Archives de catégorie : Annonces

RESF 17 (CFP) Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent lui parvenir le 15 décembre 2019 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juillet 2020, pour une parution au premier semestre 2021.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ?

Dans ce numéro de la revue ReS Futurae, il s’agira d’une part d’interroger l’histoire de la SF au théâtre depuis le xixe siècle au moins (les périodes antérieures ne sont pas exclues), des nombreuses adaptations de Frankenstein sur les scènes anglaises aux très récents spectacles se réclamant explicitement de la SF ou qui ont pu être assimilés à ce genre, tels que France-Fantôme de Tiffaine Raffier ou Quitter la terre de Joël Maillard, en passant par les théâtres de l’avant-garde européenne des années 1920. Dans quelle mesure ces œuvres relèveraient-elles de la SF ? Les thèmes et les motifs du genre répondent-ils au besoin ou à l’envie des artistes, dans le contexte artistique, écologique, économique, politique, social, etc., qui est le leur ? La SF interroge-t-elle, ici ou là, les conditions du théâtre ? L’œuvre réalisée est-elle à la hauteur du projet ? La dimension technique des spectacles, notamment par la mise à profit de savoirs dits d’avenir (hologramme, lévitation, prouesses audiovisuelles de toutes sortes, robotique, etc.), utilisés sérieusement ou au contraire tournés en dérision, est-elle par endroits définitoire du genre ? Y a-t-il eu des moments forts, dans l’histoire, où le théâtre et la SF se sont rencontrés ? Et que penser de la situation contemporaine, où la SF semble être en mesure d’assumer de nouvelles fonctions sur nos scènes ?

Il s’agira d’autre part de réfléchir à l’historiographie du théâtre de science-fiction en France et à l’étranger, en interrogeant les catégories génériques actuellement en usage avec lesquelles le théâtre de science-fiction voisine et/ou que le théâtre de SF subsume (utopie/dystopie, post-apocalypse, etc.), en prêtant attention à la dimension diachronique : le terme « science-fiction » étant par exemple plutôt tardif en français, on prendra en compte la diversité des conceptions antérieures telles que « anticipation », « merveilleux scientifique », « voyages extraordinaires », etc. Il pourra être utile, en outre, de s’interroger sur les problèmes posés par la circulation des termes spécialisés dans divers cercles sociaux, où ils sont souvent utilisés de manière assez lâche, loin de leur définition restreinte (à l’instar de « fantastique » et « futuriste »), et sur les enjeux que présente leur traduction dans d’autres langues. Comment les artistes, les chercheurs et les journalistes ont-ils organisé ces différents genres entre eux, « science-fiction » comprise, dans les divers espaces culturels et linguistiques qui sont les leurs, et comment continuent-ils de le faire ? Sur le plan historiographique, un tel début d’inventaire devrait permettre d’évaluer l’éventuel gain et la pertinence d’une (ré)habilitation du terme « science-fiction » pour unifier et stimuler les recherches sur un domaine fragmenté, dont la connaissance s’avère fragmentaire.

Sur la base d’études de cas, l’ambition est d’assembler les premiers éléments utiles à une cartographie du théâtre de science-fiction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. En principe, les articles devront être rédigés en français. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec le directeur du numéro (romain.bionda@unil.ch).

Éléments de bibliographie :

  • « Theatre » (20.10.2011), dans The Encyclopedia of Science Fiction, en ligne, 12.08.2018 : http://www.sf-encyclopedia.com/entry/theatre.
  • TrOPICS, n° 2, Théâtre et Utopie, dir. Françoise Sylvos, en ligne, 2015 : https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-2.
  • BIONDA Romain, « Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu », dans Revue d’histoire du théâtre, n° 282, « Varia », 2019, p. 119-138 ; également en ligne : https://sht.asso.fr/ou-est-passe-le-theatre-de-science-fiction-histoire-et-historiographie-dun-genre-inapercu/.
  • BOURASSA GAUDREAULT Catherine, « Le théâtre de science-fiction d’après Ralph Willingham », dans Jeu, n° 144, Sciences et technologies, dir. Étienne Bourdages, 2012, p. 104-111.
  • CARRERA GARRIDO Miguel, « Teatro 1960-1990 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p.  225-249.
  • FORRY Steven Earl, Hideous Progenies: Dramatizations of Frankenstein from Mary Shelley to the Present, Philadelphie, University of Pennsylvanie Press, 1990.
  • KRZYWKOWSKI Isabelle, « Le théâtre des machines », Machines à écrire. Littérature et technologies du xixe au xxie siècle, Grenoble, Ellug, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques », 2010, p. 154-162.
  • LOPEZ-PELLISA Teresa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, Madrid et Francfort, Iberoamericana / Vervuert, 2018.
  • Id., « Teatro 1990-2015 », dans id. (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 251-277.
  • MARTIN RODRIGUEZ Mariano, « El teatro hasta 1960 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 195-221.
  • MILNER Andrew, « Science Fiction and the Literary Field », dans Science Fiction Studies, vol. 38, n° 3, 2011, p. 393-411 ; trad. Julie Stéphanie Normandin et ReSF, dans Res Futurae, n° 6, 2015 : https://journals.openedition.org/resf/749.
  • PLASSARD Didier, L’Acteur en effigie. Figures de l’homme artificiel dans le théâtre des avant-gardes historiques : Allemagne, France, Italie, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Théâtre années 20 », 1992.
  • RUSS Johanna, « Towards an Aesthetic of Science Fiction », dans Science Fiction Studies, vol. 2, n° 6, 1975, p. 112-119 ; trad. Samuel Minne, dans ReS Futurae, n° 2, La Science-fiction, rue d’Ulm, en ligne, 2013 : https://journals.openedition.org/resf/291#ftn1.
  • VERSINS Pierre, « Théâtre », Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), 2nde éd., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1984, p. 878-880.
  • WILLINGHAM Ralph, Science Fiction and the Theatre. Contribution to the Study of Science Fiction and Fantasy, Westport CT, Greenwood Press, 1994.

