Archives de catégorie : Annonces

RESF 21 Fictions climatiques (CFP)

Appel à contributions pour le dossier n° 21 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Nadège Pérelle nadege.perelle@univ-eiffel.fr

English version below

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent être remises le 15 octobre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 mai 2022, les retours d’évaluation seront donnés en septembre 2022 pour une parution au deuxième semestre 2023.

Les auteurs et autrices sont invité.es à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Cet appel à communication s’inscrit dans la continuité du colloque international du programme PARVIS[1] de l’I-SITE FUTURE (https://parvis.hypotheses.org/a-propos) « La ville dans les fictions climatiques » qui s’est tenu en mai 2021. Il était consacré aux imaginaires urbains futuristes (https://parvis.hypotheses.org/2102).

Ce numéro de la revue ReS Futurae propose d’étudier les fictions climatiques, genre plurimédiatique émergent, récemment abordé par les études science-fictionnelles notamment dans l’ouvrage Science Fiction and Climate Change: A Sociological Approach de Andrew Milner et J.R. Burgmann (2020) ainsi que dans le n° 136 de ScieFiction Studies (novembre 2018)[2].

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi calqué sur sci-fi inventé par le journaliste Dan Blom en 2007) désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, du « nouveau régime climatique » (Latour, 2015). Naguère simple décor, le climat est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). La recherche actuelle discute des origines du phénomène, ou tout du moins tente d’identifier des œuvres à recatégoriser en fictions climatiques. Nous relevons des points de convergence autour de trois romans qui fictionnaliseraient le changement climatique anthropique : The Lathe of Heaven d’Ursula Le Guin (1971) ; Heat de Arthur Herzog (1977) et The Sea and Summer (1987) de George Turner (Goodbody et Adeline Johns-Putra, 2019 ; Andersen, 2020 ; Milner et Burgmann, 2020).

Certaines études s’attachent à relire des œuvres bien antérieures – en particulier aux rapports scientifiques majeurs sur le changement climatique (The Limits to Growth autrement nommé « Rapport Meadows » (1970) ou le premier rapport d’évaluation du GIEC (1990) – comme des œuvres constituant les archives des imaginaires de la cli-fi contemporaine. Il s’agirait d’une proto-cli-fi, celle-ci prenant racine dans The Grapes of Wrath de John Steinbeck (1939) (Perrin, 2020) pour la recherche en cli-fi anglophone et chez Jules Verne pour la cli-fi française. Les années quatre-vingt-dix verraient le genre se consolider pour croître de manière exponentielle durant les deux premières décennies du vingt-et-unième siècle. 

Il s’agira ici d’explorer différents aspects de cet objet protéiforme jusqu’ici peu étudié par la recherche française et notamment ses liens avec la science-fiction.

  • La climate fiction comme genre littéraire : le syntagme climate fiction existe en concurrence avec de nombreux substituts taxinomiques, « science fiction climatique », « fictions de l’Anthropocène », « fictions du changement climatique », « écofictions », dont il serait utile de clarifier le régime de généricité.  Nous nous emploierons à préciser si la climate fiction forme un vaste et puissant sur-genre de la « fiction de la crise », un genre autonome, un sous-genre de la science-fiction, un méta-genre ou autre hypothèse encore une catégorie transgénérique. En quoi tenter de trancher entre ces options éclaire-t-il le fonctionnement de la généricité médiatique contemporaine voire renouvelle-t-il la  pensée des  genres ?
  • Le rapport à la science-fiction : cet axe vise d’une part à articuler la cli-fi à la science-fiction mais également à mesurer les apports des études sur la SF à l’analyse de ces œuvres. Une attention particulière pourra être portée sur les spécificités de la poétique cli-fi au regard de la poétique SF. Nous pourrons nous attarder par exemple sur les altérités lexicales. Plus largement encore les caractéristiques de la SF apparaissent-ils dans la cli-fi ? Y a-t-il un estrangement cognitif en jeu dans les fictions climatiques et en particulier qu’est-ce qui le suscite, le régule ? Est-ce que la nécessité de faire exister littérairement le climat entraîne des effets mesurables sur la construction du récit, sur le lexique, sur l’usage et la place des descriptions ?
  • Le rapport à la science : Nous invitons à réfléchir aux façons dont les fictions climatiques engagent la culture scientifique, en particulier, climatique dans ses récits. En questionnant, notamment- et en comparant science-fiction et fiction climatique dans leurs rapports entre science et fiction. Y a-t-il une hard cli-fi ? Il s’agirait de mettre en perspective les modalités d’intégration des discours scientifiques liés à l’Anthropocène d’un point de vue stylistique notamment Dans cette continuité pourront être interrogés et par exemple recensés les « effets de science » dans ces récits et notamment en lien avec la climatologie et ce sans cesser de questionner « le climat » : où arrête-t-on l’idée même de climat ? Comment fait-on exister dans la fiction quelque chose d’aussi complexe, polymorphe, systémique, hors d’échelle que « le climat » ? Conjointement un parallèle entre histoire des sciences (ou des discours sur la science) et histoire littéraire de la cli-fi pourrait être tissé.
  • Une histoire littéraire : une généalogie médiatique et médiatisée du genre se constitue depuis une dizaine d’années. Elle se construit non seulement par la recherche universitaire depuis Anthropocene Fictions: The Novel in a Time of Climate Change d’Adam Trexler (2015) jusqu’à la thèse de Claire Perrin « La sécheresse et le changement climatique dans les romans états-uniens de John Steinbeck à la cli-fi » (2020), mais aussi ses consommateur.rice.s. Toutefois cette généalogie est sujette à débats . Une consolidation de l’histoire des imaginaires climatiques serait nécessaire. À quand faire remonter la naissance du genre ? Certains titres surnagent : L’Épopée de Gilgamesh, Sans dessus dessous de Jules Verne, The Grapes of Wrath de John Steinbeck, La Quadrilogie apocalyptique de J.G. Ballard, Quels sont les corpus et quelles méthodologies pour les identifier ? Que dire du méta-récit de l’histoire du genre en cours de construction ?
  • Un champ littéraire en formation : nous souhaitons initier une cartographie des acteurs et actrices du genre. Qui sont les auteur.es de la climate fiction : des scientifiques, érudit.es, militant.es du climat ? Dans quelles maisons d’édition et dans quelles collections sont publiées ces œuvres ? Quelle est la place de l’autoédition ?Nous pourrons aussi réfléchir à la réception des fictions climatiques en poursuivant les travaux de réception effleurés par Matthiew Schneider-Mayerson dans son article « The Influence of Climate Fiction: An Empirical Survey of Readers » (2018) ; en examinant les pratiques des consommateur.rice.s. de fictions climatiques et en interrogeant leurs liens avec les pratiques, usages et sociabilités de celleux de science-fiction. Fans de science-fiction et de fictions climatiques convergent-ils ?
  • Horizons médiatiques : même si la littérature constitue le champ d’étude privilégié de ce dossier, nous accueillerons toute proposition qui soit à même de lier une étude du corpus littéraire avec des analyses portant sur des œuvres cinématographiques, graphiques ou artistiques.

