Archives de catégorie : Evénements

Utopiales de Nantes, édition 2012

Espace Shayol des Utopiales, à la Cité, centre des congrès de Nantes.

Depuis treize ans a lieu au début du mois de novembre l’une des manifestations majeures autour de la science-fiction en France : les Utopiales de Nantes.

Dans le Centre des congrès de la ville de Nantes, le festival fondé par Bruno Della Chiesa organise des rencontres et des tables-rondes scientifiques et littéraires, des expositions et des projections de films. Il met également à la disposition des visiteurs des pôles de jeux vidéos et de jeux de rôle et des activités pour la jeunesse. Plusieurs prix sont remis à cette occasion.

Sous la présidence de Roland Lehoucq, astrophysicien connu pour sa rubrique régulière dans la revue Bifrost et ses ouvrages de vulgarisation, ces Utopiales étaient placées sous le signe des origines. Le jeudi 8 novembre s’est ainsi ouvert sur une table-ronde consacrée aux pères fondateurs. Une exposition de dessins de Mervyn Peake venait rappeler l’importance de ce maître britannique de la fantasy. Qu’il s’agisse des délicieuses illustrations de son Capitaine Massacrabord ou des images soignées pour L’Île au trésor de Stevenson, cet artiste visionnaire exprime à l’aide d’un style graphique très maîtrisé une invention débordante.

Illustration de Mervyn Peake pour « Le Capitaine Massacrabord ».

De son côté, l’exposition Amazing Science reprenait des couvertures de pulp magazines des années 1930 comme Astounding Stories, Fantastic Adventures ou Amazing Stories. Hommage mais aussi détournement, ces affiches illustrent les micro-fictions de Claude Ecken écrites spécialement pour cette exposition. Gravitant autour de faits ou de théories scientifiques, ces brefs récits empreints d’émotion ou remplis d’humour ménagent le plus souvent des chutes surprenantes.

Exposition « Amazing Science » : rédaction scientifique de Charles Muller, nouvelles de Claude Ecken, illustrations d’Alexandre Cheyrou.

Cette première journée se poursuivait par des rencontres avec le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields 2010, les écrivains Norman Spinrad, Pierre Bordage, Robert Charles Wilson, le scénariste Arleston et l’artiste Nicolas Fructus. Ce dernier, auteur de l’affiche du festival, exposait d’intrigantes photographies retouchées.

« Mémoire des mondes troubles », série d’images de Nicolas Fructus.

Les rencontres du festival permettent ainsi d’écouter des personnalités de stature internationale parler de leur travail. Aux personnalités déjà citées s’ajoutaient les écrivains Nancy Kress, Michael Moorcock, Laurent Genefort, Javier Negrete et Neil Gaiman (invité d’honneur du festival), les dessinateurs Philippe Buchet et Dave McKean, le compositeur Robert Henke et le physicien Etienne Klein. Nancy Kress a ainsi joliment expliqué son processus d’écriture en le comparant à un voyage nocturne en voiture où chaque nouveau panneau n’apparaît que lorsque les phares le frappent, laissant la suite des indications dans l’obscurité : chaque nouvelle scène du roman en cours n’apparaît qu’une fois la précédente fixée. Michael Moorcock a pour sa part partagé de nombreuses anecdotes de sa vie d’écrivain, du jeune fondateur de la revue New Worlds à l’écrivain que le cycle d’Elric a rendu célèbre, charmant l’auditoire par son humour et sa simplicité.

L’artiste multimédia Robert Henke présentait pour sa part une exposition originale au lieu unique, Fragile Territories. Les planches et les illustrations de Dave McKean exposées mettaient en valeur sa technique originale de collage, mélange de peinture et de photographie. Des séances de dédicace permettaient de retrouver ces auteurs et dessinateurs, ainsi que bien d’autres écrivains et artistes, majoritairement français.