Bourse de thèse : la ville dans la climate fiction (UPEM, Marne-la-Vallée)

Luc Schuiten, Vision future de la ville de Shanghaï en fonction des années, 2012

PARVIS (I-Site FUTURE) — thèse financée : « La ville dans les fictions climatiques »

Appel à candidatures

Le projet « PARVIS – PARoles de VilleS » lance un appel à candidatures pour une thèse financée en littératures et études culturelles contemporaines. Le sujet éclairera la question de la ville dans les fictions climatiques.

Les candidat·e·s proposeront un sujet qui permet à la fois une vue d’ensemble substantielle de la fiction climatique actuelle, dans tous ses sous-genres, et une interprétation ciblée des problématiques urbaines en son sein. Cette thèse doit en effet s’insérer dans le programme de recherche « Paroles de Villes — PARVIS » de l’I-Site FUTURE, à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM). Le programme étudiera les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes reflété dans les médias et dans les discours des décideurs, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation. Le projet mènera cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales et populaires, cultures médiatiques, discours sociaux). La recherche doctorale devra dialoguer avec tous les groupes de travail du projet (https://parvis.hypotheses.org/). Une contextualisation multimédiatique sera donc indispensable, même si le coeur de la recherche portera sur les supports littéraires.

La thèse devra mettre en perspective le courant littéraire se développant actuellement autour de la « climate fiction » (« cli-fi », fiction climatique). Il s’agira d’en interroger les caractéristiques interdisciplinaires, à la croisée de la littérature, des sciences humaines et des sciences exactes, pour identifier selon quels procédés et avec quelle pertinence les récits de fiction parviennent à susciter des représentations liées aux changements climatiques, dans un registre utopique, dystopique ou apocalyptique. La détermination précise du sujet pourra être affinée après concertation avec la directrice de thèse. On précise ici seulement quelques grandes orientations dégagées par des travaux pionniers (voir indications bibliographiques).

On pourra s’inscrire, par exemple (mais sans nulle exclusive), dans les perspectives ouvertes par les études rassemblées dans le n°136 de Science Fiction Studies, partenaire du projet, et replacer la littérature, notamment de SF, dans un contexte culturel qui engage toutes les sciences de l’homme, du vivant et de la matière. Des formes différentes (description, allégorie, modèle abstrait, matérialité immanente, apocalypse lente…) impliquent-elles des régimes de compréhension différents ? Que se passe-t-il lorsque la science-fiction se superpose à la crise climatique : les événements frappants du thriller ou le rythme plus lent de la longue durée soigneusement réfléchie (planet opera) ? Comment le climat apparaît-il selon ces différentes formes : en avant-plan ou en arrière-plan, en levier narratif ou en socle du monde fictif ? Quels sont les auteurs et les oeuvres qui formeraient une culture littéraire de la crise climatique ? Peut-on imaginer un lien entre l’estrangement cognitif propre à la science-fiction et la défamiliarisation entraînée par des néologismes tels que l’Anthropocène, les hyperobjets, le nécrocapitalisme ? Les intersections entre littérature, science-fiction et crise climatique en termes historiques, critiques et théoriques invitent à varier les sous-genres (cli-fi, petrofiction, slipstream, afrofuturisme) et les périmètres de contextualisation. Par exemple, à la lumière du régime énergétique : quelles différences y a-t-il entre les figurations de la crise du charbon et les représentations du désastre nucléaire ? Comment notre utilisation de l’énergie affecte-t-elle la portée de l’écriture ?

Les grandes orientations du projet PARVIS, consultables en ligne, permettront aux candidat·e·s de se positionner clairement dans l’équipe.

Indications bibliographiques

  • Science Fiction Studies, dossier spécial « Climate Crisis », n°136, novembre 2018.
  • Canavan Gerry,  Robinson Kim Stanley, Green Planets: Ecology and Science Fiction, Wesleyan University Press, 2014.
  • Chelebourg Christian, Les écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, 2012
  • Chelebourg Christian (ed), Ecofictions & Cli-Fi, Presses universitaires de Lorraine, 2019 [actes de colloque]
  • Mehnert Antonia, Climate Change Fictions : Representations of Global Warming in American Literature, Palgrave MacMillan, 2016.
  • Trexler Adam, Anthropocene Fictions : The Novel in a Time of Climate Change, University of Virginia Press, 2015.
  • Streeby Shelley, Imagining the Future in a Time of Climate Change, University of California Press, 2018.

Profil attendu

Le poste de doctorant·e est mis au concours avec une prise de fonction au 1er septembre 2019 (date négociable) et pour une durée de financement de 3 ans. Le contenu précis de la thèse pourra s’adapter au profil du candidat, dans le respect des grandes orientations précisées dans ce document.

Dans les cas d’interdisciplinarité, une attention particulière sera apportée à l’accompagnement de la thèse, pour une reconnaissance des travaux dans le(s) section(s) CNU impliquées (co-direction, comités de suivi de thèse, notamment).

