Archives de catégorie : Biblios

SF pandémiques

Bibliographie primaire, chronologique, semi-brute, sans commentaire ou presque. Contributions in progress: A. Arnal, S. Bréan, G. Bormand, E. Després, P. Ethuin, T. Geha, L. Gerbier, C. Hummel, J.-N. Lafargue, I. Langlet, M. Lemosquet, E. Picholle, C. Sidre, J. Wintrebert...

Une autre liste peut être téléchargée sur le site du speed-colloque de Figura à Montréal (syllabus en anglais).

Epheyre Charles, « Le Microbe du professeur Bakermann. Récit des temps futurs »,  Revue politique et littéraire, 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2148218/f101.item Un savant trouve le moyen de rendre  mortel et très contagieux un microbe jusque-là sans danger. Après que sa femme a absorbé le virus par erreur, celui-ci se répand et prend l’ampleur d’une terrible pandémie. Le savant devient un héros en procurant l’antidote. (humoristique).

Bruyère, Jean, « La peste rouge », in La Science illustrée, n°530-532, 1898 [Un savant a mis au point la peste rouge visant à réduire la population afin de lutter contre la pauvreté ainsi qu’un sérum… qui n’est pas efficace]

Allais, Alphonse, « L’Antifiltre du Captain Cap ou un nouveau moyen de traiter les microbes comme ils le méritent », Le Captain Cap, Juven, 1902 [A force de combattre les microbes ceux-ci deviennent résistants à tous les traitements]

Halévy, Daniel, Histoire de quatre ans, 1997-2001, Cahiers de la Quinzaine, Paris, 1903 [Dans la seconde partie de ce roman, une épidémie cause des millions de victimes et bouleverse la société]

Bersonnet, Paul, « Alphas Stebrick », in Le Monde moderne, Librairie Félix Juven, 1906 [Un savant fou se venge en lançant sur Paris le microbe B.H.C. qui se transmet par le toucher et tue des milliers de personnes].

London Jack, La Peste écarlate (The Scarlett Plague, 1912) [Après une épidémie, une nouvelle société apparaît]

Mac Orlan, Pierre, Le Rire jaune, Albert Méricant, 1914 [Un mal mystérieux provoque un rire épidémique mortel menaçant l’ensemble de l’humanité]

Rosny aîné, La Force mystérieuse, Plon, 1914 [pandémie de pulsions carnivoristes en contrecoup d’une maladie de la lumière]

Léonard, François, La Conquête de Londres, Editions Atar, Genève, 1917 [Une histoire de guerre future au cours de laquelle se déclare une épidémie qui coupe court à une révolution à Londres]

Bigot Raoul, « Le fer qui meurt », Lectures pour tous, 1918.  Un savant trouve le moyen de désagréger le fer ; cet état d’instabilité est contagieux et détruit les infrastructures européennes, permettant la paix. (rêve)

 

Sibrès, Abel, Grippe espagnole?… Collection « Romans populaires », n°94, 1921 [La dispersion d’un gaz microbien serait à l’origine de la grippe espagnole dans ce roman relevant de l’histoire secrète]

Allorge, Henri, Ciel contre terre, Bibliothèque de la jeunesse, Librairie Hachette, 1924 [Les Martiens menacent les Terriens de les détruire en répandant des épidémies]

Delteil, Joseph, Les Cinq sens, Bernard Grasset, 1924 [Une épidémie de peste ravage Paris dans un futur proche]

Féval fils, Paul et Magog, H.-J., Le faiseur de folles (série Les Mystères de demain), Éditions J. Ferenczi et Fils, Paris, 1924 [Un savant fou répand le « microbe de la folie » afin de conquérir le monde]

X, Professeur, La guerre microbienne, la fin du monde, Jules Tallandier, Paris, 1923 [Les Allemands lâchent sur la France, la Belgique et le Royaume-Uni un virus afin d’échanger le vaccin contre la victoire mais l’épidémie devient incontrôlable]

Saint-Granier, La république des muets, Le Livre joyeux, éditions de France 1925 [Un germe microbien allemand se répand à Paris rendant tous les habitants muets]

Daudet Léon, Le Napus, Fléau de l’an 2227, Flammarion, 1927

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k812817 Dans un lointain futur, les gens se mettent à se volatiliser (« N’a pu », comme disent les enfants). C’est sans doute lié à l’excès de vibrations électriques du confort moderne.  Les différents pays réagissent de manière désordonnée, au fil de remarques caricaturant « l’esprit » des nations selon le point de vue de Daudet. (parodique)

Jasienski, Bruno, Je brûle Paris, Ernest Flammarion, 1929 [Une épidémie de peste lancée à Paris par un sans emploi conduit à la création de républiques populaires]

D’Agraives Jean, Le Virus 34, Cosmopolites, 1930. [Aventures, marine à voile, littérature jeunesse ; un virus détruit le blé.]

