Tous les articles par Irène Langlet

Au ras des planètes : quelle poétique des science-fictions populaires ?

Communication présentée au colloque "Fictions populaires" – ENS Ulm, juin 2008. Texte publié dans le volume Fictions populaires, édité par Nicolas Cremona, Bernard Gendrel et Patrick Moran, Classiques Garnier, 2011, p. 135-149. Mis en ligne avec l'aimable autorisation de P. Moran.

En tant que « fiction populaire », la science-fiction présente la particularité bien utile d’avoir elle-même, de l’intérieur, pensé et organisé sa propre subdivision entre « high science fiction » et « trash fiction », « SF de qualité » et « SF populaire » (remarquons tout de suite la différence d’opposition de ces deux couples ; on y reviendra). C’est très net en France, où l’édition de SF, identifiable comme « para-littéraire », comporte des collections consacrées aux productions à rotation rapide (J’ai Lu, Pocket) et d’autres notoirement sélectives et exigeantes (pour le lecteur comme pour l’auteur), voire fondées explicitement en opposition aux premières (« Présence du futur » ou « Ailleurs et demain » vs. « Fleuve Noir Anticipation , « Rivière Blanche Anticipation »). Cette ligne de partage sépare, grosso modo, une science-fiction définie par ses lecteurs eux-mêmes comme « populaire » et une autre science-fiction, plus sophistiquée dans ses procédés narratifs et son contrat fictionnel.

Continuer la lecture de Au ras des planètes : quelle poétique des science-fictions populaires ?

SF pandémiques

Bibliographie primaire, chronologique, semi-brute, sans commentaire ou presque. Contributions in progress: A. Arnal, S. Bréan, G. Bormand, E. Després, P. Ethuin, T. Geha, L. Gerbier, C. Hummel, J.-N. Lafargue, I. Langlet, M. Lemosquet, E. Picholle, C. Sidre, J. Wintrebert...

Une autre liste peut être téléchargée sur le site du speed-colloque de Figura à Montréal (syllabus en anglais).

Epheyre Charles, « Le Microbe du professeur Bakermann. Récit des temps futurs »,  Revue politique et littéraire, 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2148218/f101.item Un savant trouve le moyen de rendre  mortel et très contagieux un microbe jusque-là sans danger. Après que sa femme a absorbé le virus par erreur, celui-ci se répand et prend l’ampleur d’une terrible pandémie. Le savant devient un héros en procurant l’antidote. (humoristique).

Bruyère, Jean, « La peste rouge », in La Science illustrée, n°530-532, 1898 [Un savant a mis au point la peste rouge visant à réduire la population afin de lutter contre la pauvreté ainsi qu’un sérum… qui n’est pas efficace]

Allais, Alphonse, « L’Antifiltre du Captain Cap ou un nouveau moyen de traiter les microbes comme ils le méritent », Le Captain Cap, Juven, 1902 [A force de combattre les microbes ceux-ci deviennent résistants à tous les traitements]

Halévy, Daniel, Histoire de quatre ans, 1997-2001, Cahiers de la Quinzaine, Paris, 1903 [Dans la seconde partie de ce roman, une épidémie cause des millions de victimes et bouleverse la société]

Bersonnet, Paul, « Alphas Stebrick », in Le Monde moderne, Librairie Félix Juven, 1906 [Un savant fou se venge en lançant sur Paris le microbe B.H.C. qui se transmet par le toucher et tue des milliers de personnes].

London Jack, La Peste écarlate (The Scarlett Plague, 1912) [Après une épidémie, une nouvelle société apparaît]

Mac Orlan, Pierre, Le Rire jaune, Albert Méricant, 1914 [Un mal mystérieux provoque un rire épidémique mortel menaçant l’ensemble de l’humanité]

Rosny aîné, La Force mystérieuse, Plon, 1914 [pandémie de pulsions carnivoristes en contrecoup d’une maladie de la lumière]

Léonard, François, La Conquête de Londres, Editions Atar, Genève, 1917 [Une histoire de guerre future au cours de laquelle se déclare une épidémie qui coupe court à une révolution à Londres]

Bigot Raoul, « Le fer qui meurt », Lectures pour tous, 1918.  Un savant trouve le moyen de désagréger le fer ; cet état d’instabilité est contagieux et détruit les infrastructures européennes, permettant la paix. (rêve)

 

Sibrès, Abel, Grippe espagnole?… Collection « Romans populaires », n°94, 1921 [La dispersion d’un gaz microbien serait à l’origine de la grippe espagnole dans ce roman relevant de l’histoire secrète]

Allorge, Henri, Ciel contre terre, Bibliothèque de la jeunesse, Librairie Hachette, 1924 [Les Martiens menacent les Terriens de les détruire en répandant des épidémies]

Delteil, Joseph, Les Cinq sens, Bernard Grasset, 1924 [Une épidémie de peste ravage Paris dans un futur proche]

Féval fils, Paul et Magog, H.-J., Le faiseur de folles (série Les Mystères de demain), Éditions J. Ferenczi et Fils, Paris, 1924 [Un savant fou répand le « microbe de la folie » afin de conquérir le monde]

X, Professeur, La guerre microbienne, la fin du monde, Jules Tallandier, Paris, 1923 [Les Allemands lâchent sur la France, la Belgique et le Royaume-Uni un virus afin d’échanger le vaccin contre la victoire mais l’épidémie devient incontrôlable]

Saint-Granier, La république des muets, Le Livre joyeux, éditions de France 1925 [Un germe microbien allemand se répand à Paris rendant tous les habitants muets]

Daudet Léon, Le Napus, Fléau de l’an 2227, Flammarion, 1927

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k812817 Dans un lointain futur, les gens se mettent à se volatiliser (« N’a pu », comme disent les enfants). C’est sans doute lié à l’excès de vibrations électriques du confort moderne.  Les différents pays réagissent de manière désordonnée, au fil de remarques caricaturant « l’esprit » des nations selon le point de vue de Daudet. (parodique)

Jasienski, Bruno, Je brûle Paris, Ernest Flammarion, 1929 [Une épidémie de peste lancée à Paris par un sans emploi conduit à la création de républiques populaires]

D’Agraives Jean, Le Virus 34, Cosmopolites, 1930. [Aventures, marine à voile, littérature jeunesse ; un virus détruit le blé.]

Aymé, Marcel, « Pastorale », Lire de l’inédit, n° 1, 15 août, 1931, Éditions du Tambourin ; dans le recueil Le puits aux Images, NRF Gallimard, Paris, 1932 [La population est décimée par le gouvernement au moyen de virus et d’épidémies conçu en laboratoire]

Mitlser, Jean, « L’inquiet », in La Maison dudocteur Clifton, Éditions Emile-Paul Frères, 1931 [Un savant découvre dans les microbes la raison de la disparition passée d’espèces, en attendant que ce soit le tour de l’humanité]

Régis, Herbert, L’Eclipse, Denoël, 1939 [Une épidémie qui détruit le nerf optique touche peu à peu l’humanité entière. La société s’en trouve modifiée]

Schachner Nat, « Tout le monde s’en fout » (« Worlds Don’t Care », 1939), in L’Homme dissocié, trad. G. Gallet, J’ai Lu, 1973 [Une peste venue du fond de l’espace frappe les populations martiennes mais épargne les populations terriennes et vénusiennes. Les Martiens sont déportés en masse sur Japhet]

Feltz, Jean-Michel, « Le microbe X », Ok Magazine n°66, Bruxelles, 1946 [Une météorite contient un microbe attaquant les os des contaminés]

Stewart George, La Terre demeure (Earth Abides, 1949 ; Un pont sur l’abîme), trad. J. Fournier-Pargoire, Hachette, 1951. [pandémie, d’origine inconnue, décime la majeure partie de la population nord-américaine (et sans doute celle de toute la planète)]

Martin, Gaston, La Nuit tous les chats sont gris, collection « Les aventures de Zodiaque », n° 8, Les Éditions de Neuilly,1950 [Un laboratoire crée un virus capable de contaminer toute la France en moins de huit jours afin de vendre l’antidote mais le virus est volé]

Brunner John, Entry to Elsewhen Host Age (New Worlds SF, 1955) [militaires voyageurs du temps tentent d’impanter virus alien sur population encore robuste pour éviter hécatombe future]

Wallace Floyd L., Le Virus du Nevada (The Nevada Virus, 1957), Fiction n° 68, OPTA, juillet 1959. [Première parution : Venture Science Fiction Magazine, septembre 1957. Une ville en quarantaine, un homme avide de jeunesse, un virus faustien.]

