Archives de catégorie : Evénements

ReSF 14 (CFP) : Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

Échéances

 Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 14 juillet 2018 à Alain Boillat (alain.boillat@unil.ch). La date de remise des articles est fixée au 31 janvier 2019.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une certaine « para-littérature », avec le médium bédéique lui-même (voir l’appel à souscription en vue de la création d’un « Club des Bandes Dessinées » à la suite d’un article du Genevois Pierre Strinati dans le numéro 92 de la revue Fiction), le processus de légitimation porte autant sur la science-fiction que sur la bande dessinée elle-même, comme en témoignent des jalons tels que Barbarella, la création des Humanoïdes associés et de la revue Metal Hurlant ou certaines réalisations de type « roman graphique » (Tardi, Berberian et Mardon, Serges Clerc,…).

Destinées à contribuer à une histoire du genre dans la bande dessinée franco-belge (avec une ouverture au Québec et à la Suisse romande), les études proposées prendront en compte les spécificités sémiotiques, pragmatiques (contexte de production/diffusion/réception), représentationnelles, esthétiques et narratives des productions étudiées. Cette démarche peut avantageusement se faire comparatiste en mettant les œuvres francophones en regard de comics ou d’autres productions médiatiques. Il s’agira avant tout de repérer et de définir en quoi la bande dessinée formule de manière spécifique certains enjeux de l’étude de la science-fiction en général.

Continuer la lecture de ReSF 14 (CFP) : Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française

Appel à communication : LECTURES PLURIELLES DE JACQUES SPITZ

LECTURES PLURIELLES DE JACQUES SPITZ

Colloque international à l’Université Bordeaux Montaigne 21-22 mars 2019

Méconnue, l’œuvre de Jacques Spitz appelle à la redécouverte dans la foulée de l’ouvrage d’introduction que vient de lui consacrer Patrick Guay aux Presses Universitaires de Bordeaux : Jacques Spitz, le mythe de l’humain (décembre 2016). Écrivain atypique des années 1920-1950, s’inscrivant à la fois dans le champ littéraire le plus restreint et dans celui d’une littérature de grande consommation, d’abord praticien de récits profondément originaux, menés hors des sentiers battus, Jacques Spitz devient par la suite une figure imposante de la science-fiction française, à une époque où les principales références étaient anglo-saxonnes. Porté par la crise du roman de l’entre-deux-guerres et la tradition des romans azymes, Spitz se tient en équilibre sur les genres, héritier tardif de Swift et de Sterne, légataire du symbolisme, détracteur de ce qu’il appelle le roman bourgeois, très tôt marqué au sceau du surréalisme (sa fascination pour le rêve et l’idéalisation de la femme), influencé par l’intellectualité tragique de Lautréamont et de Valéry, attiré par le développement de la physique. La SF trouve chez lui une œuvre traversée par une même vision du monde caustique et inquiète. Spitz est peut-être surtout un moraliste avec sa thématique de fin du monde, son désenchantement et une nostalgie qui transparaissent dans les reproches à l’endroit de ses semblables.

L’œuvre de Spitz reste inexplorée, aussi bien sur le plan thématique que dans des perspectives formelles, des fictions aux essais romancés, du Voyage muet (1930) à Ceci est un drame (1947), de La forêt des Sept-Pies (1946) à Albine au poitrail (1956), en passant par les nouvelles de science-fiction éparpillées dans des magazines, sans parler de l’immense journal intime, encore inédit. Spitz a constamment cherché à produire autre chose, à se définir par opposition : il faut examiner l’activité littéraire de cet « être de ruptures et d’écarts volontaires et cultivés » (François Ouellet, préface à Jacques Spitz, le mythe de l’humain), de cet homme des expériences littéraires, il faut voir comment s’articule sa pensée, de manière à inscrire l’œuvre dans les enjeux esthétiques et institutionnels de son époque.

Toute proposition concernant l’œuvre publiée ou inédite de Spitz ou portant sur les rapports de l’écrivain avec l’Institution littéraire, ses influences ou ses « amitiés littéraires » (Benjamin Crémieux, Gaston Derycke, etc.), la SF, la droite, etc., sera la bienvenue.

