Archives de catégorie : Parutions

Sur les préfaces et postfaces en science-fiction

Après la préface inédite du livre d’Anita Torrès en 1997, le site Quarante-Deux publie ces jours-ci une postface inédite de Gérard Klein, directeur de la collection « Ailleurs et demain » chez Laffont. (Voir toutes les références en fin de billet.) Elle donne à nouveau à penser, à au moins trois titres.

Premièrement, au titre des pratiques des éditeurs, et leurs choix de publication. Que signifie une préface pour un éditeur? Est-ce un appareil critique qui risque d’alourdir la lecture, d’éloigner le public? On peut le supposer lorsqu’un refus de publication est énoncé. A moins que le problème ne vienne de l’aspect polémique de certains essais-préfaces, et celui de G. Klein entre pleinement dans cette catégorie. Trop long? Trop critique? Evoquant des questions de société trop brûlantes? Mais que penser de cette pratique, qui perpétue le clivage entre une lecture qui serait « de divertissement » (peut-être?) et une autre, qui serait « d’étude », voire « savante »? A l’heure où les études littéraires sont amenées à repenser leur périmètre, leurs méthodes et leur liaison aux mutations sociales, on peut s’interroger sur ces choix, qui vont à rebours de la nécessaire reformulation d’une capacité critique de la littérature de fiction, de l’importance indiscutable de ses expériences d’anticipation, qui permettent d’exprimer des hypothèses créatives, parfois en raison même de l’outrance ou de la stylisation philosophique que permet la fiction. G. Klein le comprend parfaitement, et explique avec une sincérité qui force le respect le cheminement de pensée que ce roman de Simmons lui a permis d’entreprendre.

Deuxièmement, au titre précisément du rôle de tribune et de vecteur critique que peuvent jouer les préfaces, dans les collections spécialisées en général et dans celle-ci en particulier, et sous la signature de Gérard Klein tout particulièrement. Dans le numéro 1 de ReSF,  Simon Bréan propose une étude de ce que la critique produite par les « érudits de la SF » apporte à la connaissance de ce genre; l’état des lieux d’Irène Langlet a pris, pour sa part, pour point de départ de sa réflexion sur les méthodes possibles d’étude de la science-fiction une préface de G. Klein refusée aussi par un éditeur. Comment un genre littéraire, voire globalement un genre médiatique, doit-il être appréhendé? La saisie des stricts corpus fictionnels suffit-elle à comprendre la structuration générique? Ou bien cette dernière doit-elle s’envisager aussi par le biais des discours tenus sur le genre, avec leurs évolutions, leurs points de débat, leurs impasses, même, qui disent quelque chose de la définition, possible ou impossible, de la SF? Il est notoire que l’art contemporain ne se comprend pas sans les discours d’intention ou d’accompagnement qui doublent, précèdent ou suivent ses performances ou installations; les genres médiatiques et populaires se structurent-ils aussi de cette manière? Avec quelles spécificités?

Troisièmement, du coup, au titre de l’archivage et de la pérennisation de ces textes voués à une rotation peut-être trop rapide (problèmes des rééditions, des titres épuisés). Quarante-Deux a compris depuis de nombreuses années tout l’intérêt de mettre ces préfaces à disposition du public, et fait oeuvre irremplaçable en archivant les prises de parole du connaisseur intime de la SF qu’est G. Klein.  La lecture ponctuelle, ou en continu, des préfaces qu’il a signées au fil des ans, procure un aperçu inestimable de la culture science-fictionnelle française, de ses débats, du savoir littéraire qui s’y accumule et s’y discute, bref: de son histoire. S. Bréan l’a pris en compte dans sa thèse, récemment parue aux Presses Universitaires de Paris-Sorbonne. Co-organisé par B.-O. Dozo, un colloque international aura lieu en juin à l’université de Liège sur ces « Jeux et enjeux de la préface »: I. Langlet y proposera quelques réflexions et analyses de ce corpus spécifique, d’une grande richesse. Ce nouvel épisode de la vie éditoriale en constituera évidemment un exemple de choix.

Références

Bréan Simon, La science-fiction en France, PUPS, 2012.

