Archives de catégorie : Divers

Sidéral et sidérant

Matthieu Letourneux a partagé sur Twitter une trouvaille : la revue Sidéral. Il n’est pas le seul à trouver ça intéressant : à la rédaction de Res Futurae aussi, il y a un petit moment, on s’était pris au jeu…

Je connaissais la revue Sidéral, dont Matthieu Letourneux a parlé sur son fil Twitter : je me suis intéressé à un certain nombre de romans adaptés en bande dessinée dans les années 1960, en particulier en SF. Parmi ces romans, il y a le space opéra pour jeunes d’Asimov, Lucky Starr (six volumes US entre 1952 et 1958, une histoire de space ranger colonisant le système solaire, commandée par F. Pohl pour Doubleday, avec l’idée d’en faire le point de départ d’une série TV – raison pour laquelle Asimov, qui craignait que cette « juvenile science fiction » destinée à la télé soit adaptée de manière catastrophique, publie sous le pseudo de Paul French). C’est justement en essayant de pister l’histoire des traductions françaises de Lucky Starr que je suis tombé sur Sidéral.

Le point de départ, c’est 1963 : en effet, en 1963, les Presses de la Cité rachètent coup sur coup Fleuve Noir d’une part et Artima d’autre part. Fleuve Noir, maison d’édition fondée en 1949 et spécialisée dans le roman populaire, crée en 1951 la célèbre collection « Anticipation », qui répond à la création par Hachette quelques mois plus tôt de la collection « Le Rayon Fantastique » ; Artima, créé en 1943 à Tourcoing, est un éditeur de « Petits Formats », les bandes dessinées en noir et blanc petit format, diffusées en fascicules bon marché. Parmi ses différentes séries, revues et magazines (voir le catalogue en ligne sur le site BD-PF), Artima publie à partir de 1958 la revue Sidéral, mensuel de 36 pages n&b sous couverture couleur, auteurs anonymes, qui fait de la SF « à l’américaine » (façon âge d’or), et qui adapte d’ailleurs pas mal de matériel issu de DC Comics.

Lorsque les Presses de la Cité rachètent Artima, Sidéral vient de s’arrêter (au n° 51, juillet 1962), mais les Presses décident de tirer profit de leurs acquisitions récentes : d’une part, les éditeurs se méfient du contrôle étroit que la commission de la loi 1949 exerce sur les petits formats (ce pour quoi le nom « Presses de la Cité » n’apparaîtra sur les publications Artima que trois ans après le rachat, en 1965, au moment où les Presses créent Arédit, structure qui permet d’organiser le « containment » éditorial des publications sulfureuses de la maison) ; d’autre part, pour optimiser l’exploitation de leur fonds nouvellement acquis, les Presses décident de relancer Sidéral (le premier numéro de cette deuxième série paraît en novembre 1968), mais cette fois Sidéral va adapter des romans de la collection Fleuve Noir Anticipation, dont le catalogue appartient désormais au groupe des Presses de la Cité. La collection des couvertures est en soi un trésor d’illustration SF sur plus de vingt années (1958-1982) : voir les couvertures en ligne sur bedetheque.com (pour la 1e série et pour la 2e série). A noter : Artima avait fait paraître une intégrale partielle sous la forme de trois recueils regroupant les n° 1 à 18 de la 1e série, en 1959-1962, avant d’interrompre le titre ; les éditions Xitroen (éphémère spécialiste d’anthologies de classiques de la BD de SF) ont publié une intégrale en quatre volumes en 2015. Je n’ai pas trouvé trace d’une intégrale de la 2e série.

Les premiers numéros de cette seconde série sont signés Francis Richard-Bessière ; parmi les suivants, on trouve Jimmy Guieu, Vargo Statten, B.R. Bruss, etc. Pas toujours crédité, le dessinateur est très souvent Raoul Giordan, qui avec son frère Robert a fait les belles heures d’Artima : ils ont travaillé pour eux dès le début des années 1950, et Raoul a en particulier créé et animé Météor, avec Robert Lortac au scénario (Météor, sous-titré Les conquérants de l’espace, est une des séries de BD-SF les plus longues : 140 épisodes mensuels de 16 pages chacun – Moebius et Druillet, tous deux lecteurs de Météor, lui attribuent leur goût de la SF en bandes dessinées).

