Archives de catégorie : Parutions

Foundation n°130 – In Frankenstein’s Wake

La revue Res Futurae vient de nouer un nouveau partenariat avec son aînée Foundation : The International Review of Science Fiction (http://www.sf-foundation.org/). Nous publierons régulièrement ici, comme c’est déjà le cas avec Science Fiction Studies, les annonces de parution des nouveaux numéros.

La revue académique Res Futurae n’existerait pas sans le soutien bienveillant de ses aînées, qui ont ouvert il y a plus de quarante ans le champ des science fiction studies. Après Science Fiction Studies (fondée en 1973) qui nous offre depuis 2010 un accès gracieux à tout son catalogue d’articles, c’est la revue Foundation : The International Review of Science Fiction (fondée en 1972) qui a accepté un partenariat du même ordre, grâce à deux missions à l’université de Liverpool. C’est là que se tiennent le siège et les archives de la Science Fiction Foundation qui édite la revue, et où s’est faite la rencontre avec deux de ses actuels responsables, Paul March-Russell et Andy Sawyer. Nous en tirons autant de fierté que de reconnaissance, et nous ouvrons donc avec grand plaisir dans cette douzième édition la rubrique « En direct de Foundation », pilotée par Alice Ray comme « En direct de Science Fiction Studies ».

Irène Langlet, « Editorial », ReS Futurae [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 22 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/2209

Foundation n°130 : Special Section – In Frankenstein’s Wake

Paul March-Russell: Editorial
Emily Cox: Denuding the Gynoid: The Woman Machine as Bare Life in Alex Garland’s Ex Machina

Special Section – In Frankenstein’s Wake

Ashley Gordon: The Promethean Daemonic from Frankenstein’s Creature to Ridley Scott’s Alien
Richard Leahy: Superintelligence and Mental Anxiety from Mary Shelley to Ted Chiang
Martine Mussies: Frankenstein and The Lure: Border Crossing Creatures Through a Feminist Lens
Amanda Pavani: The Man-Machine and the Machine-Man: Frankenstein, Synners and He, She and It

Features:

Anne Charnock: The Fourfold Library (7): Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale
Paul Kincaid: Did You Read What I Wrote?
Andy Sawyer: Farewell to Foundation: A Quarter-Century of Reviewing

Conference Reports:

Kathryn E. Heffner: Imagining the History of the Future
Powder Thompson: Shakespeare and Science Fiction
Anna McFarlane: Embodiment in Science Fiction and Fantasy

Book Reviews:

Bodhisattva Chattopadhyay: Lem Cells
Chiara Cigarini: On Chinese Science Fiction
Lance Conley: Brian Willems, Speculative Realism and Science Fiction
Matthew De Abaitua: Simon O’Sullivan et al, eds. Futures and Fictions
Audrey Taylor: Suzanne Bray, ed. Dimensions of Madeleine L’Engle
Alison Tedman: Peter W. Lee, ed. A Galaxy Here and Now
Jane CoomberSewell: Jane Yolen, The Emerald Circus
Tom Kewin: Alastair Reynolds, Elysium Fire
Chris Pak : M. John Harrison, You Should Come with Me Now
Steve Shaviro: Chris Beckett, America City

RESF n°12 : Science-fiction et jeu vidéo

Lorsque Spacewar, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. La thématique spatiale que ce précurseur exploite traverse encore une grande partie de la production vidéoludique. De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction. Ce numéro de Res Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique.

Irène Langlet –Editorial [Texte intégral]

JEUX VIDÉO ET SCIENCE-FICTION

Sous la direction de Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten

Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –L’espace science-fictionnel (au sein) du jeu vidéo [Texte intégral]

Guillaume Baychelier –Apports de l’iconographie sidérale aux problématiques spatiales vidéoludiques : le cas des jeux vidéo horrifiques [Texte intégral]

Estelle Dalleu –Jeu vidéo et science-fiction >> de mode texte en code texte  [Texte intégral]

Jean-Charles Ray et Simon Laperrière –Une constellation nommée Argo – L’errance dans la science-fiction vidéoludique [Texte intégral]

Fleur Hopkins –Voyage au centre de la chair : l’exploration miniature du corps hum – ain dans les jeux vidéo [Texte intégral]