Bréan Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 10 janvier 2013. URL : http://resf.revues.org/131

Klein Gérard, « Dan Simmons : Flashback« , postface inédite au roman, 2011, in Quarante-Deux, « Archives stellaires », en ligne (janvier 2013), URL: http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/Flashback/

Klein Gérard, « Anita Torres : la Science-Fiction française — Auteurs et amateurs d’un genre littéraire », préface inédite à l’ouvrage, in Quarante-Deux, « Archives stellaires », en ligne (2001), URL: http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/sff.html

Langlet Irène, « Étudier la science-fiction en France aujourd’hui », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 11 janvier 2013. URL : http://resf.revues.org/181

« Jeux et enjeux de la préface », colloque international, Université de Liège, Belgique
26-28 juin 2013, URL: http://www.crilcq.org/activites/contribution/jeux_et_enjeux.asp

 

Deux mille treize / Prolongation du CFP

L’équipe de Res Futurae vous souhaite une très belle année sans fin du monde.

Le premier numéro de la revue reçoit déjà une recension encourageante sur le blog Traqueur Stellaire: http://www.traqueur-stellaire.net/2012/12/res-futurae-1/.

L’appel à contributions du numéro 3 attire, en date de ce premier janvier 2013, une dizaine de propositions passionnantes. Nous avons donc décidé de prolonger l’appel jusqu‘au 20 janvier.

Par ailleurs nous apportons la précision suivante au sujet du dossier thématique « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui » dans le numéro 1: il a été préparé par Anne Besson, Simon Bréan et Samuel Minne sous la direction d’Irène Langlet. Cette précision sera portée sur le site de la revue dans les jours à venir.


Image créée avec Wordle (http://www.wordle.net/).

 

ReS Futurae n°1 : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui »

Caza, illustration de couverture pour « Le Robot qui rêvait » d’Isaac Asimov, J’ai lu, 1988.

La revue en ligne ReS Futurae (Revue d’Etudes sur la Science-Fiction) vient de rendre disponible son numéro 1 (avec une maquette provisoire) : « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ».

Au sommaire :

Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui
Sous la direction de Irène Langlet

Irène Langlet – Étudier la science-fiction en France aujourd’hui
Cédric Chauvin – Statut de la littérature et science-fiction
Simon Bréan – Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène
Simon Bréan – L’érudition de science-fiction en France : repères bibliographiques

En direct de Science Fiction Studies : Une histoire de la critique de science-fiction

Arthur B. Evans – Les origines de la critique de science-fiction : de Kepler à Wells
Gary Westfahl – La tradition populaire de la critique de science-fiction, 1926-1980
Donald M. Hassler – Les pionniers universitaires de la critique de science-fiction, 1940-1980
Veronica Hollinger – Tendances contemporaines en critique de science-fiction, 1980-1999

Entretien
Gérard Klein : « Penser l’histoire de la science-fiction »

Lectures
Cédric Chauvin – Jean Bessière, Quel statut pour la littérature ? (2001) et Le Roman contemporain ou la Problématicité du monde (2010)

La Science-fiction en France Théorie et histoire d’une littérature

Parution de l’ouvrage La Science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littérature de Simon Bréan, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 501 p. (préface de Gérard Klein).
ISBN : 978-2-84050-850-2

Présentation de l’éditeur :
« La science-fiction vaincra ! », lance Raymond Queneau à des lecteurs français incrédules, en 1953. Soixante ans plus tard, la science-fiction s’est bel et bien répandue partout. Ses images sont connues de tous. 
Il a pourtant fallu des générations d’écrivains avant que cette littérature n’obtienne une reconnaissance de fait.

Ce livre retrace l’histoire de la lutte pour l’affirmation du genre en France et pour la légitimité d’une science-fiction française, unissant l’imagination scientifique à la Jules Verne aux inventions des maîtres américains. À travers une histoire éditoriale complexe et de longue haleine, il propose une initiation originale aux thèmes de la science-fiction, qui vivent, mûrissent et évoluent avec le temps, pour former un riche patrimoine littéraire. Sous la plume des écrivains français, Gérard Klein, Stefan Wul, Philippe Curval, Pierre Pelot, et bien d’autres, le lecteur verra naître des mondes possibles et extraordinaires, dont l’étude pourrait apporter un sang neuf aux théories contemporaines de la fiction.

Table des matières

Ces Français qui ont écrit demain: utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle

Parution de l’ouvrage de Natacha Vas-Deyres, Ces Français qui ont écrit demain : utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris : Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de littérature générale et comparée », n° 103, 2012, 536 p.
EAN 9782745323712.