Les candidat·e·s doivent avoir obtenu, ou être en voie de valider (au plus tard à la prise de fonction), un diplôme de Master ou équivalent, dans les disciplines suivantes : littérature française, francophone ou comparée ; disciplines du projet PARVIS, ou susceptibles d’être pertinentes dans les thématiques de celui-ci : environnement, écologie, arts-sciences, sociologie, histoire, études culturelles, architecture, géographie, urbanisme, etc.

Les candidat·e·s issu·e·s de disciplines non littéraires veilleront à clarifier dans leur dossier leurs compétences d’analyse et de commentaire (formation et/ou intérêts dans les domaines littéraires). Il·elle·s doivent, en tout état de cause, être intéressé·e·s par l’idée de mener leur recherche dans un environnement de recherche interdisciplinaire, être prêts à élaborer une thèse dans le cadre du programme PARVIS et avoir de solides compétences en langue française (niveau C1 minimum), ainsi qu’en anglais.

Modalités de candidature

Le dossier doit être envoyé en un seul fichier PDF paginé, jusqu’au 8 juillet 2019, à

Irène Langlet : irene.langlet@u-pem.fr

Il comportera, dans cet ordre,

  • un CV,
  • une lettre de motivation,
  • une esquisse du projet de thèse (10 pages maximum),
  • une présentation brève du projet de thèse (1 page recto)
  • deux lettres de recommandation
  • une copie d’une pièce d’identité et des diplômes,
  • le ou les mémoire(s) de Master

Les entretiens de sélection des candidats retenus auront lieu à Marne-la-Vallée ou par visioconférence le 11 juillet 2019.

Renseignements et contact

Irène Langlet : irene.langlet@u-pem.fr

Foundation n°130 – In Frankenstein’s Wake

La revue Res Futurae vient de nouer un nouveau partenariat avec son aînée Foundation : The International Review of Science Fiction (http://www.sf-foundation.org/). Nous publierons régulièrement ici, comme c’est déjà le cas avec Science Fiction Studies, les annonces de parution des nouveaux numéros.

La revue académique Res Futurae n’existerait pas sans le soutien bienveillant de ses aînées, qui ont ouvert il y a plus de quarante ans le champ des science fiction studies. Après Science Fiction Studies (fondée en 1973) qui nous offre depuis 2010 un accès gracieux à tout son catalogue d’articles, c’est la revue Foundation : The International Review of Science Fiction (fondée en 1972) qui a accepté un partenariat du même ordre, grâce à deux missions à l’université de Liverpool. C’est là que se tiennent le siège et les archives de la Science Fiction Foundation qui édite la revue, et où s’est faite la rencontre avec deux de ses actuels responsables, Paul March-Russell et Andy Sawyer. Nous en tirons autant de fierté que de reconnaissance, et nous ouvrons donc avec grand plaisir dans cette douzième édition la rubrique « En direct de Foundation », pilotée par Alice Ray comme « En direct de Science Fiction Studies ».

Irène Langlet, « Editorial », ReS Futurae [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 22 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/2209

Foundation n°130 : Special Section – In Frankenstein’s Wake

Paul March-Russell: Editorial
Emily Cox: Denuding the Gynoid: The Woman Machine as Bare Life in Alex Garland’s Ex Machina

Special Section – In Frankenstein’s Wake

Ashley Gordon: The Promethean Daemonic from Frankenstein’s Creature to Ridley Scott’s Alien
Richard Leahy: Superintelligence and Mental Anxiety from Mary Shelley to Ted Chiang
Martine Mussies: Frankenstein and The Lure: Border Crossing Creatures Through a Feminist Lens
Amanda Pavani: The Man-Machine and the Machine-Man: Frankenstein, Synners and He, She and It

Features:

Anne Charnock: The Fourfold Library (7): Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale
Paul Kincaid: Did You Read What I Wrote?
Andy Sawyer: Farewell to Foundation: A Quarter-Century of Reviewing

Conference Reports:

Kathryn E. Heffner: Imagining the History of the Future
Powder Thompson: Shakespeare and Science Fiction
Anna McFarlane: Embodiment in Science Fiction and Fantasy

Book Reviews:

Bodhisattva Chattopadhyay: Lem Cells
Chiara Cigarini: On Chinese Science Fiction
Lance Conley: Brian Willems, Speculative Realism and Science Fiction
Matthew De Abaitua: Simon O’Sullivan et al, eds. Futures and Fictions
Audrey Taylor: Suzanne Bray, ed. Dimensions of Madeleine L’Engle
Alison Tedman: Peter W. Lee, ed. A Galaxy Here and Now
Jane CoomberSewell: Jane Yolen, The Emerald Circus
Tom Kewin: Alastair Reynolds, Elysium Fire
Chris Pak : M. John Harrison, You Should Come with Me Now
Steve Shaviro: Chris Beckett, America City

RESF n°12 : Science-fiction et jeu vidéo

Lorsque Spacewar, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. La thématique spatiale que ce précurseur exploite traverse encore une grande partie de la production vidéoludique. De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction. Ce numéro de Res Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique.