Quelques planches de Dave McKean.
Ugo Bellagamba, Eric Picholle, Nancy Kress, Norman Spinrad et Alain Musset à la table-ronde « la fin du monde est-elle une idée scientifique ? »

Les tables-rondes des quatre journées ont permis d’aborder des thèmes scientifiques comme la singularité technologique, les cellules-souches, les nanosciences, l’intelligence artificielle ou la robotique, et des thèmes plus culturels comme les mythes, les empires galactiques, la représentation du temps, la présence des femmes dans la science-fiction ou le héros dans divers médias (littérature, jeux de rôle, comics ou cinéma). Scientifiques, écrivains et spécialistes étaient invités à débattre et échanger en des discussions souvent passionnantes et toujours instructives1.

Le prix européen des Utopiales est revenu au roman de fantasy Mordre le bouclier de Justine Niogret, suite de Chien du heaume. Le prix de la bande dessinée a récompensé Daytripper de Fàbio Moon et Gabriel Bà, album centré sur un journaliste de rubrique nécrologique. Le prix Julia Verlanger couronnait La Route de Haut-Safran de Jasper Fforde.

 La partie du festival dédiée au cinéma offrait en séances de projection les films en compétition pour le prix des Utopiales. Celui-ci est revenu au délirant film indien Eega de S. S. Rajamouli et S. V. V.  Sathyanarayana, qui faisait face au film finlandais Iron Sky de T. Vuorensola et au film américain The Human Race de P. Hough (tous deux mentions spéciales du jury), au film japonais Afterschool Midnighters de H. Takekiyo, ou encore au film canadien Antiviral de B. Cronenberg. Une autre compétition opposait un excellent choix de courts métrages européens, tandis qu’une rétrospective permettait de revoir plusieurs classiques. Des séances spéciales sur l’animation japonaise et la production française ainsi que des documentaires complétaient le volet cinéma du festival.

Enfin, les Utopiales ont rendu un hommage ému le vendredi soir à l’écrivain Roland C. Wagner, trop tôt disparu cet été, lors d’une table-ronde réunissant son éditrice et ses amis auteurs Ayerdhal, Sara Doke, Claude Ecken, Eric Picholle et Norman Spinrad2.

Une fois de plus, le festival a permis au grand public de rencontrer de nombreux auteurs et d’entendre parler de sujets actuels à travers la science-fiction. Les tables-rondes réunissaient toujours des interlocuteurs de grande qualité autour de thèmes variés et bien choisis. Par rapport aux années précédentes, on pouvait regretter un espace d’exposition plus restreint, une autre manifestation officielle se déroulant au Centre des congrès, et partant une muséographie moins originale. Les animations semblaient également un peu moins visibles. Ces réserves mineures étant faites, on ne peut que se réjouir qu’un tel festival rassemble annuellement autant de passionnés de science-fiction et d’acteurs de cette culture, rendant plus accessible la science-fiction au grand public sous ses multiples manifestations artistiques, et célébrant plusieurs de ses représentants éminents.

Samuel Minne

Exposition des illustrations de Manchu pour la revue « Ciel et Espace ».

 

1 Plusieurs de ces conférences sont disponibles sur un site d’ActuSF entièrement dédié aux Utopiales de cette année.
2 Visible sur cette page du même site.

S.F. [Art, science & fiction]


Exposition S.F. [Art, science & fiction] au MAC’s – Musée des Arts Contemporains – Site du Grand-Hornu (Hornu, Belgique)

18 novembre 2012 > 17 février 2013

A l’occasion de son dixième anniversaire, le MAC’s consacre son exposition d’automne à la science-fiction. La manifestation est une exposition collective qui embrasse de nombreuses disciplines de l’art d’aujourd’hui.

En effet, la science-fiction n’a pas produit que des romans, des films, des magazines illustrés ou des bandes-dessinées. Dès ses débuts, elle a aussi nourri ou engendré indirectement des œuvres dans le domaine des beaux-arts. Ce sont des peintures, des sculptures, des photos, des vidéos ou des actions qui, sans relever du genre S.F. au sens strict, sans en partager nécessairement la culture populaire ou le kitsch, ont puisé néanmoins dans son imaginaire pour en reprendre quelques-uns des principaux mythes.