Présentation de l’éditeur :
L’écriture de nos futurs possibles appartient aux littératures de l’imaginaire, aux récits utopiques, à l’anticipation et à la science-fiction. En France, ces visions souvent pessimistes ou inquiètes se sont développées depuis la fin du XIXe siècle par l’invention d’une veine littéraire dont l’héritage touche et structure les œuvres les plus actuelles. De Jules Verne à Serge Lehman , en passant par Rosny Aîné, Régis Messac, Pierre Boulle ou Michel Jeury, cette littérature française conjecturelle selon le mot de Pierre Versins, révèle un imaginaire collectif complexe, vecteur de contextes technologiques en évolution constante depuis l’advenue des sociétés industrielles. Comment appréhender un progrès technique et scientifique annoncé comme inéluctable mais insaisissable ? Seule la science-fiction ou l’anticipation déploient des images virtuelles suffisamment diversifiées pour s’approprier ou explorer une histoire moderne confrontée aux désirs d’alternances, de révoltes ou d’alternatives. Plusieurs générations d’écrivains français, issus de la littérature populaire, générale ou spécialisée, ont travaillé depuis un siècle à l’invention ou à la réinvention de nos sociétés contemporaines ; la projection vers ces univers politiques, sociaux ou technologiques n’existe que pour nous prévenir : élaborer le futur nécessite de l’écrire dès aujourd’hui.

Race, Ethnicity and Nuclear War: Representations of Nuclear Weapons and Post-Apocalyptic Worlds

Parution de l’ouvrage de Paul Williams, Race, Ethnicity and Nuclear War: Representations of Nuclear Weapons and Post-Apocalyptic Worlds, Liverpool University Press – Liverpool Science Fiction Texts & Studies, 256 pages

Présentation sur le site de The University of Chicago Press.

Ranging across fiction and poetry, critical theory and film, comics and speeches, Race, Ethnicity and Nuclear War explores how writers, thinkers, and filmmakers have tackled the question: Are nuclear weapons white? Paul Williams addresses myriad representations of nuclear weapons: the Manhattan Project, the destruction of Hiroshima and Nagasaki, nuclear tests across the globe, and the anxiety surrounding the superpowers’ devastating arsenals. Ultimately, Williams concludes that many texts act as a reminder that the power enjoyed by the white Western world imperils the whole planet.

Chapitres :
Race, War and Apocalypse before 1945
Inverted Frontiers
Soft Places and Mad Max Beyond Thunderdome
Fear of a Black Planet
White Rain and the Black Atlantic
Race and the Manhattan Project
‘The Hindu Bomb’: Nuclear Nationalism in The Last Jet-Engine Laugh
Third World Wars and Third-World Wars

Gothic Science Fiction: 1980-2010

Parution de l’ouvrage collectif Gothic Science Fiction: 1980-2010, dirigé par Sara Wasson and Emily Alder, Liverpool University Press – Liverpool Science Fiction Texts & Studies, 256 pages

Présentation sur le site de The University of Chicago Press.

Gothic fiction’s focus on the irrational and supernatural would seem to conflict with science fiction’s rational foundations. However, as this novel collection demonstrates, the two categories often intersect in rich and revealing ways. Analyzing a range of works—including literature, film, graphic novels, and trading card games—from the past three decades through the lens of this hybrid genre, this volume examines their engagement with the era’s dramatic changes in communication technology, medical science, and personal and global politics.

Redefining Genres
Roger Luckhurst, In the Zone: Topologies of Genre Weirdness
Fred Botting, Zombie Death Drive: Between Gothic and Science Fiction

Biopower and Capital
Aris Mousoutzanis, ‘Death is Irrevelant’: Gothic Science Fiction and the Biopolitics of Empire
Sara Wasson, ‘A Butcher’s Shop Where the Meat Still Moved’: Gothic Doubles, Organ Harvesting and Human Cloning
Laurence Davies, Guillermo del Toro’s Cronos, or the Pleasures of Impurity
Gwyneth Peaty, Infected with Life: Neo-supernaturalism and the Gothic Zombie
Emily Alder, Ruined Skin: Gothic Genetics and Human Identity in Stephen Donaldson’s Gap Cycle

Gender and Genre
Mark P. Williams, The Superheated, Superdense Prose of David Conway: Gender and Subjectivity Beyond The Starry Wisdom
Jerrilyn McGregory, Spatialized Ontologies: Toni Morrison’s Science Fiction Traces in Gothic Spaces
Nickianne Moody, The Gothic Punk Milieu in Popular Narrative Fictions
Laura Hilton, Gothic Science Fiction in the Steampunk Graphic Novel The League of Extraordinary Gentlemen