Aymé, Marcel, « Pastorale », Lire de l’inédit, n° 1, 15 août, 1931, Éditions du Tambourin ; dans le recueil Le puits aux Images, NRF Gallimard, Paris, 1932 [La population est décimée par le gouvernement au moyen de virus et d’épidémies conçu en laboratoire]

Mitlser, Jean, « L’inquiet », in La Maison dudocteur Clifton, Éditions Emile-Paul Frères, 1931 [Un savant découvre dans les microbes la raison de la disparition passée d’espèces, en attendant que ce soit le tour de l’humanité]

Régis, Herbert, L’Eclipse, Denoël, 1939 [Une épidémie qui détruit le nerf optique touche peu à peu l’humanité entière. La société s’en trouve modifiée]

Schachner Nat, « Tout le monde s’en fout » (« Worlds Don’t Care », 1939), in L’Homme dissocié, trad. G. Gallet, J’ai Lu, 1973 [Une peste venue du fond de l’espace frappe les populations martiennes mais épargne les populations terriennes et vénusiennes. Les Martiens sont déportés en masse sur Japhet]

Feltz, Jean-Michel, « Le microbe X », Ok Magazine n°66, Bruxelles, 1946 [Une météorite contient un microbe attaquant les os des contaminés]

Stewart George, La Terre demeure (Earth Abides, 1949 ; Un pont sur l’abîme), trad. J. Fournier-Pargoire, Hachette, 1951. [pandémie, d’origine inconnue, décime la majeure partie de la population nord-américaine (et sans doute celle de toute la planète)]

Martin, Gaston, La Nuit tous les chats sont gris, collection « Les aventures de Zodiaque », n° 8, Les Éditions de Neuilly,1950 [Un laboratoire crée un virus capable de contaminer toute la France en moins de huit jours afin de vendre l’antidote mais le virus est volé]

Brunner John, Entry to Elsewhen Host Age (New Worlds SF, 1955) [militaires voyageurs du temps tentent d’impanter virus alien sur population encore robuste pour éviter hécatombe future]

Wallace Floyd L., Le Virus du Nevada (The Nevada Virus, 1957), Fiction n° 68, OPTA, juillet 1959. [Première parution : Venture Science Fiction Magazine, septembre 1957. Une ville en quarantaine, un homme avide de jeunesse, un virus faustien.]

Fernez André, Virus H-84, 1959. [Série Nick Jordan, agent secret chez Marabout, concurrent de Bob Morane. 3è vol.]

Budrys Algis, Le Prophète perdu (Some Will Not Die, 1961), Presses de la Cité, 1976 [Amérique ravagée par une monstrueuse épidémie qui l’a laissé exsangue ; survivalisme militarisé]

Klein Gérard, « Les Virus ne parlent pas », Fiction spécial n° 12 : S.F. Made in France, août 1967. [un savant explique comment il a compris que nous sommes, à l’instar de la faune et de la flore, les machines plus ou moins perfectionnées de ceux qui nous ont façonnés : depuis certaines considérations génétiques ont énormément modifié la portée de ce texte. (Ecken)]

Silverberg Robert, Brunner John, Yarbro Chelsea Quinn, Au-delà de la porte des mondes (VO : 1991) [3 novellas situées dans le monde de La Porte des mondes (Silverberg, VO 1967): uchronie suivant la peste noire qui a décimé l’Europe]

Crichton Michael, La Variété Andromède (The Andromeda Strain, 1969) trad. fr. G. Messadié, Paris, Robert Laffont, 1970. [Un satellite rapporte sur Terre une bactérie extra-terrestre qui décime l’humanité. Quatre savants enfermés dans un abri cherchent une parade au fléau.]

Andrevon Jean-Pierre, « Le caillou de mars », in Cela se produira bientôt, PdF n°135, Denoël, 1971. [Une expédition Américaine ramène un roche de Mars contenant un virus extrêmement toxique. Prés de la moitié de l’humanité va ainsi finir complètement déshydratée avant la découverte d’un sérum.]

Brunner John, Virus (The Stone That Never Came Down, 1973), traduction de Philippe Sabathé, Presses De La Cité, 1976. [Première parution : Amazing Stories. Un virus de l’intelligence.]

Barjavel René, Le grand secret, Pocket, 1974. [virus d’immortalité sur une île secrète.]

King Stephen, Le Fléau (The Stand, 1978 / 1990), traduit par Jean-Pierre Quijano, Livre de Poche, 1981 / 1991.