Fernez André, Virus H-84, 1959. [Série Nick Jordan, agent secret chez Marabout, concurrent de Bob Morane. 3è vol.]

Budrys Algis, Le Prophète perdu (Some Will Not Die, 1961), Presses de la Cité, 1976 [Amérique ravagée par une monstrueuse épidémie qui l’a laissé exsangue ; survivalisme militarisé]

Klein Gérard, « Les Virus ne parlent pas », Fiction spécial n° 12 : S.F. Made in France, août 1967. [un savant explique comment il a compris que nous sommes, à l’instar de la faune et de la flore, les machines plus ou moins perfectionnées de ceux qui nous ont façonnés : depuis certaines considérations génétiques ont énormément modifié la portée de ce texte. (Ecken)]

Silverberg Robert, Brunner John, Yarbro Chelsea Quinn, Au-delà de la porte des mondes (VO : 1991) [3 novellas situées dans le monde de La Porte des mondes (Silverberg, VO 1967): uchronie suivant la peste noire qui a décimé l’Europe]

Crichton Michael, La Variété Andromède (The Andromeda Strain, 1969) trad. fr. G. Messadié, Paris, Robert Laffont, 1970. [Un satellite rapporte sur Terre une bactérie extra-terrestre qui décime l’humanité. Quatre savants enfermés dans un abri cherchent une parade au fléau.]

Andrevon Jean-Pierre, « Le caillou de mars », in Cela se produira bientôt, PdF n°135, Denoël, 1971. [Une expédition Américaine ramène un roche de Mars contenant un virus extrêmement toxique. Prés de la moitié de l’humanité va ainsi finir complètement déshydratée avant la découverte d’un sérum.]

Brunner John, Virus (The Stone That Never Came Down, 1973), traduction de Philippe Sabathé, Presses De La Cité, 1976. [Première parution : Amazing Stories. Un virus de l’intelligence.]

Barjavel René, Le grand secret, Pocket, 1974. [virus d’immortalité sur une île secrète.]

King Stephen, Le Fléau (The Stand, 1978 / 1990), traduit par Jean-Pierre Quijano, Livre de Poche, 1981 / 1991.

Cussler Clive, Vixen 03 (1978), trad. R. Bre, Laffont, 1980. [thriller ; un Boeing de l’armée américaine disparu en 1954. À bord, des barils contenant une culture de bacilles de la peste, particulièrement virulente. 30 ans plus tard, des terroristes s’emparent et menacent Washington]

Cravens Gwyneth, Marr John S., La Peste à New York, trad. de l’anglais (États-Unis) par Marie-Lise Marlière, Gallimard, 1978. [« n’est pas un roman de science-fiction ni de politique-fiction. C’est le récit d’un cataclysme imaginaire, écrit par une journaliste et un médecin, parfaitement documenté. » Course contre la montre, effroyables mesures de décontamination]

Herbert Frank, La Mort blanche (1982), trad. J. Polanis, Laffont, coll. A&D, 1983. [un biologiste moléculaire, fou de douleur, fabrique seul une arme bactériologique : la « peste blanche », qui tue les femmes, sans remède ; « Qui aura le sérum et qui ne l’aura pas ? Qui aura les femmes et cetera, et cetera… » (…) accouchement du nouveau monde et à ses premiers pas (possibilité de vaincre le cancer, de vivre 5 000 ans, cette espèce d’écofascisme de pénurie qui semble s’installer sous la poigne militaire) reste dans un flou artistique qui frustre (Andrevon)]

Bear Greg, La Musique du sang (Blood music, 1985), Folio SF, 2005. [biochips de propagation fulgurante transforment la réalité ; intertitres selon stades de la mitose.]

McCaffrey Anne, Histoire de Nerilka (1985), cycle de la « Ballade de Pern », trad. S. Hilling, Pocket, 1991. [l’épidémie ravage la planète Pern. Nerilka se sacrifie pour trouver le sérum, elle renonce au mariage, en fin de compte épousera le seigneur]

Vonnegut Kurt, Galapagos (1985), Grasset, 1987. [Un virus qui s’attaque aux ovaires rend l’ensemble de l’humanité stérile à l’exception de quelques individus échoués sur les îles Galapagos, qui donnent naissance à une humanité bien différente, 1 million d’années plus tard.]

Willis Connie, « Le Dernier des Winnebago » (« The Last of the Winnebagos », 1988), in Aux confins de l’étrange, trad. Jean-Pierre Pugi , J’ai Lu, 1993. [tous les chiens de la Terre ont été éradiqués par un virus, et il ne reste plus que les souvenirs à leurs derniers maîtres]

Tepper Sheri S. , Rituel de chasse (Grass, 1989), trad. par I. Tate, J’ai Lu n°3244, 1992. [Une pandémie respiratoire attaque les humains sur toutes les planètes sauf Grass, que les colons partagent avec une espèce indigène de centaures, responsables de la pandémie. L’héroïne découvre comment les structures religieuses et sexistes des gouvernements humains aident à sa propagation.]

Egan Greg, « Blood Sisters » (1991), in Axiomatique, trad. Sylvie Denis, Francis Lustman, Quarante-Deux, Francis Valéry, Gallimard, coll. « Folio SF », p. 103-127.

Willis Connie, Le Grand Livre (Doomsday Book, 1991), trad. J.P. Pugi, J’ai Lu, 1994. [non seulement l’historienne est envoyée au temps de la Peste noire, mais son présent a été dévasté par des pandémies, le monde s’est organisé et est alerte, et la ville d’Oxford subit une quarantaine.]

Grenier Christian, Virus L.I.V. 3 ou la mort des livres, Livre de Poche Jeunesse, 1998. [variation ironique Fahrenheit 451 : un virus de hackers efface les livres imposés par des lettrés totalitaires]

Bear Greg, L’échelle de Darwin (Darwin’s Radio, 1999), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2002; et Les enfants de Darwin (Darwin’s Children, 2003), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2003. [Fiction optimiste: un rétrovirus endogène, le SHEVA, déclenche une nouvelle étape de l’évolution humaine.]

Watts Peter, Cycle des Rifteurs: Starfish (Starfish, 1999), 2010; Rifteurs (Maelstrom, 2001), 2011; βéhémoth (βehemoth, 2004), 2012, trad. par Gilles Goullet, Fleuve Noir, 2010-2012 [Une bactérie primitive, baptisée βéhémoth, infecte le personnel d’une station géothermique installée sur la dorsale océanique Juan de Fuca. La station est détruite mais une survivante parvient à rejoindre la surface et devient le patient zéro d’une épidémie menaçant l’ensemble de la biosphère.]

Kloetzer Laurent, Réminiscences 2012, Nestiveqnen, 2001. [Le monde de Monsieur K, le héros, perd sa jeunesse : un virus mortel s’attaque à tous les enfants de moins de quinze ans. Seule une drogue synthétisée par une multinationale permet de retarder l’échéance.]

Johnson Adam, Des parasites comme nous (Parasites like us, 2003), trad. F. Dolisi, Denoël, coll. « Millénaires », 2006 [un virus déterré d’une tombe préhistorique éradique l’humanité, sauf le petit groupe de l’Université du Sud-Dakota qui avait partagé le pop-corn tiré du maïs préservé du même site]

Robinson Kim Stanley, Chronique des années noires (The Years of Rice and Salt, 2002), trad. D. Camus, D. Haas, Presses de la Cité, 2003.

Atwood Margaret, Le dernier homme (Oryx and Crake, 2003), trad. de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch, Robert Laffont, 2005. [Un virus créé en laboratoire par Crake détruit l’humanité pour être remplacée par des êtres génétiquement modifiés, les Crakers.]