Clément Personnic et Yannick Kernec’h –Mettre en jeu le voyage dans le temps : de la réappropriation vidéoludique d’un sous-genre de la science-fiction [Texte intégral]

Sonny Walbrou – Le corps du joueur et l’écran traversé : récurrences et circulation d’un motif. [Texte intégral]

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

David M. Higgins –Rêves d’accumulation : l’économie dans les jeux vidéo de science-fiction [Texte intégral]

Lars Schmeink –« Piller, Tuer, Survivre » : Apocalypse zombie, exploration et expérience vécue dans DayZ [Texte intégral]

EN DIRECT DE FOUNDATION

Paweł Frelik –Changer la réalité : les mods des jeux vidéo, la (micro)politique et les genres de l’imaginaire [Texte intégral]

ENTRETIENS

Mathieu Triclot et Fanny Barnabé –Entretien avec Mathieu Triclot [Texte intégral]

Alain Damasio, Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten –Interview d’Alain Damasio [Texte intégral]

COMPTES RENDUS

Jean-Louis Trudel –Fanny Lignon, dir., Genre et jeux vidéo (2015) [Texte intégral]

Jean-Loup Héraud –Jean-Clet Martin, Logique de la science-fiction : de Hegel à Philip K. Dick (2017) [Texte intégral]

Pierre-Yves Houlmont – Tringham N. R., Science Fiction Video Games (2014) [Texte intégral]

 

Crédit image à la une : Image d’un écran affichant Spacewar (1962).Tous droits réservés.

Science Fiction Studies numéro 136

Le numéro 136 de la revue Science Fiction Studies est paru.

Numéro spécial sur la SF et le bouleversement climatique (Ed: Brent Ryan Bellamy & Veronica Hollinger)

Dès le XIXè et le premier XXè siècles, le topos du changement climatique intègre une rhétorique économique qui voit la politique climatique comme une compétition entre  nations rivales. Textes de Jules Verne, Mark Twain,  George Griffith. Les scénarios de contrôle, émergence ou monopole sont conceptualisés comme des grands récits capitalistes. A l’extrême, des récits de prise de contrôle armé. L’économie des premières fictions climatiques nous a préparés, et  potentiellement conditionnés, à voir le climat comme une ressource pour laquelle il est envisageable d’engager un conflit armé.

Carbon-fueled acceleration of global capitalism provides the main framework through which the interdisciplinary formation of the energy humanities approaches climate crisis. This essay attends to a no less consequential source of power, the atom, from an intersection of spaces, materialities, and enunciative positions that has received little scholarly attention. It focuses on the Russophone Kirghiz author Chingiz Aitmatov’s experimental hybrid of socialist realism, science fiction, and indigenous cosmology to explore a kind of atomic writing that emerged from the secret weapons development and testing sites zoned off on the “naked steppe” at the eastern margins of the Russian and Soviet empires. Challenging the logic of development, progress, sacrifice, and disposability in both capitalist and socialist modernity, the situated aesthetics of Central Asia’s nuclear fantastic generates a planetary consciousness of compound environmental catastrophe—even as it salvages the possibilities of a cosmopolitics for the Anthro-pocene.

This essay examines how Kim Stanley Robinson’s Shaman (2014) depicts the deep history of both humans and the Earth. Centered around humans living 32,000 years ago during the last ice age, it contributes to the genre of prehistoric fiction as well as, less obviously, climate fiction. As prehistoric fiction, it foregrounds the continuity of human identity across history, particularly our impulses toward art-making and science, and thereby challenges our sense of separation from the deep past. At the same time, Robinson’s novel may also be understood as climate fiction. Typically, climate fiction is associated with contemporary global warming, but this article approaches the genre in terms of its tendency to envision environments historically, a capacity referred to here as the “geohistorical imagination.” While Shaman shares this imagination with other climate fictions, it differs remarkably from most ice-age narratives because it describes the slow pace of glaciation and the persistence of daily life, rather than the apocalypse. Drawing out the consequences of this figuration of geohistory, this essay argues in conclusion that Shaman enables us to think historically about global warming and the Anthropocene.