Ce Sidéral « nouvelle formule », qui paraît de 1968 à 1982 (il s’achève en janvier-février 1977 avec la publication d’une adaptation non signée de La révolte des Triffides de John Wyndham, puis reprend brièvement pour 7 numéros entre 1981 et 1982) est plus consistante : 162 à 194 pages selon les livraisons. Et c’est là qu’on retrouve Asimov ! En effet, le premier volume de la saga Lucky Starr (David Starr, space ranger, 1952) avait été traduit dès 1954 dans la collection « Anticipation » de Fleuve Noir, sous le nom de plume de Paul French, et sous le titre Sur la planète rouge.

Paul French (pseudonyme d’Isaac Asimov), Sur la Planète Rouge, Fleuve Noir Anticipation, 1954

Lorsque les Presses rachètent Fleuve Noir en 1963, le titre tombe dans leur catalogue, et il fait très logiquement partie des titres proposés pour l’adaptation BD sous le label Arédit, dans Sidéral : Sur la planète rouge occupe le n° 46, en janvier 1975, toujours sous le nom de Paul French – en effet, contrairement à la première série publiée par Artima seul entre 1958 et 1962, les volumes de la seconde série publiée par les Presses de la Cité sous label Artima / Arédit comportent toujours le nom de l’auteur (c’est-à-dire de l’auteur du récit : en effet, chose rare, le « scénariste » est seul crédité, son nom apparaissant en gros sous la mention « Bandes dessinées pour adultes » – qui n’apparaissait pas dans la première série). Non crédité, donc, le dessinateur est très certainement Raoul Giordan.

Adaptation en bande dessinée de Sur la Planète Rouge par Raoul Giordan, Sidéral n° 46, 1975

Après la timide relance de 1981-1982, Sidéral disparaît, et les Presses de la Cité utilisent Arédit pour lancer des magazines qui désormais se tournent exclusivement vers le fond DC / Marvel, qu’Arédit exploite depuis sa création (par exemple, en 1983 puis 1984, Arédit publiera successivement Judge Dredd puis Star Trek).

Mais ça ne s’arrête pas là. En 1990, Claude Lefrancq, qui avait été en 1982 à l’origine de la création des Éditions Blake et Mortimer (qui de 1982 à leur rachat en 1992 ont réédité les aventures de Jacobs en les recolorisant et les relettrant…) crée les Éditions Claude Lefrancq, qui se mettent à publier des adaptations BD de polar et de SF. Lefrancq publie d’abord une réédition du premier roman du cycle Lucky Starr, cette fois sous le titre Les Poisons de Mars, dans une nouvelle traduction de Paul Couturiau. Puis, l’année suivante, en 1992, Lefrancq publie sous le même titre une nouvelle adaptation BD du roman, en 46 pages, scénarisée par Jacques Stoquart et dessinée par Eric Loutte (et elle paraît en deux formats : en « grand format », c’est-à-dire un album 48 pages cartonné couleurs classique, et en « petit format », c’est-à-dire le format poche qui était celui de Sidéral). Pourquoi Lefrancq n’a-t-il pas simplement repris la version illustrée par Raoul Giordan en 1975 pour Sidéral ? La question est d’autant plus troublante que Lefrancq avait manifestement Giordan sous la main, puisqu’il publie en 1993 le dernier album de Raoul Giordan, une adaptation-pastiche de Flash Gordon intitulée Space Gordon (ce premier tome, Les Sept Périls de Corvus, scénario par Duchâteau, sera le seul).

Il y a donc eu en tout trois traductions différentes de ce roman d’Asimov : celle d’Amélie Audiberti (épouse de Jacques Audiberti, elle avait en particulier traduit quatre ans plus tôt chez Gallimard le 1984 d’Orwell) parue chez Fleuve Noir Anticipation en 1954 ; celle de Guy Abadia (le traducteur, entre autres, des Cantos d’Hypérion et de L’Empereur-Dieu de Dune) chez Hachette, dans la bibliothèque verte, en 1977 ; et enfin celle de Paul Couturiau pour les éditions Lefrancq en 1991. À ces trois traductions s’ajoutent donc deux adaptations BD différentes, celle de Raoul Giordan en 1975 pour Sidéral, et celle de Jacques Stoquart et Éric Loutte en 1992 pour Lefrancq. Trois traductions et deux adaptations BD, entre 1954 et 1992, dans ce riche ragoût d’éditions populaires entrelacées, voilà qui donne envie de se plonger de plus près dans les aventures françaises de ce Lucky Starr !