Sagan Nick, cycle Idlewild (2003-2006) : Idlewild, Neverborn, Everfree, trad. Patrick Imbert, J’ai Lu, coll. « Millénaires », 2011. [l’espèce humaine a totalement été éradiquée par le Black Ep, un virus. Pourtant, une poignée d’hommes et de femmes hante encore les ruines du monde. Les scientifiques qui leur ont « donné naissance » avant la catastrophe les ont dotés d’un code génétique qui les immunise. Leur mission future : ressusciter l’humanité]

Dufour Catherine, Le Goût de l’immortalité, Mnémos, 2005. [paludisme issu du passé ; monde dystopique où fresque effroyable, où des entreprises obscures se mènent une guerre larvée à coup de maladies sans se soucier des conséquences humaines]

Andrevon Jean-Pierre, Le Monde enfin (fix-up de nouvelles travaillées de 1968 à 2005), Fleuve noir, 2006 [France vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d’une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt (sur une idée proche ESB)]

Bacigalupi Paolo, La Fille Automate (The Windup Girl, 2009, trad. S. Doke, Au Diable Vauvert, 2012. [des pestes génétiquement modifiées ont ravagé la Terre]

Wintrebert Joëlle, « L’enfant du lignage », Galaxies, n° 19/61, 2012 [Dans une petite communauté de survivants, on découvre que les plus âgés sont les bioterroristes à l’origine d’une pandémie qui a entièrement détruit l’humanité]

Liu Ken, « La peste » (Nature, 2013), trad. P.-P. Durastanti, in La Ménagerie de papier, 2015, p. 213-219 ; en ligne sur www.tor.com/2013/07/11/the-plague/ [fiction de posthumains ; mutations après une « peste » de nanomachines, fracture sociale]

Magali (ed), Virus, Griffe D’encre , coll. Anthologie n° (8), 2013.

Thilliez Frank, Pandémia, Fleuve noir, 2015. [Un virus de grippe aviaire renforcé est disséminé par les membres d’un complot.]

Guéraud Guillaume, Plus de morts que de vivants, Ed. du Rouergue, 2015.

Hinckel Florence, Trébor Carole, Villeminot Vincent, Grevet Yves, cycle « U4 » (Yannis, Jules, Stéphane, Koridwen + Contagion), Nathan, Syros, 2015 (+ 2016)

St. John Mandel Emily, Station Eleven (2014), trad. Gérard de Chergé, Rivages, 2016.

Meyer Deon, L’Année du lion: les mémoires de Nicolas Storm sur l’enquête de l’assassinat de son père (Koors, 2016), trad. de l’afrikaans et de l’anglais par Catherine Du Toit et Marie-Caroline Aubert, Seuil, 2017. [Une histoire de vengeance en Afrique du Sud, après une fièvre qui a décimé 9/10èmes de l’humanité.]

Beckerman Norton S., Virus: A Science Fiction Thriller, 2018. [avec un conseil des cellules qui gèrent les dégâts d’un rénégat nommé virus (!)]

Image: NIAID sur Flicker, URL: https://flickr.com/photos/54591706@N02/49597020718

Participer

Annonces, événements, publications, compte-rendus, idées ou opinions sur la science-fiction sont tous bienvenus, pourvu qu’ils donnent lieu à un aperçu critique, une intuition théorique, un point de départ de la réflexion. Envoyez votre sujet ou votre texte à simon.brean@sorbonne-universite.fr ou à irene.langlet@u-pem.fr.

Vous pouvez aussi rejoindre le projet en écrivant un compte-rendu: quelques livres reçus en service de presse peuvent vous être envoyés.

Les articles académiques structurés sont bienvenus à tout moment, même s’ils sortent des thèmes annoncés pour les dossiers (voir l’appel permanent ).

L’affiche a été prise en photo à la fac de Louvain-la-Neuve en 2011.

 

Elaborer un projet de thèse sur la SF – quelques suggestions (I)

Je reçois tous les ans, entre janvier et mai, des demandes de direction de thèse sur la science-fiction. C’est toujours un moment motivant, mais l’intérêt s’émousse parfois très vite à la lecture de ce qui se présente comme des « projets de thèse » et qui n’a que peu à voir avec ce qu’on attend. Impossible d’en vouloir à qui que ce soit pour ce manque de méthode — je m’avise d’ailleurs en écrivant ceci que le master que je dirige à l’UPEM (pas depuis longtemps, certes) ne prévoit aucun enseignement sur le projet de thèse. (Je l’ajoute à ma to-do liste.) Pourtant c’est vraiment un document-clé, et sauf cas particuliers je ne rencontre pas les étudiant·e·s qui ne font pas la démarche. En effet, cette structuration du projet me semble suivre les règles du jeu de la thèse universitaire en lettres en 2019 (je tâche de ne pas généraliser); si quelqu’un·e ne veut pas suivre ces règles, je vois mal comment on peut envisager de travailler ensemble pendant parfois 6 ou 7 ans (pensez-y quand vous choisissez un·e directrice·teur). A court terme, ce sont ces règles-là qui sont suivies par les comités d’attribution des allocations de thèse (en particulier l’explicitation des méthodes, qui plonge généralement dans les affres les candidat·e·s littéraires, je ne sais pourquoi).

Continuer la lecture de Elaborer un projet de thèse sur la SF – quelques suggestions (I)

Cli-fi, solar punk et Cie: bientôt un contrat doctoral?

L’université Paris Est Marne-la-Vallée et l’I-Site FUTURE ont lancé un appel à projets sur la ville de demain, et on y répondra! http://www.future-isite.fr/appels-a-projets/appels-a-projets-2018-2019/les-idees-de-projets-impulsion-2018/?L=0

Cela devrait s’appeler « PARVIS: Paroles de Villes », cela devrait proposer d’étudier les science-fictions qui bricolent un futur dans le cadre des menaces climatiques, politiques et sociales, et cela devrait même comporter une résidence d’écrivain. Les informations seront postées sur ce carnet en attendant un possible succès (réponse au printemps 2019).

RESF 13 – CFP Ursula K. Le Guin : féminisme et science-fiction

Dossier dirigé par Magali Nachtergael et Valérie Stiénon – Université Paris 13/Pléiade / lien à venir prochainement.

Ce dossier prendra place dans le n°13 de la revue Res Futurae, à côté du dossier Bordage (publication fin juin 2019).

Ursula Kroeber, connue sous son nom de plume Ursula K. Le Guin, a écrit de nombreux cycles de fantasy et de science-fiction, imaginés dès son plus jeune âge. Son œuvre prolifique, foisonnante, a été traduite en français depuis 1971, avec La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness, 1969), et son succès populaire ne s’est jamais démenti depuis lors, avec près d’une centaine de titres traduits et réédités, ainsi qu’un solide lectorat. Ce dernier est pourtant resté discret dans le monde académique. Une journée d’études organisée à l’Université Paris 13 le 23 janvier 2019, dont cet appel ouvert est complémentaire, cherche à combler cette lacune en choisissant comme fil conducteur la question du féminisme, qui permet d’aborder des aspects théoriques, poétiques et idéologiques indispensables à la compréhension de l’œuvre de la romancière. En la resituant dans ses contextes de création et de réception, l’angle d’étude entend ainsi explorer quelques-uns des enjeux d’une œuvre riche par sa portée éthique et esthétique, ses questionnements disciplinaires et ses significations plurielles, à laquelle d’autres événements scientifiques rendront hommage[i].

L’histoire de La Main gauche de la nuit se passe dans un futur indéterminé, sur une planète appartenant à une galaxie en train de s’unifier politiquement. Les habitants ne sont ni homme, ni femme et ne déterminent un genre sexuel de façon aléatoire que durant une période de rut mensuelle, le « kemma », entre les phases duquel chaque individu est un hermaphrodite asexué. Ainsi, toutes et tous peuvent indifféremment enfanter et vivre l’expérience de la parturition. Cette situation engage une réflexion sur les critères normatifs à travers lesquels est généralement appréhendée la sexualité. Elle révèle aussi la dimension construite et relative des rôles sociaux assignés aux identités sexuées : « Lorsqu’on rencontre un Géthénien, il est impossible et déplacé de faire ce qui paraît normal dans une société bisexuelle : lui attribuer le rôle d’un Homme ou d’une Femme, et conformer à cette idée que vous vous en faites le rôle que vous jouez à son égard, d’après ce que vous savez des interactions habituelles ou possibles de personnes du même sexe ou de sexe opposé. Il n’y a ici aucune place pour nos schémas courants de relations sociosexuelles[ii]. »

Dans Les Dépossédés[iii] (The Dispossessed, 1974), une communauté anarchiste fondée par une femme théoricienne, Odo, s’installe sur Anarres, une lune en périphérie de sa planète d’origine, Urras. Le voyage d’une planète à l’autre entrepris par le personnage Shevek permet de confronter des modes de vie régis par des rapports différents à l’exercice de la sexualité, aux fonctions des partenaires au sein du couple et aux valeurs sur lesquelles se fonde l’union maritale. Les signes de l’attrait érotique sont eux aussi diversifiés, rendant par exemple les femmes urrasties plus séduisantes lorsqu’elles sont chauves après avoir rasé leur chevelure, suivant en cela la mode locale.

