Archives par mot-clé : Numérique

Science Fiction Studies numéro 128

Le numéro 128 de la revue Science Fiction Studies est paru. C’est un numéro spécial sur la science-fiction numérique : « special issue on digital science fiction », dirigé par Pawel Frelik et Rob Latham.

ARTICLES

Paweł Frelik. Introduction: Digital Science Fiction(s) (texte en anglais)

Symposium on Digital SF

Lisa Swanstrom. « External Memory Drives: Deletion and Digitality in Agrippa (A Book of The Dead) » (présentation en anglais)

Bien que la fiction cyberpunk de Williamn Gibson soit essentielle pour saisir la relation entre la « digitality » [« condition numérique »] et la science-fiction, je postule que l’œuvre « numérique » [« digital »] la plus importante de Gibson n’est ni du cyberpunk, ni de la science-fiction, ni même de la fiction. C’est plutôt un poème autobiographique, « Agrippa:(A Book of the Dead) », publié en 1992. « Agrippa » correspond à un moment de basculement pour l’écriture de Gibson du fait de son implication avec des techniques d’édition numériques réelles – plutôt que spéculatives – non seulement en ce qui concerne le disque qui contient le poème qui y est encodé, mais en ce qui concerne la tendance de Gibson à établir une relation triangulaire entre la numérisation, l’identité et la mémoire. « Agrippa » dans son ensemble – c’est à dire comme œuvre poétique, livre imprimé, et objet numérique destiné à s’auto-effacer – fonctionne au départ comme un monument moderniste élevé à la subjectivité au moment même où elle est démantelée et, à cet égard, se trouve en parfaite cohérence avec la fiction cyberpunk de Gibson, qui tend à traiter la technologie numérique de manière analogique. Pour autant, durant les vingt ans et plus qui ont passé depuis sa publication initiale, « Agrippa » a continué à évoluer, et une analyse de ce texte étrange de nos jours apporte différentes possibilités. Dans ce qu’on pourrait appeler l’au-delà d’« Agrippa », une forme plus fluide de mémoire s’est manifestée, une forme collective, participative, collaborative, et bien plus en harmonie avec la nature de la « digitality » [« condition numérique »].

Continuer la lecture de Science Fiction Studies numéro 128