L’objectif est de scruter ce phénomène plurimédiatique en construction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. Les articles devront être rédigés en français ou en anglais et compteront entre 25 000 et 30 000 signes. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec la directrice du numéro (nadege.perelle@univ-eiffel.fr).


English version

Climate fiction | Call for papers for ReS Futurae Issue n° 21

Issue directed by Nadège Pérelle nadege.perelle@univ-eiffel.fr

Deadlines

Proposals for contributions (approx. 250 words abstracts), accompanied by a brief bio-bibliography, must be submitted for October 15th, 2021 at the latest. After a first selection, a first draft of the articles will be due on May 15th, 2022, feedback from the scientific committee will be received at the end of November 2021 at the latest ; the issue is scheduled for publication as the 21st issue in the second half of 2023.  

Authors are invited to consult the instructions to authors (consignes aux auteurs).

Argument

This call for papers follows the international colloquium of the PARVIS[1] programme « The city in climate fictions »   organised by the I-SITE FUTURE (https://parvis.hypotheses.org/a-propos). Held in May 2021,  it discussed futuristic urban imaginaries (https://parvis.hypotheses.org/2102).

This issue of ReS Futurae offers to study climate fiction, an emerging multi-media genre, recently examined by science fiction studies, notably in the book Science Fiction and Climate Change: A Sociological Approach by Andrew Milner and J.R. Burgmann (2020) as well as in the 136th issue of Science Fiction Studies (November 2018)[2].

Climate fiction: the name of this genre, which first appeared in English (“climate fiction”, abbreviated cli-fi, modelled on the phrase sci-fi as invented by the journalist Dan Bloom in 2007), refers to a vast set of stories involving a direct or indirect consideration of the “new climate regime” (Latour, 2015). Once simply their backdrop, climate has become a trigger in their diegesis, or their main theme. Works of climate fiction range from post-apocalyptic fiction to disaster novels, from scientific thrillers to hard science fiction; but there are also thrillers, noir fiction, romance, young adult literature, and “general literature” (Langlet, 2020). Today scholarship focuses on the origins of the phenomenon, or at least attempts to identify works that may be recategorised as climate fiction. Three pioneering novels fictionalize anthropogenic climate change: Ursula Le Guin’s The Lathe of Heaven (1971); Arthur Herzog’s Heat (1977) and George Turner’s The Sea and Summer (1987) (Goodbody and Adeline Johns-Putra, 2019; Andersen, 2020; Milner and Burgmann, 2020).

Some studies are committed to rereading works which predate the major scientific reports on climate change (The Limits to Growth, otherwise known as “the Meadows Report” (1970), or the first evaluation report of the IPPCC (1990)) as works making up the archive of contemporary cli-fi imaginaries. These works, such as John Steinbeck’s The Grapes of Wrath (1939) (Perrin, 2020) with respect to English-speaking cli-fi and Jules Verne’s works with respect to French cli-fi, constitute a proto-cli-fi. The nineties would see the genre firm up and then grow exponentially in the first two decades of the twenty-first century.

The aim here is to explore different aspects of this protean object, hitherto little studied by French research, particularly its links with science fiction:

Climate fiction as a literary genre: the phrase climate fiction exists in competition with numerous taxonomic substitutes, such as « climate science fiction », « Anthropocene fiction », « climate change fiction », « ecofiction », the genericity of which should be clarified. We will try to clarify whether climate fiction forms a vast and powerful super-genre of « crisis fiction », an autonomous genre, a sub-genre of science fiction, a meta-genre or – another hypothesis – a trans-generic category. How does weighing up these different options shed light on the way contemporary media genericity functions and even renew the way genre is thought ?

The relationship to science fiction: this axis aims on the one hand to study the relationship between cli-fi and sci-fi, and on the other hand how sci-fi studies have contributed to the analysis of these works. Particular attention will be given to the specificities of cli-fi poetics in relation to SF poetics. For instance, we can focus on lexical alterities. More broadly, do the characteristics of SF appear in cli-fi? Is there a cognitive estrangement to be found in climate fictions? What are its triggers and internal regulations? How does giving a literary existence to climate influence the narrative, the vocabulary, the use and location of descriptions within the text?

The relationship to science: we invite you to reflect on the forms through which climate fiction partakes in scientific culture in its narratives, especially with respect to climate science. The focus should be more particularly put on examining and comparing science fiction and climate fiction in their relationship between science and fiction. Is there a hard cli-fi? This would involve putting into perspective the ways in which the scientific discourse on the Anthropocene is integrated from a stylistic point of view. Along the same lines, particular attention could be given to the « effects of science » in these stories, the list of which could be made, especially in relation to climatology. Climate should at last come into consideration: where does the very idea of climate end? How can one give a literary existence to something as complex, polymorphic, systemic and out of scale as “climate”? Similarly, a parallel could be drawn between the history of science (or that of discourses on science) and the literary history of cli-fi.

A literary history of cli-fi: a media genealogy and mediatised genealogy of the genre has been elaborated in the last ten years. It has been built by academics and their works, from Adam Trexler’s Anthropocene Fictions: The Novel in a Time of Climate Change (2015) to Claire Perrin’s thesis “Drought and Climate Change in American Novels from John Steinbeck to Cli-Fi” (2020), as well as by its consumers. However, this genealogy is a matter of debate. It is necessary to strengthen the history written on the imagining of climate. When was the genre born? Some titles do stand out: The Epic of Gilgamesh, Jules Verne’s The Purchase of the North Pole, John Steinbeck’s The Grapes of Wrath, J.G. Ballard’s Apocalyptic Quadrilogy, etc. What are the corpuses and what are the methodologies used to identify them? What about the meta-narrative which the history of cli-fi, still in the making, is becoming ?