Cussler Clive, Vixen 03 (1978), trad. R. Bre, Laffont, 1980. [thriller ; un Boeing de l’armée américaine disparu en 1954. À bord, des barils contenant une culture de bacilles de la peste, particulièrement virulente. 30 ans plus tard, des terroristes s’emparent et menacent Washington]

Cravens Gwyneth, Marr John S., La Peste à New York, trad. de l’anglais (États-Unis) par Marie-Lise Marlière, Gallimard, 1978. [« n’est pas un roman de science-fiction ni de politique-fiction. C’est le récit d’un cataclysme imaginaire, écrit par une journaliste et un médecin, parfaitement documenté. » Course contre la montre, effroyables mesures de décontamination]

Herbert Frank, La Mort blanche (1982), trad. J. Polanis, Laffont, coll. A&D, 1983. [un biologiste moléculaire, fou de douleur, fabrique seul une arme bactériologique : la « peste blanche », qui tue les femmes, sans remède ; « Qui aura le sérum et qui ne l’aura pas ? Qui aura les femmes et cetera, et cetera… » (…) accouchement du nouveau monde et à ses premiers pas (possibilité de vaincre le cancer, de vivre 5 000 ans, cette espèce d’écofascisme de pénurie qui semble s’installer sous la poigne militaire) reste dans un flou artistique qui frustre (Andrevon)]

Bear Greg, La Musique du sang (Blood music, 1985), Folio SF, 2005. [biochips de propagation fulgurante transforment la réalité ; intertitres selon stades de la mitose.]

McCaffrey Anne, Histoire de Nerilka (1985), cycle de la « Ballade de Pern », trad. S. Hilling, Pocket, 1991. [l’épidémie ravage la planète Pern. Nerilka se sacrifie pour trouver le sérum, elle renonce au mariage, en fin de compte épousera le seigneur]

Vonnegut Kurt, Galapagos (1985), Grasset, 1987. [Un virus qui s’attaque aux ovaires rend l’ensemble de l’humanité stérile à l’exception de quelques individus échoués sur les îles Galapagos, qui donnent naissance à une humanité bien différente, 1 million d’années plus tard.]

Willis Connie, « Le Dernier des Winnebago » (« The Last of the Winnebagos », 1988), in Aux confins de l’étrange, trad. Jean-Pierre Pugi , J’ai Lu, 1993. [tous les chiens de la Terre ont été éradiqués par un virus, et il ne reste plus que les souvenirs à leurs derniers maîtres]

Tepper Sheri S. , Rituel de chasse (Grass, 1989), trad. par I. Tate, J’ai Lu n°3244, 1992. [Une pandémie respiratoire attaque les humains sur toutes les planètes sauf Grass, que les colons partagent avec une espèce indigène de centaures, responsables de la pandémie. L’héroïne découvre comment les structures religieuses et sexistes des gouvernements humains aident à sa propagation.]

Egan Greg, « Blood Sisters » (1991), in Axiomatique, trad. Sylvie Denis, Francis Lustman, Quarante-Deux, Francis Valéry, Gallimard, coll. « Folio SF », p. 103-127.

Willis Connie, Le Grand Livre (Doomsday Book, 1991), trad. J.P. Pugi, J’ai Lu, 1994. [non seulement l’historienne est envoyée au temps de la Peste noire, mais son présent a été dévasté par des pandémies, le monde s’est organisé et est alerte, et la ville d’Oxford subit une quarantaine.]

Grenier Christian, Virus L.I.V. 3 ou la mort des livres, Livre de Poche Jeunesse, 1998. [variation ironique Fahrenheit 451 : un virus de hackers efface les livres imposés par des lettrés totalitaires]

Bear Greg, L’échelle de Darwin (Darwin’s Radio, 1999), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2002; et Les enfants de Darwin (Darwin’s Children, 2003), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2003. [Fiction optimiste: un rétrovirus endogène, le SHEVA, déclenche une nouvelle étape de l’évolution humaine.]

Watts Peter, Cycle des Rifteurs: Starfish (Starfish, 1999), 2010; Rifteurs (Maelstrom, 2001), 2011; βéhémoth (βehemoth, 2004), 2012, trad. par Gilles Goullet, Fleuve Noir, 2010-2012 [Une bactérie primitive, baptisée βéhémoth, infecte le personnel d’une station géothermique installée sur la dorsale océanique Juan de Fuca. La station est détruite mais une survivante parvient à rejoindre la surface et devient le patient zéro d’une épidémie menaçant l’ensemble de la biosphère.]

Kloetzer Laurent, Réminiscences 2012, Nestiveqnen, 2001. [Le monde de Monsieur K, le héros, perd sa jeunesse : un virus mortel s’attaque à tous les enfants de moins de quinze ans. Seule une drogue synthétisée par une multinationale permet de retarder l’échéance.]