Pour la bibliographie de l’œuvre publiée et inédite de Jacques Spitz, on consultera Patrick Guay, Jacques Spitz, le mythe de l’humain, Presses Universitaires de Bordeaux, 2016. Ou encore, le site officiel Jacques Spitz : http://www.uqac.ca/jspitz/

Faites parvenir votre proposition de communication avant le 1er mai 2018 à tous les membres du Comité organisateur du colloque : Patrick Guay : patrick.guay@uqac.ca + François Ouellet : francois_ouellet@uqac.ca + Natacha Vas Deyres : natvd@cegetel.net

 

 

Crédits « Image à la Une » : Yo Shimizu (https://www.artstation.com/you629)

J.-H. Rosny aîné. Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité (23-24 novembre 2017)

J.-H. Rosny aîné. Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité.

23-24 novembre 2017 

Colloque

Université de Caen Normandie

Crédits illustration : Gess.

 

Continuer la lecture de J.-H. Rosny aîné. Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité (23-24 novembre 2017)

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Programme de colloque :

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

18-19 octobre 2017

Université Paris-Sorbonne

« Uchronie », d’après le lécythe CA 2220 du Louvre (dessin AQB).

Organisé par Alexandre Grandazzi et Anne Queyrel Bottineau
Equipe EDITTA (EA 1491) (Édition, Interprétation, Traduction des textes Anciens).

L’uchronie, cette réécriture du passé à partir de la modification fictive d’un événement, devient aujourd’hui une méthode très utilisée dans le domaine des sciences humaines. Mais, si l’uchronie est maintenant familière aux historiens des époques récentes, elle est restée presque totalement absente des études sur l’Antiquité classique, alors même que les problématiques sur la mémoire,  l’identité et le recours au passé dans les sociétés anciennes sont au cœur des préoccupations actuelles sur cette période. Il est donc nécessaire de consacrer une manifestation scientifique à caractère pluridisciplinaire, regroupant historiens, philologues et philosophes, à cette forme de rapport au passé dans l’Antiquité.

 

Mercredi 18 octobre 2017
Université Paris-Sorbonne
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Bibliothèque de l’UFR de Latin (escalier E, 3ème étage)

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Ouverture du colloque

Le vraisemblable, les possibles du passé et l’advenu

14h-14h30 Marie-Pierre Noël (Univ. Paul-Valéry UM3, CRISES – EA 4424) : « Usage des preuves et réécriture(s) de l’histoire dans l’éloquence attique, d’Antiphon à Isocrate »

14h30-15h Christine Hunzinger (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : « Quand le récit aurait pu bifurquer… Bribes d’uchronie dans le corpus hésiodique et les hymnes homériques »

15h-15h30 Élisabeth Buchet (Editta) : « La multiplicité des étiologies dans les Fastes d’Ovide : une forme d’uchronie ? »

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 Pierre-Alain Caltot (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : « L’uchronie comme échappatoire devant le nefas dans la Pharsale de Lucain et les tragédies de Sénèque »

Continuer la lecture de Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Résultats du prix Mullen 2017-2018

I can see

Chaque année depuis 2009-2010,  la revue Science Fiction Studies récompense avec le prix Mullen les recherches menées sur des fonds d’archives relatifs à la science-fiction en ouvrant depuis 2014-2015 les candidatures internationales et proposant une récompense de $3000 aux étudiants bien avancés dans leurs travaux de master et de doctorat.

Parmi les candidats primés cette année, nous avons le plaisir de retrouver Fleur Hopkins, doctorante à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui mène depuis 2014 une thèse sous la direction de Pascal Rousseau intitulée « Aux frontières de l’invisible : culture visuelle et instrumentation optique dans le récit merveilleux-scientifique au passage du siècle (1875-1930) ».  L’objectif de sa thèse est de redécouvrir un genre littéraire oublié du grand public, le merveilleux-scientifique théorisé par Maurice Renard dans un article resté célèbre (« Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », Le Spectateur, n°6, octobre 1909).

Depuis le début de sa thèse, Fleur Hopkins est à l’origine de nombreux articles et communications sur Maurice Renard, le merveilleux-scientifique et la science-fiction dont la plupart sont consultables en ligne avec une présentation détaillée de son projet de thèse sur sa page Academia.