Building on recent critical conversations about “science fictionality” as a quality that is present in, but not necessarily tethered to, the literary genre of science fiction, this essay articulates scientific and critical debates about the Anthropocene in terms of cognitive estrangement. It argues that the term “Anthropocene” acts simultaneously as nomenclature, as narrative, and as novum. Different definitions of and variations on “the Anthropocene” invoke varying narratives with specific origins, settings, characters, and resolutions. Meanwhile, each of these narratives has a distinct novum that produces different kinds of cognitively estranging relationships to hegemonic histories of Western modernity. The science fictionality of “the Anthropocene” as a concept reveals not only the strategic activation of cognitive estrangement beyond the bounds of science fiction, but also what is at stake in the way that science fiction focusing on climate change articulates a novum in relation to history, as well as futurity.

As a literature of the Anthropocene, contemporary narratives of terraforming and geoengineering draw on a rich tradition of stories that scrutinize the ecological, social, political, economic, and technological relationships that obtain between and within communities, institutions, and local and planetary environments. This article examines three contemporary terraforming and geoengineering narratives to investigate how such works theorize the Anthropocene. Drawing on Reza Negarestani’s “necrocracy” to understand how speculation about terraforming and geoengineering is both coherent with and antecedent to emerging theoretical concepts about climate change, this article examines representations of humankind’s expanding incorporation of the solar system in Ian McDonald’s Luna: New Moon (2016) and Kim Stanley Robinson’s 2312 (2012), and its critique in Robinson’s Aurora (2015). This article seeks to understand how orientations toward the transformation of planetary environments are configured, how responses to such plans are represented, and how such texts imagine the conjunction of geological processes and human agency. Ultimately, it argues that terraforming narratives can help scholars of science fiction and the environmental humanities think through concepts such as the Anthropocene and the dissipative economies of closed life-support systems.


The Syfy television series The Expanse (2015-) transposes a form of combined and uneven development from Earth to the solar system, making the human reality of life lived in space a central concern. The Expanse envisions a colonized solar system, replete with a United-Nations-controlled Terra and Luna, a military dictatorship on Mars, and a densely populated asteroid belt. This essay proposes that The Expanse offers an image of a worlds-system, by which we mean an interplanetary system of capital accumulation that reproduces the structure of twentieth-century geopolitical-economy at the level of the solar system. At one and the same time, The Expanse imagines a new cycle of accumulation founded in the planetary system and premised on ecological crisis on Earth and it provides a re-narration of the end of the cycle of accumulation that has been called the long twentieth century or the American century, which exasperated the climate crisis in the first instance. The Expanse is a pivotal narrative that promises a new interplanetary cycle of accumulation and its decline all at once, a fantasy of continuity that simultaneously dramatizes the contemporary crisis of futurity.

This paper draws on recent global speculative film and fiction that highlight guilt and remorse to think about what good might come out of feeling bad, focusing especially on how these texts use negative affective responses to encourage positive communal action. Afrodiasporic, African, and Indigenous and Aboriginal futurisms participate in widespread cultural debates about humanity’s responsibility to the environment: Cree-Canadian filmmaker Danis Goulet’s short fantasy film Wakening (2013), Nigerian-American Nnedi Okorafor’s petrofiction Lagoon (2014), Kenyan filmmaker Wanuri Kahiu’s short sf film Pumzi (2009), and Aboriginal Australian Alexis Wright’s climate-fiction The Swan Book (2013) explore alternative futures in which humans reestablish a sense of relation with their non-human counterparts. Negative emotions register not only as affective modes that signal constitutive relationality and an a priori responsibility to others, to the land, to other human beings and other species, but also invite reparative responses. Located in the interstices of environmental and postcolonial science fictions, these narratives can, at the very least, serve as antidotes both to complacency in light of the uneven planetary distribution of resources and to despair in the face of environmental devastation.

Since the 1950s, many Chinese sf narratives have explored facets of climate change and terraforming. This essay focuses on the atmospheric transformation project depicted in Chinese sf writer Zheng Wenguang’s Descendant of Mars (1983). I read the novel from two perspectives. The first situates it within the Chinese literary scene of the early 1980s, and I argue that Descendant reveals Zheng’s heartfelt skepticism about human interference with nature and climate, in the context specifically of Mao’s radical wars against nature in the 1950s and 1960s. Second, I situate Zheng’s Mars narrative within the topography of world sf. The novel features instances of geoengineering as a form of climate change mitigation and the characters’ different positions and debates about space colonization and terraforming resonate with ongoing debates about climate change and environmental ethics in today’s world.