S.F.[Art, science & fiction] a l’ambition d’explorer les liens entre les beaux-arts et la science-fiction. Elle présentera dès lors des œuvres et des documents relevant de courants esthétiques et de mouvements culturels divers : le visiteur y trouvera, par exemple, aussi bien des artistes modernes qui ont spéculé sur des concepts scientifiques comme la quatrième dimension, que des artistes postmodernes ou contemporains qui revisitent des mythes populaires comme Superman.

Avec des pièces de Lewis Baltz, Larry Bell, Fred Biesmans, Jacques Charlier, Anton Corbijn, Edith Dekyndt, Lucio Fontana, Dora Garcia, Bruno Gironcoli, Dominique Gonzalez-Foerster, João Maria Gusmão & Pedro Paiva, Peter Hutchinson, Ann Veronica Janssens, Mike Kelley, Tetsumi Kudo, Kasimir Malevitch, Chris Marker, John McCracken, Tony Oursler, Jean Perdrizet, Robert Smithson, Ionel Talpazan, Gavin Turk

Le commissariat de l’exposition est assuré par Denis Gielen. Un ouvrage consacré à la thématique de l’art et de la science-fiction sera réalisé par le commissaire à l’occasion de cette manifestation.

Dossier pédagogique de l’exposition

Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18 h, à l’exception des périodes de montage et démontage d’exposition.
Les animaux ne sont pas acceptés.
Le MAC’S est fermé le 25 décembre et le 1er janvier.

Amazing Science aux Utopiales

L’Inserm et le CEA présentent Amazing Science, une expo pulp… et scientifique

En clin d’oeil à la culture SF des magazines américains des années 30, l’Inserm et le CEA proposent à travers l’exposition Amazing Science une exploration en territoire inconnu, à la frontière entre la culture pulp, la science-fiction et la recherche scientifique.

L’écrivain Claude Ecken met sa plume au service d’Amazing Science, par la création d’une œuvre originale de courtes nouvelles de science-fiction formant un parcours littéraire de 26 tableaux.

Chaque panneau de l’exposition assemble des visuels scientifiques autour d’une thématique spécifique  de recherche. Les montages d’Alexandre Cheyrou sont une invitation à plonger dans les mystères du vivant, de la matière ou de l’univers et à comprendre les enjeux scientifiques et technologiques de notre époque.

Présentée pour la première fois à l’édition 2012 des Utopiales de Nantes, l’exposition Amazing Science est inaugurée le 7 novembre.

Présentation sur le site de l’INSERM

Présentation sur le site des Utopiales

AMAZING SCIENCE
Une expo « pulp » et scientifique proposée par l’Inserm et le CEA
Du 7 au 12 novembre 2012
 
Utopiales de Nantes / Festival international de science-fiction
 
La Cité Nantes Events Center, 5 rue de Valmy, 44000 Nantes
Public : à partir de 7 ans

Amazing Science, une exposition conçue et réalisée par les directions de la communication de l’Inserm et du CEA
Chef de projet, Claire Lissalde, responsable du pôle audiovisuel de l’Inserm
Coordination pour le CEA, Florence Klotz
Sur une idée originale d’Eric Dehausse, iconographe de l’Inserm
Relecture, Maryse Cournut de l’Inserm
Nouvelles écrites par Claude Ecken
Direction artistique, Alexandre Cheyrou
Rédaction scientifique, Charles Muller

Illustrations des pulps provenant des fonds de l’Agence Martienne et de la Maison d’Ailleurs.
Photos scientifiques de la banque d’images Serimedis de l’Inserm et de la photothèque du CEA.

Les Pulps – précisions historiques

Apparus à la fin du XIXe siècle, les pulps, magazines bon marché imprimés sur du mauvais papier (la « pulpe » de bois), ont connu une forte expansion entre 1905 et 1940. Support de publication pour genres peu légitimés, depuis les aventures exotiques d’un magazine comme Adventure jusqu’aux récits fantastiques ou aux histoires d’horreur d’un Weird Tales, en passant par le western, les enquêtes policières et les aventures héroïques, ils voient l’apparition de la science fiction à l’américaine pendant la deuxième moitié des années 1930.