Le financement obtenu lui permettra de se rendre une semaine à Yverdon (Suisse) pour travailler sur les nombreuses et précieuses archives de La Maison d’Ailleurs. Elle aura ainsi un accès privilégié aux livres rares d’auteurs français d’avant-guerre (Varlet, Couvreur, Thévenin, La Hire, etc.) et aux précieuses collections déposées par Pierre Versins, Brian Stableford et Andrew Watts.

Nous renvoyons à ces articles  publiés sur les carnets de Res Futurae pour une lecture complémentaire :

Compte rendu de l’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires (1972) de Pierre Versins par Natacha Vas-Deyres et Marc Atallah.

– Souvenirs du futur à la Maison d’Ailleurs (Suisse).

Rappelons aussi que l’année dernière, Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick) et Natacha Vas-Deyres (Université  de Bordeaux Montaigne) ont obtenu le prix Jamie Bishop pour un article écrit en collaboration (« Des fourmis et des hommes : voyage entomologique au cœur de la proto-science-fiction (1890-1950 »), ce qui atteste de la reconnaissance outre-Atlantique des travaux menés par les chercheurs et chercheuses francophones ces dernières années.

6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

affiche-lecture-d-image-et-estrangement-visuel-100dpi-4-page-001

Les 18 et 19 octobre 2016 auront lieu les 6journées internationales « Enseignement et Science-Fiction ». Le thème cette année sera « Lecture d’image et estrangement visuel ».

Programmation, inscription, plan d’accès et informations complémentaires sont accessibles directement sur le site Internet.

Un outil interdisciplinaire, une discipline pivot

Faire appel à la science-fiction pour l’enseignement de l’image procède par essence d’une démarche transdisciplinaire. C’est dans cet esprit que se sont construites les Journées Enseignement & Science-fiction, sans équivalent en France.

 Universitaires, enseignants, auteurs et artistes y interviennent dans des sessions composées de conférences invitées et de retours d’expérience et explorent chaque année une discipline-pivot différente. Après la physique, les langues, la philosophie, l’histoire et la géographie, les mathématiques, c’est l’enseignement de l’image qui sera l’objet de l’édition 2016.

 Dépassant les clivages disciplinaires et professionnels, ouvertes à tous, les Journées Enseignement & Science-fiction offrent un espace de partage. Elles font chaque année l’objet d’actes dont les articles témoignent de la richesse des échanges et qui incluent des exemples pratiques et des outils pour les enseignants désireux de se lancer avec leurs élèves, de l’école primaire à l’université.

La science-fiction est un puissant générateur d’images et de référents esthétiques qui ont profondément influencé notre rapport visuel au monde et aux objets.

Souvent considérée comme un genre mineur, la science-fiction a néanmoins largement contribué au développement de techniques narratives spécifiques basées sur des processus cognitifs comme la distanciation (cognitive estrangement) et la suspension volontaire d’incrédulité, pour aider le lecteur à “entrer” dans des univers spéculatifs parfois déroutants et à s’en approprier les “clefs” conceptuelles dont il ne dispose pas a priori. 

Or cette situation présente des points communs avec celle de l’élève auquel on demande de s’approprier des connaissances absolument nouvelles pour lui. Pour l’enseignant, la science-fiction peut donc constituer un outil d’appoint très apprécié des étudiants, pour développer des stratégies originales de contournement de certains obstacles épistémologiques.

Continuer la lecture de 6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Colloque organisé du 19 au 22 janvier 2016 à la Fondation Singer-Poulignac (43 avenue Georges Mandel 75116 Paris) par la SERD.

Responsables : Claire Barel-Moisan (CNRS), Aude Déruelle (Orléans) et José-Luis Diaz (Paris-Diderot).

Programme détaillé et informations complémentaires à cette adresse.

 

ARGUMENT

On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de… », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

Deux précédents Congrès de notre Société ayant déjà entamé la réflexion d’ensemble, tant sur les représentations du XIXe siècle par lui-même que sur ses représentations au siècle suivant, notre prochain Congrès se propose de prolonger cette réflexion en abordant la question sous un angle complémentaire.