Matters of politics and human history tend to be rendered meaningless when the climate crisis is described as a release of inhuman forces and/or something so complex as to be sublime. Why seek political power when the scale of climate change appears to dwarf human agency? Why adopt an historical perspective when the implications of global warming seem to stretch into deep time? Against these trends, this essay examines recent developments in weird fiction that move beyond some of the impasses afflicting the environmental humanities. More specifically, this essay turns to the ecological imaginations of Victor LaValle’s The Ballad of Black Tom and John Langan’s The Fisherman. Each title ends menacingly with the promise of rising seas, but not before they illustrate crucial links between climate change and our racist and patriarchal status quo. Stressing, after China Miéville, the abcanny quality of this status quo, these fictions chart a new path forward for the genre in the aftermath of the New Weird. Indeed, climate-oriented weird fiction renders visible the unequal experience of climate change, connects the crisis to ongoing histories of trauma and exploitation, and critically addresses common reactions, from the paralysis that arises when encountering the sublime to the misperception that this abcanny force is just comeuppance for past crimes.

REVIEW-ESSAY

  • Terry Harpold. “À la Hogarth”: Verne’s Robur the Conqueror.    

BOOKS IN REVIEW

  • Garforth’s Green Utopias: Environmental Hope Before and After Nature (Gerry Canavan).          

  • Ghosh’s The Great Derangement: Climate Change and the Unthinkable  (Ericka Hoagland).        

  • Streeby’s Imagining the Future of Climate Change (Conrad Scott).          

  • Ashley’s Science Fiction Magazines from 1981 to 1990 (Paul Kincaid).     

  • Benford/Westfahl/Hendrix/Miller’s Bridges to Science Fiction and Fantasy (Nicholas Ruddick).              

  • Bowler’s Prophets of Progress from H.G. Wells to Isaac Asimov (Patrick A. McCarthy).  

  • Burton’s The Philosophy of Science Fiction (Leslie J. Fernandez).              

  • Edri/Gurevitch’s Science Fiction beyond Borders (Keren Omry).

  • Garlington’s The Adventures of Acidman: Psychedelics and the Evolution of Consciousness in Science Fiction and Superhero Comics from the 1960s Onward(Eric Berlatsky).  

  • Hayles’s Unthought: The Power of the Cognitive Unconscious (Colin Milburn).

  • Hubble/MacCallum-Stewart/Norman’s The Science Fiction of Iain M. Banks (Chad Andrews).

  • James’s The Journals of Samuel Delany, Vol. 1 (Carl Freedman).               

  • López-Pellisa’s La Ciencia ficción en la cultura española (Sara Martín). 

  • Segaloff’s The Provocative Life of Harlan Ellison (Gary K. Wolfe).            

  • Telotte’s Animating the Science Fiction Imagination (Rick Cousins).       

  • Towlson’s Close Encounters of the Third Kind (David Hollands).

  • Trudel’s Petit Guide de la science-fiction au Québec (Amy Ransom).       

  • Wilson’s J.G. Ballard and Sellars’s Applied Ballardianism (Rob Latham).              

NOTES AND CORRESPONDENCE

  • Eulogy for Ursula K. Le Guin (Robert M. Philmus)            

  • SF and the Digital Humanities (Lisa Swanstrom)

  • Reply to Elana Gomel’s Review (Rob Latham)

  • Calls for Essays

  • Notes on Contributors

ReSF n°11 : Maurice Renard

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Irène Langlet Éditorial

MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

ARTICLES DE MAURICE RENARD

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

VARIA

COMPTES RENDUS

 

Fantasy Art and Studies 3: Science Fantasy

Le nouveau numéro de la revue Fantasy Art and Studies vient de paraître, avec un dossier consacré à la science fantasy.

Au sommaire, plusieurs articles, illustrations et nouvelles qui proposent de définir et d’explorer « ce mélange de fantasy et de science-fiction qu’est la Science Fantasy« .

Le site de la revue.

Pour lire le numéro, c’est par ici.

Sommaire

Vivian Bergue. Defining Science Fantasy.

Christophe Germier. Souvenirs téléportés.

Xavier-Marc Fleury. Pourfendre les dragons.

Justine Breton. A Future Droid in King Arthur’s Court : When Science Fiction invite itself into Fantasy.