Johnson Adam, Des parasites comme nous (Parasites like us, 2003), trad. F. Dolisi, Denoël, coll. « Millénaires », 2006 [un virus déterré d’une tombe préhistorique éradique l’humanité, sauf le petit groupe de l’Université du Sud-Dakota qui avait partagé le pop-corn tiré du maïs préservé du même site]

Robinson Kim Stanley, Chronique des années noires (The Years of Rice and Salt, 2002), trad. D. Camus, D. Haas, Presses de la Cité, 2003.

Atwood Margaret, Le dernier homme (Oryx and Crake, 2003), trad. de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch, Robert Laffont, 2005. [Un virus créé en laboratoire par Crake détruit l’humanité pour être remplacée par des êtres génétiquement modifiés, les Crakers.]

Sagan Nick, cycle Idlewild (2003-2006) : Idlewild, Neverborn, Everfree, trad. Patrick Imbert, J’ai Lu, coll. « Millénaires », 2011. [l’espèce humaine a totalement été éradiquée par le Black Ep, un virus. Pourtant, une poignée d’hommes et de femmes hante encore les ruines du monde. Les scientifiques qui leur ont « donné naissance » avant la catastrophe les ont dotés d’un code génétique qui les immunise. Leur mission future : ressusciter l’humanité]

Dufour Catherine, Le Goût de l’immortalité, Mnémos, 2005. [paludisme issu du passé ; monde dystopique où fresque effroyable, où des entreprises obscures se mènent une guerre larvée à coup de maladies sans se soucier des conséquences humaines]

Andrevon Jean-Pierre, Le Monde enfin (fix-up de nouvelles travaillées de 1968 à 2005), Fleuve noir, 2006 [France vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d’une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt (sur une idée proche ESB)]

Bacigalupi Paolo, La Fille Automate (The Windup Girl, 2009, trad. S. Doke, Au Diable Vauvert, 2012. [des pestes génétiquement modifiées ont ravagé la Terre]

Wintrebert Joëlle, « L’enfant du lignage », Galaxies, n° 19/61, 2012 [Dans une petite communauté de survivants, on découvre que les plus âgés sont les bioterroristes à l’origine d’une pandémie qui a entièrement détruit l’humanité]

Liu Ken, « La peste » (Nature, 2013), trad. P.-P. Durastanti, in La Ménagerie de papier, 2015, p. 213-219 ; en ligne sur www.tor.com/2013/07/11/the-plague/ [fiction de posthumains ; mutations après une « peste » de nanomachines, fracture sociale]

Magali (ed), Virus, Griffe D’encre , coll. Anthologie n° (8), 2013.

Thilliez Frank, Pandémia, Fleuve noir, 2015. [Un virus de grippe aviaire renforcé est disséminé par les membres d’un complot.]

Guéraud Guillaume, Plus de morts que de vivants, Ed. du Rouergue, 2015.

Hinckel Florence, Trébor Carole, Villeminot Vincent, Grevet Yves, cycle « U4 » (Yannis, Jules, Stéphane, Koridwen + Contagion), Nathan, Syros, 2015 (+ 2016)

St. John Mandel Emily, Station Eleven (2014), trad. Gérard de Chergé, Rivages, 2016.

Meyer Deon, L’Année du lion: les mémoires de Nicolas Storm sur l’enquête de l’assassinat de son père (Koors, 2016), trad. de l’afrikaans et de l’anglais par Catherine Du Toit et Marie-Caroline Aubert, Seuil, 2017. [Une histoire de vengeance en Afrique du Sud, après une fièvre qui a décimé 9/10èmes de l’humanité.]

Beckerman Norton S., Virus: A Science Fiction Thriller, 2018. [avec un conseil des cellules qui gèrent les dégâts d’un rénégat nommé virus (!)]

Image: NIAID sur Flicker, URL: https://flickr.com/photos/54591706@N02/49597020718

Vintage Visions et l’étude de la proto-science-fiction

À l’occasion de la sortie de l’anthologie d’articles Vintage Visions réunie par Arthur B. Evans, le carnet propose une page de ressources sur l’étude du merveilleux scientifique et de la proto-science-fiction. Avant l’apparition du terme forgé par Hugo Gernsback, les romans de Jules Verne, de H. G. Wells et d’autres auteurs pavent la voie du genre, notamment à travers le  merveilleux scientifique théorisé par Maurice Renard. Parfois regroupé sous le nom de science-fiction archaïque ou de proto-science-fiction, cette science-fiction avant la lettre, déjà bien étudiée, continue de susciter les recherches et faire naître les travaux d’érudition. Cette page présente ainsi une bibliographie et une sitographie, dont la richesse témoigne de la vitalité de ces études. Vous pouvez réparer les oublis ou erreurs dans les commentaires.

Dans sa collection « Early Classics of Science Fiction », Wesleyan University Press publie le 24 juin 2014 Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, 448 p.