Parmi les formulations récurrentes qui viennent d’être rappelées, nous avons choisi cette fois de mettre l’accent sur le rapport privilégié du « siècle du progrès » à l’avenir et au futur, tout en engageant une réflexion plus large sur les rapports du siècle au temps historique, sur sa manière de se construire dans l’Histoire et de gérer les trois grandes dimensions de la temporalité (Passé, Présent, Futur). En partant de la temporalisation des notions, des concepts et des vécus qui se joue à l’aune du nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), l’enquête pourrait se tourner de manière privilégiée vers la manière que le XIXe siècle a eue de penser, de représenter, d’imaginer à la fois le futur, lointain et décroché de toute temporalité, et ce futur plus concrètement pensable et en prise sur les débats contemporains qu’est l’avenir, de les construire et de se construire par rapport à eux, tout en pensant d’emblée son présent au futur antérieur, de manière de plus en plus marquée à mesure que le temps historique s’accélère.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », fut, côté Futur, à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies (et des dystopies), et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. C’est ainsi le présent lui-même, qui, du fait de l’accélération des communications et des découvertes scientifiques en rafale, se voit comme projeté vers un futur qui tend à se rapprocher de lui à grande vitesse. En conséquence, l’avenir s’impose à la pensée avec une urgence et une nécessité nouvelles. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur, en réponse aux siècles antérieurs qu’on pense alors marqués par leur révérence à l’immuable tradition. La question de l’avenir, auparavant plus lointaine, uniquement virtuelle, propice à de simples rêveries et utopies, se pose avec plus d’acuité : à ceux qui s’y inscrivent résolument, l’envisagent avec joie et cherchent à anticiper le futur par des visions utopiques, mais aussi à ceux que l’avenir comme le futur plus lointain effraient ou rebutent, ce qui les provoque au passéisme et à la résistance. Alors que les hommes de la fin des Lumières envisageaient la « Postérité » comme une sorte de jugement dernier laïque propre à réparer les erreurs du « despotisme » et à rétribuer les justes, mais qui demeurait lointain et incertain, le XIXe siècle vit l’avenir de manière à la fois plus intense et plus instante.

Continuer la lecture de LE XIXE SIÈCLE FACE AU FUTUR. PENSER, REPRÉSENTER, RÊVER L’AVENIR AU XIXE SIÈCLE

Journée d’études Le présent et ses doubles 30-31 janvier

Affiche Présent et ses doublesLe présent et ses doubles

Anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Présentation de la journée d’études

Date : 30-31 janvier 2015

Lieu : Vendredi 30 janvier 2015 – Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle 035

Samedi 31 janvier – Centre Censier, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 13 rue Santeuil 75005, Amphi D02

Organisé par la SELF XX-XXI, le CELLF (Paris-Sorbonne), EHIC (Limoges) et THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Responsables : Simon Bréan et Irène Langlet

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

télécharger le programme « Le Présent et ses doubles« .

4e Journées enseignement et science-fiction

Quatrièmes Journées Enseignement et Science-fiction de l’ESPE de l’Académie de Nice-Célestin Freinet :
« Espaces et Temps : la science-fiction, un outil transversal pour l’histoire et la géographie »
Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2014, ESPE de Nice, centre Liégeard, 43 avenue Stephen Liégeard

Programme du Jeudi 10 avril

Conférence introductive d’Ugo Bellagamba

Session Temps et Uchronie
avec Éric Vial, Estelle Blanquet et Anne Monnier

Session Science-fiction et Enseignement de l’Histoire
avec Michel Pagel, Christine Bovari, Marianne Carrière, Brigitte Garavagno et Véronique Thuin

Session Jeux et Enjeux de société
avec Isabelle Collet, Yannick Rumpala, Rania Hanafi, Gilles Menegaldo, Michel Pagel, Sandra Plantier et Joëlle Wintrebert

Programme du vendredi 11 avril

Conférence introductive de Gilles Menegaldo

Session Régionalisme
avec Bertrand Roussel, Frédéric Boyer et Ugo Bellagamba

Session Science-fiction et Géographie
avec Joëlle Wintrebert, Arnaud Pontillo, Laura Weiss, Ugo Bellagamba et Éric Picholle

 

Les super-héros à la Maison d’Ailleurs (Yverdon, Suisse)

comics yverdon

Les univers colorés des super-héros nous sont aujourd’hui familiers, du moins dans leur veine cinématographique : Superman, Batman, Spider-Man et autres Avengers se rencontrent sur grand écran – sans oublier de se disputer, saison après saison, la première place au box-office. Il faudrait vraiment choisir de se tenir en marge des salles obscures pour ne pas reconnaître que ces films constituent un phénomène sans précédent – un phénomène qui a d’ailleurs modifié le paysage culturel contemporain, comme le rappelle Jean-Marc Lainé (in Super- héros ! La Puissance des masques, 2011) : « il n’y a pas un été sans qu’un grand film de super- héros n’attire les foules, ni une semaine sans que la télévision n’en propose des rediffusions ».

