Présent(s) de la science-fiction (CFP)

Présent(s) de la science-fiction (CFP): évolution et diversification du genre à l’époque contemporaine.

Annonce proposée par Julie Kolovou (Université d’Aix-Marseille)

L’année 2020 et les premiers mois de l’année 2021 ont été marqués par une actualité riche en matière de science-fiction. La « Red Team », équipe chargée par l’armée française d’élaborer des scénarii possibles du futur, en imaginant des progrès techniques et leurs conséquences, mais aussi en anticipant d’éventuels conflits, publie ses premiers travaux. L’apparition et la propagation de la Covid-19 fait surgir dans notre quotidien un thème récurrent du genre, celui de la pandémie mondiale,

Continuer la lecture de Présent(s) de la science-fiction (CFP)

Le hit-parade de Res Futurae (2021)

On a fêté la fin du stage de Léa, géniale stagiaire 2021, avec un bouquet de conseils de lecture:  pour elle qui s’est dit charmée par la découverte de la science-fiction et désireuse d’en lire plus, nous avons listé nos lectures préférées. Les voici en partage.

Frank Herbert, Dune, 1965
William Gibson, Neuromancien, 1984
Ken Liu, Ménagerie de papier, 2015

Isaac Asimov, Quand les ténèbres viendront [Nightfall and other stories, 1969], trad. S. Hilling, Denoël, 2014
Angélica Gorodischer, Trafalgar [1979], trad. G. Contré, La Volte, 2019
Ian McDonald, Desolation Road [1988], trad. B. Sigaud, Livre de Poche SF, 1994

Eschbach, Des milliards de tapis de cheveux, 1995
Volodine, Des anges mineurs, 1999
Dufour, Le Goût de l’immortalité, 2005

Laurent Genefort, Lum’en, 2015
Gérard Klein, Le temps n’a pas d’odeur, 1963
Roland C. Wagner, Le Chant du Cosmos, 1999

Clifford Simak, Demain les chiens [City, 1952], trad. JP Durastanti (révisant celle de J. Rosenthal 1952), Livre de poche, 2013.
Ursula Le Guin, La Vallée de l’éternel retour [Always Coming Home, 1985], trad. Julien Bétan [1994] & Isabelle Reinharez, Mnémos, 2019.
David Brin, Marée stellaire [Startide Rising, 1986], trad. G. Lebec, J’ai Lu, 1986.

21 | Fictions climatiques (appel clos)

Appel à contributions pour le dossier n° 21 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Aurélie Huz et Irène Langlet.

English version below

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent être remises le 15 octobre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 mai 2022, les retours d’évaluation seront donnés en septembre 2022 pour une parution au deuxième semestre 2023.

Les auteurs et autrices sont invité.es à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Cet appel à communication s’inscrit dans la continuité du colloque international du programme PARVIS[1] de l’I-SITE FUTURE (https://parvis.hypotheses.org/a-propos) « La ville dans les fictions climatiques » qui s’est tenu en mai 2021. Il était consacré aux imaginaires urbains futuristes (https://parvis.hypotheses.org/2102).

Continuer la lecture de 21 | Fictions climatiques (appel clos)

RESF 17 : Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Continuer la lecture de RESF 17 : Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Retour sur la séance 5 : sf et fandom

La dernière séance du séminaire doctoral s’est tenue le vendredi 4 juin 2021, en ligne. Notre répondante était Mélanie Bourdaa (maîtresse de conférence HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux 3). Notre invité était David Peyron (maître de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Aix-Marseille). Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS) et Margot Châtelet (doctorante à l’université Gustave Eiffel), membres de l’équipe du séminaire, ont également pris la parole.