A literary field in formation: we wish to initiate a cartography of the genre and its contributors. Who are the authors of climate fiction: scientists, scholars, climate activists? In which publishing companies and in which collections are these works published?  What is the place of self-publishing? We could also think about the reception of climate fiction by taking up the work on reception outlined by Matthew Schneider-Mayerson in his article « The Influence of Climate Fiction: An Empirical Survey of Readers » (2018); by examining the practices of climate fiction readers and by looking at how they can be compared with the practices, uses and sociabilities of science fiction fans. Are science fiction fans and climate fiction fans the same?

– Media horizons: although the focus of this issue is literature, any proposal linking the study of any literary corpus with an analyis of cinematographic, graphic or artistic works is welcome.

The aim is to examine this multi-media phenomenon under construction. The articles may be based on any critical approach and concern any cultural and/or linguistic area. Articles should be written in French or English and should be between 25,000 and 30,000 characters long. For further information or proposals outside the scope of the call, please contact the director of the issue (nadege.perelle@univ-eiffel.fr).

Fiction (liste indicative)

  • Andrevon Jean-Pierre, Retour à la Terre (3 vol.), Paris : Denoël, 1975-1977.
  • Atwood Margaret, Le Dernier Homme (Oryx And Crake, 2003), traduit de l’anglais par Michèle Alabaret-Maatsch, Paris : Robert Laffont, 2005.
  • Atwood Margaret, Le Temps du déluge (The Year of the Flood, 2009), traduit de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Paris : Robert Laffont, 2009.
  • Atwood Margaret, MaddAddam (2013), traduit de l’anglais par Patrick Dusoulier, Paris : Robert Laffont, 2014.
  • Bacigalupi Paolo, Ferrailleurs des mers (Ship Breaker, 2010), traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris : J’ai Lu, coll. « Science- Fiction », 2018.
  • Bacigalupi Paolo, La Fille automate (The Windup Girl, 2009), traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris : J’ai Lu, coll. « Science- Fiction », 2013.
  • Bacigalupi Paolo, Water Knife (The Water Knife, 2015), traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris : J’ai Lu, coll. « Science-Fiction », 2018.
  • Ballard James Graham, The Wind from Nowhere, London, Berkley, 1962.
  • Ballard James Graham, The Drowned World, London, Berkley, 1962.
  • Ballard James Graham, The Burning World, London, Berkley, 1964.
  • Ballard James Graham, The Crystal World, London, Berkley, 1966.
  • Baqué Joël, La Fonte des glaces, Paris : P.O.L., 2017.
  • Barnes John, La Mère des tempêtes (Mother of Storms, 1994), traduit de l’anglais américain par Jean-Daniel Brèque, Paris : Robert Laffont, 1998.
  • Butler Octavia, La Parabole du semeur (Parable of the Sower, 1993), traduit de l’anglais par Philippe Rouard, La Laune : Au Diable Vauvert, 2001.
  • Christopher John, Terre brûlée (No Blade of Grass/ The Death of Grass, 1956), traduit de l’anglais par Alain Dorémieux, Paris : Le Livre de Poche, coll. « SF », 1979.
  • Crichton Michael, État d’urgence (State of Fear, 2004), traduit de l’anglais par Patrick Berthon, Paris : Robert Laffont, 2005.
  • Herzog Arthur, Heat, New York : Simon and Schuster, 1976.
  • Kingsolver Barbara, Dans la lumière (Flight Behavior, 2012), traduit de l’anglais par Martine Aubert, Paris : Éditions Payot et Rivages, 2013.
  •  Kingsolver Barbara, Unsheltered, Londres : Faber and Faber, 2018.
  • Legendre Nathalie, Mosa Wosa, Nantes : L’Atalante, 2015.
  • Le Guin Ursula, The Lathe of Heaven, Gollancz, 1971
  • Ligny Jean-Marc, AquaTM, Nantes : L’Atalante, 2006.
  • Ligny Jean-Marc, Exodes, Paris : Gallimard, 2012.
  • Ligny Jean-Marc, Semences, Nantes : L’Atalante, 2015.
  • Maja Lunde, Bleue (Bla, 2017), traduit du norvégien par Marina Heide, Paris : Presses de la Cité, 2019.
  • McEwan Ian, Solaire (Solar, 2010), traduit de l’anglais par France Camus-Pichon, Paris : Gallimard, 2011.
  • Rich Nathaniel, Paris sur l’avenir (Odds Against Tomorrow, 2013), traduit de l’anglais par Camille de Chevigny, Paris : Éditions du Sous-sol, 2015.
  • Robinson Kim Stanley, La Trilogie martienne (Mars Trilogy), traduit de l’anglais par Michel Demuth et Dominique Haas, Paris : Omnibus, 2012.
  • Robinson Kim Stanley, Green Earth (The Science in the Capital), Del Rey, 2015.
  • Robinson Kim Stanley, 2312 (2012), traduit de l’anglais par Thierry Arson, Arles : Actes Sud, coll. « Babel », 2019.
  • Robinson Kim Stanley, New York 2140 (2017), traduit de l’anglais par Thierry Arson, Arles : Actes Sud, 2019.
  • Silverberg Robert, Ciel brûlant de minuit (Hot Sky at Midnight, 1993), traduit de l’anglais américain par Patrick Berthon, Paris : Robert Laffont, 1995.
  • Spinrad Norman, Bleue comme une orange (Greenhouse Summer, 1999), traduit de l’anglais par Roland C. Wagner, Paris : J’ai lu, 2004.
  • Touzot Pierre-Yves, Terre lointaine, Nantes : Amalthée, 2008.
  • Turner George, The Sea and Summer, Londres : Faber and Faber, 1987.
  • Vaye Watkins Claire, Les Sables de l’Amargosa (Gold Fame Citrus, 2015), traduit de l’anglais par Sarah Gurcel, Paris : Albin Michel, 2017.
  • Wright Ronald, Chronique des jours à venir (A Scientific Romance, 1997), traduit de l’anglais par Henri Theureau, Arles : Actes Sud, 2007.