Tout droit sortis de ce que l’on appelle les comic books, ces personnages hauts en couleur – au croisement des aventuriers qui ont fait la gloire des pulp magazines de science-fiction au début du XXe siècle, des monstres de foire et des héros de la littérature populaire – se sont en effet emparés des blockbusters hollywoodiens. Or, s’ils investissent autant notre quotidien, si leurs signes distinctifs se déclinent dans tant d’horizons différents (jouets, publicités, vêtements, anthologies…) et s’ils sont devenus les sources de l’imaginaire d’un nombre croissant d’artistes – pensons à Adrian Tranquilli (IT), Gilles Barbier (FR), Mathias Schmied (CH/FR), Alexandre Nicolas (FR) et Audrey Piguet (CH) –, c’est apparemment parce qu’en eux se joue quelque chose d’essentiel à propos de la condition humaine.

La Maison d’Ailleurs a décidé de rendre hommage à cette « culture comics »… lire la suite sur le site de la Maison d’Ailleurs

Télécharger le dossier de presse en PDF: Yverdon 2014 Dossier de presse

Contact: Marc Atallah, directeur du musée.

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)

Entre science-fiction et bande dessinée, itinéraire d’un collectionneur : Pierre Couperie (1930-2009)
mardi 11 mars 2014, 14h00-20h00
BnF François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

La BnF a reçu un don de 2 000 volumes venant du médiéviste Pierre Couperie, qui fut le premier à faire un séminaire sur la BD à l’EHESS. Ce don, réceptionné en 2012, concerne essentiellement des livres de science-fiction, pratiquement tous en anglais, des années 1950-1980, presque tous étant absents de ses fonds.

À cette occasion, la BnF propose un colloque sur Pierre Couperie, la science-fiction et la bande-dessinée. Historien et théoricien de la bande dessinée, amateur passionné de science-fiction, Pierre Couperie a été l’un des premiers à donner au neuvième art ses lettres de noblesse. Une après-midi d’étude lui est consacrée à l’occasion du don de ses livres de science-fiction à la BnF.

14h : Pierre Couperie, historien
Par Danièle Alexandre-Bidon et Nicolas Vessey, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Le don Couperie et la cote Z Couperie à la Bibliothèque nationale de France
Par Roger Musnik, BnF

14h30 : Le don Couperie et le fonds science-fiction de la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI)
Par Catherine Ferreyrolle et Jean-Pierre Mercier, CIBDI

15h : La légitimation des « arts mineurs » : un sport national français ? Les exemples de la bd et de la sf
Par Pascal Ory, historien

15h45 : Extraits d’une interview de Pierre Couperie du 23 avril 1997

16h : Pierre Couperie, l’homme, le collectionneur
Dialogue entre Dominique Petitfaux, historien de la bande dessinée et Nicole Lambert, auteur, animé par Eric Walbecq, BnF

16h30 : Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie
Par Thierry Groensteen, CIBDI

17h : Dessins de Pierre Couperie
Par Jean-Pierre Dionnet, historien de la bande dessinée

17h30 : Les extraterrestres : imaginaire ou illusion ?
Par Michel Viso, exobiologiste au Centre national d’études spatiales (CNES)

18h30 : Projections
Découvrons comment le cinéma a traité le voyage vers la lune à travers un florilège d’extraits de films et de dessins animés :

La Lune à un mètre / Georges Méliès – 1898 © Lobster films
Excursion sur la lune / Segundo de Chomon – 1908 © Lobster films
Destination Moon / Irving Pichel – 1950 © Universal
De la Terre à la lune / Byron Haskins – 1958 © Artus films
La Femme sur la lune / Fritz Lang – 1929 © Transit Films
Fly me to the Moon / Ben Stassen – 2008 © 2008 Fly me to the moon SPRL
Silent Running / Douglas Trumbull – 1972 © Universal
Cat-women of the Moon / Arthur Hilton – 1953 © Bach films
Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion / Ken Finkleman – 1982 © Paramount
Conquistador de la luna / Rogelio A. Gonzalez – 1960 D.R
Mouse on the Moon / Richard Lester – 1962 © MGM
Flash Gordon (épisode 2 : Le Tunnel de la terreur) / Frederic Stephani – 1936 © Bach films

Michel Jeury entre futurs et terroirs

Du samedi 1er au 30 juin 2013, le village médiéval d’Issigeac consacre un événement récapitulatif sur l’œuvre de l’écrivain français Michel Jeury, figure aujourd’hui incontournable du roman d’anticipation et de terroir.