Le sexe est-il un nid d’araignées ? S. Delany et la distanciation libidinale

Paru en avril 2012, le dernier roman à cette date de Samuel R. Delany, Through the Valley of the Nest of Spiders, fait autant parler de lui qu’il a été attendu. Dès 2007, une nouvelle intitulée « In the Valley of the Nest of Spiders » était parue dans le septième numéro du magazine littéraire Black Clock. En juillet-août 2010, la Boston Review donnait à lire un extrait du roman dont elle annonçait la publication prochaine. Il était aussi prévu que le roman paraisse en 2011 chez une maison d’édition LGBT, Alyson Books, sans doute après que son précédent roman, Dark Reflections (2007) a reçu le Stonewall Book Award en 2008. Finalement, Magnus Books annonce pour novembre 2011 une parution qui n’aura lieu que six mois plus tard. Trois critiques du roman paraissent en ligne dans les semaines qui suivent.

Le 22 avril 2012, l’écrivain de science-fiction Paul Di Filippo publie une recension du dernier opus de Samuel Delany dans Locus Magazine. S’il commence par en louer le style, il informe vite du caractère pornographique et transgressif du roman (mettant en scène inceste, relations sexuelles avec des mineurs, bestialité, coprophagie et urophilie). Il rappelle ses précédents hauts-faits dans l’écriture pornographique, dont deux titres ont été traduits en français, Vice versa (The Tides of Lust, 1973) et Hogg (1995). Delany présente ainsi le parcours atypique d’un auteur de science-fiction reconnu par les critiques littéraires, qui a eu de plus en plus à cœur de s’exprimer par le biais de la pornographie et de faire rentrer cette dernière à part entière dans la littérature, s’inscrivant délibérément dans la lignée d’auteurs comme le marquis de Sade, l’Apollinaire des Onze Mille Verges ou le Jean Genet romancier (des auteurs qu’il citait déjà en 1967 dans The Einstein Intersection). L’enthousiasme de Paul Di Filippo devant l’évolution de son œuvre n’est pas étonnant de la part de l’auteur du sulfureux Langues étrangères (A Mouthful of Tongues: Her Totipotent Tropicanalia, 2002). Il remarque que pour Delany, il n’y a pas de « normalité » en matière de sexualité, seulement des individus qui cherchent du plaisir. Il note aussi que le sujet du roman est le passage du temps, citant à ce sujet des romans de John Crowley et de Joe Haldeman, et proposant comme titre alternatif « The Pressure of Time », un titre que Thomas Disch avait retenu pour un roman jamais publié. La référence n’est pas gratuite, puisque Disch et Delany étaient amis, et que ce dernier avait écrit une longue étude de la nouvelle « Angoulême » de Disch1. Le titre du roman fait par ailleurs écho au premier roman d’Italo Calvino, Le Sentier des nids d’araignées (Il sentiero dei nidi di ragno, 1947), un roman de formation. Enfin, Di Filippo célèbre le statut modeste des personnages, très éloignés des héros habituels de science-fiction, considérant que le roman remplit l’une des missions qu’Ursula Le Guin assigne au roman dans un essai sur Virginia Woolf2, mission qui consiste à se concentrer sur les personnages et sur leur vie psychique, si humble soit leur existence.

Le premier mai, c’est un écrivain beaucoup moins connu qui rend compte du roman sur son blog, J. Warren, auteur de Stealing Ganymede. Sensible aux intentions de l’auteur et aux visées du roman, qu’il rapproche de l’analyse féministe de l’œuvre de Sade par Angela Carter3, il trouve cependant le pavé de 800 pages trop long et répétitif, et lui préfère le space opera de 1984, Stars in My Pocket Like Grains of Sand. Il n’en présente pas moins l’auteur comme « un de [ses] héros » et un « génie ».