Amazing Stories, fondé par Hugo Gernsback en 1926, publie les aventures spatiales du Skylark of Space d’E. E. Smith. Thrilling Wonder Stories (également fondé par Gernsback, qui avait été obligé de revendre son premier titre), ainsi qu’Astounding Stories, offrent des lieux de publication spécifiques pour des nouvelles et des romans parus en feuilleton (La Légion de l’espace, de Jack Williamson, en 1934, les Lensmen d’E. E. Smith en 1936).

C’est dans les pulps que s’est développé ce style si particulier, d’action vive mêlée de spéculation sur des états de la science, qui caractérise la science-fiction de l’« Âge d’Or », entre 1938 et 1946.

La fécondité de cette période, qui a vu apparaître les noms symboliques d’écrivains et d’œuvres formant les premiers grands classiques de la science-fiction, doit tout au modèle éditorial des pulps, qui permettent de mettre à l’épreuve très vite de nouvelles idées et favorisent l’émulation entre des auteurs qui ne cessent de se lire entre eux. Ces revues bon marché se multiplient alors : Startling Stories, Unknown, Fantastic Adventures et Planet Stories s’ajoutent aux précédentes.

Sous le patronage de John W. Campbell, rédacteur en chef d’Astounding (rebaptisé en Astounding Science Fiction), qui exige de ses auteurs un plus grand respect de la cohérence scientifique dans leurs récits, naissent dans les pulps le cycle des robots et de Fondation d’Isaac Asimov, les Slans et le Non-A d’A. E. van Vogt, les histoires du futur de Robert A. Heinlein et de Clifford D. Simak. Parmi les autres figures remarquables faisant alors leurs premiers pas, on peut citer Arthur C. Clarke, Fritz Leiber et Hal Clement. C’est également Astounding qui accueille la fameuse nouvelle de Cleve Cartmill, « Deadline », qui a attiré l’attention de l’armée américaine en décrivant le mécanisme d’une bombe atomique en parallèle du projet Manhattan.

L’empire de (mauvais) papier des pulps est ébranlé par les pénuries de la guerre. Le modèle de publication évolue après 1945, les pulps disparaissent ou se transforment en magazines de plus petite taille, mieux imprimés, tandis que les meilleures nouvelles se voient offrir une seconde vie dans les « fix-up » (selon le terme de Van Vogt), les romans bricolés à partir de récits plus courts, qui se sont transmis jusqu’à nous. Néanmoins, c’est dans ces pages mal imprimées, dans ces récits souvent naïfs et grandiloquents, que s’est formée et consolidée une certaine manière d’écrire le futur, celle de la science-fiction contemporaine.

 Simon Bréan

Exposition « Futur antérieur » à la Galerie du jour-Agnès B

Compte-rendu de l’exposition « Futur antérieur » à la Galerie du jour-Agnès B
Du 24 mars au 26 mai 2012, 44 rue Quincampoix, Paris 4ème arrondissement

Le 24 mars 2012, à 18h, une foule hétéroclite s’amassait devant les portes de la galerie du jour à Paris : certains s’étaient déguisés, d’autres essayaient tant bien que mal de retenir l’impatience qui les gagnait, la plupart étaient curieux, tout simplement. Une fois les dernières retouches apportées au mobilier et tous les écrans fixés, les portes se sont ouvertes et nous avons pu pénétrer dans cet étrange « Futur antérieur » – une exposition produite par le Fonds de dotation Agnès B. et dont le commissariat est assuré par Jean-François Sanz.

Articulée autour de ces trois axes convergents – mais néanmoins autonomes – que constituent le rétrofuturisme, le steampunk et l’archéomodernisme, l’exposition « Futur antérieur » crée les possibilités d’un dialogue original : l’imaginaire de la science-fiction s’entretenant avec celui de l’uchronie. Provenant de plusieurs fonds documentaire européens dont celui, gigantesque, de la Maison d’Ailleurs, de nombreuses productions culturelles directement issues du passé – et qui tentaient, à leur époque, d’esquisser les contours d’un futur indiscernable –, sont mises en parallèle avec des œuvres d’artistes contemporains revisitant le début de notre modernité et réactivant certaines visions du futur générées entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe. Le cocktail est étonnant, l’effet, percutant.