Irène Langlet –Editorial [Texte intégral]

JEUX VIDÉO ET SCIENCE-FICTION

Sous la direction de Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten

Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –L’espace science-fictionnel (au sein) du jeu vidéo [Texte intégral]

Guillaume Baychelier –Apports de l’iconographie sidérale aux problématiques spatiales vidéoludiques : le cas des jeux vidéo horrifiques [Texte intégral]

Estelle Dalleu –Jeu vidéo et science-fiction >> de mode texte en code texte  [Texte intégral]

Jean-Charles Ray et Simon Laperrière –Une constellation nommée Argo – L’errance dans la science-fiction vidéoludique [Texte intégral]

Fleur Hopkins –Voyage au centre de la chair : l’exploration miniature du corps hum – ain dans les jeux vidéo [Texte intégral]

Clément Personnic et Yannick Kernec’h –Mettre en jeu le voyage dans le temps : de la réappropriation vidéoludique d’un sous-genre de la science-fiction [Texte intégral]

Sonny Walbrou – Le corps du joueur et l’écran traversé : récurrences et circulation d’un motif. [Texte intégral]

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

David M. Higgins –Rêves d’accumulation : l’économie dans les jeux vidéo de science-fiction [Texte intégral]

Lars Schmeink –« Piller, Tuer, Survivre » : Apocalypse zombie, exploration et expérience vécue dans DayZ [Texte intégral]

EN DIRECT DE FOUNDATION

Paweł Frelik –Changer la réalité : les mods des jeux vidéo, la (micro)politique et les genres de l’imaginaire [Texte intégral]

ENTRETIENS

Mathieu Triclot et Fanny Barnabé –Entretien avec Mathieu Triclot [Texte intégral]

Alain Damasio, Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –Interview d’Alain Damasio [Texte intégral]

COMPTES RENDUS

Jean-Louis Trudel –Fanny Lignon, dir., Genre et jeux vidéo (2015) [Texte intégral]

Jean-Loup Héraud –Jean-Clet Martin, Logique de la science-fiction : de Hegel à Philip K. Dick (2017) [Texte intégral]

Pierre-Yves Houlmont – Tringham N. R., Science Fiction Video Games (2014) [Texte intégral]

 

Crédit image à la une : Image d’un écran affichant Spacewar (1962).Tous droits réservés.

Science Fiction Studies numéro 136

Le numéro 136 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Numéro spécial sur la SF et le bouleversement climatique (Ed: Brent Ryan Bellamy & Veronica Hollinger)

Dès le XIXè et le premier XXè siècles, le topos du changement climatique intègre une rhétorique économique qui voit la politique climatique comme une compétition entre  nations rivales. Textes de Jules Verne, Mark Twain,  George Griffith. Les scénarios de contrôle, émergence ou monopole sont conceptualisés comme des grands récits capitalistes. A l’extrême, des récits de prise de contrôle armé. L’économie des premières fictions climatiques nous a préparés, et  potentiellement conditionnés, à voir le climat comme une ressource pour laquelle il est envisageable d’engager un conflit armé.

Carbon-fueled acceleration of global capitalism provides the main framework through which the interdisciplinary formation of the energy humanities approaches climate crisis. This essay attends to a no less consequential source of power, the atom, from an intersection of spaces, materialities, and enunciative positions that has received little scholarly attention. It focuses on the Russophone Kirghiz author Chingiz Aitmatov’s experimental hybrid of socialist realism, science fiction, and indigenous cosmology to explore a kind of atomic writing that emerged from the secret weapons development and testing sites zoned off on the “naked steppe” at the eastern margins of the Russian and Soviet empires. Challenging the logic of development, progress, sacrifice, and disposability in both capitalist and socialist modernity, the situated aesthetics of Central Asia’s nuclear fantastic generates a planetary consciousness of compound environmental catastrophe—even as it salvages the possibilities of a cosmopolitics for the Anthro-pocene.

This essay examines how Kim Stanley Robinson’s Shaman (2014) depicts the deep history of both humans and the Earth. Centered around humans living 32,000 years ago during the last ice age, it contributes to the genre of prehistoric fiction as well as, less obviously, climate fiction. As prehistoric fiction, it foregrounds the continuity of human identity across history, particularly our impulses toward art-making and science, and thereby challenges our sense of separation from the deep past. At the same time, Robinson’s novel may also be understood as climate fiction. Typically, climate fiction is associated with contemporary global warming, but this article approaches the genre in terms of its tendency to envision environments historically, a capacity referred to here as the “geohistorical imagination.” While Shaman shares this imagination with other climate fictions, it differs remarkably from most ice-age narratives because it describes the slow pace of glaciation and the persistence of daily life, rather than the apocalypse. Drawing out the consequences of this figuration of geohistory, this essay argues in conclusion that Shaman enables us to think historically about global warming and the Anthropocene.

Building on recent critical conversations about “science fictionality” as a quality that is present in, but not necessarily tethered to, the literary genre of science fiction, this essay articulates scientific and critical debates about the Anthropocene in terms of cognitive estrangement. It argues that the term “Anthropocene” acts simultaneously as nomenclature, as narrative, and as novum. Different definitions of and variations on “the Anthropocene” invoke varying narratives with specific origins, settings, characters, and resolutions. Meanwhile, each of these narratives has a distinct novum that produces different kinds of cognitively estranging relationships to hegemonic histories of Western modernity. The science fictionality of “the Anthropocene” as a concept reveals not only the strategic activation of cognitive estrangement beyond the bounds of science fiction, but also what is at stake in the way that science fiction focusing on climate change articulates a novum in relation to history, as well as futurity.

As a literature of the Anthropocene, contemporary narratives of terraforming and geoengineering draw on a rich tradition of stories that scrutinize the ecological, social, political, economic, and technological relationships that obtain between and within communities, institutions, and local and planetary environments. This article examines three contemporary terraforming and geoengineering narratives to investigate how such works theorize the Anthropocene. Drawing on Reza Negarestani’s “necrocracy” to understand how speculation about terraforming and geoengineering is both coherent with and antecedent to emerging theoretical concepts about climate change, this article examines representations of humankind’s expanding incorporation of the solar system in Ian McDonald’s Luna: New Moon (2016) and Kim Stanley Robinson’s 2312 (2012), and its critique in Robinson’s Aurora (2015). This article seeks to understand how orientations toward the transformation of planetary environments are configured, how responses to such plans are represented, and how such texts imagine the conjunction of geological processes and human agency. Ultimately, it argues that terraforming narratives can help scholars of science fiction and the environmental humanities think through concepts such as the Anthropocene and the dissipative economies of closed life-support systems.


