la publication du programme. Précisez tout besoin en matériel audio-visuel dans votre proposition.

Nous rappelons que tous les communicants de la SFRA 2014 doivent être membres de la SFRA au moment du colloque. Allez sur le site sfra.org pour y adhérer.

Programmation de la Wiscon
Les participants à la SFRA sont aussi invités à participer et à suggérer des idées au programme de la WisCon. Fondée en 1977 entre autres par Janice Bogstad, membre de la SFRA, la WisCon se présente comme la première convention de science-fiction féministe du monde. Depuis 1996, elle possède son propre versant académique avec des membres de la SFRA comme J. Bogstad, Michael Levy, Rebecca Holden, Margaret McBride, ou Lisa Yaszek. Elle abrite également, certaines années, le Prix James Tiptree Jr. de la scien ce-fiction qui traite des questions de genre. Les auteurs invités de la SFRA pour cette année, Eleanor Arnason et Nisi Shawl, ont toutes deux reçu le prix Tiptree.

ReS Futurae n° 3: La science-fiction française depuis 1970

Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.
Gilles Francescano, illustration de couverture pour le Panorama de la science-fiction, éditions Claude Lefrancq, 1996.

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 3 : La science-fiction française depuis 1970

Au sommaire :