Ressources critiques (sélection)

  • Afeissa Hicham-Stéphane, « Imaginaire du dernier homme et éthique environnementale », Raison publique, n° 17, hiver 2012, p. 33-46.
  • Andersen Gregers, Climate Fiction and Cultural Analysis: A New Perspective on Life in the Anthropocene, Routledge, New York, 2019.
  • Buell Frederick, From Apocalypse to Way of Life, Londres et New York : Routledge, 2003.
  • Chelebourg Christian, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, 2012.
  • Clode Danielle et Stasiak Monika, « Fictional Depictions of Climate Change », International Journal of Climate Change, vol. 5, n° 4, 2014, p. 19-29.
  • Dahlstrom Michael F., « Using Narratives and Storytelling to Communicate Science with Nonexpert Audiences », PNAS, vol. 111, septembre 2014, p. 13614-13620.
  • Deliu Ana-Maria, « The Anthropocene and the Global Environmental Crisis. Rethinking Modernity in a New Epoch », Metacritic Journal for Comparative Studies and Theory, vol. 3, n° 1, p. 226-231.
  • Evans Rebecca, « Fantastic Futures?: Cli-fi, Climate Justice, and Queer Futurity », Resilience: A Journal of the Environmental Humanities, vol. 4, n° 2, 2017, p. 94-110.
  • Fassbinder Samuel Day, « The Literature of the Anthropocene: Four Reviews », Capitalism, Nature, Socialism, vol. 28, n° 1, mars 2017, p. 139-148.
  • Fiskio Janet, « Apocalypse and Ecotopia: Narratives in Global Climate Change Discourse », Race, Gender & Class Journal, vol. 19, n° 1/2, 2012, p. 12-36.
  • Ghosh Amitav, The Great Derangement. Climate Change and the Unthinkable, Chicago : The University of Chicago Press, 2016.
  • Goodbody Axel et Johns-Putra Adeline, Cli-fi, A Companion, Oxford : Peter Lang, 2019.
  • Johns-Putra Adeline, « Climate Change in Literature and Literary Studies: From Cli-fi, Climate Change Theater and Ecopoetry to Ecocriticism and Climate Change Criticism », WIREs Climate Change, vol. 7, 2016, p. 266-282.
  • Johns-Putra Adeline (éd.), Climate and Literature, Cambridge : Cambridge University Press, 2019.
  • Kaplan E. Ann, Climate trauma: foreseeing the future in dystopian film and fiction, New Brunswick New Jersey : Rutgers University Press, 2015.
  • Lafontaine Tania, Science Fiction Theory and Ecocriticism: Environments and Nature in Eco-dystopian and Post-apocalyptic Novels, Sarrebruck, Allemagne : LAP Lambert, 2016.
  • Langlet Irène, « Cli-fi & Sci-fi. Littératures de genre et crise climatique », La Vie des idées, [en ligne], 7 juillet 2020, [consulté le 1er juillet 2021], URL : https://laviedesidees.fr/Cli-fi-Sci-fi.html
  • Latour Bruno, Face à Gaïa : huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015.
  • Mehnert Antonia, Climate Change Fictions: Representations of Global Warming in American Literature, Bâle, Suisse : Springer International Publishing, 2016.
  • Milner Andrew, et al. « Ice, fire and flood: Science fiction and the Anthropocene », Thesis Eleven, vol. 131, n° 1, 2015, p. 12-27.
  • Paik Peter Y., From Utopia to Apocalypse. Science Fiction and the Politics of Catastrophe, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2010.
  • Perrin Claire, La sécheresse et le changement climatique dans les romans états-uniens de John Steinbeck à la cli-fi, thèse d’études anglophones, sous la direction de Pascale Amiot et Bénédicte Meillon, université de Perpignan Via Domitia, soutenue en décembre 2020.
  • Rumpala Yannick, Hors des décombres du monde : écologie, science-fiction et éthique du futur, Ceyzérieu : Champ Vallon, 2018.
  • Schneider-Mayerson Matthew, « The Influence of Climate Fiction: an Empirical Survey of Readers », Environmental Humanities, vol. 10, n° 2, 2018, p. 473-500.
  • Szabo Ellen Briana, Saving the World One Word at a Time: Writing Cli-Fi, CreateSpace :  Independent Publishing, 2015.
  • Trexler Adam, Anthropocene Fictions: The Novel in a Time of Climate Change, Charlottesville: University of Virginia Press, 2015.

[1] Colloque Parvis : https://parvis.hypotheses.org/category/colloque

[2] Science Fiction Studies : https://www.depauw.edu/sfs/

RESF 17 : Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Comité de rédaction de Res Futurae

Éditorial

Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Sous la direction de Simon Bréan et Daniel Tron

Simon Bréan

Cinéma/Science-fiction : vers un changement de paradigme critique ?  – Cinema/Science Fiction: towards a critical paradigm shift?

Gaspard Delon

Blockbuster de science-fiction : étendue, extension, morcellement du territoire – Science fiction blockbuster: extent, expansion, fragmentation of the field

Marianne Kac-Vergne

Le féminisme au secours des franchises de science-fiction : le cas de Mad Max : Fury Road (2015) et Ghostbusters (2016) Can feminism relaunch a science fiction franchise? An analysis of Ghostbusters (2016) and Mad Max: Fury Road (2015)

Orlane Glises de la Rivière

Représentations du temps et de l’espace en science-fiction : du roman à l’écran – Representation of time and space in science-fiction: from books to films

Emmanuel Buzay

De la bibliothèque au « Tesseract » : une représentation borgésienne de la littérature dans le film de Christopher Nolan Interstellar (2014)  – From the library to the “Tesseract”: a Borgesian representation of literature in Christopher Nolan’s Interstellar (2014)

Simon Bréan

Filiation et novum temporel : le cas d’Interstellar et d’Arrival – Filiation and temporal novum: a case study of Insterstellar and Arrival

En direct de Science Fiction Studies

Robert Yeates

Décadence urbaine et Hors-la-loi sexuels dans l’univers de Blade Runner – Urban Decay and Sexual Outlaws in the Blade Runner Universe

Siobhan Carroll

Perdus dans l’espace : survivre à la mondialisation dans Gravity et Seul sur Mars – Lost in Space: Surviving Globalization in Gravity and The Martian

En direct de Foundation

Andrew M. Butler

Les mythes défigurés : la destruction de Londres dans les films de science-fiction post-millénaires – Disfigured Myths: The Destruction of London in Postmillennial SF Film

Samantha Kountz

Nous venons en paix : l’immigration dans les films de science-fiction après la Guerre Froide – We Come in Peace: Immigration in Post-Cold War Science Fiction Film

Comptes rendus

Jérôme Goffette

Elaine Després, Le Posthumain descend-il du singe ? Littérature, évolution et cybernétique (2020)

RESF 20 Théorie(s) de la science-fiction (CFP)

Appel à publication pour le n°20 de ReS Futurae

Dossier : Théorie(s) de la science-fiction

Dossier dirigé par Irène Langlet (univ. Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs

Lire l’appel sur le site de la revue.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Continuer la lecture de RESF 20 Théorie(s) de la science-fiction (CFP)

Stage: relecture d’articles et de traductions

Un stage de 3 mois est proposé à un·e étudiant·e de M2 recherche par la revue Res Futurae, revue d’études sur la science-fiction.