Le 21 mai, c’est un universitaire, Roger Bellin, qui fait paraître un long compte-rendu du roman dans la Los Angeles Review of Books. Sa lecture se concentre sur la « pornotopie » qu’est Through the Valley of the Nest of Spiders, pour reprendre le terme que Delany emploie à propos d’un précédent roman, The Mad Man (1994). Dans un courrier cité par Steven Shaviro, l’auteur de Nova avait défini la « porno-topie », à distinguer de la pornutopie, comme le lieu du prostitué, le prostitué étant une personne qui échange une relation sexuelle contre autre chose, dans un effort pour replacer la sexualité dans le système des échanges sociaux. Une vision qui n’est pas sans échos avec la réinscription par des féministes matérialistes de la sexualité dans les rapports sociaux, ou les positions en France de la juriste Marcela Iacub sur la liberté sexuelle et la prostitution4. Bellin souligne la valeur éthique de la sexualité dans le roman, et ce n’est pas un hasard si l’un des deux personnages principaux passe une partie du roman à disserter sur L’Éthique de Spinoza. Le bonheur sexuel procurant à la fois « solidarité communautaire, réaffirmation de l’amitié et plaisir récréatif ». Alors qu’il rappelle que le titre s’inspire en partie du Mariage du Ciel et de l’Enfer de William Blake, son observation évoque aussi cette phrase tirée de la même œuvre : « The bird a nest, the spider a web, man friendship » (à l’oiseau un nid, à l’araignée une toile, à l’homme l’amitié).

Le roman est un véritable hymne à la « perversité polymorphe », mais voué exclusivement à l’homosexualité, et plus particulièrement à la sexualité non-monogame et dans les lieux publics, des pratiques étudiées et défendues par Pat Califia dans Public Sex: the Culture of Radical Sex5 et sur lesquelles Delany avait apporté son témoignage dans Times Square Red, Times Square Blue6. Bellin voit bien le rattachement du roman au queer, ou contestation des normes sexuelles : « Parfois ça ressemble presque, implicitement, à un manifeste pour une vision large et éclectique de la politique queer ». Le choix des pratiques semble se faire délibérément du côté des marges de la hiérarchie sexuelle mise en évidence par Gayle Rubin, parmi les pratiques les plus honnies et considérées comme dépourvues de « complexité morale » : « la totalité des actes qui se situent du mauvais côté de la frontière est considérée comme répugnante par définition et absolument sans nuances morales »7. L’auteur du compte-rendu souligne la transgressivité d’une bonne partie des pratiques sexuelles décrites, certaines scènes étant plus à même d’éveiller le dégoût que l’excitation, et il va jusqu’à parler de « distanciation libidinale » (« libidinal estrangement »), en référence à la distanciation cognitive qui selon Darko Suvin définit la science-fiction. Le récit est aussi à la fois un roman de science-fiction et un roman psychologique. Le roman se situe dans le futur, d’abord en commençant en 2013 dans l’avenir proche, puis en suivant la vie de ses personnages sur des décennies, imaginant plusieurs changements dans le monde futur, qui vont influencer indirectement leur vie. Et c’est dans cette appartenance multiple à des genres très différents que Bellin voit la réussite du roman.

Avec Through the Valley of the Nest of Spiders se rejoue donc la confrontation entre litérature et pornographie. Une confrontation traditionnellement vue comme détruisant l’art, mais qui est parfois pour les artistes un défi à relever, tant en littérature qu’au cinéma8 (qu’on pense au film L’Empire des sens de Nagisa Oshima). En littérature, cette confrontation est recherchée par certains auteurs comme « un fondateur éclatement des discours »9, une contestation des légitimités, une remise en cause des codes et des normes. Delany ne cherche pas tant à choquer ni même exciter ses lecteurs qu’à les pousser à reconfigurer leurs schémas culturels concernant la sexualité et la société, à redéfinir leurs vues sur la place de la sexualité.

Comme l’observait déjà en 2006 Steven Shaviro dans un billet de son blog :
« Dans des romans comme The Mad Man et Phallos, Delany imagine une sexualité poussée à l’extrême, jusqu’à l’épuisement. On y trouve des orgies de baise et de pipes, des jeux élaborés de domination et de soumission et des épisodes de violence et de destruction, le tout couvert d’énormes quantités de pisse, de merde, de sueur et de foutre. Et pourtant, ces textes ne transmettent aucun sentiment de transgression. Au contraire, la description brute et méticuleusement naturaliste inscrit pleinement ces épisodes dans le monde quotidien. Delany présente une sexualité « extrême » comme une forme de civilité et de communauté, un ornement de la vie, une part nécessaire de l’art de bien vivre. Son écriture est, à ma connaissance, la seule à répondre à l’appel de Michel Foucault pour une éthique/esthétique du corps et de ses plaisirs, libérée de la morne dialectique de la sexualité et de la transgression. À ce titre, elle constitue aussi une alternative à la marchandisation inexorable qui touche les moindres recoins de notre existence postmoderne. »