En pré-lecture, l’écrivain Bruce Sterling avait déjà partagé quelques citations fascinantes d’auteurs anciens, dans un premier billet puis un second de sa chronique dans la revue Wired.

Présentation de l’éditeur :

Vintage Visions is a seminal collection of scholarly essays on early works of science fiction and its antecedents. From Cyrano de Bergerac in 1657 to Olaf Stapledon in 1937, this anthology focuses on an unusually broad range of authors and works in the genre as it emerged across the globe, including the United States, Russia, Europe, and Latin America. The book includes material that will be of interest to both scholars and fans, including an extensive bibliography of criticism on early science fiction—the first of its kind—and a chronological listing of 150 key early works. Before Dr. Strangelove, future-war fiction was hugely popular in nineteenth-century Great Britain. Before Terminator, a French author depicted Thomas Edison as the creator of the perfect female android. These works and others are featured in this critical anthology.

Table des matières :

• Preface
• Sylvie Romanowski, Cyrano de Bergerac’s Epistemological Bodies: “Pregnant with a Thousand Definitions” (1998, with an afterword by Ishbel Addyman)
• Paul K. Alkon, Samuel Madden’s Memoirs of the Twentieth Century (1985)
• William B. Fischer, German Theories of Science Fiction: Jean Paul, Kurd Lasswitz, and After (1976)
• Josh Bernatchez, Monstrosity, Suffering, Subjectivity, and Sympathetic Community in Frankenstein and “The Structure of Torture” (2009)
• Arthur B. Evans, Science Fiction vs. Scientific Fiction in France: From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné (1988)
• I.F. Clarke, Future-War Fiction: The First Main Phase, 1871–1900 (1997, with an afterword by Margaret Clarke)
• Allison de Fren, The Anatomical Gaze in Tomorrow’s Eve (2009)
• Andrea Bell, Desde Júpiter: Chile’s Earliest Science-Fiction Novel (1995)
• Rachel Haywood Ferreira, The First Wave: Latin American Science Fiction Discovers Its Roots (2007)
• Nicholas Ruddick, “Tell Us All About Rosebery”: Topicality and Temporality in H.G. Wells’s The Time Machine (2001)
• Kamila Kinyon, The Phenomenology of Robots: Confrontations with Death in Karel Čapek’s R.U.R. (1999)
• Patrick A. McCarthy, Zamyatin and the Nightmare of Technology (1984)
• Gary Westfahl, “The Jules Verne, H.G. Wells, and Edgar Allan Poe Type of Story”: Hugo Gernsback’s History of Science Fiction (1992)
• William J. Fanning, Jr., The Historical Death Ray and Science Fiction in the 1920s and 1930s (2010)
• Susan Gubar, C.L. Moore and the Conventions of Women’s Science Fiction (1980, with an afterword by Veronica Hollinger)
• Stanislaw Lem, On Stapledon’s Star Maker (1987, with an afterword by Istvan Csicsery-Ronay, Jr.)
• 150 Key Works of Early Science Fiction
• Bibliography of Criticism on Early Science Fiction
• Contributors

Sitographie

Wordle sito 4

Une bibliographie de sites internet autour de la recherche sur la science-fiction est accessible dans le carnet.
L’idée provient de la sitographie du carnet Sciences Dessinées.
Cette page ne prétend pas à l’exhaustivité, mais elle a pour vocation d’évoluer et de s’enrichir, et sera régulièrement mise à jour. Vous pouvez contribuer à la compléter en proposant vos suggestions de sites (avec leurs liens), dans la durée d’un mois, en commentaires de ce billet, ou de façon permanente en commentaires de la page.

Les sites pouvant y figurer doivent répondre à des critères stricts. De manière générale, ils ne doivent pas contenir de liens publicitaires ou un contenu commercial (seule exception : ce qui concerne les ouvrages des auteurs et les créations des artistes sur leurs pages).

  • Les dictionnaires, encyclopédies et lexiques ou glossaires doivent représenter un travail complet, objectif, vérifiable et de préférence non amateur.
  • Il en est de même pour les sites bibliographiques, dont la volonté d’exhaustivité et la fiabilité sont impératives.
  • La page ne présente pas de revues grand public sur la science-fiction, mais uniquement des revues d’études et de recherches.
  • Les ressources pédagogiques peuvent provenir aussi bien de sites officiels que de sites indépendants, mais doivent toujours montrer une présentation sérieuse et adaptée.
  • Les sites d’auteurs reconnus ou d’artistes professionnels doivent être complets (présentation, bibliographie, actualités) et avoir fait la preuve de leur longévité, pour éviter à court ou moyen terme les liens morts ou redirigeant vers des sites différents.
  • Les blogs d’auteurs doivent proposer un contenu orienté vers la science-fiction (réflexions, avis argumentés), en plus du contenu personnel propre aux blogs. Ils doivent être régulièrement alimentés et témoigner d’une activité récente.

