Archives par mot-clé : doctoral

Séminaire doctoral SF 2021

Le séminaire doctoral a pour objectif de constituer un espace d’auto-formation et de dialogues scientifiques, entre des doctorants et doctorantes travaillant sur la science-fiction et des répondants qui apporteront un regard critique et scientifique sur les communications. Il se tiendra de janvier à juin 2021 une fois par mois,  en ligne puis dès que possible à l’Université Gustave Eiffel. Il accueillera à deux reprises le comité éditorial de la revue ReS Futurae, dirigée par Irène Langlet. L’objectif de cette intégration au séminaire est de créer un cadre de rencontres entre l’équipe doctorale du séminaire et des chercheurs et chercheuses experts en science-fiction, afin que se tisse un dialogue scientifique pour irriguer les réflexions de la revue et les recherches doctorales. Ce partage de compétences permettra également aux doctorants et doctorantes de se former sur le plan éditorial et scientifique.

Organisatrices : Margot Châtelet et Nadège Pérelle, doctorantes contractuelles sous la direction d’Irène Langlet, à l’université Gustave Eiffel (ED Cultures et Sociétés, EA LISAA).

I. Programme

Séance 1 : Les grands textes théoriques de la science-fiction

Jeudi 28 janvier 2021, 14h-17h. En ligne. Inscription : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr

La vocation de la première séance du séminaire est de présenter les fondations de la théorie littéraire science-fictionnelle. Chaque doctorant prend en charge une communication qui présente un article ou chapitre d’ouvrage d’un théoricien canonique dans la définition et la problématisation du genre.

Invités : Romain Bionda et Frédéric Guignard (doctorants à l’université de Lausanne).

Répondant : Simon Bréan, maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université.

Séance ReSF 1

Date : Semaine 6 – vendredi 12 février 2021

Séance 2 : Hard science, soft science et science-fiction

Date : vendredi  19  mars 2021, 9h30-13h

En ligne. Inscription : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr

Cette séance vise à explorer les relations entre sciences et science-fiction et ce au regard des disciplines convoquées dans les corpus respectifs  des membres de l’équipe doctorale.

Sciences climatiques : Nous tisserons des liens entre les fictions climatiques et les sciences étudiant le climat et l’environnement : géosciences, sciences climatiques, écologie, océanographie, météorologie, biologie, chimie, physique, mathématiques. Nous tenterons de formuler des hypothèses autour des questions suivantes : Comment la climate fiction met en récit les connaissances scientifiques? A quels savoirs scientifiques les auteurs de cli-fi ont-ils recours? Quel traitement la climate fiction fait-elle des connaissances scientifiques? Vulgarisation? Extrapolation? Prospective? Quelle place a le vocabulaire/lexique des sciences du climat dans la cli-fi?

Sciences politiques et sciences sociales : Nous croiserons les méthodologies de la littérature et de la sociologie, afin d’interroger un corpus science-fictionnel affirmant sa portée politique. Ainsi, nous nous appuierons à la fois sur les théories de la lecture et de la réception, sur la sociocritique et sur la notion de communauté interprétative, selon trois axes : l’orientation de l’interprétation politique du lecteur, les représentations et enjeux socio-politiques d’une époque qui traversent les œuvres, et la construction du sens des œuvres infléchie par l’appartenance du lecteur à des communautés sociales et politiques.

Invités : Amir Arab Pour, doctorant à l’université Gustave Eiffel, laboratoire LISAA

Kevin Pelladeaud, doctorant à l’Université Grenoble Alpes, laboratoire Litt&Arts

Répondant : Hugues Chabot, maître de conférences en Histoire des Sciences à l’Université Claude Bernard Lyon 1, LIRDHIST

Séance 3 : Science-fiction et études de genre

Vendredi 16 avril 2021, 9h30-12h30.

Le séminaire sera animé par Frédéric Guignard, doctorant en première année à l’Université de Lausanne, sous la direction de Dominique Kunz Westerhoff et Irène Langlet.