The Syfy television series The Expanse (2015-) transposes a form of combined and uneven development from Earth to the solar system, making the human reality of life lived in space a central concern. The Expanse envisions a colonized solar system, replete with a United-Nations-controlled Terra and Luna, a military dictatorship on Mars, and a densely populated asteroid belt. This essay proposes that The Expanse offers an image of a worlds-system, by which we mean an interplanetary system of capital accumulation that reproduces the structure of twentieth-century geopolitical-economy at the level of the solar system. At one and the same time, The Expanse imagines a new cycle of accumulation founded in the planetary system and premised on ecological crisis on Earth and it provides a re-narration of the end of the cycle of accumulation that has been called the long twentieth century or the American century, which exasperated the climate crisis in the first instance. The Expanse is a pivotal narrative that promises a new interplanetary cycle of accumulation and its decline all at once, a fantasy of continuity that simultaneously dramatizes the contemporary crisis of futurity.

This paper draws on recent global speculative film and fiction that highlight guilt and remorse to think about what good might come out of feeling bad, focusing especially on how these texts use negative affective responses to encourage positive communal action. Afrodiasporic, African, and Indigenous and Aboriginal futurisms participate in widespread cultural debates about humanity’s responsibility to the environment: Cree-Canadian filmmaker Danis Goulet’s short fantasy film Wakening (2013), Nigerian-American Nnedi Okorafor’s petrofiction Lagoon (2014), Kenyan filmmaker Wanuri Kahiu’s short sf film Pumzi (2009), and Aboriginal Australian Alexis Wright’s climate-fiction The Swan Book (2013) explore alternative futures in which humans reestablish a sense of relation with their non-human counterparts. Negative emotions register not only as affective modes that signal constitutive relationality and an a priori responsibility to others, to the land, to other human beings and other species, but also invite reparative responses. Located in the interstices of environmental and postcolonial science fictions, these narratives can, at the very least, serve as antidotes both to complacency in light of the uneven planetary distribution of resources and to despair in the face of environmental devastation.

Since the 1950s, many Chinese sf narratives have explored facets of climate change and terraforming. This essay focuses on the atmospheric transformation project depicted in Chinese sf writer Zheng Wenguang’s Descendant of Mars (1983). I read the novel from two perspectives. The first situates it within the Chinese literary scene of the early 1980s, and I argue that Descendant reveals Zheng’s heartfelt skepticism about human interference with nature and climate, in the context specifically of Mao’s radical wars against nature in the 1950s and 1960s. Second, I situate Zheng’s Mars narrative within the topography of world sf. The novel features instances of geoengineering as a form of climate change mitigation and the characters’ different positions and debates about space colonization and terraforming resonate with ongoing debates about climate change and environmental ethics in today’s world.

Matters of politics and human history tend to be rendered meaningless when the climate crisis is described as a release of inhuman forces and/or something so complex as to be sublime. Why seek political power when the scale of climate change appears to dwarf human agency? Why adopt an historical perspective when the implications of global warming seem to stretch into deep time? Against these trends, this essay examines recent developments in weird fiction that move beyond some of the impasses afflicting the environmental humanities. More specifically, this essay turns to the ecological imaginations of Victor LaValle’s The Ballad of Black Tom and John Langan’s The Fisherman. Each title ends menacingly with the promise of rising seas, but not before they illustrate crucial links between climate change and our racist and patriarchal status quo. Stressing, after China Miéville, the abcanny quality of this status quo, these fictions chart a new path forward for the genre in the aftermath of the New Weird. Indeed, climate-oriented weird fiction renders visible the unequal experience of climate change, connects the crisis to ongoing histories of trauma and exploitation, and critically addresses common reactions, from the paralysis that arises when encountering the sublime to the misperception that this abcanny force is just comeuppance for past crimes.

REVIEW-ESSAY

  • Terry Harpold. “À la Hogarth”: Verne’s Robur the Conqueror.    

BOOKS IN REVIEW

  • Garforth’s Green Utopias: Environmental Hope Before and After Nature (Gerry Canavan).          

  • Ghosh’s The Great Derangement: Climate Change and the Unthinkable  (Ericka Hoagland).        

  • Streeby’s Imagining the Future of Climate Change (Conrad Scott).          

  • Ashley’s Science Fiction Magazines from 1981 to 1990 (Paul Kincaid).     

  • Benford/Westfahl/Hendrix/Miller’s Bridges to Science Fiction and Fantasy (Nicholas Ruddick).              

  • Bowler’s Prophets of Progress from H.G. Wells to Isaac Asimov (Patrick A. McCarthy).  

  • Burton’s The Philosophy of Science Fiction (Leslie J. Fernandez).              

  • Edri/Gurevitch’s Science Fiction beyond Borders (Keren Omry).

  • Garlington’s The Adventures of Acidman: Psychedelics and the Evolution of Consciousness in Science Fiction and Superhero Comics from the 1960s Onward(Eric Berlatsky).  

  • Hayles’s Unthought: The Power of the Cognitive Unconscious (Colin Milburn).

  • Hubble/MacCallum-Stewart/Norman’s The Science Fiction of Iain M. Banks (Chad Andrews).