On peut s’interroger sur l’intérêt actuel et renouvelé du public et des spécialistes pour ces univers infiniment variés et esthétiquement complexes : les artistes représentent des futurs qui ne sont jamais arrivés ou des passés qui auraient pu être, renvoyant à l’expression inventée par Henry Jenkins en juillet 2007, « The Tomorrow that never was » dans un article intitulé « Retrofuturism in the Comics of Dean Motter » où il évoque entre autres, la belle nouvelle rétrofuturiste de William Gibson publiée en 1981, « The Gernsback Continuum ». Parallèlement à cette exposition Raphaël Colson vient de faire paraître aux Moutons électriques un riche ouvrage iconographique titré Retro-futur ! synthétisant toutes les définitions du retrofuturisme mais découvrant également tous les sous-genres lui étant affiliés, comme le steampunk, mais aussi le dieselpunk ou le radiumpunk, réinventant les technologies des années 1920 et 1930 ou encore le plus curieux atompunk dérivant de la fin des années 1940. Il est à noter que cet ouvrage complète avec pertinence celui d’Etienne Barillier paru chez le même éditeur en 2010, Steampunk. L’esthétique rétro-futur.

L’esthétique du rétro-futurisme s’inspire essentiellement des précurseurs de la science-fiction, d’œuvres illustratives de ce que nous appelons l’anticipation ancienne ou la proto science-fiction: l’exposition présente des illustrations de La Fin du Monde, de L’Astronomie populaire de Camille Flammarion (Henri Lanos en 1905 pour la revue Je sais tout et Charles Barbant pour les éditions Flammarion en 1881), des photogrammes tirés du Voyage dans la lune de Georges Méliès (Collection de la Cinémathèque française), les gravures de Léon Bennett ou d’Emile Bayard pour Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (Collection Hetzel), les aquarelles intemporelles d’Albert Robida, comme « La Sortie de l’opéra en l’an 2000 » ou encore l’illustration de couverture du roman de Léon Groc, On a volé la Tour Eiffel par Henri Armengol en 1923. A la fin du XIXème et au début du XXème siècle la science ouvrait des horizons immenses et prometteurs, laissant libre cours à une imagination débordante, en rupture totale avec le rationalisme. Nous regardons dès lors avec un regard fasciné cette conception très avant-gardiste d’un monde imaginaire déconcertant. Chaque œuvre mélange un concept futuriste à un cadre désuet, nous rappelant combien le futur et le passé peuvent être imbriqués et marqués par le paradoxe temporel.

Les lignes d’avenir dessinées par l’« Atomic interplanétaire » en métal jaune des années 1950 ou les maquettes Deschamp du Train lunaire et du Nautilus (coll. Maison d’Ailleurs), viennent répondre à celles crayonnées par les travaux remarquables du sculpteur Stéphane Halleux ou de l’illustrateur Didier Graffet. Il suffit de quelques pas dans cet espace d’exposition, exigu et offrant des surprises à chaque nouvelle salle, pour se rendre compte que « Futur antérieur » est un opérateur dynamique : les esthétiques s’affrontent, les temporalités se mélangent, et il s’ensuit un dialogue incessant entre notre temps et ces temps, révolus mais toujours là, qui nous ont précédés. La mise en perspective fonctionne à merveille : notre postmodernité relève ses pans modernes et la modernité, ses attentes postmodernes.

Le visiteur est sans cesse poussé à se dédoubler : il est projeté dans le passé, puis se repose dans son présent pour, finalement, se plonger dans le futur afin de… revenir au passé. Par un dispositif scénographique original mixant les représentations, le voyage dans le temps n’a jamais été aussi éprouvé. Et, une fois la cour extérieure retrouvée, on se laisse aller à rêver et toutes les phrases que nous formons, semblent être… au futur antérieur.