 

1 Samuel R. Delany, The American Shore: Meditations on a Tale of Science Fiction by Thomas M. Disch, Dragon Press, 1978.

2 Ursula Le Guin, « Science Fiction and Mrs. Brown », The Language of the Night, Putnam Books, 1979, p. 101-120.

3 Angela Carter, The Sadeian Woman: An Exercise in Cultural History, Virago Press, 1979, réédité en 2006.

4 Voir par exemple Paola Tabet, « Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant compensation » in Les Temps Modernes, n° 490, mai 1987, p. 1-53, Gail Pheterson, The Prostitution Prism, Amsterdam University Press, 1996, et Marcela Iacub, « La prostitution », Le crime était presque sexuel, EPEL, 2002,Champs Flammarion, p. 137-148, et De la pornographie en Amérique, Fayard, 2010.

5 Pat Califia, Public Sex: the Culture of Radical Sex, Cleis Press, 1994, partiellement traduit sous le titre Sexe et Utopie, La Musardine, 2008.

6 Samuel R. Delany, Times Square Red, Times Square Blue, New York University Press, 1999.

7 Gayle Rubin, « Penser le sexe », traduit par Flora Bolter, Surveiller et Jouir, anthropologie politique du sexe, EPEL, 2012, p. 162.

8 Sur le cinéma, voir la partie « Post-porn » du recueil de Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, réédition, Paris, Amsterdam, 2011, p. 13-49. Voir aussi Juan Jiménez Salcedo, « Déconstruction du genre et justification de la pornographie dans la théorie queer », in Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), éditions de l’université de Bruxelles, 2010, p. 189-195.

9 Éric Bordas, « Pornographie et langue littéraire ? » in Cécile Narjoux (dir.), La Langue littéraire à l’aube du XXIe siècle, éditions universitaires de Dijon, 2010, p. 79. Voir aussi, sur la censure des romans pour pornographie, Jean-Matthieu Méon, « Illégitimité culturelle et censure de la pornographie : Le contrôle des bandes dessinées et des romans « pornographiques » en France depuis 1970 », in Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), éditions de l’université de Bruxelles, 2010, p. 127-141.

Unveiling the Posthuman

Parution de l’ouvrage collectif dirigé par Artur Matos Alves, Unveiling the Posthuman, sous forme de livre électronique (.pdf), chez Inter-Disciplinary Press.

Présentation de l’éditeur :
What does Descartes have to do with cyberculture? Are human rights as we know then enough for a post-human being? Is our culture being shaped by technology? What does science fiction have to say about the way we perceive our future? The haunting images of science fiction and fantasy – androids, cyborgs, intelligent machines, hybrids of all sorts – have seeped out of human imagination into our culture, acquiring the tint of reality, inviting us to a new effort of interpretation. This book includes twenty papers presented at the 6th Global Conference Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction, which took place in Mansfield College, Oxford, in July 2011.

Sommaire :
Artur Matos Alves, Introduction

Part I Posthuman Concepts: Placing the Posthuman

Hadas Elber, Visions of Humanity between the Posthuman and the Non-Human

Elana Gomel, Posthuman Rights: The Ethics of Alien Encounter

M. Luisa Gómez Martínez, Reconceptualising Space, Place and Body: Telepresence and Locative Media in Art

Part II Gender, Sex and Bodies in Cyberspace

Raquel Botelho, Do We Really Die? Bodies in Cyberculture, Life and Social Existence after Death

Ann-Renee Clark, Cyberspace and Subversion: The Creation of Culture in Steampunk and Body Modification Cyber-Communities

Claire Cornillon, The Digital Body’s Mantra: Man and Machine in Grand Junction by Maurice G. Dantec

Tania Honey, Cyborgs in the Garden: Tales of Iden in Kage Baker’s ‘Company’ Series

Ana Makuc, Pat Cadigan’s Cyberfiction and Jessica Benjamin’s ‘Intersubjectivity’

Prasita Mukherjee, A Gravelled Path: Historicizing Feminist Utopias/Dystopias

Kayleigh Newby, Feet, Silk and Sex: The Not So Secret World of Fetish Online

Part III Fictions? Posthuman Societies and Cultures

Artur Matos Alves, Total Machine or Homelessness: The Tyranny of the Artificial and the Limits of Politics in the Posthuman Era