Cette page se veut une aide pour les chercheurs, afin de trouver rapidement des sources et des instruments fiables et sérieux sur internet. N’hésitez pas à nous signaler tout oubli ou erreur.

La science-fiction en Afrique

Couverture de Joey Hi-Fi pour Zoo City de Lauren Beukes, Presses de la cité, 2013.

Longtemps réputée inexistante, la science-fiction africaine prouve peu à peu son dynamisme et éveille de plus en plus l’intérêt. Un article du Monde diplomatique de juin 2013 signé Alain Vicky met ainsi au jour cette « Afrique, présence des futurs ». Le journaliste y révèle la volonté de jeunes artistes de penser l’avenir du continent à travers le prisme de la science-fiction. Cette dernière a ainsi nourri l’imaginaire du blogueur ghanéen Jonathan Dotse, du réalisateur sud-africain Neill Blomkamp (District 9), ou des femmes de lettres Lauren Beukes d’Afrique du Sud (Zoo City) ou Nnedi Okorafor, Américaine d’origine nigériane.

Si Alain Vicky date du milieu des années 2000 les débuts de cette expression, et si elle a cours surtout en Afrique du Sud,  il est possible de remonter à 1962 et au roman algérien de Mohammed Dib, Qui se souvient de la mer ?, pour trouver des textes épars de science-fiction sur le continent africain. Un roman inclassable de Sony Labou Tansi ou une nouvelle humoristique d’Emmanuel Dongala relèvent aussi de la science-fiction. Longtemps cantonnée à l’étude des fictions d’auteurs afro-américains comme Octavia Butler ou Steven Barnes, l’étude de la science-fiction africaine est en plein essor, comme le prouvent les appels à textes lancés par Mark Bould pour Paradoxa et Science Fiction Studies en 2012.

Une page de ce carnet se propose de présenter les ressources disponibles sur la science-fiction africaine : des bibliographies des fictions littéraires, des anthologies et des études consacrées à la science-fiction africaine, et une courte filmographie.

Féminisme et science-fiction: ouverture

Couverture de la revue « Future Science Fiction » de novembre 1950, trouvée sur le site Hap*Stance*Dep*Art, 31 mai 2012.

Alors qu’a paru en février dernier l’ouvrage de Carlen Lavigne, Cyberpunk Women, Feminism and Science Fiction, il apparaît intéressant de proposer une bibliographie d’études consacrées aux rapports entre le féminisme et la science-fiction.

La science-fiction a souvent été épinglée pour avoir reflété les mentalités de la société de l’époque et pour avoir donné des représentations sexistes des femmes et des rapports entre les sexes. De nombreux auteurs ont cependant su dépasser les stéréotypes et imaginer des situations où la condition féminine échappait aux déterminations de genre. Ce sont presque toujours des femmes de lettres qui ont porté la réflexion sur le sujet.

Leurs œuvres peuvent dénoncer l’oppression et l’exploitation des femmes, comme La Servante écarlate de Margaret Atwood, La Planète aux vents de folie de Marion Zimmer Bradley ou La Parabole du semeur d’Octavia Butler.

D’autres montrent des sociétés égalitaires, comme  La Main gauche de la nuit d’Ursula Le Guin, Le Serpent du rêve de Vonda McIntyre, ou les romans de C. J. Cherryh.

D’autres encore imaginent des sociétés qui inversent le rapport de force, comme Le Rivage des femmes de Pamela Sargent, Un monde de femmes de Sheri S. Tepper,  Chroniques du Pays des Mères d’Elisabeth Vonarburg ou Pollen de Joëlle Wintrebert.

De leur côté, les romans inclassables Les Guérillères de Monique Wittig, L’Autre Moitié de l’homme de Joanna Russ et Woman on the Edge of Time de Marge Piercy, présentant alternativement au sein de la même œuvre dystopie et utopie féministes, combinent les trois types de récits.

Plusieurs auteurs masculins ne sont pas en reste, comme R. A. Heinlein (Révolte sur la Lune), Theodore Sturgeon (Vénus Plus X), Samuel Delany (Babel 17), John Varley (Le Canal Ophite), ou Greg Egan.

Enfin, il ne faut pas oublier les récits précurseurs, comme Herland de Charlotte Perkins Gilman (1915), ni que Mary Shelley, auteure de Frankenstein et du Dernier Homme, était la fille de la féministe Mary Wollstonecraft, qui a écrit la Défense des droits de la femme (1792).

Si le sujet a donné lieu à la publication de nombreux ouvrages dans le monde anglo-saxon, et fait partie des sujets d’études reconnus en science-fiction et dans d’autres genres, dans le monde francophone, la réflexion vient surtout du Québec. En France, on ne peut dénombrer qu’un ouvrage sur l’utopie féministe et quelques articles.