L’œuvre de Ursula K. Le Guin n’est pas seulement attentive à proposer des représentations alternatives, nuancées, complexes de ces identités, valeurs et pratiques. Elle s’efforce aussi d’exprimer un point de vue féminin minimisé ou invisibilisé par les discours historiques et scientifiques, comme lorsqu’elle donne une voix à un personnage de l’histoire mythique de la fondation de Rome, Lavinia, femme d’Énée dont elle retrace le destin dans le roman de fantasy Lavinia[iv] (2008, traduit en français en 2011). Le récit, centré sur les pensées et les perceptions de l’héroïne, enrichit le point de vue historiographique d’un éclairage nouveau sur les variations possibles des places occupées par la fille, l’épouse et la mère dans une société patriarcale.

Ce ne sont là que quelques-uns des exemples les plus évidents, qui montrent la pertinence d’une telle réflexion et qui demandent à s’enrichir d’une exploration approfondie de l’œuvre. Quel est l’apport spécifique de la science-fiction au message et aux représentations féministes, parmi les nombreux genres que Ursula K. Le Guin a pratiqués ? Dans quelle mesure le monde des possibles de la fiction spéculative permet-il de reconfigurer la situation de l’individu « femme », du genre et de ses avatars ? En quoi les textes de Ursula K. Le Guin ont accompagné des vagues de féminisme et trouvé un écho au sein d’un lectorat spécifique ? En se concentrant sur les univers science-fictionnels de la romancière, l’objectif de ce dossier de la revue ReS Futurae est aussi de situer le genre et son potentiel social, non pas seulement en tant qu’utopie mais comme agent rassembleur, fiction créatrice, émancipatrice et dotée d’une puissance virtuellement auto-réalisatrice. À cette fin, plusieurs aspects complémentaires pourraient être envisagés :

  • Anthropologie des idées, théorie et engagement
    • Ursula K. Le Guin théoricienne, essayiste et conférencière[v]
    • les analyses anthropologiques, ethnologiques et la situation des femmes
    • la question du militantisme et de l’engagement féministe
    • les utopies féministes et le contexte culturel d’écriture (New Age, matriarcat, queer, transgenre, matrimoine)
  • Sociabilités et création dans les cercles féministes
    • la fréquentation des cercles de sociabilité en lien avec le féminisme
    • les inspirations chez les artistes (art contemporain, cinéma, bande-dessinée, danse)
  • Écriture et représentations du féminin
    • le point de vue des personnages féminins
    • les relations matrimoniales/sexuelles (polygamie, absence de mariage, filiation matriarcale, homo- et hétérosexualité, etc.)
    • la genèse de ses textes, son inspiration et ses arrière-plans théoriques féministes et/ou déconstructionnistes
  • Héritage et réception de l’œuvre
    • les espaces de sa réception : les héritiers et ceux qui s’en sont réclamés, les communautés féministes SF, le fandom : créations, groupes de lecture et d’écriture (fanfiction), forums en ligne, blogs et listes de discussion
    • la réception LGBTQIA+ et dans les théories posthumaines / transhumaines / queer / transgenre / écoféministe / afroféministes / militantes
    • la survivance de thèmes ou motifs Le Guiniens dans des adaptations cinématographiques, télévisuelles, en bande-dessinée et dans la culture populaire

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 10 octobre 2018 conjointement à Magali Nachtergael (nachtergael@univ-paris13.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr). La date de remise des articles est fixée au 30 janvier 2019.

Bibliographie indicative

« Science Fiction by Women », Science Fiction Studies, n° 51, juillet 1990.

Attebery Brian, Decoding Gender in Science Fiction, New York/Londres, Routledge, 2002.

Bartkowski Frances, Feminist Utopias, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press, 1989.

Besson Anne, Constellations : des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Delany Samuel R., Shorter Views. Queer Toughts and the Politics of Paraliterary, Hanover et Londres, Wesleyan University Press, 1999.

Gay Pearson Wendy, Hollinger Veronica et Gordon Joan (éd.), Queer Universes : Sexualities in Science Fiction, Liverpool University Press, 2008.

Haraway Donna, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, 2007.

Jameson Fredric. « World Reduction in Le Guin : The Emergence of Utopian Narrative », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 221-230.

Langlet Irène, La science-fiction : lecture et poétique d’un genre, Paris, Armand Colin, 2006.

Larbalestier Justine, The Battle of the Sexes in Science Fiction, Middletown, Wesleyan University Press, 2002.

Larue Ïan, Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, Paris, Éditions Cambourakis, 2018.

Merrick Helen, The Secret Feminist Cabal. A Cultural History of Science Fiction Feminisms, Seattle, Aqueduct Press, 2009.

Notéris Émilie, La Fiction réparatrice, Paris, Éditions Supernova, 2017.

Reid Robin Anne (dir.), Women in Science Fiction And Fantasy, Westport, Greenwood Press, 2009.

Vonarburg Élisabeth, « La science-fiction et les héroïnes de la modernité », Philosophiques, vol. 21, n° 2, 1994, p. 453-457.

Watson Ian, « The Forest as Metaphor for Mind : “The Word for World is Forest” and “Vaster Than Empires and More Slow” », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 231-237. 


[i] Ainsi du colloque « Héritages d’Ursula K. Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène », organisé à l’École polytechnique et à la Sorbonne Nouvelle en juin 2019. URL : https://litorg.hypotheses.org/234.

[ii] Ursula K. Le Guin, La Main gauche de la nuit, traduit par Jean Bailhache, Paris, Laffont, 1971, p. 113-114.

[iii] Ursula K. Le Guin, Les Dépossédés, traduit par Henry-Luc Planchat, Paris, Laffont, 1975.

[iv] Ursula K. Le Guin, Lavinia, traduit par Marie Surgers, Nantes, L’Atalante, 2010.

[v] Voir notamment Ursula K. Le Guin, « American SF and the Other », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 208-210 et Le Langage de la nuit. Essais sur la science-fiction et la fantasy, traduit par Francis Guévremont, Paris, Aux forges de Vulcain, 2016. 


Crédits image: Flickr https://www.flickr.com/photos/laura-kali/8087113202

Au secours: la SF intéresse les Editions Universitaires Européennes

Un billet pour ajouter une voix aux alertes régulièrement lancées au sujet d’un éditeur peu recommandable.

Nouveau terrain de chasse pour les ratisseurs de contenus?

Dans le cadre de mes recherches sur la SF, j’ai écrit en 2015 un article pour la revue en ligne de l’APEF (Association Portugaise d’Etudes Françaises), Carnets: http://www.apef.org.pt/fr/revista_carnets.php. Cette revue est en accès ouvert, et tout un chacun peut lire le numéro concerné en PDF à cette adresse: http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/13690.pdf.

[edit 26.12.2018: maintenant on trouve tout cela sur OpenEdition à l’URL https://journals.openedition.org/carnets/311#article-311]

Or je reçois ce matin un courriel me proposant de publier cet article sous forme de « livre broché » (ça ferait un livre assez mince, quand bien même l’article tasse une bonne vingtaine de pages: un fascicule, dirions-nous). Voici le courriel:

De: Christina Muchi <c.muchi@editions-ue.com>
Objet: Invitation à publier chez nous, Madame IRENE LANGLET
Date: 19 juillet 2016 11:39:03 UTC+2
À: IRENE LANGLET <irene.langlet@unilim.fr>

Chère Madame IRENE LANGLET,

Au nom des Éditions Universitaires Européennes, je voudrais vous inviter à publier votre travail
« GUERRES DU FUTUR , CONFLITS DU PRESENT » sous forme de livre broché. Qu’en pensez-vous?

Étant basée en Allemagne, notre maison d’édition se donne pour objectif de développer les échanges entre chercheurs,
enseignants et simples curieux afin de dessiner les contours du monde scientifique, technique et culturel de demain.

Dans ce contexte, nous serions honorés de vous compter parmi nos auteurs.

A cet effet, aimeriez-vous en savoir plus sur le processus de publication?