De grands noms de la science-fiction et de l’édition seront présents :
Gérard KLEIN, économiste, critique et éditeur de la mythique collection « Ailleurs et Demain » (éditions Robert Laffont), les écrivains Christian GRENIER (Grand Prix de Littérature pour la Jeunesse de la CRPLF), Joëlle WINTREBERT (Grand prix de la sciencefiction française, Prix Rosny Aîné), Jean-Claude DUNYACH (Prix Rosny Aîné, Grand Prix de l’imaginaire), et Jean-Daniel BALTASSAT (éditeur, Prix Léonard-de-Vinci et Prix Jean D’Heurs du roman historique), les chercheurs Simon BRÉAN (Université Paris-Sorbonne) et Natacha VAS-DEYRES (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3), docteurs en littérature et spécialistes de science-fiction.

Dossier de presse

Exposition « Entre futurs et terroirs », du 1er au 30 Juin à l’Office de tourisme d’Issigeac.

Voir aussi le site de l’association des Amis de Michel Jeury.

Souvenirs du futur à la Maison d’Ailleurs (Suisse)

LE NOUVEL ESPACE PERMANENT DE LA MAISON D’AILLEURS (YVERDON, SUISSSE)

Télécharger le dossier de presse (PDF)

Souvenirs du Futur est le nom donné au nouvel espace permanent de la Maison d’Ailleurs, consacré à l’histoire et à l’esthétique de la science-fiction aux XXe et XXIe siècles ; il s’agit de la première exposition de ce type au monde. Suite au succès de l’inauguration de l’Espace Jules Verne en 2008, qui a valu au musée yverdonnois d’être nominé aux « European Museum of the Year 2011 Awards », la Maison d’Ailleurs dévoile pour la première fois dans de nouveaux espaces une centaine de documents exceptionnels (livres, bandes dessinées, affiches de cinéma, jouets, disques vinyles) issus des collections de la ville d’Yverdon-les- Bains, les plus grandes d’Europe sur l’imaginaire des sociétés alternatives, des sciences et des technologies. Une découverte inédite de l’histoire de la science-fiction moderne et de ses médias de prédilection, à travers les objets les plus rares et les plus étonnants des collections du musée. Autant de trésors inaccessibles aux visiteurs depuis la création de la Maison d’Ailleurs, il y a 37 ans !

DES COLLECTIONS EXTRAORDINAIRES

Initialement constituées du fonds de Pierre Versins donné à la ville en 1976, les collections de la Maison d’Ailleurs ont plus que doublé durant la dernière décennie. Au total, ces archives exceptionnelles comptent aujourd’hui quelque 120’000 documents liés à la science-fiction et à l’utopie. Certains remontent à la Renaissance, beaucoup sont rarissimes, introuvables ou inestimables : éditions de luxe, livres dédicacés par leurs auteurs, planches de bandes dessinées, illustrations originales, œuvres d’art, affiches et objets de collection. Tous sont témoins de la vivacité et de la popularité de la science-fiction moderne et méritent d’être présentés au plus grand nombre.