Cette séance explorera la science-fiction à l’aune des études de genre. En partant du constat que la science-fiction est un champ culturel historiquement à dominante masculine, nous tenterons de comprendre le changement de paradigme impulsé à la fin des années 60 par la science-fiction féministe et la thématisation d’enjeux genrés jusque là naturalisés. Nous nous attarderons sur quatre aspects : la spécificité du champ francophone et sa tardive perméabilité aux imaginaires féminins ; les fictions climatiques non pas comme genre de l’Anthropocène mais de l’Androcène ; la politisation du corps et de la sexualité via leur représentation littéraire ; la possibilité d’une science-fiction féministe et queer à travers la figure du cyborg, jusque dans le cinéma grand public.

Invité : César Calamel Duprey (doctorant à l’université Paris Nanterre)

Répondante : Hélène Breda (maîtresse de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13)

Séance 4 : Science-fiction et médias

MAJ : Vendredi 28 mai 2021, 14h-17h.

Face à l’intermédialité inhérente au genre science-fictionnel, les doctorants voudraient établir un état des lieux des théories critiques disponibles sur les médias de leurs corpus.

Nadège Pérelle interrogera la cli-fi en tant que genre intermédiatique, les fictions climatiques s’articulant entre le romanesque, le cinématographique, le télévisuel, le musical, le visuel, le graphique, le radiophonique, le vidéoludique et le théâtral. Bien que la recherche académique ait consacré une grand majorité de ses travaux à la cli-fi littéraire, il nous semble que le syntagme générique “climate fiction” majoritairement utilisé par les consommateurs, producteurs, critiques et universitaires renvoie à un ensemble de matrices narratives, esthétiques, thématiques et symboliques propres à un réseau d’oeuvres intermédiatiques prenant pour objet un faisceau de problématiques liées au nouveau régime climatique.

Aurélie Huz dressera un parcours de l’histoire culturelle et intermédiatique de la SF en France de 1970 à 2000 environ, en articulant trois moments (un par décennie): le moment contre-culturel et politique des années 1970, le moment de diversification/légitimation culturelle des années 1980 parallèlement à la montée en puissance des industries culturelles, et le moment du numérique et des nouvelles images (années 1990), qui rebat la donne des rapports de force entre médias et imaginaires SF.

La communication d’Héloïse Brézillon, intitulée « La science-fiction sonore : quand l’intermédialité fait émerger un nouveau sous-genre littéraire », interrogera la science-fiction sonore, c’est-à-dire toutes les tentatives science-fictionnelles de mêler le son au récit écrit. Elle fera un tour d’horizon de ces expérimentations intermédiales, extraits audio à l’appui, et elle posera les questions de leurs enjeux et de leurs potentialités.

La communication de Frédéric Guignard portera sur le statut déjà ambigu du média texte en science-fiction qui laisse voir et entendre d’autres médias via des signes limites (formes géométriques, litanies). Il s’agira de revenir au texte de Jürgen E. Müller pour montrer que l’intermédialité ne se fond pas dans le multimédia mais qu’elle interroge la nature monomédiatique de récits pris dans des macro- et des mega-textes, et le caractère déjà intersémiotique des textes de l’imaginaire.

Invités : Héloïse Brézillon (doctorante en création-recherche à l’université de Cergy-Pontoise), Aurélie Huz (maîtresse de conférence en langue et littérature françaises à l’université Paris Nanterre) et Frédéric Guignard, doctorant de l’université de Lausanne.

Répondant : Matthieu Letourneux (professeur de littérature et directeur du Master recherche en littérature française et comparée à l’université Paris Nanterre)

Séance 5 : Science-fiction et fandom

Date à confirmer : vendredi 4 juin 2021, 14h-16h30.

Il s’agira dans un premier temps d’interroger la diffusion du savoir science-fictionnel, qui se construit comme savoir hybride faisant dialoguer culture des fans et méthodologies universitaires : quel positionnement adopter dans cette culture à la fois scientifique et populaire de la science-fiction ? Dans un deuxième temps, la communication s’orientera vers la culture participative, à savoir la manière dont le fandom s’empare des univers qu’il chérit, afin d’en proposer des fanfictions, des remakes, des prolongements d’univers, et ce en utilisant tous les médias mis à leur disposition. Ainsi, nous serons amenés à débattre des notions de corpus multi-auctorial et d’univers partagés.