En espérant une réponse rapide de votre part, je vous prie d’agréer, Madame IRENE LANGLET,
l’expression de mes salutations distinguées.
Cordialement,
Christina Muchi
Lectorat
e: c.muchi@editions-ue.com
w: www.editions-ue.com

Je reste un moment interloquée par la goujaterie du procédé, puis me remémore le nom de cet « éditeur » aperçu dans des alertes diverses lancées ici et là:

et j’en oublie certainement. Mais tout le monde s’accorde à mettre en garde les jeunes docteurs qui seraient tentés de venir grossir les rang du « stock d’auteurs » de cet « éditeur ». Lésant leurs auteurs, selon le dernier des articles cités, les contrats des EUE, selon les PUQ, ne sont toutefois pas une fraude en soi, lorsqu’il s’agit de récupérer des thèses ou des mémoires et de les imprimer à la demande après annonce sur de grandes librairies en ligne.

Mais aujourd’hui, je découvre que cette entreprise peut aller plus loin, et venir piller les contenus des revues en accès ouvert. C’est franchir un pas de plus – et afficher le plus souverain mépris du travail éditorial mené par lesdites revues, qui, pour avoir choisi l’accès ouvert et la gratuité des contenus, n’en sont pas moins le résultat d’un effort considérable de la communauté universitaire publique et seraient énormément dévoyées par une redistribution commerciale.

Je songe aux articles de ReS Futurae, tous disponibles de la même façon, et me dis que les EUE inaugurent peut-être un nouveau terrain de chasse. C’est pourquoi je diffuse ma réaction, pour joindre ma voix à la vigilance nécessaire. ReSF va, sans tarder, envoyer un courrier à tous ses auteurs, et systématiser avec eux le contrat de licence CC BY-NC-ND.

De: Langlet Irène <irene.langlet@unilim.fr>
Objet: Rép : Invitation à publier chez nous, Madame IRENE LANGLET
Date: 19 juillet 2016 12:24:11 UTC+2
À: Christina Muchi <c.muchi@editions-ue.com>
Cc: Maria Cristina Daniel Álvares <calvares@ilch.uminho.pt>

Bonjour,

Il est totalement hors de question que je publie quoi que ce soit chez vous, a fortiori un texte écrit pour une revue identifiée. Je mets la responsable de la revue Carnets en copie de ma réponse.

Votre proposition témoigne d’un mépris total pour le travail accompli par la revue Carnets, qui possède les droits d’exploitation de l’article que vous citez, et pour qui publier en libre accès ne signifie aucunement accepter de se faire piller par des marchands de papier. Cela en dit long sur votre modèle éditorial et commercial: vous cherchez à faire du profit à partir de travaux financés par l’argent public des universités européennes, et comme tels libres d’accès à toute la communauté.

Comme je dirige moi-même une revue en ligne dont les textes sont en libre accès, je vais immédiatement prévenir tous mes auteurs de l’indignité de ce type de démarche, au cas où vous auriez le front de leur faire une proposition du même type.

Comme d’autres avant moi, qui ont analysé vos campagnes de démarchage, je diffuserai mon point de vue largement, sur les réseaux universitaires et auprès de mes étudiants et thésards. Salutations


Irène Langlet
Professeur de littérature contemporaine

Responsable du master Lettres et Arts
http://lettunilim.hypotheses.org

Directrice de la revue ReS Futurae
http://resf.revues.org

Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Limoges
39E, rue Camille Guérin
87036 Limoges cedex

RESF 12 (CFP): Science-fiction et jeu vidéo

Appel à contributions pour le n°12 de ReS Futurae (2ème semestre 2018)

Dossier dirigé par Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, université de Liège.

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016  à Julie Delbouille (jdelbouille@ulg.ac.be), Björn-Olav Dozo (bodozo@ulg.ac.be) et à Lison Jousten (Lison.Jousten@ulg.ac.be).

La date de remise des articles est fixée au 30 septembre 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Lorsque Spacewar!, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. À l’heure où l’informatique est encore fort peu micro, la thématique spatiale que ce précurseur exploite présente en effet un avantage certain : celui de déployer à l’écran un « espace dont la principale caractéristique est le vide […] un lieu qui exige moins de puissance de calcul » (Triclot, 2011). Cette thématique traverse d’ailleurs toujours une grande partie de la production vidéoludique, comme en témoignent Dead Space (EA, 2008) ou Mass Effect (Microsoft Game Studio, 2007). De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford qui interrogent la place occupée par la science-fiction au sein des industries du divertissement, en prenant en compte le contexte socio-politique (Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., 2003).

Par ailleurs, les médias entretiennent aujourd’hui des rapports de plus en plus nombreux, en perpétuelle évolution – et expansion –, entraînant la circulation d’un imaginaire, de formes, de figures et de récits. Cette perméabilité autorise les glissements de contenu fictionnel entre jeu vidéo d’une part, et cinéma, littérature, bande dessinée,… d’autre part. La thématique sur laquelle se centre ce numéro se prête ainsi particulièrement bien à une approche intermédiale. En effet, le jeu vidéo est devenu un motif récurrent pour d’autres objets culturels – comme dans No pasarán, le jeu de Christian Lehman (L’école des Loisirs, 1996) en littérature (sur les rapports entre jeu vidéo et livre, voir Barnabé et Dozo, 2015), Tron réalisé par Steven Lisberger au cinéma (voir Blanchet, 2010), ou encore à travers la figure du jeune « geek » dans Kid Paddle, en bande dessinée. A contrario, le jeu vidéo s’exporte également sous une forme littéraire (avec, par exemple, la novellisation de la série Halo) ou filmique (comme en témoigne l’adaptation de l’univers de Silent Hill) ; enfin, il peut lui-même reposer sur l’adaptation d’œuvres préexistantes (comme le jeu The Walking Dead [Telltales Games, 2012] dérivé des comics de Kirkman et Moore).

Ce numéro de ReS Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique. Afin de dessiner les problématiques envisagées dans cet appel, nous proposons de construire notre champ d’investigation sur la base des axes suivants, mentionnés à titre indicatif :

  • Contenus et représentations. Cet axe veut faire la part belle aux analyses d’œuvres vidéoludiques, replaçant dans une perspective globale l’exploitation de la science-fiction au sein du jeu, par l’intermédiaire de différentes approches (esthétique, poétique, sociologique, sémiotique, etc.).
  • Questions d’intermédialité. Complémentaire au premier, cet axe propose d’étendre la réflexion aux rapports entre le jeu vidéo de science-fiction et d’autres médias, comme le cinéma, la littérature, la bande dessinée, ou la musique. Il concerne autant les adaptations, que les emprunts ou transferts de formes et motifs d’un objet culturel à l’autre.
  • Marges du jeu. Cet axe permet d’évoquer des thématiques connexes aux analyses d’œuvres, comme la création amateur, les expérimentations ludiques, ou encore les études de fans liées au jeu vidéo de science-fiction.
  • Analyses contextuelles. Au-delà des œuvres, cet axe recouvre les réflexions théoriques ou empiriques permettant, grâce aux outils de la sociologie, de l’économie, ou des sciences historiques, de contextualiser la création et la réception des œuvres.

Bibliographie indicative

Berry V., L’expérience virtuelle : jouer, vivre, apprendre dans un jeu vidéo, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Besson A., “Les envahisseurs de l’espace sont parmi nous : vers une esthétique quotidienne du pixel”, dans ReS Futurae, vol. 5, mai 2015, [en ligne], http://resf.revues.org/634.

Blanchet A., Des Pixels à Hollywood. Cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle, Paris, Pix’n Love, 2010.

Blanchet A., Les jeux vidéo au cinéma, Paris, Armand Colin, 2012.

Carr D., Ability, Disability and Dead Space, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1402/articles/carr.

Delbouille J., “Jeu vidéo, avant-garde et science-fiction. Le cas de Rez et Child of Eden”, dans ReS Futurae, vol. 5, mai 2015, [en ligne], https://resf.revues.org/672.

Barnabé F. et Dozo B.-O. (dir.), Jeu vidéo et livre, Liège, Bebooks, coll. Culture contemporaine, 2015.

Gibbons W., Wrap Your Troubles in Dreams : Popular Music, Narrative, and Dystopia in Bioshock, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1103/articles/gibbons.

Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., Digital Play : The Interaction of Technology, Culture, and Marketing, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2003.

“Special Section: SF and Video Gaming” dans Foundation. The International Review of Science Fiction, Volume 44.1, number 120, 2015, p. 11-104.

Triclot M., Philosophie des jeux vidéo, Paris, La Découverte (Zones), 2011.