EXPERIENCE MUSEALE INEDITE

L’ouverture de ce nouvel espace permanent bouleverse l’expérience muséale. Alors qu’il se rend à la Maison d’Ailleurs pour découvrir les travaux d’artistes contemporains, le visiteur a tout d’abord accès (au rez-de-chaussée et au 1er étage du bâtiment principal) à un vaste espace permanent éminemment interactif, consacré à l’histoire de la science-fiction moderne. Une mise en perspective historique et esthétique qui lui permet d’acquérir d’importantes références et d’aborder avec un œil nouveau les œuvres de l’exposition temporaire (située au 2e étage). Autre atout inédit, les objets et documents présentés dans l’espace permanent changeront en fonction de la thématique abordée par l’exposition temporaire, afin de lui apporter un écho. Ce tournus offre l’avantage de permettre la découverte à chaque visite de nouvelles archives exceptionnelles issues des collections. En concluant sa visite à l’Espace Jules Verne (passerelle du 2e étage), le visiteur plonge enfin dans les racines de la science-fiction moderne et contemporaine: les voyages extraordinaires et les utopies. Grâce à Souvenirs du Futur, les visiteurs du monde entier peuvent enfin venir contempler ce que l’art de la science-fiction produit de plus original aujourd’hui, tout en bénéficiant d’une mise en perspective singulière.

Contact: Marc Atallah (matallah@ailleurs.ch)
Image: catalogue de l’exposition « Souvenirs du futur », sous la direction de M. Atallah, F. Jaccaud, F. Valéry, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2013.

No Future New Future

Concours international de New Media Art
La Maison d’Ailleurs, en collaboration avec la Ville d’Yverdon-les-Bains, lance un concours international de New Media Art.
Les participants sont invités à s’exprimer sur le thème «No or New Future?» en postant une séquence vidéo de maximum trois minutes sur le site www.noornewfuture.com
jusqu’au 10 février 2013.
Les vidéos reçues sont publiées régulièrement sur le site web et les internautes pourront voter pour leur création préférée dès janvier 2013!
Le jury, présidé par Pierre Keller, récompensera les artistes qui se seront distingués par leur approche ambitieuse et leur proposition graphique originale. Quatre prix seront remis le 2 mars 2013 à 18h30: 5’000 CHF, 3’000 CHF, 1’500 CHF et le Prix du Public.
Informations, règlement et inscriptions sur noornewfuture.com
 

La Maison d’Ailleurs et l’Espace Jules Verne sont fermés jusqu’au 2 mars. 
Nous nous réjouissons de vous retrouver 
samedi 2 mars 2013 pour le vernissage de notre nouvel espace permanent Souvenirs du Futur et de la prochaine exposition temporaire Genèse : des croquis à l’œuvre, consacrée à l’artiste Aleksi Briclot. 


 

Maison d’Ailleurs, Musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires
Pl. Pestalozzi 14 – 1401 Yverdon-les-Bains, Suisse

T: 0041 24 425 64 38

Raymond Poïvet, le pionnier de la bande dessinée

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême présente du 28 septembre au 16 décembre 2012 l’exposition Raymond Poïvet, le pionnier de la bande dessinée.

Riche de plus de 50 planches originales, illustrations et esquisses, l’exposition Raymond Poïvet, le pionnier de la bande dessinée permet de plonger dans l’univers graphique classique et foisonnant d’un des grands maîtres de la bande dessinée française de l’après-guerre, qu’on connaît surtout pour la série de science-fiction Les Pionniers de l’espérance.L’exposition permet également de saisir à quel point le dessin aura été pour Poïvet le lieu permanent d’une expérimentation et d’une recherche personnelles. De ce point de vue, bien avant Druillet, bien avant Moebius et leurs pairs, Poïvet aura été le pionnier d’une bande dessinée d’auteur.
Présentée chronologiquement et thématiquement, elle est en outre accompagnée du documentaire Croquis d’un artiste, réalisé par Marc Rouchairoles, grand spécialiste de la vie et de l’œuvre de Raymond Poïvet.

Voir le film

La revue en ligne de la Cité de la bande dessinée, Neuvième Art, propose également un dossier consacré à l’œuvre de Raymond Poïvet, qui regroupe entre autres des articles de Jean-Pierre Andrevon (1977), Philippe Lefèvre-Vakana (2003), ou Jean-Pierre Mercier. On peut aussi y trouver l’intégralité de son récit graphique muet « m.i.x. 315 ».

Raymond Poïvet, « m.i.x. 315 »

du 28 septembre au 16 décembre 2012
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
vaisseau mœbius
121 rue de Bordeaux
Angoulême

Tarif : 6,50€ – gratuit pour les moins de 18 ans. Le premier dimanche du mois, gratuit pour tous.

ADRESSE & CONTACT
121 rue de Bordeaux
Bâtiment Castro
16000 ANGOULÊME

Tel : 05 45 38 65 65
Website : www.citebd.org