Edit 18/3/19: un twitto nous fait savoir que les numéros de Judge Dredd traduits par Artima étaient des traductions de comic books édités aux USA par Eagle Comics, pas par DC ou Marvel. Merci à lui! N’hésitez pas à rectifier nos aperçus documentaires et critiques dans les commentaires et/ou par mail.

Participer

Annonces, événements, publications, compte-rendus, idées ou opinions sur la science-fiction sont tous bienvenus, pourvu qu’ils donnent lieu à un aperçu critique, une intuition théorique, un point de départ de la réflexion. Envoyez votre sujet ou votre texte à simon.brean@sorbonne-universite.fr ou à irene.langlet@u-pem.fr.

Vous pouvez aussi rejoindre le projet en écrivant un compte-rendu: quelques livres reçus en service de presse peuvent vous être envoyés.

Les articles académiques structurés sont bienvenus à tout moment, même s’ils sortent des thèmes annoncés pour les dossiers (voir l’appel permanent ).

L’affiche a été prise en photo à la fac de Louvain-la-Neuve en 2011.

 

Cli-fi, solar punk et Cie: bientôt un contrat doctoral?

L’université Paris Est Marne-la-Vallée et l’I-Site FUTURE ont lancé un appel à projets sur la ville de demain, et on y répondra! http://www.future-isite.fr/appels-a-projets/appels-a-projets-2018-2019/les-idees-de-projets-impulsion-2018/?L=0

Cela devrait s’appeler “PARVIS: Paroles de Villes”, cela devrait proposer d’étudier les science-fictions qui bricolent un futur dans le cadre des menaces climatiques, politiques et sociales, et cela devrait même comporter une résidence d’écrivain. Les informations seront postées sur ce carnet en attendant un possible succès (réponse au printemps 2019).

Science Fiction Studies numéro 133

Le numéro 133 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

Jeremy Withers

Bicycles Across the Galaxy: Attacking Automobility in 1950s Science Fiction

Abstract. This essay focuses on several works of science fiction from the 1950s that function as counter-narratives to the hegemony of the automobile during this decade and to the accompanying dismissive perceptions of the bicycle. In its analysis of a novel by Robert A. Heinlein (The Rolling Stones, 1952), a novella by Poul Anderson  (“A Bicycle Built for Brew,”  1958), and a short story by Avram Davidson (“Or All the  Seas with  Oysters,” 1958), it asserts that some of the leading  figures in  Golden Age  sf were not content to relegate bicycles to the status of a technological obsolescence fit only for children. Instead, they chose to portray bicycles as useful, potent, and agentic—images that counter the prevailing ideology of “automobility” that was crystallizing with such durability in postwar America.


Connor Pitetti

Uses of the End of the World: Apocalypse and Postapocalypse as  Narrative Modes

Abstract. Through a broad survey of fictional, religious, philosophical, and political end-time narratives, this essay identifies two strategies for telling stories about the end of the world. Apocalyptic narratives use the idea of the end to give structure to the experience of history. By narrating the end as a moment of rupture that creates  an  absolute division between old and new worlds, they frame history as a series of clearly defined and therefore comprehensible transitions between distinct moments or epochs. Postapocalyptic narratives complicate this neatly organized account by narrating “ends” as complex historical transformations that involve survivals and continuities and thus blur before/after distinctions. Rather than providing a comprehensive and therefore existentially stabilizing overview of history, they draw attention to the indeterminate nature of ongoing processes of historical change. By focusing on the conceptual understanding of historical change that underwrites different kinds of end-time narratives, the essay clarifies the theoretical terminology of apocalypse and postapocalypse, and articulates a clearer understanding of the ways in which different kinds of contemporary stories about the end of the world are used to  provide  conceptual support for political action  in  the  present.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 133

Science Fiction Studies numéro 132

Le numéro 132 de la revue Science Fiction Studies est paru.