Tringham N. R., Science Fiction Video Games, Boca Raton, CRC Press, 2014.

Voorhees G., Play and Possibility in the Rhetoric of the War on Terror : The Structure of Agency in Halo 2, dans Game Studies [en ligne], http://gamestudies.org/1401/articles/gvoorhees

 

L.L. Kloetzer, double et présent-e

Lors des journées d’étude « Le présent et ses doubles », les deux organisateurs (Simon Bréan et Irène Langlet) proposèrent l’étude d’une œuvre résolument double et présente : celle de L.L. KLoetzer, jeune écrivain-e suisse formé-e de Laure et Laurent Kloetzer, époux à la ville. Pour d’évidentes raisons de conflit d’intérêt, les auteurs étant tout à la fois les organisateurs de la journée d’étude et membres de la rédaction de ReSF, l’étude de L.L. Kloetzer paraîtra ailleurs ; on donne ici seulement son introduction. La revue Res Futurae publie dans son numéro 7 un entretien avec Laurent Kloetzer, issu de cette rencontre.

Daylon mandala1

 

Bréan S. et Langlet I., « L. L. Kloetzer, double et présent » [introduction d’un article à paraître]

L. L. Kloetzer est une persona littéraire Continuer la lecture de L.L. Kloetzer, double et présent-e

RESF N°9: Asie de l’Est (CFP)

Appel à contributions pour le numéro du printemps 2017

Echéances

Date limite d’envoi des propositions: 1er avril 2016

Les propositions d’articles sont à envoyer à Gwennaël Gaffric: ggaffric@gmail.com avant le 1er avril 2016, accompagnées d’une brève bio-bibliographie. Une réponse sera donnée le 1er mai 2016. Les articles seront à rendre pour le 1er  novembre 2016.

Nous invitons les personnes intéressées à consulter en ligne le processus d’évaluation et les normes de la revue Res Futurae.

Argumentaire général

L’obtention du dernier prix Hugo par l’auteur chinois Liu Cixin pour son roman Les Trois Corps (premier tome de la trilogie des Chroniques de la terre) a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs.

La science-fiction asiatique connaît en effet actuellement un essor sans précédent, comme en témoigne la popularité toujours plus grande des mangas SF, la croissance significative de la production de films SF et leur exportation réussie (on pense aux longs-métrages du Sud-coréen Bong Joon-ho ou au Japonais Mamoru Oshii), l’émergence de jeunes auteurs populaires, les nombreuses traductions dans des langues européennes ou les prix littéraires internationaux… Il apparaît aujourd’hui nécessaire de proposer une réévaluation de la vitalité et de l’histoire d’un genre longtemps négligé tant par les études sur la littérature et le cinéma que par les spécialistes des aires culturelles concernées. Bien qu’un nombre croissant d’études paraissent aujourd’hui dans les pays d’émission des œuvres et en langue anglaise (les études sur la SF asiatique sont d’ailleurs aujourd’hui bien représentées dans les conventions scientifiques internationales sur la science-fiction), celle-ci n’a pour l’heure pas encore fait l’objet d’un grand nombre d’études en langue française. Il en est de même pour les traductions littéraires en français, à l’exception notable du secteur des bandes dessinées.

 

Or, depuis ses prémisses, la littérature et le cinéma de science-fiction d’Asie de l’Est peuvent être envisagés comme de formidables portes d’entrée par lesquelles entrer au cœur de l’évolution des sociétés asiatiques modernes depuis l’aube du XXe siècle. Comme partout ailleurs, la science-fiction y exprime aussi depuis son émergence les fantasmes, les angoisses et les espoirs d’une époque, témoignant de cette capacité singulière de la science-fiction à penser en même temps avec et contre son temps.

Ce numéro sera circonscrit à l’étude de la science-fiction en Asie de l’Est (Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, Hong Kong, Taïwan), ce moins par souci de délimitation géographique qu’en vertu de cohérence socio-historique au sujet de l’émergence et de l’évolution du genre science-fictionnel dans la région. Le genre fait ainsi une première percée au Japon, en Chine et en Corée par l’intermédiaire de la traduction via l’anglais puis le japonais, notamment des œuvres de H.G. Wells et de Jules Verne (dont les premières traductions, effectuées par certains des plus grands intellectuels de leur temps, paraissent en 1879 au Japon, en 1902 en Chine et en 1907 en Corée), dates qui correspondent avec la naissance de la littérature moderne dans ces pays. Les intellectuels nationalistes de l’époque perçoivent en effet la science – au même titre que la démocratie – comme des avatars naturels de la modernité occidentale appelée à triompher des vieilles idéologies féodales (en Chine, on appelle ainsi « Monsieur Science » et « Monsieur Démocratie » à prendre la place de « Monsieur Confucius »). Ce qu’on appelle alors les « romans scientifiques » apparaissent dès lors comme des œuvres réformistes, susceptibles de favoriser l’avènement d’une nation et d’un homme nouveaux.

L’appel à l’écriture d’une science-fiction aux particularités nationales pour guider le pays vers la route de la modernité lancé au début du XXe siècle se prolongera durant toute la seconde moitié du siècle, en suivant certes des trajectoires diverses – quoique souvent en miroir les unes des autres – sous l’influence des traductions d’œuvres américaines (à Taïwan, en Corée du Sud et au Japon) et soviétiques (en Chine et en Corée du Nord). Bien souvent, il lui faut répondre aux impératifs politiques des utopies et des dystopies officielles (l’anticommunisme à Taïwan, le techno-capitalisme au Japon et en Corée du Sud, le maoïsme en Chine, l’idéologie du Juche en Corée du Nord…). Les modèles de propagande science-fictionnels prennent d’ailleurs principalement la forme d’utopies destinées à un public enfantin (comme c’est le cas de la revue Adong Munhak (Corée du Nord) ou le bestseller Le voyage de Xiao Lingtong dans le futur (Chine)). À d’autres moments de son histoire, il lui arrive parfois même d’être mise au ban des pratiques littéraires et cinématographiques, comme c’est le cas dans les années 1980 en Chine où elle est traitée, au même titre que d’autres formes d’expression artistique, de « pollution spirituelle » car opposée à la « véritable science » : le matérialisme dialectique.

Pour autant, dès les années 1960, le cinéma et les récits science-fictionnels parviennent également à se développer indépendamment de la doxa officielle, notamment grâce à l’essor des revues spécialisées et de la popularité nouvelle d’autres médias, comme les bandes dessinées au Japon. Les années 1980 et 1990 voient elles la science-fiction asiatique engager des stratégies fictionnelles nouvelles : space operas, univers parallèles, uchronies, cyberpunk, etc. Elle entreprend d’explorer des thématiques privilégiées de la science-fiction : crise environnementale, espoirs et dangers de la technoscience, paradoxes temporels, contact et communication avec des « intelligences » extraterrestres, interactions et fusions entre humain, non-humain et post-humain… sans négliger d’investir des thématiques plus géographiquement situées (narrations de catastrophes naturelles et/ou artificielles régionales, réappropriations d’une tradition textuelle ou religieuse, réécritures uchroniques…). Elle se retrouve enfin à l’avant-garde des luttes sociales qui secouent les sociétés asiatiques dans les années 1980 et 1990 : revendications ethniques, postcoloniales, féministes ou encore homosexuelles et queer, accordant à des voix jusqu’alors marginales un espace d’expression alternatif. À l’opposé, la science-fiction sert parfois la logique des soft power nationaux (ainsi en est-il de Liu Cixin – qui au lendemain de la réception du Hugo – est invité par le vice-président chinois à diffuser à travers le monde la puissance du « rêve chinois »).

Et qu’elles se mettent ou non au service d’un nationalisme culturel, certaines de ses productions, notamment en bande dessinée (on pense aux œuvres de Miyazaki Hayao ou Shirō Masamune au Japon), influencent en effet profondément la littérature et le cinéma mondial depuis les années 2000. Aujourd’hui, elle va même jusqu’à réinventer les frontières du genre en élaborant de nouvelles grammaires narratives. Ainsi en est-il par exemple du nouveau « sous-genre » créé par le Sino-américain Ken Liu qui, avec le néologisme cryptoculturaliste de « silkpunk », suggère une esthétique science-fictionnelle marquée par les récits de l’Asie pré-moderne ou de Bong Joon-ho qui réoriente l’esthétique du film de catastrophe.