OBJET DU STAGE

La revue Res Futurae (ReSF) propose un stage au sein de son comité éditorial. La/le stagiaire aura à relire les articles scientifiques et les traductions, pour corriger des erreurs de typographie, syntaxe et orthographe, dans la dernière phase de travail avant le stylage numérique et la mise en ligne. Elle/il travaillera en équipe avec au moins un membre du comité éditorial de la revue ReSF.

Environnement de travail

Le stage se déroulera principalement à distance. Des entrevues en présence pourront avoir lieu sur le campus Descartes de l’université Gustave Eiffel (dans le respect des consignes sanitaires).

Le stage est d’une durée de 3 mois entre avril et fin septembre 2021 (dates précises à négocier).

SAVOIRS, COMPÉTENCES TECHNIQUES ET QUALITÉS PERSONNELLES APPRÉCIÉS

L’étudiant·e doit être inscrit dans une formation de M2 recherche.

  • Très bonne connaissance du français et de l’anglais courants.
  • Connaissance du français et de l’anglais académiques.
  • Connaissance de la théorie critique de la littérature.
  • Une connaissance de la science-fiction littéraire et médiatique est un atout majeur.
  • Bonnes capacités d’organisation.
  • Goût du travail en équipe.
  • Goût du travail à distance.

 MODALITÉS

L’étudiant·e doit être inscrit dans une formation de M2 recherche.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à transmettre par courriel jusqu’au 26 mars à Irène Langlet: irene.langlet@u-pem.fr

  • Début du stage : à partir du 1er avril 2021, stage à temps plein.
  • Fin du stage : 3 mois après le début du stage et au plus tard le 30 septembre 2021.
  • Gratification de stage : 3,90€ horaires.
  • Responsable de stage : Irène Langlet
  • Tuteur de stage : membre(s) du comité éditorial de ReSF
  • Lieu du stage : EA 4120 LISAA, travail principalement à distance.

Image par Pete Linforth de Pixabay (https://pixabay.com/fr/illustrations/science-fiction-%C3%A9nergie-arri%C3%A8re-plan-1755919/)

RESF 16 Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fic tion

Crédits : Barbara A Lane
Sous la direction de Yves Iehl et Jean Nimis

Les formes brèves (récit ou épisode de série TV) qui mettent en jeu la science-fiction présentent l’intérêt de déployer des univers possibles sous une forme kaléidoscopique. Ainsi, notre « habitation dans le monde » se trouve interrogée par la multiplication de ces points de vue du futur et des « perspectives anticipatrices » qui en proposent un aperçu.
 

RESF 19 (CFP): Séries télévisées de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier du n°19 de ReS Futurae (2022)

Dossier dirigé par

  • Florent Favard, IECA univ. de Lorraine (favard.florent@gmail.com)
  • Hélène Machinal, UBO (ln.machinal@gmail.com)

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir aux deux responsables le 15 décembre 2020 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juin 2021, pour une parution au premier semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Continuer la lecture de RESF 19 (CFP): Séries télévisées de science-fiction

Résistances de/dans/par la science-fiction : regards politiques (pour le 15 septembre 2020)

Le 8ème Congrès de l’ABSP, conjointement organisé avec la 9ème édition du CoSPoF (congrès des associations francophones de science politique), se tiendra du 07 au 09 avril 2021 à l’Université Libre de Bruxelles sur la thématiques des « Résistances ». 

Les propositions de communications sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2020 aux responsables des ST ainsi qu’à l’adresse mail info@absp.be. Celles-ci devront être limitées à 500 mots.

Responsables de la ST : 

  • Marc ATTALLAH (Université de Lausanne) – matallah@ailleurs.ch
  • Yannick RUMPALA (Université Côte d’Azur) – rumpala@unice.fr
  • Virginie TOURNAY (SciencesPo Paris) – virginie.tournay@sciencespo.fr

Appel à communications : 

De manière plus complexe que les images simplistes dont elle se voit trop souvent affublée, la science-fiction est un univers de résistances : son histoire éditoriale aux lisières des genres canoniques et les thématiques de révolte – d’humains ou de non-humains, d’ailleurs – qu’elle a largement incorporées en sont des illustrations parmi tant d’autres. Sur un plan scientifique, les études francophones du politique semblent toutefois avoir peu travaillé cette dimension, alors que le genre a connu un développement notable et que son influence culturelle s’est étendue. Cette lacune est d’autant plus surprenante que les théories de la fiction ont montré que l’activité narrative possède des vertus de décentrement essentielles pour se penser autrement et que les effets peuvent être aussi politiques.

Il y a donc un certain nombre de points aveugles dans les relations entre science-fiction et politique que cette section thématique propose d’explorer en profitant de la ressource heuristique offerte par le thème général du congrès.

Trois axes d’exploration sont envisagés pour baliser cette section thématique :

  • la science-fiction comme forme de résistance et dissidence culturelle ;
  • les représentations des résistances dans la science-fiction ;
  • les utilisations de la science-fiction dans différentes formes d’actions collectives et de mobilisations.

1) La science-fiction a longtemps été un genre marginal, fréquemment considéré avec dédain, voire suspicion. Son histoire est aussi une histoire de luttes au sein du champ culturel. Produire de la science-fiction ou la défendre a pu pendant longtemps, et encore aujourd’hui, paraître comme une forme de résistance face à une culture dominante. On peut penser que l’enjeu n’était pas qu’un enjeu culturel et qu’il avait d’autres sources et implications qu’il peut être intéressant de faire (ré)émerger, du point de vue d’une fonction sociale et politique par exemple.

2) Révoltes et résistances y ont fréquemment fourni des ressorts narratifs. Les rebelles qui affrontent l’Empire dans la série Star Wars sont un exemple qui vient facilement à l’esprit, mais il a tendance à en occulter de multiples autres. On songe au développement de la science-fiction (éco)féministe, à l’afrofuturisme, à la veine dystopique, etc. Dans cet axe, il pourra s’agir de s’intéresser à la teneur politique ou idéologique plus ou moins apparente de ces récits, à ce qu’ils véhiculent comme représentations, problématisations, contenus critiques, etc., et à ce qu’ils disent du rapport à un certain ordre politique.