ARTICLES

SPECIAL ISSUE ON SPANISH SF
Edited by Sara Martín and Fernando Ángel Moreno

Domingo Santos is arguably the most influential and prolific personality in Spanish science fiction, and this paper provides an overview of his career. Although ideologically conservative, dating from his life before the political changes witnessed during the Spanish Transition, Santos initiated an entire process of both formal and thematic maturation that would culminate in Spanish sf’s Golden Decade (1985-1995). As a writer, he is the author of one of the best dystopian short-story collections written during the late Francoism of the 1970s: Futuro imperfecto [Imperfect Future, 1981]. Despite their dark endings, these tales raise new political and ecological issues and employ innovative narrative techniques non-existent until then in Spanish sf. Furthermore, Santos was also involved in some of the most prominent sf editorial projects in the country, from the leading sf magazine Nueva Dimensión [New Dimension, 1968-1983] to new sf book series by publishers such as Acervo, Orbis, and Ultramar. These sf editorial initiatives enabled the publication of many important sf works—including those by a host of New Wave authors—and launched the writing careers of many modern Spanish sf authors such as Gabriel Bermúdez Castillo and Rafael Marín.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 132

Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Adèle Onnillon a récemment pris contact avec l’équipe de rédaction de Res Futurae afin de nous informer de son projet d’étude dans le cadre d’un atelier consacré aux identités visuelles. Ce projet consiste à réfléchir à la façon de donner une identité visuelle à la revue en dessinant un caractère typographique et de créer des images par la photographie. Nous lui avons proposé d’exprimer ses recherches au travers de plusieurs billets qui seront publiés sur le carnet de la revue périodiquement, de façon mensuelle. Il s’agit de cette chronique, “Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae” dont voici le premier billet.

 

Après un BTS design graphique au lycée La Martinière Diderot (Lyon) et un DNAP dans le même domaine à l’isdaT (Toulouse), je suis actuellement étudiante en quatrième année à l’ENSBA Lyon.

Les projets menés au cours de ces trois années m’amènent aujourd’hui à m’intéresser à l’utilisation du document dans le design graphique, un thème qui s’affinera dans l’écriture d’un mémoire à partir de 2018 et dans la mise en place du projet de diplôme par la suite. Le premier semestre s’articule autour de divers ateliers principalement axés sur le domaine éditorial. C’est dans le cadre de l’un de ces ateliers, intitulé Identité : texte image, que j’ai eu choisi ReS Futurae comme potentiel client.

La science-fiction est un domaine que je connais assez peu, néanmoins, j’ai récemment eu la volonté d’approfondir les connaissances basiques que j’ai sur le sujet. Le répertoire visuel que proposent les différents médiums et documents autour de la science-fiction, qu’ils soient plus ou moins anciens, m’apparaît déjà comme une base riche à explorer. Voilà pourquoi j’ai pris la décision de me pencher sur ReSF, revue découverte pendant mes recherches.

Continuer la lecture de Chronique : Recherches autour de l’identité graphique de Res Futurae

Ouverture du site officiel de Maurice G. Dantec

Samuel Estier, chercheur à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’oeuvre de Maurice G. Dantec qu’il a côtoyé pendant son exil à Montréal lors de ses dernières années d’existence, nous transmet cette information :

Le 15 novembre, en la fête de saint Albert le Grand, le site officiel de Maurice G. Dantec a ouvert ses portes.

En partie pensé par lui et entièrement consacré à son oeuvre, autant dire le portail ultime pour découvrir ou redécouvrir Dantec.

www.mauricegdantec.net

En hommage à Isabelle Périer, spécialiste de l’écrivain et universitaire polyvalente disparue récemment, une citation d’elle figure en page d’accueil.

Un bref entretien présentant le projet est accessible à l’adresse suivante : https://lincorrect.org/dantec-le-site/

Crédits “Image à la Une” : “L’écrivain Maurice G. Dantec, en 2006.” / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Programme de colloque :

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

18-19 octobre 2017

Université Paris-Sorbonne

« Uchronie », d’après le lécythe CA 2220 du Louvre (dessin AQB).