Chris Bateman, Orthodox Science Fiction and Fictional Worlds

Fran McDonald, Wrong Laughter: Laughing Away the Human in Richard Powers’ Galatea 2.2

Daniel Riha, Retro-Future Societies in Woody Allen’s Sleeper and Oldřich Lipský’s Man in Outer Space

Part IV Cybernarratives: Literature and Videogames

Rodolfo Rorato Londero, We See Cyborgs Differently: A Comparative Study between North American and Latin American Cyberpunk

Laura-Jane Maher, The Writing Writer: Fictional Autobiography in Claudio Sanchez’ The Amory Wars

Dolores Miralles-Alberola, Quevedo and Góngora Fistfight in Virtual Heaven: Contemporary Cyber Poetry in Spanish

Petra Rehling and Cindy Squires, Godliness in Tad William’s Otherland Series

Jorge Martins Rosa, ‘Through Other Eyes’: The Other as an Extension of the Self in Post-War Science Fiction

Adam W. Ruch, Canon and Contingency in Mass Effect

London Peculiar and Other Nonfiction, de Michael Moorcock

Parution du recueil de Michael Moorcock : London Peculiar and Other Nonfiction, édité par Michael Moorcock et Allan Kausch, introduction d’Iain Sinclair, Oakland, PM Press, mars 2012, 369 p.
Présentation de l’éditeur.

Le prolifique auteur britannique de science-fiction et de fantasy Michael Moorcock publie un recueil de textes rassemblés en plusieurs parties. « London » regroupe des textes autobiographiques et des souvenirs d’enfance, « Other Places » est constitué d’entrées de son journal intime de ces dernières années, des parties sont aussi consacrées à la musique et à la politique.

Le recueil comporte surtout deux parties consacrées à la littérature. Une partie intitulée « Absent Friends » se compose d’hommages à des collègues auteurs comme J. G. Ballard, Leigh Brackett, Thomas Disch, Barrington Bayley ou Angela Carter.

« Introductions and Reviews » réunit des préfaces, écrites par exemple pour The Time Machine d’H.G. Wells ou The Babylonian Trilogy de Sébastien Doubinsky, ainsi que des critiques de livres, tels qu’une édition des œuvres d’Aldous Huxley, des anthologies de Harlan Ellison, ou The City & the City de China Miéville, parmi des recensions de nombreuses œuvres de fantasy, de bandes dessinées ou de livres du psychogéographe Iain Sinclair.

On peut lire en ligne les critiques du Guardian et du fanzine de science-fiction SF Signal.

Les Écofictions : mythologies de la fin du monde

Parution de l’ouvrage de Christian Chelebourg, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, Essai / coll. Réflexions faites, 256 pages, ISBN 978-2-87449-140-5, avril 2012.

Présentation de l’éditeur :

« La Terre est en danger, l’homme est en péril, telle est la nouvelle histoire que les sociétés industrielles se donnent en partage. »

Pollution, réchauffement climatique, catastrophes naturelles, épidémies, manipulations génétiques font partie de notre quotidien, engendrant une culpabilité et des angoisses dont nous avons de plus en plus de mal à nous défaire. Les fictions, littérature et cinéma en tête, exploitent ces nouvelles peurs, réactivant d’anciens mythes et créant de nouveaux. À la lumière de plus de deux cents romans, films, bandes dessinées, documentaires, essais ou publicités, Christian Chelebourg démonte pour notre plus grand plaisir les mécanismes de ces écofictions qui nous divertissent autant qu’elles nous effraient, qui nous invitent à méditer sur notre fragilité autant qu’elles nous persuadent de notre puissance.

Les 24 premières pages sont proposées en lecture sur la page de l’éditeur.

Sommaire :
Panique derrière le mur
1. La pollution ou la souillure
2. Le climat ou la démiurge
3. La catastrophe ou la prophétie
4. L’épidémie ou le fléau
5. L’évolution ou le mauvais sort
Amor fati

Apocalypse and Post-Politics

Parution de l’ouvrage de Mary Manjikian, Apocalypse and Post-Politics: The Romance of the End, Lexington Books, mars 2012.