David Peyron, à partir de ses travaux sur la culture geek, sur les subcultures de fans et sur les liens entre identité et fiction dans les communautés de passionnés, montrera en quoi le fandom de la science-fiction constitue un contexte matriciel pour de nombreuses pratiques contemporaines. Dans un premier temps, nous verrons que ce qu’on nomme culture geek est en réalité une convergence historique de divers éléments culturels qui trouvent justement leurs racines dans les premiers temps du fandom SF. Ensuite, justement, il sera question des origines de cette communauté spécifique qui se situent aux États-Unis dans les années 1920/1930 autour de la culture pulp. On pourra déjà y observer un fort sens de la communauté autour d’un genre en pleine expansion, les traces d’une culture participative montante et la mise en place de réseaux de sociabilité (conventions, lieux de réunions, fanzines, etc.). Nous verrons ensuite les liens entre ce fandom SF historique et d’autres mouvements comme l’informatique, le jeu de rôle, le jeu vidéo, tout cela menant à la culture geek contemporaine et aussi au rôle fondamental de la culture ludique et d’internet comme support de participation et de création dans ce mouvement.

Margot Châtelet s’interrogera sur le statut de l’auctorialité dans les univers transmédiatiques partagés, qui sont un ensemble d’oeuvres multimédiatiques et multiauctoriales se déroulant dans un même univers fictionnel (Besson, 2016). Cette communication aura un double objectif : interroger le statut auctorial du fandom (Lata, 2017) qui s’approprie un univers science-fictionnel pour en proposer des adaptations ou des prolongements d’univers, et questionner le vaste concept d’auteur ainsi que son bouleversement en régime médiatique dans de tels phénomènes de création collective (Neeman, Meizoz, Clivaz, 2001 ; Bouju (dir.) 2016). Cette réflexion s’appuiera sur l’exemple paradoxal d’un auteur SF contemporain, Alain Damasio, dont la posture d’auteur conjugue sacralisation (Bénichou, 1973) par le fandom et encouragement à l’investissement créatif de ce fandom dans son univers fictionnel. Cette participation active contribue in fine à l’esquisse d’une communauté esthétique multiauctoriale et à la construction identitaire de cette communauté en tant que sub-, voire contre-culture (François, 2016 ; Peyron 2014).

 

Nadège Pérelle étudiera la climate fiction à l’aune des études de fans, bien que le genre semble jusqu’à maintenant échapper aux pratiques de réappropriations faniques comme les fanfictions pourtant centrales dans l’approche proposée par les Fan Studies. L’enjeu sera d’explorer les manières dont les communautés de consommateurs et de fans de fictions climatiques contribuent à la formation du genre en tant que “culture participative” et ce en contexte de révolution numérique de la culture médiatique. Nous nous pencherons en particulier sur les activités faniques – principalement numériques – leurs natures et leurs rôles.

Invité : David Peyron (maître de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Aix-Marseille).

Répondante : Mélanie Bourdaa (maîtresse de conférence HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux 3).

Séance ReSF 2

Dates : Semaine 23 – vendredi 11 juin 2021

Illustration : Gwendal Briec

Retour sur la Séance 1 : Les grands textes théoriques de la SF

La première séance du séminaire doctoral s’est tenue le jeudi 28 janvier 2021, à partir de 14h, en ligne. Elle a compté jusqu’à 38 participant.es.

La séance à été animée par Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS) et Simon Bréan (maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université) a pris en charge la fonction de répondant.

Nadège Pérelle, Margot Châtelet, Frédéric Guignard et Romain Bionda ont proposé quatre communications sur les textes théoriques de la SF. Vous les trouverez chacune ci-dessous en version audiovisuelle, précédées d’un bref résumé.

I. Introduction et « Tour d’horizon des concepts fondateurs de la théorie SF suvinienne », Nadège Pérelle

La communication explore les concepts fondateurs de la théorie science-fictionnelle théorisés par Darko Suvin dans Metamorphoses of Science Fiction. On the Poetics and History of a Literary Genre (1979). Et plus particulièrement dans la première partie de l’ouvrage dans sa version américaine “I. Poetic” dans laquelle Suvin développe l’outillage herméneutique de la SF, principalement le cognitive estrangement et le novum.

*Erratum : référence à Gérard Klein : « Malaise dans la Science-Fiction américaine » Cahiers du Laboratoire de Prospective appliquée, nº 4, septembre 1975. En ligne.