  • James’s The Journals of Samuel Delany, Vol. 1 (Carl Freedman).               

  • López-Pellisa’s La Ciencia ficción en la cultura española (Sara Martín). 

  • Segaloff’s The Provocative Life of Harlan Ellison (Gary K. Wolfe).            

  • Telotte’s Animating the Science Fiction Imagination (Rick Cousins).       

  • Towlson’s Close Encounters of the Third Kind (David Hollands).

  • Trudel’s Petit Guide de la science-fiction au Québec (Amy Ransom).       

  • Wilson’s J.G. Ballard and Sellars’s Applied Ballardianism (Rob Latham).              

NOTES AND CORRESPONDENCE

  • Eulogy for Ursula K. Le Guin (Robert M. Philmus)            

  • SF and the Digital Humanities (Lisa Swanstrom)

  • Reply to Elana Gomel’s Review (Rob Latham)

  • Calls for Essays

  • Notes on Contributors

Science Fiction Studies numéro 135

Le numéro 135 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Michael Griffin and Nicole Lobdell

Mary Shelley’s Frankenstein at 200 (full text)

Jed Mayer

The Weird Ecologies of Mary Shelley’s Frankenstein

Abstract. As many critics have observed, Frankenstein was composed during a dramatic and calamitous, and for many years unexplained, climatic shift in 1816, the so-called “year without a summer.” This essay argues that Shelley’s imaginative response to that “wet, ungenial summer” produced a novel that may be read as the first imaginative response to climate change, its concern with disturbing developments in science and technology strangely tied to its preoccupation with weird weather. H.P. Lovecraft has famously described the weird as “a malign and particular suspension or defeat of [the] fixed laws of Nature,” and I argue that this quality makes weird fiction the most appropriate imaginative literature for our current predicament. Calling Frankenstein the first work of weird fiction offers us a longer and more substantial history for this seemingly marginal subgenre and further emphasizes the genre’s ongoing relationship with the emerging ecologies of the Anthropocene. It also enables us better to theorize the role of fear and loathing in confronting the effects of climate change and to recognize these responses with an ethic of care for the more-than-human world.


Shannon N. Conley

An Age of Frankenstein: Monstrous Motifs, Imaginative Capacities, and Assisted Reproductive Technologies

Abstract. Using approaches from Science and Technology Studies (STS), political theory, and literary criticism, this paper investigates the use of monstrous motifs in British approaches to the governance of reproductive technologies and the role of the literary imagination as an “anticipatory” governance capacity in thinking through new and emerging technologies. The analysis is divided into three cases. The first case discusses the social and scientific context from which Frankenstein (1818) emerged. It draws from insights in literary criticism to explore motifs related to reproduction, birth, and monstrosity within the text and Mary Shelley’s own life. The second case discusses the context surrounding the publication of Aldous Huxley’s Brave New World (1932). It serves as a transition, linking Shelley and Frankenstein to modern considerations of reproduction and technology. The third case examines the context leading up to the birth of “test-tube baby” Louise Brown in 1978 and the how the stories, metaphors, and themes generated by Frankenstein and Brave New World permeated the debates around the innovation of reproductive technologies in Britain.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 135

ReSF n°11 : Maurice Renard

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Irène Langlet Éditorial

MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

ARTICLES DE MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

VARIA

COMPTES RENDUS

 

ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

Échéances

 Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 juillet 2018 à Alain Boillat (alain.boillat@unil.ch). La date de remise des articles est fixée au 31 janvier 2019.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une certaine « para-littérature », avec le médium bédéique lui-même (voir l’appel à souscription en vue de la création d’un « Club des Bandes Dessinées » à la suite d’un article du Genevois Pierre Strinati dans le numéro 92 de la revue Fiction), le processus de légitimation porte autant sur la science-fiction que sur la bande dessinée elle-même, comme en témoignent des jalons tels que Barbarella, la création des Humanoïdes associés et de la revue Metal Hurlant ou certaines réalisations de type « roman graphique » (Tardi, Berberian et Mardon, Serges Clerc,…).

Destinées à contribuer à une histoire du genre dans la bande dessinée franco-belge (avec une ouverture au Québec et à la Suisse romande), les études proposées prendront en compte les spécificités sémiotiques, pragmatiques (contexte de production/diffusion/réception), représentationnelles, esthétiques et narratives des productions étudiées. Cette démarche peut avantageusement se faire comparatiste en mettant les œuvres francophones en regard de comics ou d’autres productions médiatiques. Il s’agira avant tout de repérer et de définir en quoi la bande dessinée formule de manière spécifique certains enjeux de l’étude de la science-fiction en général.

Continuer la lecture de ReSF 14 (CFP) : La science-fiction dans la bande dessinée

Hommage à Patrick Dusoulier

Un hommage à Patrick Dusoulier (par Alice Ray)

Il y a des jours comme celui-là où les rêves de la science-fiction paraissent hors de portée. C’est en écoutant la pluie battant à la fenêtre que nous apprenons une bien triste nouvelle en un bien triste jour : Patrick Dusoulier est décédé en cette fin mars 2018. Une perte immense pour la science-fiction en langue française.

Jack Vance, Les Chroniques de Durdane, Lune d’Encre. Trad. Patrick Dusoulier et Arlette Rosenblum. Ill. Manchu

Traducteur émérite, il a travaillé sur des textes d’auteurs aussi variés qu’Ursula K. Le Guin, Ian M. Banks, Dan Simmons, Margaret Atwood ou encore Jack Vance pour lequel il a grandement participé à la révision et à la réédition de ses œuvres ; c’est d’ailleurs son amour pour les écrits de Jack Vance qui lui permet d’entrer professionnellement dans le monde de la traduction.