La séance était consacrée à la culture fanique, et plus spécifiquement au fandom de science-fiction. Continuer la lecture de Retour sur la séance 5 : sf et fandom

Retour sur la séance 4 : science-fiction et médias

La quatrième séance du séminaire doctoral s’est tenue le vendredi 28 mai 2021, en ligne. Notre répondant était Matthieu Letourneux (professeur de littérature et directeur du Master recherche en littérature française et comparée à l’université Paris Nanterre). Aurélie Huz (maîtresse de conférence en langue et littérature françaises à l’université Paris Nanterre) et Héloïse Brézillon (doctorante en création-recherche à l’université de Cergy-Pontoise) étaient nos invitées. Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS) et Frédéric Guignard (doctorant de l’université de Lausanne), membres de l’équipe du séminaire, ont également pris la parole. La séance était animée par Margot Châtelet (doctorante à l’université Gustave Eiffel).

La séance avait pour objectif d’interroger la science-fiction en tant que genre intermédiatique. Continuer la lecture de Retour sur la séance 4 : science-fiction et médias

20 | Théorie(s) de la science-fiction (appel clos)

Appel à publication pour le n°20 de ReS Futurae

Dossier : Théorie(s) de la science-fiction

Dossier dirigé par Irène Langlet (univ. Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs

Lire l’appel sur le site de la revue.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Continuer la lecture de 20 | Théorie(s) de la science-fiction (appel clos)

Séance 2 – Hard science, soft science et science-fiction

La deuxième séance du séminaire doctoral visait à explorer les relations entre sciences et science-fiction et ce au regard des disciplines convoquées dans les corpus respectifs des membres de l’équipe doctorale. 

Hugues Chabot, Maître de conférences en Histoire des sciences à l’Université Lyon 1 a pris en charge la fonction de répondant.

Les exposés de Margot Châtelet, Amir Arab Pour, Kévin Pelladeaud et Nadège Pérelle  ainsi que les commentaires du répondant Hugues Chabot et discussions consécutives aux présentations  sont visibles sur Youtube, les liens et brefs résumés des communications sont visibles ci-dessous. Continuer la lecture de Séance 2 – Hard science, soft science et science-fiction

Stage: relecture d’articles et de traductions

Un stage de 3 mois est proposé à un·e étudiant·e de M2 recherche par la revue Res Futurae, revue d’études sur la science-fiction.

OBJET DU STAGE

La revue Res Futurae (ReSF) propose un stage au sein de son comité éditorial. La/le stagiaire aura à relire les articles scientifiques et les traductions, pour corriger des erreurs de typographie, syntaxe et orthographe, dans la dernière phase de travail avant le stylage numérique et la mise en ligne. Elle/il travaillera en équipe avec au moins un membre du comité éditorial de la revue ReSF.

Continuer la lecture de Stage: relecture d’articles et de traductions

Margot Châtelet : CV et position de thèse

CV

Doctorante contractuelle en littérature française avec charge d’enseignement, université Gustave Eiffel | 2020-2023
– École Doctorale Cultures et Sociétés, laboratoire LISAA. Thèse dirigée par Irène Langlet : La Science-Fiction d’Alain Damasio, cœur d’une communauté contre-culturelle.
– Charge d’enseignement, UFR LACT, 2020-2021 : UE commentaire de textes Master MEEF 1 (UGE) ; UE culture littéraire et artistique L3 Pro Fabrication du livre (École Estienne).
– Co-organisatrice d’un séminaire doctoral sur la science-fiction avec Nadège Pérelle, doctorante I-Site Future.
-Élue au Conseil académique et au Parlement étudiant de l’université Gustave Eiffel, collège D2, décembre 2020 à juin 2023.

Professeure certifiée en collège | Val d’Oise | 2017-2020

Capes externe de lettres modernes | 2016

Université Paris IV-Sorbonne | 2012-2015
– Mémoire de master 2 recherche en littératures françaises, dirigé par Simon Bréan : Observations et expérimentations temporelles chez H. G. Wells et René Barjavel (17/20).
– Mémoire de recherche (master 1 pro LMA) dirigé par Simon Bréan : Survivre à la grande Catastrophe chez René Barjavel (16/20).
– Licence 3 professionnelle LMA (stage chez Studyrama Grandes Écoles).