II. « Relire l’estrangement suvinien : de l’estrangement diégétique à la défamiliarisation formelle », Margot Châtelet

La communication explore la typologie effectuée par Spiegel dans l’article tiré de sa thèse – « Things Made Strange: On the Concept of « Estrangement » in Science Fiction » -, qui relit la théorie suvinienne de l’estrangement en distinguant les niveaux diégétique, réceptif et formel. Ainsi, on s’intéresse à ce que Spiegel renomme l’estrangement diégétique (plan fictionnel) et à l’estrangement (plan réceptif), ainsi qu’au couple conceptuel naturalisation/défamiliarisation (plan stylistique et formel). On appuie cette relecture théorique de la science-fiction sur le recueil de nouvelles d’Alain Damasio, Aucun souvenir assez solide.

Intermède : discussions autour des deux 1res communications

III. « Le paradigme fuyant: théorème d’incomplétude de la SF », Frédéric Guignard

La communication présente les enjeux d’une lecture sémiotique d’un texte de science-fiction en s’arrêtant sur l’article de Marc Angenot, « Le paradigme absent », et ses commentateurices francophones. L’efficacité et la longévité du concept de paradigme réside dans sa polysémie : il est non seulement garantie d’intelligibilité immanente du texte mais également compréhension temporaire de l’ensemble des signes fournis, strictement homologue au monde fictionnel instancié. En instaurant de la diachronie dans une perspective structuraliste parfois figée, on peut ainsi saisir la puissance des possibles science-fictionnels, dans toute leur instabilité sémiotique. 

IV. « La SF : genre ou esthétique ? », Romain Bionda

La communication propose une réflexion sur la dimension «générique» de la SF, qu’on pourrait également comprendre comme une «esthétique» — ce que semblent d’ailleurs faire de nombreuses théoriciennes et théoriciens de la SF. Dans la critique (notamment universitaire), l’alternative entre une compréhension de la SF comme un genre ou comme une esthétique se présente peut-être de manière moins tranchée que dans les travaux sur le fantastique, où les définitions «génériques» (d’inspiration structuraliste) et les définitions «esthétiques» (d’inspiration thématique) s’opposent souvent vigoureusement. Il n’empêche que cette alternative me semble exister pareillement et qu’elle mérite toute l’attention nécessaire. Sa reconnaissance me semble un préalable au travail —par exemple— sur un ensemble aussi protéiforme et vague que «le théâtre de science-fiction», ensemble que j’ai récemment entrepris d’interroger et d’explorer.

*Erratum : la citation de Yes, peut-être de Marguerite Duras n’est pas dans la didascalie initiale, mais dans le paratexte final.

Discussion finale

Bibliographie indicative :

ANGENOT Marc, «Le paradigme absent : éléments d’une sémiotique de la science-fiction», dans Poétique, n°33, 1987, p. 74-89.
BIONDA Romain, «Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu», dans Revue d’histoire du théâtre, n°282, 2019, p. 119-138.
BREAN Simon, La Science-fiction en France. Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presse de l’université Paris-Sorbonne, «Lettres françaises», 2012.
HUZ Aurélie, L’Intermédialité dans la science-fiction française de « La Planète sauvage » à « Kaena » (1973-2003), thèse en littératures et cultures médiatiques, dirigée par Irène Langlet, université de Limoges, soutenue en novembre 2018.
LANGLET Irène, La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin, «U», 2006.
MELLIER Denis, L’Écriture de l’excès. Fiction fantastique et poétique de la terreur, Paris, Honoré Champion, «Bibliothèque de littérature générale et comparée», 1999.
SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec, Nota bene, «Littérature(s)», 1999.
SCHAEFFER Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, «Poétique», 1989.
SPIEGEL Simon, « Things Made Strange: On the Concept of « Estrangement » in Science Fiction Theory », Science Fiction Studies, nov. 2008, p. 369-385.
SUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction. Études en théorie et en histoire d’un genre littéraire, trad. Gilles Hénault, Montréal, Presses de l’université du Québec, «Genres et discours», 1977.
TODOROV Tzvetan, «L’origine des genres» (1978), La Notion de littératureParis, Seuil, «Poétique», 1987, p. 27-46.
TODOROV Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, «Poétique», 1970.
VIEGNES Michel, Le Fantastique, Paris, GF Flammarion, «GF Corpus», 2005.
 

Illustration : Gwendal Briec