Organisé par Alexandre Grandazzi et Anne Queyrel Bottineau
Equipe EDITTA (EA 1491) (Édition, Interprétation, Traduction des textes Anciens).

L’uchronie, cette réécriture du passé à partir de la modification fictive d’un événement, devient aujourd’hui une méthode très utilisée dans le domaine des sciences humaines. Mais, si l’uchronie est maintenant familière aux historiens des époques récentes, elle est restée presque totalement absente des études sur l’Antiquité classique, alors même que les problématiques sur la mémoire,  l’identité et le recours au passé dans les sociétés anciennes sont au cœur des préoccupations actuelles sur cette période. Il est donc nécessaire de consacrer une manifestation scientifique à caractère pluridisciplinaire, regroupant historiens, philologues et philosophes, à cette forme de rapport au passé dans l’Antiquité.

 

Mercredi 18 octobre 2017
Université Paris-Sorbonne
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Bibliothèque de l’UFR de Latin (escalier E, 3ème étage)

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Ouverture du colloque

Le vraisemblable, les possibles du passé et l’advenu

14h-14h30 Marie-Pierre Noël (Univ. Paul-Valéry UM3, CRISES – EA 4424) : “Usage des preuves et réécriture(s) de l’histoire dans l’éloquence attique, d’Antiphon à Isocrate”

14h30-15h Christine Hunzinger (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : “Quand le récit aurait pu bifurquer… Bribes d’uchronie dans le corpus hésiodique et les hymnes homériques”

15h-15h30 Élisabeth Buchet (Editta) : “La multiplicité des étiologies dans les Fastes d’Ovide : une forme d’uchronie ?”

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 Pierre-Alain Caltot (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : “L’uchronie comme échappatoire devant le nefas dans la Pharsale de Lucain et les tragédies de Sénèque”

Continuer la lecture de Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

L’imaginaire et le prix Goncourt (2017)

“QUELQUE PART, LE JEUDI 6 JUILLET 2017”

C’est avec cette  mention que s’ouvre le communiqué de presse, que nous reproduisons plus bas, adressé à l’Académie Goncourt par les éditeurs et acteurs de l’édition des littératures de l’imaginaire en France.

Rappelons-nous Baudelaire, qui ouvrait un des Petits Poèmes en prose par un appel à l’ailleurs : « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. » Cherchant le dialogue avec son âme malade qui refuse de lui répondre, il propose de l’emmener à Lisbonne, en Hollande, en Inde, en Laponie, à l’extrême-bout de la Baltique… et cette âme finit par exploser sagement : « N’importe où, pourvu que ce soit hors de ce monde ! »

Ce « quelque part » serait-il une façon de répondre au « Anywhere out of the world » qui donne son titre au poème de Baudelaire ?

Comme l’indique justement le communiqué de presse, les littératures de l’imaginaire, qui partagent pourtant une relative proximité avec l’histoire du prix Goncourt, se sont séparées, petit à petit, de la littérature blanche. Mais « quelque part » ce n’est pas « n’importe où » et il est en effet tout à fait légitime que toutes les formes de littératures romanesques soient représentées dans l’attribution du fameux prix.

Le communiqué cite le roman de John-Antoine Nau, Force ennemie, qui est récompensé du premier prix Goncourt, mais il n’est pas le seul : en 1905 c’est le roman d’anticipation de Claude Farrère Les Civilisés qui obtient le prix, la conjecture reposant sur un conflit futur entre la France et la Grande-Bretagne. Par ailleurs, certains lauréats verseront ultérieurement dans l’anticipation comme Henri Barbusse (Goncourt 1916 pour Le Feu) avec les nouvelles La Force et L’Au-delà (1926) et George Duhamel (Goncourt 1918 pour Civilisation) dans Les Voyageurs de l’espérance (1953)[1]. Et puis, l’Académie Goncourt s’est justement constituée à son origine avec plusieurs littérateurs ayant un lien plus ou moins évident avec ces littératures : Maupassant, décédé en 1893, était sur le testament de Goncourt, de même qu’Alphonse Daudet, lui aussi décédé en 1897 et remplacé par son fils Léon, sans parler des frères Rosny dont le nom de l’aîné est aujourd’hui associé au prix littéraire récompensant les meilleures œuvres de science-fiction francophones parues dans l’année.

