Archives de catégorie : Appels RESF parus

Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

 ReSF n°6 : Pierre Boulle

Responsables du dossier : Arnaud Huftier et Irène Langlet

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. On avance souvent que ses récits de science-fiction doivent être interprétés à l’aune de sa production « blanche » ; on propose ici de s’autoriser la proposition inverse Continuer la lecture de Dossier Pierre Boulle (automne 2015)

RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Extrait de L'Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544
Extrait de L’Atelier des icônes http://culturevisuelle.org/icones/2544

Appel à textes pour le numéro 5 de ReS Futurae

Direction du dossier : Mehdi Achouche et Samuel Minne.

Échéances

– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 30 juin 2014, à : rosebudfr@yahoo.com et minnesamuel@gmail.com
– réponse de ReSF le 30 juillet au plus tard.
– remise des articles le 15 octobre 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae.

 La culture visuelle de la science-fiction, entre culture populaire et avant-garde

Traditionnellement opposées, la culture populaire et l’avant-garde ont cependant une riche histoire d’interactions, de reprises et d’inspiration réciproque. C’est particulièrement vrai dans le cas de la science-fiction : attachée à la culture populaire, elle a aussi sa propre avant-garde, tout en nourrissant l’avant-garde artistique, tant dans l’art contemporain que cinématographique.

Loin de ne s’exprimer que sous forme littéraire, la science-fiction le fait aussi sous forme visuelle, apparaissant aussi bien dans l’art contemporain que dans le street art, la bande dessinée, le cinéma et de nombreux courts-métrages, les jeux-vidéos, la publicité, l’illustration, le Web Art, la peinture ou la série télévisée. Elle peut même prendre corps dans le design ou l’architecture, irriguant de son imaginaire tous les pans du réel et représentant pour beaucoup leur appréhension principale, voire unique, de la science-fiction. Or cette science-fiction spécifiquement visuelle n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tendant à être perçue comme tributaire de la science-fiction littéraire et comme étant purement illustrative et contingente et donc dénuée d’intérêt analytique propre. Souvent associée à la culture populaire, les liens qui l’unissent aux œuvres et courants d’avant-garde ont en particulier été très peu étudiés jusqu’à ce jour.

Continuer la lecture de RESF N°5: La culture visuelle de la science-fiction

Appel à contributions : Philippe Curval, écrivain et critique de science-fiction (printemps 2014)

Appel à contributions « Philippe Curval, écrivain et critique de science-fiction » ReS Futurae, numéro 4 (printemps 2014)
Direction du dossier thématique : Simon Bréan et Éric Vial.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 1er octobre 2013, à: simon.brean@orange.fr et vialeric@club-internet.fr.
– réponse de ReSF le 1er novembre au plus tard.
– remise des articles le 1er mars 2014 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

Philippe Curval, écrivain et critique de science-fiction

Tirant son inspiration de nombreuses sources, aussi bien le surréalisme et Raymond Roussel que la littérature d’anticipation française et la science fiction américaine, Philippe Curval a développé en soixante ans de carrière un univers personnel où se croisent poésie, érotisme, extrapolation sociale et spéculation scientifique. Pour aborder cette figure majeure de la science-fiction française, trois angles d’approche seront privilégiés :

La science-fiction selon Philippe Curval

Des études pourront porter sur l’œuvre de Philippe Curval. Certains de ses romans, ou de ses recueils de nouvelles, des classiques de la science-fiction française, pourront donner lieu à des travaux monographiques (Le Ressac de l’espace, Cette chère humanité, L’Homme à rebours, Regarde, fiston, s’il n’y a pas un extra-terrestre derrière la bouteille de vin…, Congo Pantin etc.). Des études transversales pourront être consacrées à ses prédilections thématiques, comme l’anticipation sociale, l’érotisme et l’humour noir : Philippe Curval place les êtres humains au centre de ses récits, mais en faisant subir à leurs physiologies et à leurs psychologies bien des métamorphoses. Il pourra être fructueux, aussi, de se pencher sur la manière dont Curval a su s’approprier et renouveler les objets de la science-fiction, créant des figures originales d’extraterrestres, de mutants et d’intelligences artificielles, ou même des artefacts originaux, tels que la « cabine de temps ralenti » et le « voyage analogique ». Les spécificités de sa vision du futur, de l’Europe ou de la politique énergétique, pourront également être interrogées.

Rencontres, influences, approches comparatistes

La science-fiction, littérature collective, est faite de rencontres et d’influences assumées. Une approche possible de l’œuvre de Philippe Curval pourrait ainsi consister à la situer, selon une approche comparative le plaçant en regard d’autres écrivains de science-fiction ou de littérature générale : Van Vogt pour Les Fleurs de Vénus et Le Ressac de l’espace, Silverberg, Brunner, ou encore de certains courants, comme la « fiction spéculative », à laquelle il serait possible de rattacher Un soupçon de néant ou L’Homme à rebours. Des études pourront également porter sur son rapport à la langue et à l’onomastique, en lien avec le surréalisme et les théories de Roussel sur la création littéraire, en particulier dans ses nouvelles et dans Les Sables de Falun. Il serait utile, à cet égard, d’étudier la façon
dont s’établit la continuité entre ses œuvres nettement rattachées à la science-fiction et celles appartenant plutôt à la littérature blanche (La Forteresse de coton, Akiloë). Enfin, on accueillera avec intérêt une réflexion sur l’influence que pourrait avoir exercée la passion de Philippe Curval pour la photographie et le collage sur sa pratique d’écrivain.

Défense et illustration de la science-fiction

Des études historiques et théoriques pourront venir compléter celles de l’œuvre. Grand lecteur de littérature d’imagination scientifique, Curval devient très vite l’un des familiers de La Balance, la première librairie spécialisée tenue par Valérie Schmidt pendant les années 1950. Il collabore à la revue Fiction, tient la « petite chronique de nuit » dans Galaxie pendant les années 1970, écrit des critiques sur des ouvrages de science-fiction pour Le Monde puis Le Magazine littéraire.

Il dirige à deux reprises des anthologies destinées à favoriser l’éclosion de nouveaux talents français (Futurs au présent, 1978, Superfuturs, 1986) et participe à la création de deux revues spécialisées (Futurs, 1978, Science-fiction 1984-1986). Il serait donc important de disposer d’analyses permettant de prendre la mesure de l’action de Philippe Curval en tant que critique et acteur du champ
littéraire de la science-fiction.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture avant de soumettre leur proposition.

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

La science-fiction française: quelques avatars hauts en couleur
 

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 janvier 2013, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>