Iain M. Banks, les Enfers virtuels, coll. Ailleurs et Demain. Trad. patrick Dusoulier. Ill. Manchu (tous droits réservés).

 

En 2012, il obtient le prix Jacques Chambon pour les romans Les Enfers virtuels (Ian M. Banks) et La Route de Haut-Safran (Jasper Fforde).

Patrick Dusoulier était un homme passionné, toujours prêt à aider et d’un enthousiasme sans limite. En 2016, il a tout de suite accepté de me rencontrer aux Utopiales pour parler de son travail de retraduction sur Limbo.

Bernard Wolfe, Limbo, Le Livre de Poche. Trad. Patrick Dusoulier. Ill. Studio LGF (c) Inok / Getty Images.

 

 

Jeune traductrice un peu intimidée à l’idée de rencontrer un traducteur de science-fiction avec une telle carrière, j’ai été tout de suite mise à l’aise. Discuter avec lui de traduction, de science-fiction et de cinéma a été un véritable plaisir. Curieux et enthousiaste de tout, son envie de découverte touchait à tous les domaines. Il nous a fait un grand honneur lorsque, après une rencontre avec Simon Bréan, il nous a proposé de nous offrir de son temps pour traduire certains articles de Science Fiction Studies. Sa gentillesse et son amour de la science-fiction et de la traduction transparaissaient dans chacun de nos échanges. Nous le remercions encore pour son aide et c’est avec le cœur serré d’émotions que nous publierons son travail.

Nous adressons toutes nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

ReSF 13 (CFP) : Pierre Bordage

Appel à contributions pour le n°13 de ReS Futurae (1er semestre 2019)

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 mai 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net).

La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

La Fraternité du Panca t.5 (détail)
(c) Johann Goutard tous droits réservés

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Après les premières lectures de Chauvin et Cornillon (2014) et les entretiens de 2010 et 2017, il conviendrait d’approfondir l’étude de l’œuvre dans son ensemble : par exemple les cycles de L’Enjomineur (2004-2006), de La Fraternité du Panca (2007-2012) ou ses derniers romans commeEchos dans le temps (2016) ou Arkhane (2017). Si la question de l’humanisme, de la spiritualité, ou encore de l’utopie ont déjà été abordés (Vas-Deyres, 2013), qu’en est-il de la question du mal et de la violence par exemple dans son œuvre ? Comment se construit la narration dans ses œuvres ? Quel est son travail stylistique ? Comment aborder ses œuvres sous l’angle générique ? Nous pourrions également nous interroger sur les rapports de Pierre Bordage avec l’institution éditoriale, sur son travail avec ses différents éditeurs. Autant de questions qui gagneraient à être explorées davantage, en mêlant les approches critiques.

Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », mais il serait ainsi intéressant d’approfondir le travail stylistique de ses textes et leur construction narrative. Il se dit « scriptural » plutôt que « structural », selon la terminologie de Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003).Pour lui, « L’écriture est une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. Comment travaille-t-il par exemple l’alternance des points de vue et quelle vision du monde cette construction narrative porte-t-elle ?L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, ne sont-ils pas finalement au centre de ses histoires ?

D’autre part, si l’adjectif humaniste lui est fréquemment accolé, de quel humanisme parle-t-on ? Quelles sont les interrogations philosophiques et anthropologiques portées par son œuvre ? Les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses récits : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy) que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. Comment cette source imprègne-t-elle son œuvre ? Serait-elle une voie de compréhension possible de l’ambiguïté/hybridité générique des textes de Pierre Bordage ?

La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité – des thèmes qui lui tiennent à cœur – construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers semblant souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Denis Jeffrey, Jouissance du sacré, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus problématique. Quel est ainsi la place du corps dans son œuvre ? Et celle de l’esprit ? De quelle spiritualité parle-t-il ? Y a-t-il aussi une place dans ce cadre pour le politique ?Ce sont là quelques-uns des aspects que nous souhaiterions voir aborder dans ce dossier.

Le numéro est ouvert à des articles sur une œuvre singulière mais également à des synthèses abordant de manière traversale un ou plusieurs aspects de l’œuvre de Pierre Bordage. Nous souhaiterions en particulier que soient explorés les points suivants, sans pour autant y limiter cet appel :

  • Les sources mythologiques et la dimension épique de son œuvre.
  • La question du genre (diversité des ancrages génériques : science-fiction, fantasy, etc).
  • La diversité des formats des textes : romans, nouvelles.
  • Les expérimentations transmédiatiques et cinématographiques : jeux vidéo, scénarios,bande-dessinée.
  • Le rapport aux éditeurs (L’Atalante, Le Diable Vauvert, Organic…).
  • L’écriture : la question du style, de la description, de la narration et des points de vue, la structure des récits.
  • La dimension spirituelle et philosophique.
  • Le rapport à la violence, la question du mal.
  • La dimension sociale et politique.
  • La réception de l’œuvre de Pierre Bordage (publique et critique).

Bibliographie critique indicative :

  • Atallah Marc, « Nouvelle vie TM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? in Fictions politiques, Michel Prat et Alain Sebbah (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°73, 2006.
  • Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.
  • Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Evangile du Serpent de Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.
  • Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.
  • Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire: l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in L’Utopie entre eutopie et dystopie, en hommage à Claude-Gilbert Dubois, Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°110, 2013.
  • Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris, Honoré Champion, 2013, chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p.366-380.