Présentation de l’éditeur :
Mary Manjikian’s Apocalypse and Post-Politics: The Romance of the End advances the thesis that only those who feel the most safe and whose lives are least precarious can engage in the sort of storytelling which envisions erasing civilization. Apocalypse-themed novels of contemporary America and historic Britain, then, are affirmed as a creative luxury of development. Manjikian examines a number of such novels using the lens of an international relations theorist, identifying faults in the logic of the American exceptionalists who would argue that America is uniquely endowed with resources and a place in the world, both of which make continued growth and expansion simultaneously desirable and inevitable. In contrast, Manjikian shows, apocalyptic narratives explore America as merely one nation among many, whose trajectory is neither unique nor destined for success. Apocalypse and Post-Politics ultimately argues that the apocalyptic narrative provides both a counterpoint and a corrective to the narrative of exceptionalism.

Apocalyptic concepts provide a way for contemporary Americans to view the international system from below: from the perspective of those who are powerless rather than those who are powerful. This sort of theorizing is also useful for intelligence analysts who question how it all will end, and whether America’s decline can be predicted or prevented.

Introduction
Section 1. Apocalypse as Prediction
Chapter 1. Apocalypse and National Security
Chapter 2. Catastrophe Novels and Prediction
Chapter 3. Utopian Novels and Forecasting
Chapter 4. The Romance of the World’s End
Section 2. Apocalypse as Critique
Chapter 5. Apocalypse and Epistemology
Chapter 6. Exceptionality and Apocalypse
Chapter 7. Going Native
Chapter 8. The Traveler
Section 3. Apocalypse as Ethics
Chapter 9. Encountering the Other

Strange Divisions and Alien Territories: The Sub-Genres of Science Fiction

Parution de l’ouvrage dirigé par Keith Brooke,
Strange Divisions and Alien Territories
The Sub-Genres of Science Fiction

Palgrave Macmillan, février 2012, 240 p. ISBN : 9780230249677

Cet ouvrage propose de passer en revue les principaux sous-genres de la science-fiction. Chaque chapitre est pris en charge par un auteur de science-fiction, et se clôt par une courte liste d’œuvres représentatives  du sous-genre. Le premier chapitre est proposé au téléchargement sur la page de l’éditeur.

Table des matières
Foreword (Michael Swanwick)
Hard Science Fiction (Gary Gibson)
Space Opera (Alastair Reynolds)
Aliens (Justina Robson)
Planetary Romance (Catherine Asaro et Kate Dolan)
After the Apocalypse (James Lovegrove)
Time Travel (John Grant)
Alternate History (Kistrine Kathryn Rusch)
Religion (Adam Roberts)
Topian and Political Science Fiction (Keith Brooke)
Cyberpunk and the Human-Machine Interface (James Patrick Kelly)
Special Powers (Paul Di Filippo)
Post-human (Tony Ballantyne)
Picking Up The Pieces (Keith Brooke)

L’homme-machine et ses avatars : entre science, philosophie et littérature, XVIIe -XXIe siècles

Parution de l’ouvrage de Dominique Kunz Westerhoff et Marc Atallah (dir.)
L’homme-machine et ses avatars
Entre science, philosophie et littérature
XVIIe -XXIe siècles

Vrin, « Pour demain », 2012. 320 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2349-5

Présentation de l’éditeur :
Dans le contexte de la révolution galiléenne, Descartes a fondé une anthropologie mécaniste qui n’a cessé de se redéfinir au fil des découvertes scientifiques et des controverses qu’elle a suscitées : après l’Homme-Machine, est venu l’Homme Électrique, puis l’Homme Cybernétique. Ces avatars signalent la constante réévaluation, la mesure toujours reprise d’une métaphore originaire, à la fois féconde et insuffisante, heuristique et limitée. Au carrefour des sciences humaines, des sciences et de l’ingénierie, il s’agit d’historiciser cette construction culturelle au long cours, jusqu’à la robotique bio-inspirée et à l’hybridation contemporaine du corps et de la technologie. L’approche littéraire en éclaire, elle, toute la dimension imaginaire : de l’automate parleur au cyborg, l’innovation scientifique est indissociable, sinon indiscernable, d’une saillance de la fiction. Fable philosophique, poésie scientifique, roman libertin, conte fantastique, théâtre satirique, roman social ou science-fiction : ces différents genres font ainsi valoir la compétence de la littérature pour penser la culture de l’homme-machine, et pour faire émerger le mécanique, le non-mécanique, ou l’anti-mécanique, comme autant de procès d’humanisation opérés par la pratique symbolique.