Un prix en hommage à James Tiptree Jr. (pseudonyme d’Alice B. Sheldon) a été créé en 1991 pour récompenser des œuvres de science-fiction ou de fantasy qui « agrandissent ou explorent notre compréhension du genre ». Parmi les romans qui ont reçu ce prix, certains chefs-d’œuvre n’ont de manière inexplicable toujours pas été traduits en français, tels que China Mountain Zhang de Maureen McHugh, Ammonite de Nicola Griffith ou Air de Geoff Ryman.

Ressources sur la musique de science-fiction

Couverture de Francisco Varon pour le n°69 de « Bifrost », éditions du Bélial’, janvier 2013.

Alors que paraît dans le numéro de janvier 2013 de la revue Bifrost un dossier « Culture rock  et science-fiction », qui comprend des textes de Norman Spinrad, Jean-Marc Ligny et Eric Holstein, et après l’exposition « Galactic Hits » de la Maison d’ailleurs lors du festival des Utopiales 2010, il apparaît nécessaire de présenter une bibliographie des études sur la musique de science-fiction.

Cette bibliographie est en deux parties. La première rassemble des études consacrées à la science-fiction dans la musique, où il s’agit surtout de reprendre des thèmes ou un imaginaire de science-fiction, notamment dans le rock. La deuxième partie regroupe les études sur la musique dans la science-fiction, principalement la musique de films ou de séries télévisées, mais aussi la musique dans les récits de science-fiction.

Ressources sur la science-fiction italienne: ouverture

La science-fiction, « fantascienza » en italien, trouve ses origines en Italie dans les romans d’aventures d’Emilio Salgari dès le XIXème siècle. Il faut cependant attendre 1952, qui voit la création des revues Scienza Fantastica et Futuro et de la collection Urania, pour que naisse une véritable école italienne de science-fiction, représentée par Ugo Malaguti, Luca Masali ou Lino Aldani. De nos jours dominée par Tommaso Pinci, la science-fiction italienne a aussi inspiré de nombreux films, souvent parodiques. Une page de ressources rassemble les références bibliographiques des principaux titres traduits en français, une filmographie sélective, et les références de quelques études exclusivement consacrées à la science-fiction de langue italienne.

Ressources sur la science-fiction germanophone: ouverture

La science-fiction de langue allemande reste peu connue en France malgré une longue histoire. Dès 1897, Kurd Laßwitz publie Auf zwei Planeten. Paul Scheerbart impose le genre au début du XXème siècle, un genre représenté en 1923 par le film Metropolis de Fritz Lang, et qu’illustrent des auteurs de littérature générale comme Franz Werfel ou Ernst Jünger. Plus récemment, la série Perry Rhodan et les romans d’Andreas Eschbach ont fait connaître la science-fiction allemande dans le monde entier. Une bibliographie des principaux titres traduits en français, des films et séries les plus connus et une recension des études critiques a pour objet de mieux faire connaître la science-fiction germanophone.

 

Ressources sur la science-fiction hispanophone: ouverture

La science-fiction de langue espagnole est vivante aussi bien Mexique, en Argentine et à Cuba qu’en Espagne. Les œuvres traduites en français viennent néanmoins majoritairement de ce dernier pays. L’activité de traductrice et d’anthologiste de Sylvie Miller permet de mieux la connaître. La science-fiction a aussi inspiré des longs métrages de qualité, principalement en Espagne mais aussi au Mexique et en Argentine. L’intérêt des chercheurs se traduit par des études, nombreuses mais éparpillées, sur le genre dans les littératures hispanophones.

Études sur la bande dessinée de science-fiction: ouverture

La science-fiction, issue de la littérature, a essaimé dans plusieurs autres arts. La bande dessinée a ainsi illustré le genre, qu’il s’agisse de la bande dessinée franco-belge, très inspirée par la littérature et le cinéma, des comics américains, centrés sur les super-héros, ou du manga japonais, qui a ses spécificités. Une bibliographie des études sur la bande dessinée de science-fiction fait le tour des articles de spécialistes de la bande dessinée consacrés à des albums ou à des créateurs de science-fiction.

N’hésitez pas à nous signaler d’autres références par message.

Études sur les séries télévisées de science-fiction: ouverture

Alors que la série américaine Terra Nova voit s’achever la diffusion de sa première saison sur une chaîne française, que la BBC prépare la septième saison de la deuxième série de Doctor Who, et que des rumeurs annoncent la préparation d’une cinquième saison pour Fringe, les séries télévisées de science-fiction connaissent dans le monde anglo-saxon un succès qui ne se dément pas, comme le montre également la persistance des Trekkies ou fans de Star Trek, dont la dernière série s’est achevée en 2005.
Cet engouement a suscité la parution d’études sur les séries télévisées de science-fiction, dont nous proposons une bibliographie, qui invite à guetter la publication des actes de deux colloques tenus en 2011, qui proposaient des communications sur des séries de science-fiction.