Dans une tribune publiée dans La Revue hebdomadaire en date du 06 juillet 1907, « Le Prix Goncourt », Rosny aîné, qui était alors secrétaire-trésorier de l’Académie, rappelait les fondements du prix :

Il apparaît d’abord que beaucoup de littérateurs ignorent dans quelles conditions doit être attribué le prix Goncourt. Les statuts de la Société portent, à l’article II, que le prix dit « des Goncourt » doit être attribué au meilleur ouvrage d’imagination en prose parut dans l’année.  […] Pour éclairer [ce texte], il faut se reporter au testament d’Edmond de Goncourt. Et là nous voyons que ce prix sera donné à la jeunesse, à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme.

Dans le contexte littéraire dans lequel nous sommes, il est bien difficile de lire cette dernière phrase sans penser aux fulgurances des auteurs de science-fiction et de fantasy. Si le talent est une donnée bien subjective propre à chaque auteur et à la façon dont ils sont reçus par leur public, l’originalité et les « tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme » sont, elles, caractéristiques de ces littératures.

Dans le même esprit, Rosny poursuit sa tribune en réflechissant à une question qui fait alors beaucoup d’envieux : la rétribution financière qui accompagne le prix. Aujourd’hui, les cinq mille francs sont bien plus symboliques qu’ils ne l’étaient à l’époque. Cependant, quand on connaît les difficultés financières des petites maisons d’éditions (pensons, de façon non-exhaustive et sans se focaliser exclusivement à l’Imaginaire, aux Editions de la Différence récemment placées en liquidation judiciaire ou aux Editions Voy’el qui ont eu recours au financement participatif pour garder leur indépendance), par rapport aux ténors de l’édition que peuvent être Gallimard, Grasset ou Albin Michel, c’est une question toujours d’actualité. Car, quel que soit son prestige,  un prix littéraire fait vendre et il est tout à fait légitime que même les maisons d’édition les plus modestes puissent présenter leur poulain, l’auteur qui, selon elles, serait en mesure de marquer l’année littéraire, quel que soit le genre littéraire dont elles se revendiquent, selon le respect de la volonté de Goncourt.

Dans l’esprit de notre Maître, les cinq mille francs du prix étaient destinés à donner au lauréat « le temps et le loisir d’écrire un nouveau volume ». […] Le prix serait donc particulièrement institué pour les écrivains mal traités par la fortune. C’est, on l’avouera, un sujet de trouble et de scrupule. Plusieurs d’entre nous ne croient pas remplir tout à fait leur devoir en votant pour un homme pourvu de rentes, ni même pour un fonctionnaire ou un officier — à moins qu’ils ne sachent de source certaine que ces derniers ont l’intention d’abandonner leur emploi pour se consacrer à la littérature.

Rappelons que ces maisons d’édition ont lancé en début d’année un appel « pour promouvoir ces genres, trop souvent déconsidérés en France », comme l’annonçait Le Point le 27 mars 2017 et qu’aux Imaginales d’Epinal en mai dernier ont eu lieu les « États généraux de l’imaginaire ».

Clément Hummel.

 

 

[1] Source : http://archeosf.blogspot.fr/2015/11/le-prix-goncourt-et-le-merveilleux.html

Résultats du prix Mullen 2017-2018

I can see

Chaque année depuis 2009-2010,  la revue Science Fiction Studies récompense avec le prix Mullen les recherches menées sur des fonds d’archives relatifs à la science-fiction en ouvrant depuis 2014-2015 les candidatures internationales et proposant une récompense de $3000 aux étudiants bien avancés dans leurs travaux de master et de doctorat.

Parmi les candidats primés cette année, nous avons le plaisir de retrouver Fleur Hopkins, doctorante à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui mène depuis 2014 une thèse sous la direction de Pascal Rousseau intitulée “Aux frontières de l’invisible : culture visuelle et instrumentation optique dans le récit merveilleux-scientifique au passage du siècle (1875-1930)”.  L’objectif de sa thèse est de redécouvrir un genre littéraire oublié du grand public, le merveilleux-scientifique théorisé par Maurice Renard dans un article resté célèbre (“Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès”, Le Spectateur, n°6, octobre 1909).