Laurent B. L’échantillon.

Florian Bonnecarrère. Orquerie.

Alexandra Aïn. La Science Fantasy au prisme du light novel et du manga : pour un mélange des genres.

Tom Ariaudo. Retour rapide.

A. R. Morency. Et le cochon ?

Guillaume Labrude. Dans la tête de Charles Drax.

 

 

Crédits « Image à la Une »Ferdinand Dumago Ladera

ReS Futurae n° 10 Imaginaire informatique et science-fiction

La question d’un « imaginaire informatique » embrasse les figures que la science-fiction, tous médias confondus, a élaborées pour à la fois témoigner de l’irruption de l’informatique dans notre réalité, et pour en imaginer et conceptualiser l’avenir, et les répercussions sociales et individuelles. Réciproquement, se trouve posée la question de ce que l’informatique fait à la science-fiction, entre enjeux de représentabilité (comment la représenter ?), développements réflexifs où l’informatique permet à la science-fiction de se penser elle-même, et expériences formelles sous l’influence des langages informatiques.

RESF n°9 La Science-fiction en Asie du Sud-Est

Le prix Hugo à Liu Cixin, pour Les Trois Corps, a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs. Ce numéro examine, avec une perspective transculturelle, l’évolution (du XIXème au XXIème s.) de la SF en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

Science Fiction Studies numéro 131

Le numéro 131 de la revue Science Fiction Studies est paru.

 

ARTICLES

 

Cet article examine les différents registres politico-économiques du roman The Martian (2011) de Andy Weir en s’intéressant à la réponse symbolique proposée aux crises matérielles et idéologiques de la Grande Dépression. La crise financière de 2008 a mené à la perte du logement de millions de personnes et remet en question la légitimité des principes économiques traditionnels. Publié au paroxysme de la crise économique et représentant les difficultés colossales d’un homme à rentrer chez lui, le roman remet en question les discours économiques contestés au sein de la fable culturelle. Sur Mars, la culture des pommes de terre de Mark Watney renvoie au paradigme néoclassique de l’homo economicus, l’autarcique agent qui privilégie constamment les choix compétitifs plutôt qu’une répartition rationnelle des ressources. La Terre de la NASA, bien au contraire, est un monde fantastique aux ressources illimitées où, sont renversés deux siècles d’un principe éoconomique (néo-)classique : « chaque être humain a l’instinct primitif de l’entraide » (Weir, 368-69). Les tentatives confuses du roman de réconcilier l’homo economicus avec une idée viable du concept du bien commun peuvent être historicisées. D’autres importants documents de cette ère de crise – le rapport officiel du gouvernement des Etats-Unis sur la crise financière et la déclaration d’occupation de Wall Street parmi eux – manifestent le même désir de restaurer ce sens disparaissant du Commonwealth.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 131

ReSF N°8 Michel Houellebecq

Le numéro 8 de ReS Futurae est paru.

Depuis la parution de son premier roman en 1994, Michel Houellebecq n’a eu de cesse de mettre en scène des lieux matériels ou spirituels clos – des utopies – au sein desquels se diffracte et se réfléchit la condition de l’homme postmoderne. Ces utopies empruntent des motifs et procédés aux traditions discursives de l’utopie et de la science-fiction pour permettre à ses romans de critiquer, grâce à l’hybridation générique, le substrat utopique d’une « Modernité sans gouvernail » (Heisenberg).

Irène Langlet : Éditorial

LES UTOPIES DE MICHEL HOUELLEBECQ

Sous la direction de Marc Atallah

EN DIRECT DE SCIENCE FICTION STUDIES

LECTURES

Science Fiction Studies #130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : « special issue on indian science fiction », dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies #130

ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

resfuturae 7
Daylon, CLEER, 2010

Le numéro 7 de la revue Res Futurae (printemps 2016) accueille un dossier issu de la journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’études de la littérature française des XXe et XXIe siècles ) : « Le présent et ses doubles » (30-31 janvier 2015), enrichi par de nouvelles contributions. Il s’agit d’explorer les modalités et les moyens par lesquels la littérature est à même de créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, en établissant une tension entre deux temporalités, celle de l’éphémère et de l’immédiat, et celle de l’ailleurs et autre.