3) Une part de l’imaginaire de la science-fiction, par ses images et ses symboles, a pu être également utilisée pour être intégrée dans certains répertoires d’action de mouvements ou mobilisations. Les images, dans leurs multiples destins, peuvent en effet faire l’objet de réappropriations, notamment lorsqu’elles paraissent susceptibles de soutenir plus solidement un message ou une cause. Le film Avatar réalisé par James Cameron (2009) et la résistance qu’il met en scène contre une tentative de colonisation minière, symboliquement par les humains d’un corps expéditionnaire sur une autre planète, ont servi des inspirations politiques et des mobilisations. Pour porter leurs revendications, on a vu des militants reproduisant l’apparence des Na’vis, le peuple de Pandora, exolune où se déroule le récit[1]. Le genre offre-t-il des ressources que d’autres n’offrent pas ? Les auteur(e)s, d’ailleurs, peuvent aussi être dans une position militante, comme le montre récemment en France l’exemple du collectif Zanzibar qui propose de « désincarcérer le futur ».

À partir de la multiplicité des supports envisageables (littérature, théâtre, cinéma, séries télévisées, jeux vidéo, etc.), les propositions pourront s’inscrire dans l’un de ces axes ou à la croisée de plusieurs.

[1] Cf. Bruce Bennett, « Loving the Alien. Indigenous Protest and Neo-Colonial Violence in James Cameron’s Avatar », in Katarzyna Marciniak and Imogen Tyler (eds), Immigrant Protest: Politics, Aesthetics and Everyday Dissent, New York, SUNY Press, 2014.

RESF 17 Théâtre de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent lui parvenir le 15 décembre 2019 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juillet 2020, pour une parution au premier semestre 2021.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ?

Dans ce numéro de la revue ReS Futurae, il s’agira d’une part d’interroger l’histoire de la SF au théâtre depuis le xixe siècle au moins (les périodes antérieures ne sont pas exclues), des nombreuses adaptations de Frankenstein sur les scènes anglaises aux très récents spectacles se réclamant explicitement de la SF ou qui ont pu être assimilés à ce genre, tels que France-Fantôme de Tiffaine Raffier ou Quitter la terre de Joël Maillard, en passant par les théâtres de l’avant-garde européenne des années 1920. Dans quelle mesure ces œuvres relèveraient-elles de la SF ? Les thèmes et les motifs du genre répondent-ils au besoin ou à l’envie des artistes, dans le contexte artistique, écologique, économique, politique, social, etc., qui est le leur ? La SF interroge-t-elle, ici ou là, les conditions du théâtre ? L’œuvre réalisée est-elle à la hauteur du projet ? La dimension technique des spectacles, notamment par la mise à profit de savoirs dits d’avenir (hologramme, lévitation, prouesses audiovisuelles de toutes sortes, robotique, etc.), utilisés sérieusement ou au contraire tournés en dérision, est-elle par endroits définitoire du genre ? Y a-t-il eu des moments forts, dans l’histoire, où le théâtre et la SF se sont rencontrés ? Et que penser de la situation contemporaine, où la SF semble être en mesure d’assumer de nouvelles fonctions sur nos scènes ?

Il s’agira d’autre part de réfléchir à l’historiographie du théâtre de science-fiction en France et à l’étranger, en interrogeant les catégories génériques actuellement en usage avec lesquelles le théâtre de science-fiction voisine et/ou que le théâtre de SF subsume (utopie/dystopie, post-apocalypse, etc.), en prêtant attention à la dimension diachronique : le terme « science-fiction » étant par exemple plutôt tardif en français, on prendra en compte la diversité des conceptions antérieures telles que « anticipation », « merveilleux scientifique », « voyages extraordinaires », etc. Il pourra être utile, en outre, de s’interroger sur les problèmes posés par la circulation des termes spécialisés dans divers cercles sociaux, où ils sont souvent utilisés de manière assez lâche, loin de leur définition restreinte (à l’instar de « fantastique » et « futuriste »), et sur les enjeux que présente leur traduction dans d’autres langues. Comment les artistes, les chercheurs et les journalistes ont-ils organisé ces différents genres entre eux, « science-fiction » comprise, dans les divers espaces culturels et linguistiques qui sont les leurs, et comment continuent-ils de le faire ? Sur le plan historiographique, un tel début d’inventaire devrait permettre d’évaluer l’éventuel gain et la pertinence d’une (ré)habilitation du terme « science-fiction » pour unifier et stimuler les recherches sur un domaine fragmenté, dont la connaissance s’avère fragmentaire.

Sur la base d’études de cas, l’ambition est d’assembler les premiers éléments utiles à une cartographie du théâtre de science-fiction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. En principe, les articles devront être rédigés en français. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec le directeur du numéro (romain.bionda@unil.ch).

Éléments de bibliographie :