Cse numéro ne se donne pas pour projet de contraindre la science-fiction asiatique, riche d’une histoire façonnée par les traductions, les adaptations et les réinventions, dans une sphère autoréférentielle qui ferait le jeu des projections culturalistes et orientalistes les plus simplistes et généralisantes. Ce numéro propose au contraire d’examiner avec une perspective transculturelle et historiquement située l’introduction et l’évolution (du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle) de la science-fiction en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique possédant ses propres ressorts poétiques qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

Dans ce cadre, diverses interrogations, non exclusives, pourront être explorées :

–  Quels ont été les liens entre la naissance et le développement de la science-fiction en Asie de l’Est et la croyance dans le mythe du « progrès scientifique », perçu à l’époque comme une émanation de l’Occident ?

–  Quelle écriture de la science dans la SF en Asie de l’Est ? Existe-t-il une « hard SF » asiatique ? La science apparaît-elle comme une discipline géographiquement et historiquement située ou comme un système universel ? Depuis les prémisses du genre jusqu’à l’ère contemporaine, la science et la technique y sont-elles envisagées comme inéluctablement liées au progrès social ?

–  Quels rôles ont joué les utopies et les dystopies dans le développement socio-historique et les processus de démocratisation des pays et comment celles-ci se sont-elles élaborées en complicité ou en rupture avec les idéologies officielles ?

–  Comment la littérature et le cinéma science-fictionnels d’Asie de l’Est négocient-ils les tensions entre local et global à l’ère de l’Anthropocène ? On pourra à ce sujet s’interroger sur l’omniprésence de thématiques éminemment globales, alors même que les critiques de science-fiction asiatique revendiquent souvent paradoxalement le caractère « authentiquement » national de celle-ci.

–  Comment l’imaginaire de la catastrophe s’exerce-t-il dans la science-fiction est-asiatique ? (séismes, tsunamis, catastrophes nucléaires, épidémies bactériologiques…)

–  Quelle visibilité et quelles représentations des populations marginales (minorités ethniques, communautés LGBT, immigrants…) dans la science-fiction est-asiatique ?

–  Comment appréhender le rôle de la bande dessinée SF dans la construction d’une culture de la science-fiction en Asie et de son influence au niveau mondial ?

–  Est-il possible de distinguer dans la production science-fictionnelle asiatique des mécaniques narratives et/ou visuelles spécifiques ou bien la tentative de créer des schémas supposés propres à la science-fiction en Asie de l’Est relève-t-elle d’un projet orientaliste globalisant ?

–  Comment expliquer l’intérêt récent des études littéraires et cinématographiques asiatiques pour le genre science-fictionnel et comment lier cette tendance aux paradigmes épistémologiques contemporains (philosophie postmoderne, posthumanités, humanités numériques, écocritique…) ?

 

Liste indicative d’auteurs et de réalisateurs susceptibles d’être étudiés

CHINE : Han Song韩松, Liu Cixin刘慈欣, Wang Jinkang王晋康, Ye Yonglie叶永烈…

COREE DU SUD : Bong Joon-ho봉준호, Kim Kyung-uk김경욱, Lee Si-myung이시명, Djuna…

HONG KONG: Dung Kai-cheung董啟章, Ngai Hong倪匡, Peter Mak麥大傑, Wong Kar-wai王家衛…

JAPON : Abe Kōbō安部公房, Komatsu Sakyō小松左京, Ōtomo Katsuhiro大友克洋, Yoshihara Rieko吉原理恵子,…

TAIWAN : Chang Hsi-kuo張系國, Chi Ta-wei紀大, Egoyan Zheng伊格言, Wu Ming-yi吳明益…

 

Bibliographie indicative (en langues occidentales)

Perspectives Chinoises, Numéro spécial « Fictions utopiques et dystopiques en Chine contemporaine », Wang Chaohua and Song Mingwei (ed.), n°1, 2015

Science Fiction Studies, “Special Issue on Chinese Science Fiction” (ed. by Wu Yan and Veronica Hollinger), #119, Vol. 40, Part 1, 2013.

Science Fiction Studies, “Special Issue on Japanese Science Fiction” (ed. by Tatsumi Takayuki, Christopher Bolton, and Istvan Csicsery-Ronay, Jr), #88, Vol. 29, Part 3, 2002.

BERTHELLIER Benoît, “From Pyongyang to Mars: Sci-fi, Genre, and Literary Value in North Korea”, Sino NK, 2013, URL: http://sinonk.com/2013/09/25/from-pyongyang-to-mars-sci-fi-genre-and-literary-value-in-north-korea/.

COLSON Raphaël et RUAUD André-François, Science-fiction. Les Frontières de la modernité, Lyon : éd. Mnémos, 2008.

JAMESON Frederic, Archaeologies of the Future: The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, Verso, 2007.

KUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction, trad. de Gilles Hénault, Qéubec : Presses de l’Université du Québec, 1977.

LAMARRE Thomas, The Anime Machine: A Media Theory of Animation, Minneapolis: University of Minnesota Press, 2009.

LYNN Daneel, “The Long and Winding Road to Science Fiction: A Brief Overview of SF Development in Taiwan”, Foundation: The International Review of Science Fiction, n°94, 2005.

LANGLET Irène, La science-fiction : Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006.

PACQUET Darcy, New Korean Cinema: Breaking the Waves, Wallflower Press, 2010.

RAGONE August, Eiji Tsuburaya: Master of Monsters: Defending the Earth with Ultraman, Godzilla, and Friends in the Golden Age of Japanese Science Fiction Film, San Francisco: Chronicle Books, 2014.

SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction, Montréal : Nota Bene, 2005.

SARDAR Ziauddin and CUBITT Sean (ed.), Aliens R Us: The Other in Science Fiction Cinema, London: Pluto Press, 2002.

TANAKA Motoko, Apocalypse in Contemporary Japanese Science Fiction, New York: Palgrave Macmillan, 2014.

WANG David Der-wei, Fin-de-siècle Splendor: Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1849-1911, Stanford: Stanford University Press, 1997.

WONG Kin Yuen, WESTFHAL Gary and CHAN Amy Kit-sze (ed.), World Weavers: Globalization, Science Fiction, and the Cybernetic Revolution, Hong Kong: Hong Kong UP, 2005.

WU Dingbo and MURPHY Patrick D. (ed.), Science Fiction From China, Westport: Praeger, 1989.

ZUR Dafna, “Let’s Go to the Moon: Science Fiction in the North Korean Children’s MagazineAdong Munhak, 1956–1965”, The Journal of Asian Studies, Vol.73, Issue 02, 2014, p.327-351.

Continuer la lecture de RESF N°9: Asie de l’Est (CFP)

RESF n°8: Houellebecq (CFP)

Les utopies de Michel Houellebecq : hybridation générique et poétique de l’ailleurs (ReS Futurae n°8, automne 2016)

Date limite d’envoi des propositions: 27 février 2016.

Dossier dirigé par Marc Atallah.

Depuis la parution de son premier roman, Extension du domaine de la lutte (1994), Michel Houellebecq n’a eu de cesse, outre sa posture parfois provocatrice, de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffractait et se réfléchissait la condition de l’homme postmoderne : la boîte de nuit (Extension du domaine de la lutte), l’esprit unique (Les Particules élémentaires, 1998) le club de vacances (Plateforme, 2001), les cellules monastiques des clones (La Possibilité d’une île, 2005) ou encore la maison de campagne (La Carte et le territoire, 2010). Il s’avère que ces utopies, bien loin d’être de simples artifices littéraires, rejoignent la tradition des récits qui, depuis le célèbre texte de Thomas More, cherchent à fabriquer un miroir à la fois herméneutique et heuristique qui renvoie une image distanciée de la société à partir de laquelle cette utopie est formée, en l’occurrence la nôtre.

Continuer la lecture de RESF n°8: Houellebecq (CFP)

Stage: traduction d’articles issus de Science Fiction Studies

Un stage de 3 mois est proposé par la revue Res Futurae, revue d’études sur la science-fiction.

OBJET DU STAGE

La revue Res Futurae (ReSF) propose un stage au sein de son comité de rédaction. La/le stagiaire aura à traduire en français de 3 à 4 articles scientifiques d’étude de la science-fiction , issus de la revue partenaire Science Fiction Studies. Elle/il travaillera en équipe avec au moins un membre du comité de rédaction de la revue ReSF. Continuer la lecture de Stage: traduction d’articles issus de Science Fiction Studies

RESF n°7: Le présent et ses doubles (CFP)

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueillera des articles issus de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXè et XXIè siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015). Nous souhaitons, grâce au présent appel à contributions, enrichir encore les perspectives ouvertes lors de ces premiers travaux.