Position de thèse

La science-fiction d’Alain Damasio, cœur d’une communauté contre-culturelle

Continuer la lecture de Margot Châtelet : CV et position de thèse

Séminaire doctoral SF 2021

Le séminaire doctoral a pour objectif de constituer un espace d’auto-formation et de dialogues scientifiques, entre des doctorants et doctorantes travaillant sur la science-fiction et des répondants qui apporteront un regard critique et scientifique sur les communications. Il se tiendra de janvier à juin 2021 une fois par mois,  en ligne puis dès que possible à l’Université Gustave Eiffel. Il accueillera à deux reprises le comité éditorial de la revue ReS Futurae, dirigée par Irène Langlet. L’objectif de cette intégration au séminaire est de créer un cadre de rencontres entre l’équipe doctorale du séminaire et des chercheurs et chercheuses experts en science-fiction, afin que se tisse un dialogue scientifique pour irriguer les réflexions de la revue et les recherches doctorales. Ce partage de compétences permettra également aux doctorants et doctorantes de se former sur le plan éditorial et scientifique.

Organisatrices : Margot Châtelet et Nadège Pérelle, doctorantes contractuelles sous la direction d’Irène Langlet, à l’université Gustave Eiffel (ED Cultures et Sociétés, EA LISAA). Continuer la lecture de Séminaire doctoral SF 2021

Retour sur la Séance 1 : Les grands textes théoriques de la SF

La première séance du séminaire doctoral s’est tenue le jeudi 28 janvier 2021, à partir de 14h, en ligne. Elle a compté jusqu’à 38 participant.es.

La séance à été animée par Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS) et Simon Bréan (maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université) a pris en charge la fonction de répondant.

Nadège Pérelle, Margot Châtelet, Frédéric Guignard et Romain Bionda ont proposé quatre communications sur les textes théoriques de la SF. Vous les trouverez chacune ci-dessous en version audiovisuelle, précédées d’un bref résumé. Continuer la lecture de Retour sur la Séance 1 : Les grands textes théoriques de la SF

RESF 16 Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

Crédits : Barbara A Lane
Sous la direction de Yves Iehl et Jean Nimis

Les formes brèves (récit ou épisode de série TV) qui mettent en jeu la science-fiction présentent l’intérêt de déployer des univers possibles sous une forme kaléidoscopique. Ainsi, notre « habitation dans le monde » se trouve interrogée par la multiplication de ces points de vue du futur et des « perspectives anticipatrices » qui en proposent un aperçu.
 
  • Comité de rédaction de Res Futurae
    Éditorial [Texte intégral]
  • Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

Continuer la lecture de RESF 16 Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

19 | Séries télévisées de science-fiction (appel clos)

Appel à contributions pour le dossier du n°19 de ReS Futurae (2022)

Dossier dirigé par

  • Florent Favard, IECA univ. de Lorraine (favard.florent@gmail.com)
  • Hélène Machinal, UBO (ln.machinal@gmail.com)

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir aux deux responsables le 15 décembre 2020 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juin 2021, pour une parution au premier semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Continuer la lecture de 19 | Séries télévisées de science-fiction (appel clos)

Résistances de/dans/par la science-fiction : regards politiques (pour le 15 septembre 2020)

Le 8ème Congrès de l’ABSP, conjointement organisé avec la 9ème édition du CoSPoF (congrès des associations francophones de science politique), se tiendra du 07 au 09 avril 2021 à l’Université Libre de Bruxelles sur la thématiques des « Résistances ». 

Les propositions de communications sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2020 aux responsables des ST ainsi qu’à l’adresse mail info@absp.be. Celles-ci devront être limitées à 500 mots.