Depuis le début de sa thèse, Fleur Hopkins est à l’origine de nombreux articles et communications sur Maurice Renard, le merveilleux-scientifique et la science-fiction dont la plupart sont consultables en ligne avec une présentation détaillée de son projet de thèse sur sa page Academia.

Le financement obtenu lui permettra de se rendre une semaine à Yverdon (Suisse) pour travailler sur les nombreuses et précieuses archives de La Maison d’Ailleurs. Elle aura ainsi un accès privilégié aux livres rares d’auteurs français d’avant-guerre (Varlet, Couvreur, Thévenin, La Hire, etc.) et aux précieuses collections déposées par Pierre Versins, Brian Stableford et Andrew Watts.

Nous renvoyons à ces articles  publiés sur les carnets de Res Futurae pour une lecture complémentaire :

Compte rendu de l’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires (1972) de Pierre Versins par Natacha Vas-Deyres et Marc Atallah.

– Souvenirs du futur à la Maison d’Ailleurs (Suisse).

Rappelons aussi que l’année dernière, Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick) et Natacha Vas-Deyres (Université  de Bordeaux Montaigne) ont obtenu le prix Jamie Bishop pour un article écrit en collaboration (“Des fourmis et des hommes : voyage entomologique au cœur de la proto-science-fiction (1890-1950”), ce qui atteste de la reconnaissance outre-Atlantique des travaux menés par les chercheurs et chercheuses francophones ces dernières années.

Science Fiction Studies numéro 131

Le numéro 131 de la revue Science Fiction Studies est paru.

 

ARTICLES

 

Cet article examine les différents registres politico-économiques du roman The Martian (2011) de Andy Weir en s’intéressant à la réponse symbolique proposée aux crises matérielles et idéologiques de la Grande Dépression. La crise financière de 2008 a mené à la perte du logement de millions de personnes et remet en question la légitimité des principes économiques traditionnels. Publié au paroxysme de la crise économique et représentant les difficultés colossales d’un homme à rentrer chez lui, le roman remet en question les discours économiques contestés au sein de la fable culturelle. Sur Mars, la culture des pommes de terre de Mark Watney renvoie au paradigme néoclassique de l’homo economicus, l’autarcique agent qui privilégie constamment les choix compétitifs plutôt qu’une répartition rationnelle des ressources. La Terre de la NASA, bien au contraire, est un monde fantastique aux ressources illimitées où, sont renversés deux siècles d’un principe éoconomique (néo-)classique : « chaque être humain a l’instinct primitif de l’entraide » (Weir, 368-69). Les tentatives confuses du roman de réconcilier l’homo economicus avec une idée viable du concept du bien commun peuvent être historicisées. D’autres importants documents de cette ère de crise – le rapport officiel du gouvernement des Etats-Unis sur la crise financière et la déclaration d’occupation de Wall Street parmi eux – manifestent le même désir de restaurer ce sens disparaissant du Commonwealth.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 131

Science Fiction Studies #130

Le numéro 130 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction indienne : “special issue on indian science fiction”, dirigé par Joan Gordon.

SPECIAL ISSUE ON INDIAN SF
Edited by Joan Gordon

Cet article propose une analyse thématique de la littérature indienne écrite en trois langues différentes – Bangla, Marathi et Anglais – pour parvenir à une théorie de la science-fiction indienne (kalpavigyan). Cette théorie est basée sur le concept de mythologerm. En m’inspirant des travaux de Barthes décrivant le mythe comme un type de discours, j’analyse les effets d’absorption et de transformation de la culture et l’apport scientifique de l’époque coloniale dans les connaissances scientifiques indigènes du sous-continent Indien et la façon dont cette connaissance scientifique imprègne les mythes locaux. L’essai explore la façon dont les auteurs écrivant dans ces trois langues associent les catégories du connaissable, le connu et l’inconnaissable dans leur mise en fiction des buts, des possibilités et des résultats de l’activité scientifique.

Continuer la lecture de Science Fiction Studies #130