Irène Langlet, Éditorial

LE PRÉSENT ET SES DOUBLES

Continuer la lecture de ReS Futurae n°7 Le Présent et ses doubles

Science Fiction Studies #128

Le numéro 128 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction numérique : « special issue on digital science fiction », dirigé par Pawel Frelik et Rob Latham.

ARTICLES

Paweł Frelik. Introduction: Digital Science Fiction(s) (texte en anglais)

Symposium on Digital SF

Lisa Swanstrom. « External Memory Drives: Deletion and Digitality in Agrippa (A Book of The Dead) » (présentation en anglais)

Bien que la fiction cyberpunk de Williamn Gibson soit essentielle pour saisir la relation entre la « digitality » [« condition numérique »] et la science-fiction, je postule que l’œuvre « numérique » [« digital »] la plus importante de Gibson n’est ni du cyberpunk, ni de la science-fiction, ni même de la fiction. C’est plutôt un poème autobiographique, « Agrippa:(A Book of the Dead) », publié en 1992. « Agrippa » correspond à un moment de basculement pour l’écriture de Gibson du fait de son implication avec des techniques d’édition numériques réelles – plutôt que spéculatives – non seulement en ce qui concerne le disque qui contient le poème qui y est encodé, mais en ce qui concerne la tendance de Gibson à établir une relation triangulaire entre la numérisation, l’identité et la mémoire. « Agrippa » dans son ensemble – c’est à dire comme œuvre poétique, livre imprimé, et objet numérique destiné à s’auto-effacer – fonctionne au départ comme un monument moderniste élevé à la subjectivité au moment même où elle est démantelée et, à cet égard, se trouve en parfaite cohérence avec la fiction cyberpunk de Gibson, qui tend à traiter la technologie numérique de manière analogique. Pour autant, durant les vingt ans et plus qui ont passé depuis sa publication initiale, « Agrippa » a continué à évoluer, et une analyse de ce texte étrange de nos jours apporte différentes possibilités. Dans ce qu’on pourrait appeler l’au-delà d’« Agrippa », une forme plus fluide de mémoire s’est manifestée, une forme collective, participative, collaborative, et bien plus en harmonie avec la nature de la « digitality » [« condition numérique »].

Continuer la lecture de Science Fiction Studies #128

Science Fiction Studies numéro 127

Le numéro 127 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

J.P. Telotte. « Animation, Modernism, and the Science Fiction Imagination » . (présentation en anglais)

Cet article étudie une absence curieuse dans les récits du développement cinématographique de la science-fiction – les nombreux exemples de film d’animation ayant des thèmes de SF pendant les années 1920 et 1930. Pendant cette période de formation, alors que la science-fiction peinait à trouver sa place dans le cinéma en prises de vue réelles, beaucoup de ses manifestations se limitant aux serials, l’imagination de science-fiction s’est vigoureusement implantée dans les travaux des studios d’animation les plus important de la période, qui ont tous produit des dessins animés sur les sujets alors en vue dans les nouveaux pulps – voyage spatial, rencontres du troisième type, robots, inventions fantastiques. Envisagés dans la perspective d’un « modernisme conservateur », ces dessins animés reflètent et critiquent en même temps  la présence de la science et de la technologie et leur influence sur la vie moderne, et du même coup apportent au genre émergent de la science-fiction un terrain tout à fait adéquat et fertile pendant les décennies précédant la Seconde Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 127

ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle

Resfuturae6
Gabriel Worst, Pierre Boulle, 2012 (détail); sur l’encyclopédie Wikipedia, licence CC-BY-SA

Le numéro 6 de ReS Futurae est paru. Au sommaire : un dossier sur Pierre Boulle ( et la science-fiction), deux articles de théorie littéraire en direct de Science Fiction Studies et des comptes rendus d’ouvrages critiques sur la science-fiction.

Dossier Pierre Boulle

Pierre Boulle est l’un des rares exemples d’auteur français ayant publié à la fois de la littérature générale et des récits de science-fiction. Ses récits de science-fiction doivent-ils être interprétés à l’aune de sa production « blanche », ou peut-on s’autoriser la proposition inverse ? La pensée de la science-fiction informe-t-elle, ou insémine-t-elle, l’ensemble de la production de Pierre Boulle ?

Continuer la lecture de ReS Futurae n°6 – Pierre Boulle