  • « Theatre » (20.10.2011), dans The Encyclopedia of Science Fiction, en ligne, 12.08.2018 : http://www.sf-encyclopedia.com/entry/theatre.
  • TrOPICS, n° 2, Théâtre et Utopie, dir. Françoise Sylvos, en ligne, 2015 : https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-2.
  • BIONDA Romain, « Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu », dans Revue d’histoire du théâtre, n° 282, « Varia », 2019, p. 119-138 ; également en ligne : https://sht.asso.fr/ou-est-passe-le-theatre-de-science-fiction-histoire-et-historiographie-dun-genre-inapercu/.
  • BOURASSA GAUDREAULT Catherine, « Le théâtre de science-fiction d’après Ralph Willingham », dans Jeu, n° 144, Sciences et technologies, dir. Étienne Bourdages, 2012, p. 104-111.
  • CARRERA GARRIDO Miguel, « Teatro 1960-1990 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p.  225-249.
  • FORRY Steven Earl, Hideous Progenies: Dramatizations of Frankenstein from Mary Shelley to the Present, Philadelphie, University of Pennsylvanie Press, 1990.
  • KRZYWKOWSKI Isabelle, « Le théâtre des machines », Machines à écrire. Littérature et technologies du xixe au xxie siècle, Grenoble, Ellug, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques », 2010, p. 154-162.
  • LOPEZ-PELLISA Teresa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, Madrid et Francfort, Iberoamericana / Vervuert, 2018.
  • Id., « Teatro 1990-2015 », dans id. (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 251-277.
  • MARTIN RODRIGUEZ Mariano, « El teatro hasta 1960 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 195-221.
  • MILNER Andrew, « Science Fiction and the Literary Field », dans Science Fiction Studies, vol. 38, n° 3, 2011, p. 393-411 ; trad. Julie Stéphanie Normandin et ReSF, dans Res Futurae, n° 6, 2015 : https://journals.openedition.org/resf/749.
  • PLASSARD Didier, L’Acteur en effigie. Figures de l’homme artificiel dans le théâtre des avant-gardes historiques : Allemagne, France, Italie, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Théâtre années 20 », 1992.
  • RUSS Johanna, « Towards an Aesthetic of Science Fiction », dans Science Fiction Studies, vol. 2, n° 6, 1975, p. 112-119 ; trad. Samuel Minne, dans ReS Futurae, n° 2, La Science-fiction, rue d’Ulm, en ligne, 2013 : https://journals.openedition.org/resf/291#ftn1.
  • VERSINS Pierre, « Théâtre », Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), 2nde éd., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1984, p. 878-880.
  • WILLINGHAM Ralph, Science Fiction and the Theatre. Contribution to the Study of Science Fiction and Fantasy, Westport CT, Greenwood Press, 1994.

Bourse de thèse : la ville dans la climate fiction (UPEM, Marne-la-Vallée)

Luc Schuiten, Vision future de la ville de Shanghaï en fonction des années, 2012

PARVIS (I-Site FUTURE) — thèse financée : « La ville dans les fictions climatiques »

Appel à candidatures

Le projet « PARVIS – PARoles de VilleS » lance un appel à candidatures pour une thèse financée en littératures et études culturelles contemporaines. Le sujet éclairera la question de la ville dans les fictions climatiques.

Les candidat·e·s proposeront un sujet qui permet à la fois une vue d’ensemble substantielle de la fiction climatique actuelle, dans tous ses sous-genres, et une interprétation ciblée des problématiques urbaines en son sein. Cette thèse doit en effet s’insérer dans le programme de recherche « Paroles de Villes — PARVIS » de l’I-Site FUTURE, à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM). Le programme étudiera les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes reflété dans les médias et dans les discours des décideurs, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation. Le projet mènera cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales et populaires, cultures médiatiques, discours sociaux). La recherche doctorale devra dialoguer avec tous les groupes de travail du projet (https://parvis.hypotheses.org/). Une contextualisation multimédiatique sera donc indispensable, même si le coeur de la recherche portera sur les supports littéraires.

Continuer la lecture de Bourse de thèse : la ville dans la climate fiction (UPEM, Marne-la-Vallée)

Foundation n°130 – In Frankenstein’s Wake

La revue Res Futurae vient de nouer un nouveau partenariat avec son aînée Foundation : The International Review of Science Fiction (http://www.sf-foundation.org/). Nous publierons régulièrement ici, comme c’est déjà le cas avec Science Fiction Studies, les annonces de parution des nouveaux numéros.

La revue académique Res Futurae n’existerait pas sans le soutien bienveillant de ses aînées, qui ont ouvert il y a plus de quarante ans le champ des science fiction studies. Après Science Fiction Studies (fondée en 1973) qui nous offre depuis 2010 un accès gracieux à tout son catalogue d’articles, c’est la revue Foundation : The International Review of Science Fiction (fondée en 1972) qui a accepté un partenariat du même ordre, grâce à deux missions à l’université de Liverpool. C’est là que se tiennent le siège et les archives de la Science Fiction Foundation qui édite la revue, et où s’est faite la rencontre avec deux de ses actuels responsables, Paul March-Russell et Andy Sawyer. Nous en tirons autant de fierté que de reconnaissance, et nous ouvrons donc avec grand plaisir dans cette douzième édition la rubrique « En direct de Foundation », pilotée par Alice Ray comme « En direct de Science Fiction Studies ».

Irène Langlet, « Editorial », ReS Futurae [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 22 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/2209

Foundation n°130 : Special Section – In Frankenstein’s Wake

Paul March-Russell: Editorial
Emily Cox: Denuding the Gynoid: The Woman Machine as Bare Life in Alex Garland’s Ex Machina

Special Section – In Frankenstein’s Wake

Ashley Gordon: The Promethean Daemonic from Frankenstein’s Creature to Ridley Scott’s Alien
Richard Leahy: Superintelligence and Mental Anxiety from Mary Shelley to Ted Chiang
Martine Mussies: Frankenstein and The Lure: Border Crossing Creatures Through a Feminist Lens
Amanda Pavani: The Man-Machine and the Machine-Man: Frankenstein, Synners and He, She and It

Features:

Anne Charnock: The Fourfold Library (7): Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale
Paul Kincaid: Did You Read What I Wrote?
Andy Sawyer: Farewell to Foundation: A Quarter-Century of Reviewing

Conference Reports:

Kathryn E. Heffner: Imagining the History of the Future
Powder Thompson: Shakespeare and Science Fiction
Anna McFarlane: Embodiment in Science Fiction and Fantasy

Book Reviews:

Bodhisattva Chattopadhyay: Lem Cells
Chiara Cigarini: On Chinese Science Fiction
Lance Conley: Brian Willems, Speculative Realism and Science Fiction
Matthew De Abaitua: Simon O’Sullivan et al, eds. Futures and Fictions
Audrey Taylor: Suzanne Bray, ed. Dimensions of Madeleine L’Engle
Alison Tedman: Peter W. Lee, ed. A Galaxy Here and Now
Jane CoomberSewell: Jane Yolen, The Emerald Circus
Tom Kewin: Alastair Reynolds, Elysium Fire
Chris Pak : M. John Harrison, You Should Come with Me Now
Steve Shaviro: Chris Beckett, America City

RESF n°12 : Science-fiction et jeu vidéo

Lorsque Spacewar, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. La thématique spatiale que ce précurseur exploite traverse encore une grande partie de la production vidéoludique. De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction. Ce numéro de Res Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique.