Entretiens :

Science Fiction Studies numéro 133

Le numéro 133 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

Jeremy Withers

Bicycles Across the Galaxy: Attacking Automobility in 1950s Science Fiction

Abstract. This essay focuses on several works of science fiction from the 1950s that function as counter-narratives to the hegemony of the automobile during this decade and to the accompanying dismissive perceptions of the bicycle. In its analysis of a novel by Robert A. Heinlein (The Rolling Stones, 1952), a novella by Poul Anderson  (“A Bicycle Built for Brew,”  1958), and a short story by Avram Davidson (“Or All the  Seas with  Oysters,” 1958), it asserts that some of the leading  figures in  Golden Age  sf were not content to relegate bicycles to the status of a technological obsolescence fit only for children. Instead, they chose to portray bicycles as useful, potent, and agentic—images that counter the prevailing ideology of “automobility” that was crystallizing with such durability in postwar America.


Connor Pitetti

Uses of the End of the World: Apocalypse and Postapocalypse as  Narrative Modes

Abstract. Through a broad survey of fictional, religious, philosophical, and political end-time narratives, this essay identifies two strategies for telling stories about the end of the world. Apocalyptic narratives use the idea of the end to give structure to the experience of history. By narrating the end as a moment of rupture that creates  an  absolute division between old and new worlds, they frame history as a series of clearly defined and therefore comprehensible transitions between distinct moments or epochs. Postapocalyptic narratives complicate this neatly organized account by narrating “ends” as complex historical transformations that involve survivals and continuities and thus blur before/after distinctions. Rather than providing a comprehensive and therefore existentially stabilizing overview of history, they draw attention to the indeterminate nature of ongoing processes of historical change. By focusing on the conceptual understanding of historical change that underwrites different kinds of end-time narratives, the essay clarifies the theoretical terminology of apocalypse and postapocalypse, and articulates a clearer understanding of the ways in which different kinds of contemporary stories about the end of the world are used to  provide  conceptual support for political action  in  the  present.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 133

Science Fiction Studies numéro 132

Le numéro 132 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

SPECIAL ISSUE ON SPANISH SF
Edited by Sara Martín and Fernando Ángel Moreno

Domingo Santos is arguably the most influential and prolific personality in Spanish science fiction, and this paper provides an overview of his career. Although ideologically conservative, dating from his life before the political changes witnessed during the Spanish Transition, Santos initiated an entire process of both formal and thematic maturation that would culminate in Spanish sf’s Golden Decade (1985-1995). As a writer, he is the author of one of the best dystopian short-story collections written during the late Francoism of the 1970s: Futuro imperfecto [Imperfect Future, 1981]. Despite their dark endings, these tales raise new political and ecological issues and employ innovative narrative techniques non-existent until then in Spanish sf. Furthermore, Santos was also involved in some of the most prominent sf editorial projects in the country, from the leading sf magazine Nueva Dimensión [New Dimension, 1968-1983] to new sf book series by publishers such as Acervo, Orbis, and Ultramar. These sf editorial initiatives enabled the publication of many important sf works—including those by a host of New Wave authors—and launched the writing careers of many modern Spanish sf authors such as Gabriel Bermúdez Castillo and Rafael Marín.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 132

Fantasy Art and Studies 3: Science Fantasy

Le nouveau numéro de la revue Fantasy Art and Studies vient de paraître, avec un dossier consacré à la science fantasy.

Au sommaire, plusieurs articles, illustrations et nouvelles qui proposent de définir et d’explorer “ce mélange de fantasy et de science-fiction qu’est la Science Fantasy“.

Le site de la revue.

Pour lire le numéro, c’est par ici.

Sommaire

Vivian Bergue. Defining Science Fantasy.

Christophe Germier. Souvenirs téléportés.

Xavier-Marc Fleury. Pourfendre les dragons.

Justine Breton. A Future Droid in King Arthur’s Court : When Science Fiction invite itself into Fantasy.

Laurent B. L’échantillon.

Florian Bonnecarrère. Orquerie.

Alexandra Aïn. La Science Fantasy au prisme du light novel et du manga : pour un mélange des genres.

Tom Ariaudo. Retour rapide.

A. R. Morency. Et le cochon ?

Guillaume Labrude. Dans la tête de Charles Drax.

 

 

Crédits “Image à la Une”Ferdinand Dumago Ladera

ReS Futurae n° 10 Imaginaire informatique et science-fiction

La question d’un « imaginaire informatique » embrasse les figures que la science-fiction, tous médias confondus, a élaborées pour à la fois témoigner de l’irruption de l’informatique dans notre réalité, et pour en imaginer et conceptualiser l’avenir, et les répercussions sociales et individuelles. Réciproquement, se trouve posée la question de ce que l’informatique fait à la science-fiction, entre enjeux de représentabilité (comment la représenter ?), développements réflexifs où l’informatique permet à la science-fiction de se penser elle-même, et expériences formelles sous l’influence des langages informatiques.

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Samuel Estier, chercheur à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’oeuvre de Maurice G. Dantec qu’il a côtoyé pendant son exil à Montréal lors de ses dernières années d’existence, nous transmet cette information :

Le 15 novembre, en la fête de saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec a ouvert ses portes.

En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec.

www.mauricegdantec.net

En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l’écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d’elle figure en page d’accueil.

Un bref entretien présentant le projet est accessible à l’adresse suivante : https://lincorrect.org/dantec-le-site/

Crédits “Image à la Une” : “L’écrivain Maurice G. Dantec, en 2006.” / © PHOTOPQR/LE PARISIEN