Les sites d’information sur la science-fiction

La science-fiction jouit, dans toutes ses dimensions artistiques, d’une grande visibilité sur Internet. Il existe de nombreuses initiatives pour recueillir, compiler et diffuser des informations, qui donnent forme à la mémoire collective de la science-fiction.

Les sites indiqués dans le « réseau SF » sont les plus directement utiles aux chercheurs, parce qu’ils proposent régulièrement des articles lisibles en ligne, dont nous proposerons par la suite une cartographie raisonnée. Les sites de NooSFere et de Quarante-deux offrent aussi des bases de données d’une grande richesse. De plus, l’Association Quarante-deux et la Maison d’Ailleurs recueillent selon leurs logiques propres des fonds très complets de publications de science-fiction.

Pour étendre leur connaissance du domaine de la science-fiction et suivre l’actualité dans le champ francophone, les chercheurs peuvent explorer de très nombreux autres sites, parmi lesquels :

  • ActuSF.com : informations sur les parutions et événements culturels en lien avec la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • BDFI (Base de données francophone de l’Imaginaire) : site bibliographique collaboratif consacré à la science-fiction, à la fantasy, au fantastique.
  • Culture SF : informations sur la science-fiction.
  • Fiction Bis (Encyclopédie permanente de l’Autre-littérature) : encyclopédie en ligne, liée aux éditions Encrage et à l’association Rocambole, portant sur la science-fiction, le western, le roman policier, fantastique, d’espionnage.
  • GHOR: site personnel qui présente des ouvrages de référence sur la science-fiction.
  • Index SF : informations sur la science-fiction.
  • La Nébuleuse SF  (Une encyclopédie de l’imaginaire) : encyclopédie en ligne portant sur la science-fiction, la fantasy, le fantastique.
  • Le Cafard Cosmique : informations et chroniques sur la science-fiction (site dormant, mais très riche).
  • Pages françaises de science-fiction : quelques articles et ressources très utiles (site dormant).
  • Planète SF : fil d’information sur la science-fiction.
  • Présences d’esprits : site du Club Présences d’esprits, association d’amateurs passionnés.
  • Répertoire de la science-fiction : site bibliographique portant sur les publications de science-fiction françaises.

Il faut ajouter à cela les forums où discutent les fans, parmi lesquels des auteurs et éditeurs :

Sans oublier les homologues anglophones de ces sites, notamment la très riche base de données ISFDB.

Des chronologies pour la science-fiction française: ouverture

Parmi les chantiers théoriques de ce carnet, ReSF souhaite mettre au point et proposer des listes de « classiques » de la science-fiction.

Une chronologie de la science-fiction archaïque permet de situer dans le temps les ouvrages et les auteurs appartenant à la tradition française de l’imagination scientifique.

Une chronologie de la science-fiction française fournit un aperçu des publications majeures depuis 1950.

Ces chronologies ne sont pas censées être exhaustives. Chaque roman mentionné doit, à terme, être présenté plus en détail. Vous pouvez nous proposer des comptes rendus de ces ouvrages, ainsi que des titres que vous jugez essentiels, en y adjoignant un compte rendu.

Ressources sur la science-fiction russe: ouverture

Cette année, le prix Russophonie (créé par la fondation Eltsine et l’association France-Oural) a été attribué à Anne-Marie Tatsis-Botton pour sa traduction de Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski, paru en 2010 aux éditions Verdier. Ce prix récompense donc la traduction d’un roman de 1929 qui joue avec le thème du voyage dans le temps.
C’est l’occasion de mettre en ligne diverses ressources sur la science-fiction russe. Une liste rassemble les principaux auteurs parus en français depuis 1980. Y sont listées les anthologies parues en français, surtout parues dans la période soviétique. Quelques films permettent de découvrir le cinéma de science-fiction russe, où dominent les adaptations de romans des frères Strougatski. Enfin, quelques études sont recensées, un liste que vous pouvez aider à compléter en nous écrivant.

Études sur le cinéma de science-fiction: ouverture

Une page propose une bibliographie de travaux sur le cinéma de science-fiction. Elle propose une liste des principaux livres en français et en anglais sur le cinéma de science-fiction. Elle recense ensuite de nombreux articles étudiant la science-fiction au cinéma, publiés en revues ou en recueils collectifs, divisés en deux listes : les études publiées en français, et les articles en anglais. Cette bibliographie pourra s’enrichir des apports que vous voudrez y faire, en nous écrivant ou au moyen des commentaires.