Responsables de la ST : 

  • Marc ATTALLAH (Université de Lausanne) – matallah@ailleurs.ch
  • Yannick RUMPALA (Université Côte d’Azur) – rumpala@unice.fr
  • Virginie TOURNAY (SciencesPo Paris) – virginie.tournay@sciencespo.fr

Appel à communications : 

De manière plus complexe que les images simplistes dont elle se voit trop souvent affublée, la science-fiction est un univers de résistances : son histoire éditoriale aux lisières des genres canoniques et les thématiques de révolte – d’humains ou de non-humains, d’ailleurs – qu’elle a largement incorporées en sont des illustrations parmi tant d’autres. Sur un plan scientifique, les études francophones du politique semblent toutefois avoir peu travaillé cette dimension, alors que le genre a connu un développement notable et que son influence culturelle s’est étendue. Cette lacune est d’autant plus surprenante que les théories de la fiction ont montré que l’activité narrative possède des vertus de décentrement essentielles pour se penser autrement et que les effets peuvent être aussi politiques.

Il y a donc un certain nombre de points aveugles dans les relations entre science-fiction et politique que cette section thématique propose d’explorer en profitant de la ressource heuristique offerte par le thème général du congrès.

Trois axes d’exploration sont envisagés pour baliser cette section thématique :

  • la science-fiction comme forme de résistance et dissidence culturelle ;
  • les représentations des résistances dans la science-fiction ;
  • les utilisations de la science-fiction dans différentes formes d’actions collectives et de mobilisations.

1) La science-fiction a longtemps été un genre marginal, fréquemment considéré avec dédain, voire suspicion. Son histoire est aussi une histoire de luttes au sein du champ culturel. Produire de la science-fiction ou la défendre a pu pendant longtemps, et encore aujourd’hui, paraître comme une forme de résistance face à une culture dominante. On peut penser que l’enjeu n’était pas qu’un enjeu culturel et qu’il avait d’autres sources et implications qu’il peut être intéressant de faire (ré)émerger, du point de vue d’une fonction sociale et politique par exemple.

2) Révoltes et résistances y ont fréquemment fourni des ressorts narratifs. Les rebelles qui affrontent l’Empire dans la série Star Wars sont un exemple qui vient facilement à l’esprit, mais il a tendance à en occulter de multiples autres. On songe au développement de la science-fiction (éco)féministe, à l’afrofuturisme, à la veine dystopique, etc. Dans cet axe, il pourra s’agir de s’intéresser à la teneur politique ou idéologique plus ou moins apparente de ces récits, à ce qu’ils véhiculent comme représentations, problématisations, contenus critiques, etc., et à ce qu’ils disent du rapport à un certain ordre politique.

3) Une part de l’imaginaire de la science-fiction, par ses images et ses symboles, a pu être également utilisée pour être intégrée dans certains répertoires d’action de mouvements ou mobilisations. Les images, dans leurs multiples destins, peuvent en effet faire l’objet de réappropriations, notamment lorsqu’elles paraissent susceptibles de soutenir plus solidement un message ou une cause. Le film Avatar réalisé par James Cameron (2009) et la résistance qu’il met en scène contre une tentative de colonisation minière, symboliquement par les humains d’un corps expéditionnaire sur une autre planète, ont servi des inspirations politiques et des mobilisations. Pour porter leurs revendications, on a vu des militants reproduisant l’apparence des Na’vis, le peuple de Pandora, exolune où se déroule le récit[1]. Le genre offre-t-il des ressources que d’autres n’offrent pas ? Les auteur(e)s, d’ailleurs, peuvent aussi être dans une position militante, comme le montre récemment en France l’exemple du collectif Zanzibar qui propose de « désincarcérer le futur ».

À partir de la multiplicité des supports envisageables (littérature, théâtre, cinéma, séries télévisées, jeux vidéo, etc.), les propositions pourront s’inscrire dans l’un de ces axes ou à la croisée de plusieurs.

[1] Cf. Bruce Bennett, « Loving the Alien. Indigenous Protest and Neo-Colonial Violence in James Cameron’s Avatar », in Katarzyna Marciniak and Imogen Tyler (eds), Immigrant Protest: Politics, Aesthetics and Everyday Dissent, New York, SUNY Press, 2014.

Carnet de la revue Res Futurae

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search