[Lire le CFP et consulter le programme de la journée d’études]

Cette journée de la SELF XX-XXI a permis d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre : dans l’anticipation et l’uchronie, le rapport au présent se fait anamorphose, extrapolation, jeu symbolique ; l’exploration des possibles contemporains se glisse dans les interstices des représentations courantes, pour y susciter des figures nouvelles, dérangeantes et stimulantes ; le rapport au présent s’y fait alternativement ou simultanément intime, conflictuel, collectif.

Continuer la lecture de RESF n°7: Le présent et ses doubles (CFP)

Sur quelques infortunes dans les représentations de la circulation des âmes : à propos de « Transcendance »

transcendance afficheUn billet de Yannick Rumpala (université de Nice)

En dépit des critiques peu encourageantes, on peut décider d’aller voir un film en raison du sujet traité, en espérant malgré tout y trouver matière à réflexion. Prenons le récent Transcendance, par exemple. Le récit est en effet censé aborder la thématique de l’intelligence artificielle et traiter l’hypothèse du « mind uploading », autrement dit du téléchargement de l’esprit humain sur un support informatique. C’est en l’occurrence le sort que va connaître le personnage central du film, dont le ressort dramatique va tourner autour des doutes sur les véritables intentions de ce scientifique, une fois « téléchargé » dans une machine multipliant ses capacités. Au lieu de mourir après avoir été touché par une balle irradiée, tirée par le membre d’un groupe de résistance aux technologies de type NBIC (nano- et biotechnologies, informatique, sciences cognitives), le Dr. Will Caster, ou plutôt son esprit, va avoir la possibilité d’entrer dans une nouvelle existence : en fait, s’il peut survivre, c’est en étant transféré par sa femme dans un ordinateur qui laissait entrevoir une possibilité proche de devenir la première forme d’« intelligence artificielle ». Mais le mari (son avatar, plus exactement) entraîne alors la tout aussi brillante scientifique dans un projet qui semble finir par la dépasser, jusqu’à éroder profondément sa confiance initiale.

Alors que le film a majoritairement suscité des commentaires plutôt condescendants, on peut aussi trouver des raisons d’être plus clément, malgré ses défauts évidents (scénario bancal, incohérences narratives, sentimentalité envahissante, surcharges symboliques, etc.). Faire de la science-fiction, ou plus justement de l’anticipation, dans un contexte d’évolution technologique rapide n’a rien de facile. Comment rendre visuellement des recherches en « intelligence artificielle » et leurs avancées ? Leurs possibilités supposées ? Comment donner à voir les travaux qui ont lieu dans les laboratoires informatiques (mais pas seulement), notamment les travaux qui sont les plus exploratoires ? Idem pour l’agencement proliférant de connexions informatiques : ce qui se passe dans les réseaux, ce qui y circule ne se voit pas. Dans notre monde à la densité technologique croissante, beaucoup de dispositifs techniques n’apparaissent plus que comme des « boîtes noires », qui de fait demandent souvent un investissement important avant d’arriver à un début de compréhension de leur fonctionnement.

Un des services rendus par le registre hypothétique de la science-fiction est justement d’amener à se poser des questions. Et, de ce point de vue, Transcendance est un film qui peut au moins avoir quelques arguments à faire valoir (au-delà de la citation d’Albert Einstein pompeusement reprise sur l’affiche). Par exemple, comme métaphore de l’absorption ou de la dissolution de l’humain dans la technique. Que reste-t-il encore d’humain dans cette transplantation machinique, a fortiori lorsqu’elle peut augmenter par elle-même ses capacités ? Qu’est-ce qu’un contact de plus en plus intime change dans le rapport aux machines ? Le philosophe Günther Anders, inquiet de certaines avancées techniques, avait déjà souligné l’enjeu qu’il y a à pouvoir représenter les conséquences des inventions humaines.

Maladroitement, les concepteurs du film essayent aussi de rentrer dans les débats éthiques, voire les interrogations métaphysiques, que ces technologies peuvent susciter. Les humains, avec plus ou moins de conscience, semblent prêts à faire confiance à des algorithmes ou des artefacts hautement évolués. Aux limites des évolutions envisageables, l’intelligence ultime touche au divin (d’où les nombreuses et parfois lourdes allusions christiques dans le film). Comme si, en devenant une puissance transcendante, une intelligence en croissance exponentielle finissait par pouvoir saisir l’ensemble des paramètres du monde, agir sur eux, dominer la matière…

Et encore, le film n’aborde qu’une partie de certains enjeux, comme la surveillance généralisée et les prolongements médicaux des nanotechnologies. En creux, par l’opposition violente des activistes du R.I.F.T. (« Revolutionary Independence From Technology »), le groupe néo-luddite qui décime quelques équipes de chercheurs et tue le personnage joué par Johnny Depp, le film permet de pointer l’absence d’espace de débats sur ces nouvelles technologies. Quelles capacités vise ce type de recherches ? Pour quels usages ? Avec quels risques ?

Comparé à la littérature de science-fiction, le film souffre d’ailleurs d’un retard notable. Cette dernière a de fait déjà problématisé la question de la régulation du niveau d’intelligence des machines. Dans l’univers de Neuromancien de William Gibson (1984), c’est le rôle de la « police de Turing ». Toutes les intelligences artificielles sont en effet censées être inscrites dans un « registre » et leurs capacités sont contrôlées pour pouvoir être maintenues dans certaines limites. Dans Le fleuve des dieux, roman d’Ian McDonald (2004), les intelligences artificielles ont été classées en trois niveaux et celles du niveau le plus élevé (la « Génération Trois ») sont interdites et même pourchassées par un service policier spécialisé.

En définitive, on peut comprendre que beaucoup de spectateurs partis voir Transcendance terminent les presque deux heures de film avec une espèce de frustration. Peut-être en s’interrogeant alors sur ce qui n’a pas fonctionné et sur les raisons pour lesquelles le film n’a pas été poussé plus loin (y compris dans la forme, qui reste relativement plate). Mais idéalement, et comme souvent pour les objets étudiés en sciences sociales, il ne faudrait pas analyser simplement une œuvre cinématographique comme un produit fini ; il faudrait pouvoir aussi rentrer dans ses conditions d’élaboration.

Yannick Rumpala
rumpala@unice.fr

Les super-héros à la Maison d’Ailleurs (Yverdon, Suisse)

comics yverdon

Les univers colorés des super-héros nous sont aujourd’hui familiers, du moins dans leur veine cinématographique : Superman, Batman, Spider-Man et autres Avengers se rencontrent sur grand écran – sans oublier de se disputer, saison après saison, la première place au box-office. Il faudrait vraiment choisir de se tenir en marge des salles obscures pour ne pas reconnaître que ces films constituent un phénomène sans précédent – un phénomène qui a d’ailleurs modifié le paysage culturel contemporain, comme le rappelle Jean-Marc Lainé (in Super- héros ! La Puissance des masques, 2011) : « il n’y a pas un été sans qu’un grand film de super- héros n’attire les foules, ni une semaine sans que la télévision n’en propose des rediffusions ».

Tout droit sortis de ce que l’on appelle les comic books, ces personnages hauts en couleur – au croisement des aventuriers qui ont fait la gloire des pulp magazines de science-fiction au début du XXe siècle, des monstres de foire et des héros de la littérature populaire – se sont en effet emparés des blockbusters hollywoodiens. Or, s’ils investissent autant notre quotidien, si leurs signes distinctifs se déclinent dans tant d’horizons différents (jouets, publicités, vêtements, anthologies…) et s’ils sont devenus les sources de l’imaginaire d’un nombre croissant d’artistes – pensons à Adrian Tranquilli (IT), Gilles Barbier (FR), Mathias Schmied (CH/FR), Alexandre Nicolas (FR) et Audrey Piguet (CH) –, c’est apparemment parce qu’en eux se joue quelque chose d’essentiel à propos de la condition humaine.

La Maison d’Ailleurs a décidé de rendre hommage à cette « culture comics »… lire la suite sur le site de la Maison d’Ailleurs

Télécharger le dossier de presse en PDF: Yverdon 2014 Dossier de presse

Contact: Marc Atallah, directeur du musée.