Irène Langlet –Editorial [Texte intégral]

JEUX VIDÉO ET SCIENCE-FICTION

Sous la direction de Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten

Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –L’espace science-fictionnel (au sein) du jeu vidéo [Texte intégral]

Guillaume Baychelier –Apports de l’iconographie sidérale aux problématiques spatiales vidéoludiques : le cas des jeux vidéo horrifiques [Texte intégral]

Estelle Dalleu –Jeu vidéo et science-fiction >> de mode texte en code texte  [Texte intégral]

Jean-Charles Ray et Simon Laperrière –Une constellation nommée Argo – L’errance dans la science-fiction vidéoludique [Texte intégral]

Fleur Hopkins –Voyage au centre de la chair : l’exploration miniature du corps hum – ain dans les jeux vidéo [Texte intégral]

Clément Personnic et Yannick Kernec’h –Mettre en jeu le voyage dans le temps : de la réappropriation vidéoludique d’un sous-genre de la science-fiction [Texte intégral]

Sonny Walbrou – Le corps du joueur et l’écran traversé : récurrences et circulation d’un motif. [Texte intégral]

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

David M. Higgins –Rêves d’accumulation : l’économie dans les jeux vidéo de science-fiction [Texte intégral]

Lars Schmeink –« Piller, Tuer, Survivre » : Apocalypse zombie, exploration et expérience vécue dans DayZ [Texte intégral]

EN DIRECT DE FOUNDATION

Paweł Frelik –Changer la réalité : les mods des jeux vidéo, la (micro)politique et les genres de l’imaginaire [Texte intégral]

ENTRETIENS

Mathieu Triclot et Fanny Barnabé –Entretien avec Mathieu Triclot [Texte intégral]

Alain Damasio, Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –Interview d’Alain Damasio [Texte intégral]

COMPTES RENDUS

Jean-Louis Trudel –Fanny Lignon, dir., Genre et jeux vidéo (2015) [Texte intégral]

Jean-Loup Héraud –Jean-Clet Martin, Logique de la science-fiction : de Hegel à Philip K. Dick (2017) [Texte intégral]

Pierre-Yves Houlmont – Tringham N. R., Science Fiction Video Games (2014) [Texte intégral]

 

Crédit image à la une : Image d’un écran affichant Spacewar (1962).Tous droits réservés.

Science Fiction Studies numéro 136

Le numéro 136 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Numéro spécial sur la SF et le bouleversement climatique (Ed: Brent Ryan Bellamy & Veronica Hollinger)

Dès le XIXè et le premier XXè siècles, le topos du changement climatique intègre une rhétorique économique qui voit la politique climatique comme une compétition entre  nations rivales. Textes de Jules Verne, Mark Twain,  George Griffith. Les scénarios de contrôle, émergence ou monopole sont conceptualisés comme des grands récits capitalistes. A l’extrême, des récits de prise de contrôle armé. L’économie des premières fictions climatiques nous a préparés, et  potentiellement conditionnés, à voir le climat comme une ressource pour laquelle il est envisageable d’engager un conflit armé.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 136

Science Fiction Studies numéro 135

Le numéro 135 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Michael Griffin and Nicole Lobdell

Mary Shelley’s Frankenstein at 200 (full text)

Jed Mayer

The Weird Ecologies of Mary Shelley’s Frankenstein

Abstract. As many critics have observed, Frankenstein was composed during a dramatic and calamitous, and for many years unexplained, climatic shift in 1816, the so-called “year without a summer.” This essay argues that Shelley’s imaginative response to that “wet, ungenial summer” produced a novel that may be read as the first imaginative response to climate change, its concern with disturbing developments in science and technology strangely tied to its preoccupation with weird weather. H.P. Lovecraft has famously described the weird as “a malign and particular suspension or defeat of [the] fixed laws of Nature,” and I argue that this quality makes weird fiction the most appropriate imaginative literature for our current predicament. Calling Frankenstein the first work of weird fiction offers us a longer and more substantial history for this seemingly marginal subgenre and further emphasizes the genre’s ongoing relationship with the emerging ecologies of the Anthropocene. It also enables us better to theorize the role of fear and loathing in confronting the effects of climate change and to recognize these responses with an ethic of care for the more-than-human world.


Shannon N. Conley

An Age of Frankenstein: Monstrous Motifs, Imaginative Capacities, and Assisted Reproductive Technologies

Abstract. Using approaches from Science and Technology Studies (STS), political theory, and literary criticism, this paper investigates the use of monstrous motifs in British approaches to the governance of reproductive technologies and the role of the literary imagination as an “anticipatory” governance capacity in thinking through new and emerging technologies. The analysis is divided into three cases. The first case discusses the social and scientific context from which Frankenstein (1818) emerged. It draws from insights in literary criticism to explore motifs related to reproduction, birth, and monstrosity within the text and Mary Shelley’s own life. The second case discusses the context surrounding the publication of Aldous Huxley’s Brave New World (1932). It serves as a transition, linking Shelley and Frankenstein to modern considerations of reproduction and technology. The third case examines the context leading up to the birth of “test-tube baby” Louise Brown in 1978 and the how the stories, metaphors, and themes generated by Frankenstein and Brave New World permeated the debates around the innovation of reproductive technologies in Britain.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 135

ReSF n°11 : Maurice Renard

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Irène Langlet Éditorial

MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

ARTICLES DE MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

VARIA

COMPTES RENDUS

 

ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

Échéances

 Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 juillet 2018 à Alain Boillat (alain.boillat@unil.ch). La date de remise des articles est fixée au 31 janvier 2019.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une certaine « para-littérature », avec le médium bédéique lui-même (voir l’appel à souscription en vue de la création d’un « Club des Bandes Dessinées » à la suite d’un article du Genevois Pierre Strinati dans le numéro 92 de la revue Fiction), le processus de légitimation porte autant sur la science-fiction que sur la bande dessinée elle-même, comme en témoignent des jalons tels que Barbarella, la création des Humanoïdes associés et de la revue Metal Hurlant ou certaines réalisations de type « roman graphique » (Tardi, Berberian et Mardon, Serges Clerc,…).

Destinées à contribuer à une histoire du genre dans la bande dessinée franco-belge (avec une ouverture au Québec et à la Suisse romande), les études proposées prendront en compte les spécificités sémiotiques, pragmatiques (contexte de production/diffusion/réception), représentationnelles, esthétiques et narratives des productions étudiées. Cette démarche peut avantageusement se faire comparatiste en mettant les œuvres francophones en regard de comics ou d’autres productions médiatiques. Il s’agira avant tout de repérer et de définir en quoi la bande dessinée formule de manière spécifique certains enjeux de l’étude de la science-fiction en général.

Continuer la lecture de ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée