Archives par mot-clé : philosophie

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Programme de colloque :

Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

18-19 octobre 2017

Université Paris-Sorbonne

« Uchronie », d’après le lécythe CA 2220 du Louvre (dessin AQB).

Organisé par Alexandre Grandazzi et Anne Queyrel Bottineau
Equipe EDITTA (EA 1491) (Édition, Interprétation, Traduction des textes Anciens).

L’uchronie, cette réécriture du passé à partir de la modification fictive d’un événement, devient aujourd’hui une méthode très utilisée dans le domaine des sciences humaines. Mais, si l’uchronie est maintenant familière aux historiens des époques récentes, elle est restée presque totalement absente des études sur l’Antiquité classique, alors même que les problématiques sur la mémoire,  l’identité et le recours au passé dans les sociétés anciennes sont au cœur des préoccupations actuelles sur cette période. Il est donc nécessaire de consacrer une manifestation scientifique à caractère pluridisciplinaire, regroupant historiens, philologues et philosophes, à cette forme de rapport au passé dans l’Antiquité.

 

Mercredi 18 octobre 2017
Université Paris-Sorbonne
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Bibliothèque de l’UFR de Latin (escalier E, 3ème étage)

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Ouverture du colloque

Le vraisemblable, les possibles du passé et l’advenu

14h-14h30 Marie-Pierre Noël (Univ. Paul-Valéry UM3, CRISES – EA 4424) : « Usage des preuves et réécriture(s) de l’histoire dans l’éloquence attique, d’Antiphon à Isocrate »

14h30-15h Christine Hunzinger (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : « Quand le récit aurait pu bifurquer… Bribes d’uchronie dans le corpus hésiodique et les hymnes homériques »

15h-15h30 Élisabeth Buchet (Editta) : « La multiplicité des étiologies dans les Fastes d’Ovide : une forme d’uchronie ? »

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 Pierre-Alain Caltot (Univ. Paris-Sorbonne, Editta) : « L’uchronie comme échappatoire devant le nefas dans la Pharsale de Lucain et les tragédies de Sénèque »

Continuer la lecture de Uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives (18-19 octobre 2017)

Métaphysique d’Alien

Métaphysique d'AlienParution de l’ouvrage collectif Métaphysique d’Alien, sous la direction de Jean-Clet Martin, éditions Léo Scheer, coll. Philosophie, parution 19 mars 2014, 228 pages.

Présentation de l’éditeur :
Pour toute une génération, la saga des films consacrés à Alien, « le huitième passager » est devenue emblématique du monde en devenir. La nature de sa monstruosité est si puissante qu’il a fini par pénétrer la pensée des philosophes dont il a marqué la jeunesse. Ce recueil s’attache ainsi à montrer l’épouvante que suscite notre rapport au réel, tel que nous l’avons domestiqué. Dans la violence de ce prédateur, nous nous percevons nous-mêmes, avec notre rage destructrice. L’alien est certes inhumain, mais il partage avec la proie que nous sommes un pouvoir d’anéantissement qui nous imite en tant qu’envahisseur de la nature.

L’alien, meurtrier des dieux, nous extermine, mais laisse vivre les chats et les androïdes auxquels il est indifférent. Dans cette valorisation de l’animal et de la machine au détriment des humains, il semblerait que se dévoile une autre vie, sous les traits d’une femme. En elle, se rejouent une chance, une hybridation avec l’univers pour laisser monter comme une «  nouvelle alliance  », un nouvel avenir des machines associées aux hommes.

Métaphysique d’Alien réunit des textes d’Elie During, Jean-Clet Martin, Raphaël Bessis, Charles H. Gerbet, Laurent de Sutter, Frédéric Neyrat, Marika Moisseeff, Antoine Hatzenberger, Véronique Bergen et Peter Szendy.

Présentation de Jean-Clet Martin.

Fiche commerciale avec un court extrait de « Comment faire muter un alien » d’Elie During.

Lecture de Jean-Philippe Cazier.

“Ce que l’écologie fait à la pensée”: annonce de journée d’études (13 avril 2013)

Samedi 13 avril aura lieu la première journée d’étude du programme  « Ce que l’écologie fait à la pensée. Refigurer, redistribuer, ré-élaborer », dirigé par Emilie Hache et Elie Kongs, en partenariat avec le Collège International de Philosophie.

Cette première journée , intitulée Fictions/Figurations, permettra notamment de voir le film d’Armin LinkeAlpi, auquel était consacré un des entretiens du numéro Ecologiques.

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie. Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Informations pratiques et programme: 

Amphitéâtre de l’Institut de paléontologie humaine, 1 rue René Panhard 75013 Paris

Fictions/figurations

Avec : Christian Chelebourg, Peter Szendy. Projection du film d’Armin Linke, Alpi, en présence du réalisateur.

Est-ce que la métaphore de l’Île de Pâques est pertinente pour nous aider à comprendre les enjeux de la crise écologique actuelle ? Que nous apprend la réitération des discours apocalyptiques ? La littérature de science- fiction n’a-t-elle que des dystopies à nous proposer ? C’est à la fiction que nous consacrerons cette première journée, en questionnant comment ce mode de création et de réflexion propose en propre des ouvertures pour la réflexion écologique. La question d’un possible changement d’imaginaire politique appelé par la crise écologique est ici cruciale.

9h30 accueil

10h : Présentation Emilie Hache

10h30 : Alain Musset : “ Le vaisseau-terre est mal parti : écologie, fin du monde et science-fiction ”
11h30 : Peter Szendy : “ L’effiction filmique de la fin ”

14h : Christian Chelebourg : “ Climatologie et pensée écofictionnelle ”
15h : Yannick  Rumpala : “ Science fiction et spéculations écologiques : pas d’alternative au pessimisme ? ”
16h : Frédérique Ait-Touati : “ Voir l’invisible : fictions, figures, récits ”
17h : Armin Linke (sous réserve) projection du film “ Alpi 
18h : discussion autour du film

Repris du carnet de la revue Tracés

« Philosopher avec les séries télévisées » : L’univers Battlestar Galactica

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »
Episode n°4 : L’univers Battlestar Galactica

décembre 2012
Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne – UFR de Philosophie
EA PhiCo Philosophies contemporaines
EXeCO Expérience et Connaissance

Appel à contributions
Dans le cadre du cycle annuel « Philosopher avec les séries télévisées », ouvert en 2009 par un colloque sur Buffy contre les vampires et poursuivi en 2010 et 2011 respectivement par les journées « Séries d’élite, culture populaire : le cas HBO » et 24 heures chrono, nous nous proposons cette année de nous pencher sur l’univers des séries Battlestar Galactica. Si conformément au projet d’ensemble du cycle, nous comptons nous concentrer sur le coeur de la ‘franchise’, à savoir les différentes séries télévisées (Galactica, Battlestar Galactica, Caprica etc.), les communications prenant appui pour tout ou partie sur les autres supports fictionnels disponibles (romans, jeux, bandes dessinées, etc.) seront aussi les bienvenues, tant il est vrai que la richesse de ce type d’univers ne peut être correctement appréhendée sans la prise en compte de ses multiples formes d’expression. De façon analogue, et toujours en continuité avec les précédentes séances, la journée d’étude doit s’entendre comme étant de nature principalement philosophique, tout en étant largement ouverte aux contributions non seulement de l’ensemble des Humanités, mais aussi, pourquoi pas, des ‘sciences dures’. Si en effet les aspects philosophiques les plus visibles de l’univers, en particulier ceux qui relèvent des champs politiques et éthiques, méritent d’être analysés avec toute l’attention requise, les communications pourront s’attacher à toutes sortes d’autres questions du moment qu’elles permettent de contribuer à répondre à celle qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle, à savoir : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle, et plus largement la fiction, peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, bref à mieux exister en lui ? Le fait-elle nécessairement, ou sinon, à quelles conditions ?
Les communications dureront chacune 30 mn et seront suivies de 15 mn de discussion. Merci de bien vouloir envoyer vos propositions (max. une page) à allouche.sylvie[at]gmail.com avant le 21
septembre 2012. Une réponse vous sera donnée dans la première semaine d’octobre. Nous prierons en outre les contributeurs de remettre leur texte définitif en vue de sa publication avant le 1er février 2013.

Comité d’organisation :
Sandra Laugier (EXeCO, Paris 1)
Sylvie Allouche (IHPST, Paris 1 – CEM, Bristol)
Marco Dell’Omodarme, (EXeCO, Paris 1)
Monica Michlin (Paris 4)

Site web : http://philofictions.org/

L’homme-machine et ses avatars : entre science, philosophie et littérature, XVIIe -XXIe siècles

Parution de l’ouvrage de Dominique Kunz Westerhoff et Marc Atallah (dir.)
L’homme-machine et ses avatars
Entre science, philosophie et littérature
XVIIe -XXIe siècles

Vrin, « Pour demain », 2012. 320 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2349-5

Présentation de l’éditeur :
Dans le contexte de la révolution galiléenne, Descartes a fondé une anthropologie mécaniste qui n’a cessé de se redéfinir au fil des découvertes scientifiques et des controverses qu’elle a suscitées : après l’Homme-Machine, est venu l’Homme Électrique, puis l’Homme Cybernétique. Ces avatars signalent la constante réévaluation, la mesure toujours reprise d’une métaphore originaire, à la fois féconde et insuffisante, heuristique et limitée. Au carrefour des sciences humaines, des sciences et de l’ingénierie, il s’agit d’historiciser cette construction culturelle au long cours, jusqu’à la robotique bio-inspirée et à l’hybridation contemporaine du corps et de la technologie. L’approche littéraire en éclaire, elle, toute la dimension imaginaire : de l’automate parleur au cyborg, l’innovation scientifique est indissociable, sinon indiscernable, d’une saillance de la fiction. Fable philosophique, poésie scientifique, roman libertin, conte fantastique, théâtre satirique, roman social ou science-fiction : ces différents genres font ainsi valoir la compétence de la littérature pour penser la culture de l’homme-machine, et pour faire émerger le mécanique, le non-mécanique, ou l’anti-mécanique, comme autant de procès d’humanisation opérés par la pratique symbolique.