Marc Atallah et Natacha Vas-Deyres

Age-ism

Le  Dirty Art Department du Sandberg Instituut à Amsterdam présente ses projets d’étudiants, AGE-ISM, lors de trois journées de lectures et performances :

BETWEEN WORLDS
March 14, in the Rietveld Pavilion

REARVIEW MIRROR
March 2, at DAD – Sandberg Instituut

I AM NO BARBARIAN, I AM AN ALIEN !
March 28, in the Rietvel Pavilion

Lectures and performances by
John Körmeling
Roy Villevoye
Jean Baudrillard impersonated
Alan N. Shapiro & Regan O’Brien
Doc Eye Film
Thomas Lommee
Anne de Vries
Regine Debatty (We Make Money Not Art)
Thomas Thwaites
Jerszy Seymour

Speculating about economical and social scenarios, Age-ism approaches the field of making as a borderless practice. As uncontrolled missiles, skimming the surface of history, landing on unknown territory, Age-ism hopes to provoke and unveil the relationship of progress, production and experience.
Questioning design in the most ambitious sense of the word – « anything is possible » – it aims to surpass the borders of post-modern production, where « anything goes ».

The Age-ism lecture series will show speed, the screen, the desert, cars, behind the scenes software programming, cargo ships, satellites, the indigenous of here and there, the merging of matter and information, violence, entropy, a keyboard, the spectacle and the particle accelerator…

Find program on www.dirtyartdepartment.com
Fee entrance – reservation via age-ism-lecture@gmail.com

Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel

Deuxièmes journées Enseignement et Science-Fiction de l’IUFM de Nice

L’IUFM de Nice organise les mardi 15 et mercredi 16 mai 2012 deux journées d’étude sur le thème :
« Science-fiction et didactique des langues : un outil communicationnel, culturel et conceptuel ».

Mardi 15 mai – matin
1 – Conférence introductive
2 – Science-fiction et activités langagières
Mardi 15 mai – après-midi
3 – Groking Newspeak : les spéculations linguistiques de la SF
4 – Le cinéma de SF au service de l’enseignement des langues

Mercredi 16 mai – matin
6 – Uchronies, ou l’art des civilisations alternatives
7 – Civilisations antiques dans la SF, la langue et les mythes
Mercredi 16 mai – après-midi
8 – Les objectifs culturels de la science-fiction
9 – Xéno-encyclopédies et auto-structuration des connaissances

Parmi les auteurs attendus : Ugo Bellagamba, Jeanne-A Debats, Claude Ecken, Timothée Rey et Pierre Stolze

Lieu : IUFM de Nice, centre Liégeard, avenue Stephen Liégeard.
Dates : 15 & 16 mai, 8h30 – 17h30
Entrée libre et gratuite
contact : SF@unice.fr

Sommaire des actes de la première édition

Les Mystères de l’Ouest au Centre Pompidou

La science-fiction semble plus que jamais inspirer l’art contemporain et intéresser les centres culturels. Alors qu’une exposition s’est ouverte le 1er février à la Gaîté Lyrique, imaginant 2062 à travers diverses manifestations, le Centre Pompidou propose depuis le 22 février et jusqu’au 12 mars Les Mystères de l’Ouest, « une exposition fantaisiste sur l’abstraction comme odyssée spatio-temporelle. Entre quatrième dimension et physique quantique, les géométries abstraites d’hier et d’aujourd’hui inventent l’art de la téléportation », selon les mots de son commissaire, Pascal Rousseau. L’idée de cette exposition trouverait son origine dans « un épisode des Mystères de l’Ouest (1965) où un savant fou transfère des mercenaires dans des tableaux de maître au moyen d’un curieux diapason électromagnétique ».
Le Centre propose en lien avec cette exposition trois conférences, «Téléportations, les espaces-temps de la modernité», du 7 au 12 mars 2012.

2062, aller-retour vers le futur à la Gaîté Lyrique

2062 à la Gaîté Lyrique

Le théâtre de la Gaîté Lyrique organise plusieurs manifestations (concerts, spectacles, conférences) autour d’une exposition qui invite à se « plonger dans le futur ». Du 1er février au 25 mars, métro Réaumur-Sébastopol.

Une conférence est consacrée au « temps de la science-fiction« , le 17 mars à 14h30.

http://www.gaite-lyrique.net/theme/2062